Virez moi cette daubasse !

Temps de lecture estimé : 1 min

.

Une nouvelle vente cette semaine non plus « par le haut » – c’est-à-dire en raison d’une forte hausse du cours qui réduit notre marge de sécurité – mais plutôt « par le bas » – c’est-à-dire en raison d’une dégradation de la valeur de l’entreprise.
.
Il s’agit de Merisel (« société 1 » dans le tableau de la semaine dernière), cotée aux « Pink Sheet » qui a été vendue en raison de la présence massive d’actions privilégiées procurant à leurs détenteurs des droits assez exorbitants en cas d’OPA sur la société. Même si le scénario de l’OPA n’est pas le seul scénario à envisager, nous avons préféré, par prudence, considérer ce droit comme une dette et revoir nos objectifs de cours sur la société et notamment, rectifier sa valeur d’actif net tangible.
.
Les médiocres récents résultats financiers ont achevé de faire fondre la valeur d’actif net tangible pour la ramener à une valeur proche de 0.

Dans cette optique, nous nous sommes débarrassés de cette daubasse (avec une moins value, change et courtage inclus de 24,7 %) qui s’avère être une « vraie » daubasse. Nous en avons profité pour constituer une ligne portant à nouveau sur une « net estate » française. Nos abonnés ont évidemment été tenus au courant « en temps réel » de cet arbitrage.
.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *