Bilan général après 5 mois


La quasi-totalité des comptes annuels complets des sociétés que nous détenons en portefeuille est disponible.

Outre les mises à jour individuelles de chacune de nos sociétés que nous vous proposons avec la régularité qui nous caractérise, nous vous présentons les premiers enseignements globaux que nous tirons des 5 premiers mois d’existence du portefeuille « daubasses ».

Ben oui, au club on est comme ça : on aime bien aller au-delà de la superbe performance purement court terme dont nous gratifie le marché et qui n’est, reconnaissons-le, pas sans flatter notre petit ego.

Nous aimons bien, disions-nous, aller au-delà de la performance boursière pure parce que nous pensons que ce n’est pas Mr Market qui détermine si notre raisonnement est correct ou pas mais bien la réalisation des scenarii que nous avions établis pour nos entreprises.

Confrontons-nous donc à cette dure réalité chiffrée …

Le résultat net

Sur ce plan, pas de surprise : nous vous annoncions une perte globale qui a effectivement eu lieu. Vous voyez : nous tenons parole… D’ailleurs seulement 6 des sociétés que nous détenons en portefeuille sont bénéficiaires.

L’Ebitda

Comme nous vous l’expliquions ici, nous préférons utiliser l’excédent brut d’exploitation pour vérifier la viabilité de nos daubasses. Pour les exercices 2008 et 2009, nous nous attendions à un Ebitda négatif de +/- 8 500 euros pour l’ensemble de notre portefeuille. Pour l’année 2008, il se situe finalement à 8 697 euros. Pas tellement loin de notre évaluation qui était, il faut le reconnaître, réalisée à la très grosse louche …

La trésorerie nette

Le 20 février 2009, nous avions évalué la trésorerie nette de l’ensemble des sociétés de notre portefeuille à 11 059 euros. Finalement et paradoxalement, nos sociétés ont amélioré leur position de trésorerie : une gestion plus optimale des stocks et des créances est l’une des raisons ayant permis à la trésorerie nette de passer à 12 580 euros, soit 78 % de notre capital de départ ou 51 % de la valeur du portefeuille au 01/05/2009.

L’actif net net et la valeur d’actif net tangible

Malgré la grave crise économique et financière que nous traversons, la valeur d’actif net net de notre portefeuille, pondérée en fonction de chacune de nos positions, n’a diminué que de 5,8 %. Et tout cela en dépit de pertes comptables impressionnantes … Le rapport cours/actif net net pondéré de notre portefeuille s’établit à 0,32 par rapport à notre investissement de départ et à 0,49 par rapport à sa valeur au 01/05/09.

Et pour l’actif net tangible itou : nous ne subissons qu’une perte de 10,4 %.

Ceci conforte la philosophie de Walter Schloss : les actifs sont plus stables que les bénéfices.

Conclusions

Lors d’une comparaison que nous avions effectué précédemment entre l’Ebit et la trésorerie nette de notre portefeuille, nous avions estimé que nos sociétés pouvaient « tenir » sans appel supplémentaire aux banques ou au marché durant une période de 16 mois.

Une nouvelle comparaison établit une nouvelle échéance à 17 mois (12 580 / 8 697).

– Nous avons établi notre objectif de rendement au niveau de la valeur d’actif net tangible globale de notre portefeuille amputée de 2 X 10 % .

Le 2 janvier, en fonction des données en notre possession à l’époque, notre objectif de cours se situait 266 % au dessus de notre investissement initial. Aujourd’hui, nous devons revoir cet objectif légèrement à la baisse à 245 %. Par rapport à la valeur de notre portefeuille au 01/05/09, nous pouvons donc encore espérer, dans l’état actuel des choses, une appréciation de sa valeur de 120 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.