Merci et bon vent !

 

Après de bons et loyaux services, nous avons dit adieu aujourd’hui à deux de nos protégées : en effet, grâce à un beau doublement de cours, nous nous sommes séparés de Dane Elec au prix de 1,09 euros et d’American Claims Evaluation au prix de 0,9975 usd.

 

Les remplaçants pour ces deux positions vont être soigneusement sélectionnés au sein de notre liste et nous ne manquerons d’en avertir nos abonnés.

Portefeuille au 27 Novembre 2009 : 1 an et 3 Jours

Partie 2

– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

– Portefeuille : 56 576,63 € —(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 249,99%
.
Rendement Annualisé : 246,43%
Rendement 2009 : 263,40%
.
Taux de Rotation Annualisé : 141,07%
% Frais Annualisé : 3,80%
Effet Devise Total : -8,95%
.
– Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 245,28 € —(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 17,65%
.
Rendement Annualisé : 17,49%
Rendement 2009 : 21,36%
.
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel


(Nous signalons, à la demande d’un lecteur de notre blog, deux petits changements dans la présentation du tableau : Les sociétés en portefeuille sont désormais classées par date d’achat et le portefeuille qui compte 43 sociétés est présenté en 2 parties pour plus de lisibilité quand l’image est agrandie).
.
Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

« Pierre-Louis² Daubasse » « fête » son premier anniversaire…. !!!!

Il y a trop de guillemets dans l’intitulé , mais nous n’avons pas pu faire autrement. En fait nous aurions préféré vous annoncer simplement que notre bambin soufflait sa première bougie, que nous avions commandé un beau gateau à la Ganache, cloué des ballons multicolore sur la porte d’entrée, que Charles Antoine « T MSCI » et Jack « T Russel » étaient bien entendu de la partie et que nous nous apprettions pendant deux, trois heures, à supporter un joyeux vacarme de fête entre enfants trop gâtés.

En fait il ne se passera rien de tout cela, car Pierre-Louis², nous a envoyé ce week-end une courte lettre et son journal intime, pour nous annoncer qu’il passerait son premier anniversaire dans les grottes de Han, seul comme un grand, dans le style Zen – Distroy attitude, dit-il….Je ne reviendrai à la surface de la terre, nous écrit-il, que quand vous aurez lu l’entièreté de mon journal intime que j’ai appelé « les investisseurs chanceux, cela n’existe pas », j’espère que le titre vous convient….Et surtout quand vous aurez répondu à mes questions existentielles. Oui je suis déjà en crise existentielle et j’ai besoin de réponses pour aller plus loin. En fait je ne vous laisse pas le temps de réfléchir beaucoup, pour répondre à mes questions, car je n’ai que quelques jours de vivres avec moi, en fait 5 Kilos de scampis congelés et deux bocaux de sauce aigre –douce….Vous pourriez donc ne jamais me revoir souriant et en bonne santé, si vous tergiversez pour me répondre….J’ai fait une demande spéciale à la poste de Han pour que le facteur rationalise au moins une fois dans sa vie de facteur, l’existence de sa mobylette, et me dépose le courrier devant la première stalactite de la grotte…..Bien entendu, je vous embrasse tout les trois, en attendant vos explications…..

 

la première stalactite – la grotte de Han

les provisions

Nous ne pouvons que constater que les temps ont bien changé, pour les parents. Quand nous étions gamins, c’était les enfants qui étaient tancés de donner des explications à leur parents, aujourd’hui c’est l’inverse. Que faire sinon, nous adapter. La modernité parentale est à ce prix !

Nous n’allons bien entendu pas vous recopier ici, l’ensemble du journal intime de Pierre-Louis² et l’ensemble de nos réponses, mais seulement cher lecteur vous faire partager quelques extraits et quelques unes de nos réponses.

Le journal intime de Pierre-Louis² démarre en fin d’année 2008, la période semble imprécise.

Du 22 décembre au 31 décembre :

Toute ma famille semble inquiète, ils n’arrêtent pas de parler de rendement négatif, -5.362597% la veille de Noël, si j’ai bien retenu. Au lieu de nous préparer une dinde farcie au cognac et aux pleurotes et des marrons, maman a chassé la « Daubasse » le soir du réveillon de Noël, le jour de Noël et le jour suivant, papa n’a fait que dormir, écluser des Orval, dormir et écrire à maman de temps en temps un petit mail d’encouragement. Quant à ma baby sitter, elle n’a pas cessé de pleurer…..Il y avait quelques chose d’inhumain dans ces larmes qui ont coulé pendant trois jours et trois nuits sans discontinuer….entre deux Orval et deux « ronflettes », papa, lui a même suggéré d’employer le sèche linge pour sécher les mouchoirs en tissus, la réserve de mouchoirs en papier ayant été mise à sac, en 4 heures seulement. J’était bien décidé à ne jamais oublier ce Noël 2008 où cette sacré baby sitter n’a seulement été capable de mettre au bain-marie, qu’un pot de « blédina » aux carottes qui a mis en plus une éternité à être tiède, foutue pleurnicheuse….si le réveillon de nouvelle an n’avait été bien pire encore.

Au 31 décembre 2008, le rendement du portefeuille s’est fixé à –3.69%. Et je me rappelle que pendant la dernière scéance de New York, ils étaient tous énervés au possible….Maman a piqué une crise de nerf au téléphone, car Papa semblait prendre à la légère ses 150 Daubasses de réserves et surtout quand il lui a dit que pour l’instant cela n’avait pas d’intérêt…… ! La baby sitter a carburé au Red Bull sans discontinuer. Elle en avait même la langue toute rouge…..Pour passer ses nerfs, après la crise de nerf de maman, papa, a carrément ramené de la cave un bac de 24 Orval et à décidé de bêcher le jardin, ce qui selon ses dire l’avancerait pas mal au printemps. Il était occupé à retourner furieusement la parcelle de droite, où il sème souvent ses laitues, juste derrière la petite haie de buis quand le feu d’artifice a annoncé que l’année nouvelle commençait !….

Le repas festif du réveillon de nouvel an et du jour de l’an 2009, s’est composé en entrée de grisini aux graines de sésame, de corned beef en plat principal et d’une grand biscuit militaire trempé dans un verre de lait comme dessert…..Papa fait toujours des réserves de nourriture non périssables, sardines à l’huile, haricots secs, pâtes….La crise qui sévissait et s’annonçait sévère donnait à son idée, souvent ironisée par maman, une substance dont il en retirait une certaine fierté……

Ce qui était quand même énervant, c’est que le corned beef et les biscuits militaires, dataient de son service militaire et des rations de combats ABL de l’armée Belge…… !

En cette fin d’année 2008, j’en suis venu à détester les performances négatives du portefeuille Daubasses qui mettait ma famille sens dessus dessous et surtout une certaine idée de la gastronomie.

Pouvez-vous me jurez que jamais vous ne recommencerez ce cirque alimentaire au moins les jours de fêtes ?

Notre réponse :

Cher Pierre-Louis², nous pensons que tu exagères sérieusement et tu retrouvera tous les écrits de cette époque en détail sur le blog pour t’en convaincre. Quand nous avons démarré cette idée de portefeuille Daubasses, les bourses avaient chuté de plus ou moin
s 40%…..On parlait de la fin du système capitaliste, ni plus ni moins. Si notre idée, d’investir dans la Daubasse a été discutée pendant des mois avant de passer de la théorie à la pratique, et avait pour base les préceptes de Benjamin Graham, il est impossible de ne pas douter…..Que du contraire, le doute, selon nous, doit absolument subsister chez un investisseur, pour lui permettre de se remettre en question en permanence.

En fait nous étions prêts et tout à fait conscients en investissant dans la « Daubasse », que nous pourrions perdre 25-30% supplémentaires assez rapidement et aussi attendre au moins quelques années avant de générer des rendements convenables…..C’est donc vrai que le rendement du portefeuille Daubasses au 31 décembre 2008 a fini sur une note négative à –3.69%. Mais nous ne nous en sommes pas émus outre mesure. Car nous étions suffisamment prêts psychologiquement à affronter une tempête et à être en mesure d’attendre.

Pour nos lecteurs, vous retrouverez ici, le portefeuille actuel au 24 Novembre et le portefeuille de départ et ce qu’il aurait été au 24 Novembre sans le moindre Arbitrage.

Portefeuille actuel au 24 Novembre 2009 : 1 an


– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

Portefeuille : 57 878,45 € —(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 258,04%
.
Rendement Annualisé : 258,04%
Rendement 2009 : 271,76%
.
Taux de Rotation Annualisé : 136,32%
% Frais Annualisé : 3,70%
Effet Devise Total : -8,98%
.
– Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 432,78 €—(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 18,79%
.
Rendement Annualisé :18,79%
Rendement 2009 : 22,54%

.
* Nous rappelons pour la 52 ièm fois que ce portefeuille est un investissement réel
.
Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création


Notre portefeuille de départ du 24 Novembre 2008 actualisé sans le moindre arbitrage au 24 Novembre 2009

—Cliquez sur le tableau pour l’agrandir
Date : 24 novembre 2009

Net de Frais Portefeuille : 41 280,06 €
Rendement Total : 172,39%
.
Effet Devise : -14,48%

Au 24 Novembre 2009, le portefeuille de départ qui comptait 30 sociétés aurait retourné un rendement total de 172%.

A comparer au rendement actuel de 258% de notre portefeuille qui compte aujourd’hui 43 sociétés.

Vous remarquerez qu’en échelonant nos achats dû aux arbitrages principalement en USD, l’effet devise s’estompe légèrement, le portefeuille de départ au 24 Novembre sans arbitrage aurait subit une perte de -14.48% en devise, tandit que notre portefeuille actuel limité déjà sa perte à -8.98%.

Vous pourrez à notre avis surtout constater que les ratio Net-Net des deux portefeuilles sont bien différents. Le portefeuille de départ sans arbitrage aurait aujourd’hui un ratio Net-Net Moyen de 0.9798…..Notre portefeuille actuel a quand à lui un ratio Net-Net moyen de 0.6518.

Mais aussi un ratio Net-Net pondéré de 0.5237, soit la moitié du ratio de portefeuille de départ dans le scénario, sans arbitrage et notre potentiel probable calculé sur la Valeur d’actif Net Tangible pondérée est aujourd’hui de 182.59%.

Il est quand même à noter que sur les 30 valeurs de départs qui auraient été gardée pendant 1 an, seule 4 valeurs seraient en négatif en Euros et on aurait en portefeuille 16 baggers potentiels…

Au niveau du portefeuille actuel, nous avons par contre 13 Baggers encaissés et 8 baggers potentiels. soit un total de 21 Baggers, soit 30% de plus.

Nous vous présentons dans le tableau qui suit les 13 baggers encaissés du portefeuille actuel, extrait de notre fichier Excell.

Nous vous présentons ensuite ces même 13 baggers avec leur ratio lors de l’achat et leur ratio lors de la vente ajusté au dernier rapport annuel. Dans leur devise.

Après ces quelques détails sans trop d’ importance aujourd’hui, la suite du journal de notre infernal bambin …

Le journal de Pierre-Louis² , Le 23 Janvier 2009

Tous les enfants normaux ont un père une mère et parfois une baby sitter……Je me rends compte le 23 Janvier 2009 à 18 heures 32 et quelques secondes, alors que pour la première fois la performance totale du portefeuille grimpait au-delà de 20% que mon cas était particulier….Papa, et maman c’était deux garçons et ma baby sitter que j’avais rêvé blonde avec un large sourire et des lèvres pulpeuses, c’était un autre garçon……

 

En plus Papa et la baby sitter habitaient à 2300 Km de distance de chez maman…..Pas ensemble mais quand même….ça m’a toujours semblé louche…..ce truc entre gars.
J’ai besoin d’éclaircissements pour me sentir bien dans ma peau ?

Le journal de Pierre-Louis² , Le 26 Juin 2009

Le vendredi 26 Juin à 18H 40, toute la famille avait l’air de ce réjouir des premiers 100% de rendement, drôle de famille ou seule maman connaît physiquement la baby sitter et où papa n’a jamais rencontré ni maman ni la baby sitter. Bon quand je dis que maman et la baby sitter se connaissent physiquement, c’est le fait qu’ils se sont rencontrés trois fois pour écluser de la gueuze et des Blanches de Namur dans un bistrot collé au mur du cimetière d’Ixelles…..Je prenais conscience pour la première fois que si j’étais bien une entité réelle, mon idée de famille était fâcheusement virtuelle….Ce soir-là j’ai eu envie de me soûler pour la première fois….Mais finalement je décidais de leur écrire une lettre que je photocopierais deux fois et que j’enverrais à chacun pour éclaircir une situation que je supportais de moins en moins……!!!!
Qui êtes-vous finalement ?

Le journal de Pierre-Louis² , Le 27 Juin 2009

Finalement au lieu de leur écrire je me suis soûlé méchamment. Je suis resté au lit toute la journée et ça tanguait pas mal dans mes rêves, où j’étais dans un minuscule voilier au beau milieu d’une mer d’Eau de Villée, sans un gramme de vent. Et pourtant il y avait des énormes creux et j’essayais désespérément de sonner à Papa sur son GSM, pour qu’il fasse du vent afin que mon voilier avance vers le sable blanc du rivage.

Notre réponse :

Cher Pierre-Louis ², cela dépasse le cadre du portefeuille Daubasses et de l’investissement, nous tenons à te l’annoncer sans ambages. Nous pouvons quand même te dire d’emblée que sans internet et plus précisément le site de Boursorama, nous ne nous serions seulement jamais connus et nous ne serions donc ni devenu ami, ni eu l’idée de cette expérience d’investissement.
C’est exact que nous ne sommes jamais rencontrés tous les trois, seulement deux d’entre nous se sont rencontrés à plusieurs reprises, bien avant le début du portefeuille et nous trouvons même assez « fabuleux », l’amitié qui nous lie et la confiance que nous avons créé entre nous, juste par internet. Ce qui nous fait penser qu’au-delà, d’un tissu parfois épais d’inepties, de conneries et de divagations tous azimuts, certains forum de discussion ou blog permettent de tisser des liens précieux et enrichissant .

Nous avons tous dans le groupe des tâches bien précises.

Celui que tu appelles papa, s’appelle Louis. Il habite dans le sud de la Belgique et s’occupe au sein du groupe principalement des questions pointues de comptabilité, chasse parfois la Daubasse et s’occupe aussi des investisseurs qui nous écrivent…..

Celui que tu appelles maman, s’appelle Pierre. Il habite en Roumanie et s’occupe au sein du groupe de la chasse à la Daubasse et met tout les mardi et vendredi les listes à jours….

Celui que tu appelles la baby sitter, s’appelle aussi Louis. Il habite Bruxelles et s’occupe principalement au sein du groupe des questions informatiques, du site, de mettre certains document en PDF et des envois bi-hebdomadaires des listes,…..

Il est évident que la répartition des tâches n’est pas aussi cloisonnée et que nous avons tous répondu l’une ou l’autre fois à un mail, à une réflexion sur le blog, que chacun à ajouter des Daubasses à la liste. Et ainsi de suite.
Toutes les analyses que nous vous proposons, sont menées par un seul membre, qui soumet ensuite son travail au groupe qui donne son approbation, avant d’être publiées.
Toutes les questions d’investissements sont débattue parfois âprement au sein du groupe et les décisions sont toujours prises à la majorité….Ce qui nous semble toujours facile dans ces débats c’est que la variante A ou B est pétrie du même bon sens, ce qui facilite la prise de décision et les concessions, car nous savons tous que de toute manière, le bon sens est présent quelques soit le choix.

Donc Pierre-Louis², on peut parler d’un solide groupe d’amis mais pas vraiment de famille car nous avons tous femme et enfants et une vie bien remplie après le portefeuille « Daubasse ».

Le journal de Pierre-Louis² , Le 20 Novembre 2009

Je me prépare à leur faire une surprise originale pour mon premier anniversaire dans le style « coup du crayon ». Je me taille dans les grottes de Han pour une durée indéterminée. J’y réfléchis depuis plusieurs mois. Et je pense que c’est une Zen attitude avec une pointe Destroy, pour ne pas prendre la grosse tête, car le rendement a dépassé 250% en moins d’un an….. !

Avant de prendre cette décision, j’avais imaginé plusieurs variantes avec toutes ces PV.

…..Je pensais offrir à Papa et Maman, une petite Porsche, pour les balades du dimanche, mais j’y ai renoncé, car avec les options en plus, je n’aurais pu offrir à

ma Baby Siter qu’un rouge à lèvres Yves Saint-Laurent. Et j’avais bien entendu trop peur qu’elle recommence sa version Niagara mes larmes n’arrêtent pas, même si j’en ai terminé avec les pots de Blédina au bain marie…. !!!!

J’avais aussi pensé leur offrir à tous les trois un billet pour Las Vegas, pour qu’ils triplent le capital actuel du club en trois ou quatre jours, ce qui leur aurait permis de se prendre pour Buffett au moins 10 minutes chacun. Mais bon, je pense qu’ils sont à la fois trop radins tous les trois et aussi trop rationnels pour tenter le coup…..Les parents ont quand même quelque chose de profondément désespérant aux yeux des enfants…Et en plus maman fait sa chochote, elle ne supporte pas l’avion. Et je ne la vois pas rejoindre Papa et la baby sitter en bateau, puisque Las Vegas c’est en plein milieu du désert.

Ce qui m’amène à formuler un constat. Si votre mère porte des petits bateaux, c’est mal emmanché pour toute la famille. Vous aurez compris que ce constat c’est du vécu profond.

Avant de prendre cette foutue décision Zen avec une pointe Destroy, j’avais enfin imaginé un petit cadeau pour chacun, un petit cadeau plus réaliste qu’ils accepteraient de bon cœur. Qui traduisait tout l’amour que je leur porte de s’être occupé de moi jour après jour depuis un an.

Pour Papa, j’avais pensé à un abonnement à une salle de « muscu », pour traiter en douceur son appendice de comptoir dû à l’Orval…..

Pour maman, un dico Larousse électronique, pour lui permettre d’au moins réduire les fautes d’orthographe de moitié, car 5 fautes à la ligne c’est nettement plus acceptable que 10 fautes.

Et enfin pour la Baby siter, j’avais pensé à louer un Chipendale pour un week-end, un gars bien huileux sur le torse et qui porte des boxer hyper classe….. !!!!!!!!!!!!

Voilà vous savez maintenant tout de moi et j’attend de vos nouvelles avec impatience !

Notre réponse :

Pierre-Louis², nous sommes tous les trois touchés par autant de gentillesse. Nous te remercions donc pour toutes tes idées et nous acceptons ta décision originale de passer ton anniversaire sous terre. Ne t’inquiète surtout pas pour la grosse tête et les +250% car nous pensons que ce n’est pas sur 12 mois qu’un investisseur peut prouver quoique ce soit, mais plutôt avec ses rendements à long terme. Et nous sommes donc bien décidés à y parvenir. Nous verrons donc bien plus tard pour la grosse tête.

Nous tenons aussi à remercier, tous nos amis du groupe Valeur et Conviction qui nous ont soutenu dans cette initiative et nous regrettons toujours qu’ils n’aient pas pris le train avec nous.. Nous remercions tous nos abonnés qui nous ont fait confiance . Nous espérons qu’ils ont déjà réalisé de nombreuses PV et surtout qu’ils en réaliserons dans le futur. Nous remercions enfin tous les lecteurs de notre blog, les lecteurs anonymes et les très nombreux lecteurs qui nous ont écrit.

Bien à vous. Pierre, Louis et Louis

Portefeuille au 20 Novembre 2009 : 361 Jours

– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

Portefeuille : 57 611,25 €—(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 256,39%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 270,05%
.
Taux de Rotation Annualisé :
% Frais Annualisé :
.
Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 267,78 € —(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 17,79%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 21,50%
.
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel
.
Performance mensuel du portefeuille depuis sa création

Bas les masques – Transnet Corp

.
Voici venu le moment, cher lecteur, de « tomber le masque » sur une société que nous avons acquis début août. Il s’agit de la société Transnet Corp.
.
Comme d’habitude, nos fidèles abonnés ont été informés de cet achat « en temps réel » et on reçu l’analyse ci-dessous « en exclusivité ».
.
Aujourd’hui, après une hausse du cours d’une quarantaine de pourcent, c’est à vous, lecteur de ce blog, de prendre connaissance de notre prose.
.
La société TransNet Corp a été fondée en 1969 à Branchburg dans le New Jersey.

Son activité comporte deux segments. Tout d’abord la distribution d’une large gamme de produits informatiques et ensuite un service lié à ces produits.
.

Transnet Corp est un vendeur autorisé des marques suivantes : Apple, Cisco, Dell, Hewlett-Packard, IBM, IP Celerate, Lenovo, Lexmark, Mc Afee, Microsoft, NEC, Nortel, Novell, Symantec, Toshiba, Websense, 3Com…..

Les services fournis par la société vont de la conception de systèmes à la maintenance en passant par la formation sur certains types de logiciel.

Ses clients sont des sociétés commerciales, des agences gouvernementales et locales.

Nous allons à présent calculer la marge de sécurité dont nous disposons sur les 4 modes de valorisation que nous appliquons désormais. En nous basant sur le rapport annuel de fin juin 2009.

Nous avons donc acheté des parts de la sociétés TransNet le 7 Août 2009 pour un prix de revient, frais de courtage inclus, de 0.2142 $

1° La marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net Net (VANN)

Au 30 Juin 2009, la société TransNet avait une VANN de 0.4365$ par action.

Un actif courant de 1.49$ par action et un endettement total de 1.05$ par action.

Les liquidités de la société s’élevaient à 0.34$ par action, au 30 Juin 2009. Le stock valait 0.05$ par action et les créances clients 0.91$ par action.

La valeur d’actif tangible net qui constitue plus ou moins notre seuil de vente était au 30 Juin de 0.5065$.

Lorsque nous avons acheté la société TransNet, nous nous sommes basé sur le rapport trimestriel du 31 Mars 2009. Quel était la situation voici 3 mois ?

La VANN au 31 mars était de 0.6241$ par action. Nous avions à l’époque un actif courant de 1.29$ par action pour un endettement total de 0.65$ par action. Nous avions 0.06$ de liquidités par action, un stock de 0.10$ par action et des créances clients de 0.94$ par action.

La principale cause de ce recul de la VANN par rapport au 31 Mars est du principalement à la perte de 0.20$ par action entegistrée lors du premier trimestre 2009.

Au chapitre des points que nous jugeons positifs, la société a augmenté ses liquidités, son stock a diminué de moitié et les créances clients sont stables.
A notre prix de revient de 0.2142$ l’action rapporté à la valeur d’Actif Net-Net de 0.4365$ du 30 Juin 2009, notre marge de sécurité reste de 50.92%

2° La marge de sécurité sur la ” Valeur d’Actif Net Estate” (VANE)

La société TransNet n’ayant pas de propriétés immobilières, ni de terrains, il nous est donc impossible de calculer la Valeur d’Actif Net Estate

3° La marge de sécurité sur la valeur en cas de mise en liquidation volontaire (VMLV)

Revenons sur l’Actif Courant.

Au niveau des stocks, vu les marques vendues par la société et la diminution des stocks de moitié, nous ne pensons pas nécessaire de retraiter ce post.

Au sujet des créances clients, nous pouvons lire dans le rapport annuel qu’aucun client de TranNet ne produit plus de 10% du chiffre d’affaires et nous constatons également que le délai moyen de paiement de l’année 2009 clôturée en juin est inférieur de 10 jours à la durée moyenne des trois dernières années. Toutefois, notre prudence nous incite à penser que seulement 85% des factures dues à Transnet serait acquitées en cas de liquidation volontaire, nous retranchons donc 0.13$ par action

Les Actif fixes

Dans la rubrique propriété et équipement net d’amortissement, nous trouvons pour 120.690 $, soit 0.025$ par action….Nous constatons que l’ensemble du post au prix coûtant de 3.290 million à été amortri de 3.169 million soit un amortissement à hauteur de 96%….Nous décidons donc de comptabiliser intégralement la valeur Net des équipements, nous ajoutons +0.025$

Hors Bilan

Nous observons des loyers et leasing qui devraient être acquités en cas de liquidation volontaire, 0.064$ par action sur l’immobilier, 0.003$ sur des fournitures de bureau et 0.004$ sur des véhicules. Nous décidons de retrancher –0.071$ par action.

En résumé :

.
Valeur d’actif Net-Net de 0.4365$ par action.
-0.13$ par action, sur retraitement des créances clients
+0.025$ sur les équipements net d’amorissement.
-0.071$ sur l’ensemble des Leases.

Soit une Valeur de Mise en Liquidation Volontaire de 0.2605$ l’action.

A notre prix de revient de 0.2142$, nous disposons d’une marge de sécurité de 17.77%, sur la Valeur de Mise en Liquidation Volontaire.

4° La marge de sécurité sur valeur de la capacité bénéficiaire (VCB)

Du fait que TransNet Corp, n’a pas affiché de profits durant les 5 dernières années, il nous est donc impossible d’essayer de calculer la valeur de sa capacité bénéficiaire.

Nous voudrions toutefois vous faire partager quelques observations, sur le business de la société .

En fait, nous pensons que la société, n’a pas la possibilité de dégager le moindre avantage sur la concurence, en vendant du matériel informatique de marque pour la plupart reconnue, d’autant plus qu’elle affirme dans son rapport annuel qu’elle essaye de proposer ce matériel informatique au prix le plus bas….

Toute fois la vente de ce matériel assure un revenu récurent et compte sur la période 2005-2009 pour 60% en moyenne du chiffre d’affaires. La marge brute moyenne sur ce segment ”vente de matériel” est de 9.41% et on peut affirmer sans la moindre erreur possible que cette marge est constante. Par exemple en pleine crise, la marge 2008-2009 est de 10.73%.

Vous l’aurez certainement compris que c’est sur le segment Service que TransNet essaie de se démarquer sur la période 2005-2009 toujours, la marge brute sur la partie ”Service” est en moyenne de 23.18%, soit environ 2.5 X supérieur a la partie vente de matériel. Cette marge est par contre nettement plus fluctuante selon la conjoncture économique : elle était par exemple de 28% en 2006, alors qu’en 2009 elle n’est que de 17%.

Nous comprenons donc le business de TransNet Corp de cette manière : en phase de conjoncture économique favorable, le volume de matériel informatique vendu augmente et, comme nous venons de le voir, la marge reste stable en toute période. Parallèlement le volume de chiffre d’affaires lié aux services augmente également, mais contrairement à l’augmentation linéaire de la vente de ma
tériel due à la marge constante, la marge brute du segment service variable est en augmentation quand la situation économique est favorable.

Dans une phase de récession économique, les volumes de matériel informatique se réduisent, si on observe les chiffres sur la période 2005-2009, le chiffre d’affaires a diminué de 17%, ce qui n’est pas à proprement parler dramatique, vu l’ampleur de la crise actuelle. Mais cette baisse des ventes de matériel se répercute alors sur le segment ”service” : moins de matériel vendu signifie moins d’installation et donc moins de service. Et nous constatons aussi une contraction des marges sur les services pour lesquels il est difficile de maintenir des prix élevés en périodes de récession …Et qu’observe-t-on sur la période 2005-2009, sur le chiffre d’affaires lié au service ? une diminution de 43% !!!

Sur la période 2005-2009, nous avons observé que si le chiffre d’affaires lié à la vente de matériel a diminué de 17%, les coûts liés à cette vente ont diminué de 20%. Alors que sur le segment service, comme nous l’avons vu, la diminution du chiffre d’affaire a été de 43% tandis que les coûts liés au service n’ont diminué que de 38%. Le segment ”services” supporte donc des coûts fixes plus élévés que la partie vente avec par exemple du personel hautement qualifié engendrant des salaires élevés.

Tout ceci pour vous expliquer la haute cyclicité de la société TransNet.

En résumé – Les Marges de Sécurités

A notre prix d’achat de 0.2142$ Nous avons :

50.92% de marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net-Net
17.77% de marge de scurité sur la Valeur de Mise en Liquidation Volontaire

En conclusion

Après avoir essayer de comprendre le business de la société et en avoir conclu que ses activités sont hautement cycliques, nous ne sommes toujours pas en mesure de savoir si la société augmentera un jour suffisament les volumes de vente de matériel informatique entraînant également son département ”services” pour renouer avec les profits … D’autant que la société se heurte à une concurence tous azimuts : grosses sociétés, micro caps et aussi indépendant pour son segment service.

Par contre, avec une marges de sécurité de 50% sur la VANN et de pratiquement 20% sur la VMLV, les risques de pertes nous semblent limités.

Enfin, sur embellie économique, il nous semble très probable que le bilan sera impacté suffisament, pour faire remonter le cours de la société à sa valeur d’actif net-tangible, sans pour autant que la société soit en profit.

Quelques emplettes

 

Nous garnissons notre caddie petit-à-petit grâce aux importantes liquidités que nous avons retirées de la vente de Netlist.

Ainsi, cette semaine, nous avons renforcé trois lignes de notre portefeuille : Chromcraft, Taitron et Avalon.

Nous avons également acheté, au fil de la semaine, trois « nouveautés » que nous avons dévoilées à nos abonnés.

Enfin, nous n’envisageons toujours pas de conserver une grande part de cash au vu des opportunités que présente toujours Mr Market. Si les énoooormes occasions du début se font rares, il nous semble toujours possible de réaliser de bonnes affaires malgré tout.

Ainsi, au cours des jours qui viennent, nous allons tenter de renforcer à bon compte une ligne déjà existante au sein de notre portefeuille et d’acquérir trois nouvelles daubasses supplémentaires.

Pile je gagne un peu, face je gagne beaucoup

Voilà cher lecteur, le genre de situation dans laquelle les dés sont « pipés » dès le départ puisque le joueur, en l’occurence ici l’investisseur « value », gagne à tous les coups.

C’est exactement ce qui s’est passé avec Netlist. Nous avons acheté quelques actions de cette société le 20 mai 2009 à un prix de revient, frais de courtage inclus de 0,308 usd.

Dans l’analyse que nous vous avions présentée, nous expliquions tout d’abord que notre risque de perte était réduit puisque notre calcul de la valeur de la société en cas de liquidation volontaire était de 0,90 usd (la marge de sécurité par rapport à notre prix d’achat était donc très confortable).

Mais nous expliquions également :  » … si nous restons concentrés sur ses actifs, nous pensons que la société garde un potentiel intéressant par rapport à ses collatéraux d’autant qu’il existe probablement un actif que nous n’avons cependant pas pris en compte faute de pouvoir l’évaluer ou même, plus simplement, de vérifier son existence : il s’agit du « know how » de la société. Ainsi, au cours des 4 dernières années, la société a dépensé plus de 0,90 usd par action en frais de recherche et développement (soit autant que la valeur total d’actif net que nous avons calculée). On peut supposer que ces frais de R&D ont permis à Netlist d’acquérir un savoir-faire qui pourrait intéresser un concurrent. Néanmoins, faute de n’avoir pas encore pu réellement rentabiliser ce savoir faire, nous pensons qu’il ne faut le considérer que comme une « éventuelle cerise sur le gâteau ».  »

En réalité, nous nous sommes trompés car ce n’est pas une cerise qu’il y avait sur ce gâteau mais … une énorme pastèque.

La semaine dernière, Netlist annonçait le lancement d’un « machin-pour-serveur-plein-de-gigas » auquel, reconnaissons le, nous ne comprenions pas grand chose si ce n’est que ça semblait réellement révolutionnaire. Sur cette nouvelle, le cours s’est littéralement envolé, dépassant très rapidement la valeur de mise en liquidation que nous avons calculé (de même d’ailleurs que toutes les autres valeurs).

Nous avons cependant décidé de conserver l’action : non seulement la montée du cours semblait bel et bien reposer sur une information bien tangible, mais elle se faisait dans des volumes très importants et qui allait en augmentant jour après jour (comme si petit-à-petit, les « spécialistes » prenaient la mesure de l’importance de la nouvelle). Cette augmentation progressive des volumes nous laissaient penser que les « connaisseurs » n’achetaient pas sur un « coup de tête spéculatif » mais bien après avoir étudié et analysé la nouvelle.

Ainsi, depuis mercredi dernier, l’équivalent de 100 % du capital de la société a changé de main.

Aujourd’hui, nous avons cependant cédé nos actions au cours de 5,08 usd soit 16,5 fois notre coût d’achat (avant effet devise).

Ceci démontre le cas de figure idéal pour un investisseur « dans la valeur » : si Netlist avait « mal tourné », nous avions tout de même acquis des actifs bien tangibles qui garantissait la valeur de notre investissement mais nous pouvions aussi espérer que la société « tourne bien » et nous permette de « gagner gros ». Bref : pile je gagne un peu, face je gagne beaucoup …

Bien entendu, nous allons prévenir nos abonnés de l’usage que nous allons faire des abondantes liquidités dégagées par la vente de ce « multiple bagger ».

Portefeuille au 13 Novembre 2009 : 354 Jours



– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

– Portefeuille : 55 391,30 € —(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 242,65%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 255,79%
.
Taux de Rotation Annualisé :
% Frais Annualisé :
.
– Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 557,78 € —(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 19,56%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 23,33%
.
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel
.
Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

"Y a d’la joie"

Deux jours après Eon Communications, c’est de Nucryst Pharma dont nous nous séparons aujourd’hui. Délaissée et abandonnée par Mr Market, nous avions recueilli cette pauvre orpheline fin avril au cours de 0,33 dollars. Aujourd’hui, la société Smith & Nephew semble avoir remarqué la vraie valeur de notre protégée puisqu’elle propose aux actionnaires minoritaires la coquette somme de 1,77 usd par action.

N’écoutant que notre grand coeur et notre impatience, nous avons bien volontier cédé aujourd’hui à Mr Market nos actions à 1,70 usd … lui permettant ainsi de grapiller quelques pourcents.

Evidemment, notre watching list n’étant pas encore épuisée, nous allons également pourvoir au remplacement de cette ligne et dévoilerons le nom de l’heureuse élue à nos abonnés dès notre choix effectué.

Cette opération démontre ce que nous tentons d’expliquer aux lecteurs sceptiques quant à notre démarche : il n’est pas nécessaire qu’une de nos actions génère une forte rentabilité dans le futur pour qu’elle nous apporte de jolies plus-value. Une mise en liquidation volontaire ou, comme dans ce cas-ci, une OPA d’un concurent intéressé par des actifs bons marchés nous permettent également une possible sortie « par le haut ».

Double question des lecteurs : Ne vendez-vous pas trop vite ?

.
Certain titres ne sont t’il pas vendu bien trop tôt par rapport au « rattrapage possible « qu’ils pourraient effectuer par rapport à leurs cours normal moyen historique ?

Cette double question d’un fidèle abonné ne manque pas de pertinence. Celui-ci reprend l’exemple de Passat que nous avons vendu à 4,30 euros alors que le cours actuel de l’action se situe au-delà de 8 euros.

Quelle aurait été la performance du PTF Daubasses en n’ayant vendu aucun titre depuis l’origine du 24 Nov 2008 ?

D’une manière générale, ce constat correspond à ce qu’on peut souvent lire au sujet des investisseurs « value » : ceux-ci ont souvent tendance à acheter trop tôt et vendre trop tôt.

Pour répondre à la première question, nous allons d’abord répondre à la deuxième. La performance au 06/11/09 du portefeuille « daubasses », si nous n’avions effectué aucun arbitrage, aurait été de 187,6 % au lieu de 173,4 % effectivement réalisé.

Est-ce à dire que nous n’aurions rien dû arbitrer ? Oui si on se base sur la performance pure, quoique l’essentiel de l’écart se situe dans l’économie de frais de courtage que nous aurions réalisée en l’absence d’opération.

Mais honnêtement, nous ne nous serions pas sentis « à l’aise » car en n’effectuant aucun arbitrage, nous détiendrions aujourd’hui un très grand nombre de sociétés cotant largement au dessus de la valeur de leurs actifs tangibles. Ainsi, nous avons vendu Telestone Technology après avoir multiplié notre investissement par 4,5. Aujourd’hui le cours de l’action se situe à un multiple de 10 de notre prix d’achat ! Mais en l’absence de collatéral, comment aurions-nous pu mesurer les avantages compétitifs de cette société high tech chinoise ?

Modestement, nous nous devons de reconnaître nos limites et celles-ci nous indiquent que déterminer la valeur d’une société au-delà de la valeur de son actif est un exercice périlleux … trop périlleux pour notre gestion de « bon père de famille ».
.