Les méthodes de valorisation (4) : la Valeur de la Capacité Bénéficiaire 2e round

Lorsqu’une société veut exercer ses activités, elle a besoin de financer toute une série de biens qui lui sont nécessaires : des immeubles, des installations, des stocks, des créances clients, des brevets, …  Bref, des actifs.

Pour financer ces actifs, la société dispose d’abord de moyens qui sont inhérent à l’exploitation de la société elle-même : les délais utilisés pour payer les fournisseurs, le fait que le personnel est payé à terme échu, des dettes fiscales ou sociales.  Toutes ces « dettes d’exploitation », l’entreprise les obtient sans rien faire ou presque.

Malheureusement, le plus souvent, elles ne suffisent pas à financer tous les actifs de la société.  Il lui faut alors des compléments, c’est ce qu’on appelle des « capitaux investis ».

Ces capitaux investis peuvent être de deux ordres : il peut s’agir des fonds que les actionnaires de la société lui ont procuré ou ont décidé de lui laisser à disposition (en gros, il s’agit donc du capital et des réserves et bénéfices reportés … les fonds propres quoi !). 

Il peut aussi s’agir de capitaux procurés par des tiers, ce sont les dettes financières provenant essentiellement des banques, voir d’emprunts obligataires.

Les fonds propres (qui appartiennent donc aux actionnaires) et les dettes d’exploitation (qui ne coûtent rien et qu’on obtient « sans rien faire ») font donc partie intégrante de la valeur de l’entreprise.  Par contre, les dettes financières que la direction doit contracter pour « boucler » ses financements n’en font pas partie.

De même, certaines sociétés présentent ce qu’on appelle un besoin en fond de roulement négatif.  Nous vous renvoyons ici pour l’explication de cette notion. 

Si dans le cadre d’une évaluation à la casse de la société, ce BFR négatif n’aura aucun impact, dans le cas du calcul de sa capacité bénéficiaire, l’effet sera positif puisque la société pourrait bien disposer d’excédents de cash non nécessaires à son exploitation et qu’elle pourrait donc soit distribuer à ses actionnaires, soit affecter à des projets de croissance.  A contrario des dettes financières, ces liquidités apportent donc un supplément de valeur à l’entreprise.

Tout ceci pour compléter enfin notre formule du calcul de la VCB tel que nous avions commencé à l’élaborer dans notre précédent article.  

Après avoir actualisé les excédents de trésorerie normalisés que nous estimons que la société va générer dans le futur, pour notre part, à cette valeur obtenue, nous ajoutons la trésorerie et les placements de trésorerie de l’actif et soustrayons les dettes financières du passif.

21 réflexions au sujet de « Les méthodes de valorisation (4) : la Valeur de la Capacité Bénéficiaire 2e round »

  1. Bjr les daubasses , J’ai une petite entreprise que je compte agrandir bientot qui génére plus de 200% de retour sur capitaux investies ,voudriez vous que je vous explique mon buisness ? Si oui ,donnez moi votre mail …
    Merci

    sébastien

  2. Bjr Les daubasses,

    En 2001 j’ai réalisé un poulailler de 15 m2 attenant à un enclos grillagé de 500 m2 pour un cout total de 2000 euros ,
    Dans ce poulailler ,je fais deux lots de 270 poulets ,soit 540 poulets par an,
    un poulet pret à cuire génére une marge de 9 euros net d’impots et charges sociales soit 4860 euros de bénéfice par an ,
    Ou un retour sur capital de 4860/2000 = 243%,=240%
    je vais passer bientot à 300 poulets par lot et agrandir mon batiment de 5m2 ,mais le retour sur capitaux investis sera égal ,

    A titre de comparaison un grand poulailler industriel rapporte une marge net non supérieur mais avec 180 000 euros voir 200 000 euros de capitaux investis avec un stress inouie car la marge se compte en 1 ou 2% seulement et la moindre erreur se traduit immediatement en déficit ,,,

    Cordialement,

    Sébastien

  3. Ah ah on se marre un peu chez les daubasses.

    UN poulet fait en moyenne 2 kg et dans ce type d’élevage (540 dans 15m2) le prix du poulet doit être dans les 5-10€. On peut alors avoir 9 euros de marge sur un poulet si il bouffe pour 1 euro.

    ON a bien 240% de marge.

    Mais bien sur, le terrain ne coûte rien, les poules dorment a la belle étoile, on a un sans papier qui s’occupe des poules, poules qui ne sont d’ailleurs jamais malade. Le vendeur n’est jamais payé lui non plus, et il part sur les marchés avec un vélo et une remorque, comme ça pas de frais de voiture, d’essence et d’assurance. Le comptable est bénévole, c’est celui qui s’occupe de l’association couture du village.

    Vous faites de la pub pour les spammeurs du dimanche chez les daubasses ?

  4. Dans les bilans que j’ai sur boursorama.com, je ne trouve jamais la dénomination « dettes financieres » mais des dettes courantes et non courantes. Lesquelles sont-elles les dettes financières dont vous parlez ?

    1. Bonjour Nanard,

      Aucune des deux. Vous pouvez trouver des dettes financières à la fois dans les dettes courantes (qui sont des dettes à court terme) et non courantes (qui sont des dettes à long terme).

      De toute manière, il vaut mieux toujours vérifier les chiffres issus de bases de données (que ce soit Boursorama, Yahoo Finances, MSN ou d’autres) : il y a parfois des erreurs qui s’y glissent. Le mieux est de vérifier sur les rapports financiers complets publiés par la société ou, pour les sociétés US, sur les « SEC Fillings ». Les dettes financières sont, en principe, parfaitement isolées sur ces comptes complets.

  5. Ma réponse à executive branleur …

    Non pas 540 poulets ds 15 m2 mais 270 poulets ,ils sont un peu tassées la nuit mais comme ils sortent dehors le jour cela n’est pas trés génant .
    500 m2 de terrain coute vers chez moi comme cest du terrain agricole environ 120 euros .
    Mes poulets font 2.8 kilos de moyenne ils sont tués entre 4 et 5 mois maxi et pas 2 kg .
    De plus mes frais d’essence pour livrer mes poulets sont integrés ds mes charges ,comme mon aliment de demarrage poussins ,mon blé tout est intégré ,toutes mes charges sont intégrés .
    cordialement

    Sébastien

  6. Bjr ,

    La performance du portefeuille « super daubasse » ,est de combien depuis sa création ?.
    Car vous n’affichez pas ce dernier .
    Merci et bravo pour votre site !

    Sébastien

  7. Bjr ,
    je vais etre abonné daubasses dans les semaines à venir …
    Mon courtier online ne peut faire passer des ordres que sur NYSE, Nasdaq et Amex , il ne fait pas le hors-cote .
    sinon quels courtiers me recommandez vous? dernière question aussi valable pour les francais ayant un compte chez un courtier francais ?.
    Cordialement.

    Sébastien

  8. Bonjour sfourne!

    Personnellement je suis chez Fortuneo et j’en suis globalement satisfait. J’ai juste dû « truquer » les réponses à un questionnaire permettant de déterminer si on est apte à investir sur certains marchés.
    Ils font vraiment de l’excès de zèle sur ce point mais bon, on peut modifier ses réponses jusqu’à avoir accès aux marchés américains.

  9. Olivier

    Donc vous avez pu passer tous les ordres de tous les marchés chez fortuneo ?.
    Sinon au crédit agricole il peuvent faire du courtage sur actions hors europe à un taux de ,tenez vous bien  » 1.4 % » soit 2.8% A/R ….!!!.
    Merci

    Sébastien

  10. Bonjour Sébastien,

    j’ai pu passer des ordres sur pas mal de valeurs du portefeuille proposé par les daubasses. Actuellement, je détiens 11 valeurs estampillées daubasses non françaises.

    Certaines, plutôt rares, ne sont pas accessibles mais ça ne me pose pas de problème car ce sont généralement les plus illiquides et je pense qu’il serait assez difficile d’exécuter un ordre pour un montant qui me convienne.
    Fortuneo facture 0,24 % par ordre US mais avec un minimum de 16,74 € (respectivement 0,36 % min. 35,88 € pour les marchés européens principaux hors euronext) donc je préfère éviter les minuscules exécutions d’ordre.

    J’avais quelques doutes, juste après avoir souscrit au forfait premium, sur la réussite dans la pratique de la méthode des daubasses à cause de la faible liquidité des titres proposés mais j’ai vite changé d’avis. Finalement j’ai pu me constituer des lignes conséquentes et suis tout à fait satisfait des performances enregistrées.
    Je trouve vraiment qu’ils font du très bon travail et le blog est excellent.

    Bon, j’arrête de leur lancer des fleurs 😉

    A+

  11. Donc pour être clair, oui, j’ai pu passer tous mes ordres US (environ 20 actions différentes de type daubasses achetées à un moment ou un autre), british (1 action) et italiens (1 action aussi) sur fortuneo.

  12. Olivier ,

    je suis abonné mardi prochain.
    Moi aussi je préfére ds des actions liquides ,et d’apres ce que j’ai pu voir pas mal le sont .
    Cordialement.

    Sébastien

  13. Bonsoir ,

    Que pensez des daubasses possédant des résultats ajustés faible (ou négatif) et une trésorerie nette très importante avec peu de dettes ? Toute sa valeur (VCB) tient uniquement de sa forte trésorerie et du peu de dettes et n’est pas été en mesure par le passé de démontrer qu’elle est capable de générer des bénéfices.

    A+

    1. Bonjour Thomas,

      Pour nous, la VCB seule ne veut rien dire … pas plus que la capacité passée de la direction a créer de la rentabilité. Ce qui nous intéresse, ce sont les actifs tangibles en garantie de notre investissement. La VCB seule ne déclenchera pas une vente pour notre propre portefeuille, qu’elle repose sur une forte capacité bénéficiaire de l’entreprise ou sur sa tirelire. Nous la calculerons uniquement comme indication complémentaire. Ceci dit, si sa VCB est élevée uniquement en raison d’une trésorerie abondante, il nous semble qu’il faudrait au moins vérifier si cette trésorerie appartient aux actionnaires ou, en réalité, à des créanciers tiers (comme, par exemple, pour un certain nombre de sociétés BTP qui ont une trésorerie abondante essentiellement grâce aux acomptes versés par les clients et non grâce à des fonds propres élevés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.