Portefeuille au 14 Mai 2010 : 1 an et 171 jours

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir
  • Portefeuille : 94.404,12 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 483,99%
  •  
  • Rendement Annualisé : 232,58%
  • Rendement 2010 : 48,35%
  •  
  • Rendement 2009 : 308,74%
  •  
  • Taux de Rotation Annualisé : 80,38%
  • % Frais Annualisé : 1,87%
  • Effet Devise Total : 10,80%

 

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : 22.792,78 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 39,33%
  •  
  • Rendement Annualisé : 25,34%
  • Rendement 2010 : 10,71%
  •  
  • Rendement 2009 : 29,82%
 * Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

 Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

Print Friendly, PDF & Email

8 réflexions au sujet de « Portefeuille au 14 Mai 2010 : 1 an et 171 jours »

  1. Merci l’euro 🙂

    Je crois que tous ceux d’entre nous qui ont du dollar sont bien contents de vous l’euro se faire « massacrer ». Même en ces temps d’incertitude sur les marchés, qui se traduisent par une grande volatilité à la hausse comme à la baisse, la performance de nos portefeuilles continue à s’améliorer grâce à l’euro!

    1. Bonjour Edouard,

      Effectivement, depuis quelques semaines, l’effet « devises » nous est particulièrement favorable. Notez cependant que l’euro n’est que 2,6 % moins cher que lorsque nous avons démarré notre portefeuille, le 26 novembre 2008.

      Et pour tout vous dire, nous continuons à penser que sur le très long terme, cet effet restera marginal par rapport à la rentabilité globale comme nous l’expliquions d’ailleurs ici .

  2. Rebjr

    Connaissez vs la performance d’une strategie comme la votre non pas depuis fin 2008 mais 1 ou 2 decennies avant?
    salutations.

    Sébastien

    1. Bonjour Sébastien,

      Selon nous, il y a autant d’approches différentes que d’investisseurs car chacun utilisera les mêmes données de manières différentes en fonction de son tempérament, de ses qualités ou de sa disponibilité.

      Il n’empêche que nous avions présenté plusieurs calculs de « rétroperformances » basés sur des sous évaluation patrimoniale et s’approchant donc assez fort de ce que nous faisons. Vous pourrez, par exemple, lire ici ce qu’a rapporté une approche « net net » automatique, ici la rétroperformance d’une sélection automatique d’actions sous évaluées par rapport à leur valeur d’actif net et ici un back test sur les titres les plus massacrés.

  3. Edouard,

    Se réjouir des problèmes de l’Euro est avoir une vision assez courte des problèmes que l’Europe traverse en ce moment et nous reparlerons de votre joie mal placée lorsque l’inflation arrivera au galop pour gommer les excès. Je souhaite que vos revenus puissent d’adapter en conséquence, le cas échéant, votre rire virera rapidement au jaune.

    Je rejoins l’équipe des Daubasses pour dire que, sur le long terme, l’effet devise devrait être marginal. Depuis 1999, j’ai tout entendu sur le couple Euro / Dollar, tout cela pour finalement être en 2010 au même niveau qu’au lancement de la monnaie unique !

    1. Bonjour Thierry,

      Comme tu le sais, nous ne sommes pas des passionnés de la macro économie.

      Il n’empêche que la situation des finances publiques des états de la zone euro étant ce qu’elle est, une perte de valeur de l’euro par rapport aux autres devises n’est peut-être pas une mauvaise voie pour tenter d’éviter le scénario du pire que certains entrevoient grâce notamment aux conséquences possibles de cette dépréciation c’est-à-dire :

      – diminution de la valeur des dettes à rembourser
      – amélioration des balances commerciales

      Reste à espérer que nos créanciers et fournisseurs de matières premières acceptent d’être payés en monnaie dépréciée … d’où l’importance pour nos gouvernants de maîtriser cette dévaluation.

      Il s’agirait d’une manière de pratiquer une « austérité » de toute manière nécessaire mais d’une manière politiquement plus acceptable pour les électeurs.

      Ceci dit, ce n’est qu’un avis d’ailleurs pas très autorisé et qui n’influence, pour notre part, nullement notre philosophie d’investissement.

  4. Thierry,

    Je ne dis pas que ce qui arrive à l’euro est bien ou mal, je lui dis juste merci. En effet, l’inflation guette la zone euro et nous allons probablement entrer dans une période très inflationniste que la BCE aura du mal à maitriser.

    Cependant, la compétitivité de la zone euro est fortement dépendante de la valeur de sa monnaie. Comme l’a dit l’équipe des daubasses, cette dévaluation est un facteur majeur de l’amélioration des balances commerciales. Ceci est un mal nécessaire pour sortir de la récession mais pour sortir aussi de cette décennie de croissance molle.

    Nous ne sommes qu’au début d’une crise sans précédent, ce qui rend les prévisions sur le long terme particulièrement incertaines. Ce que l’UE fait en ce moment, à travers ses plans de rigueur, est un mal nécessaire pour corriger des décennies de « laisser-aller ». Les Européens vont être au régime, et les américains le seront aussi un jour où l’autre (les USA sont plus endettés que la Grèce), même si pour l’instant, ils sont plus dans l’inaction que dans l’action.

    Je vous recommande cet excellent article:

    http://lupus1.wordpress.com/2010/05/07/hans-werner-sinn-la-rigueur-budgetaire-ne-sauvera-pas-la-grece/

  5. Bonjour à tous,

    Nous sommes tous d’accord pour dire que la dévaluation de l’Euro est un mal nécessaire. Je ne disais pas autre chose en prédisant une inflation élevée, si l’Euro vaut moins, il faudra en sortir plus pour acheter du pétrole, du sucre, du café, des métaux…
    On parle d’inflation importée.

    Je partage l’avis d’Edouard quant au fait que nous entrons dans une nouvelle crise sérieuse. Mais je suis également de l’avis des Daubasses quant à l’incidence sur ma politique d’investissement, je ne tiens pas compte de cet élément dans ma gestion « actions », je pense que mes sociétés s’adapteront.

    Bien à vous,

    Thierry.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *