Arrêtez de nous prendre pour des Gourous… !!!!

                                                                                                                                                                           

Nous sommes conscients, cher lecteur, que cela sonne un peu comme une chanson paillarde en plein milieu d’une sonate pour clavecin de Jean-Sébastien Bach. Le pire, si l’on peut dire, c’est que pour une fois, nous ne nous adressons pas à l’ensemble de nos lecteurs avec ce petit texte, mais à une petit frange particulière qui semble vouloir nous transformer en géométridé phosphorescent capable de transformer d’un battement d’aile un petit rêve anodin en un gigantesque « Dance Floor » boosté à la lumière stroboscopique d’une pompe à Euros !

 Nous avons tant bien que mal essayé de voir si nous pouvions nous encadrer dans la grille géante offerte par le marché financier en matière de « gouroutisation ». Voici donc ce que propose le marché.

Les Gourous « lapins »

Ce type de gourou se reproduit à la vitesse de la lumière sans la moindre copulation. Ce gourou est principalement issu de la culture internet. On en rencontre généralement un, voire deux et même trois sur chaque forum boursier dédié à une société ou à un support particulier.

Il est très simple de devenir un « gourou lapin » : il vous suffit de prédire, par exemple, au centième près, le cours de clôture du CAC ou de l’or trois fois sur le même mois ou encore de faire un graphique AT hermétique que personne ne comprend  et d’y décrire des « spectres » du genre Clé de sol, Queue de pigeon, Sale Traînée … certains font même appel aux bougies d’Asie avec du wasabi rouge et vert entrelacé d’ombres érotiques et douloureuses !

 C’est un gourou que l’on admire en général sur une UT  (Unité de Temps) très limitée car il fini par s’emmêler les pinceaux puis il est insulté et roulé dans la fange. Mais ensuite et très rapidement, un autre gourou émerge … séduit et s’impose, avant de subir l’inévitable et même sort.

Ce type de « gourou lapin » est en fait à la fois interchangeable et immortel, ses deux principales qualités.

Les gourous « Pampers »

Vous reconnaîtrez très facilement les gourous « Pampers » à leur odeur d’ours mal lavé et à leur humeur de Grizzli. Pour eux c’est le « No futur » permanent. Quand tout va bien cela finira par aller mal et quand tout va mal, cela ne pourra aller qu’encore plus mal !

Bien entendu et parfois en plus de leur diplôme de docteur en macro économie ou de leur fonction universitaire, ils vous enfoncent à coup de marteau et 10 ans s’il le faut qu’ils sont juste réalistes sur une situation qu’ils ont compris bien avant les autres.

La notion de temps ou timing chez les gourous « Pampers » est empruntée directement au Navajo. Nous nous sommes longtemps demandés quelle était la raison de l’appellation « Pampers » chez ce type de gourou.  En fait ceci est lié étroitement à leur notion du temps. Comme ils recadrent semaine après semaine sur leur blog ou dans des articles des catastrophes imminentes voir même la fin du monde financier, leurs fans finissent par devenir incontinents.

Le schéma mental du gourou « Pampers », c’est un peu comme dans une blague où l’on fait semblant d’être terrassé par un infarctus du myocarde en tombant de sa chaise : l’assemblée frissonne de peur la première fois.  La seconde fois, l’assemblée frissonne de peur sur l’effet de surprise mais se rappelle aussitôt que la fois précédente, c’était une bonne blague qui avait bien fait peur.  La troisième fois et les fois suivantes, tout le monde sait que c’est une blague et y fait à peine attention ! Le problème c’est que si le farceur avait une vrai attaque du cardiaque, tout le monde penserait que c’est une X ième blague sans importance alors que ce serait fatal…

Et c’est exactement ce qui se produit avec le gourou « Pampers » : à force de répétition, personne ne le prend plus au sérieux quand l’un ou l’autre problème devient réalité.

Ce qui trompe finalement les fans, c’est l’impression d’auto-réalisation à un moment ou un autre. C’est à ce moment-là que le gourou « Pampers » se glorifie de son réalisme et parfois même de son instinct prédictif, sans la moindre faille…même s’il oublie qu’un Touareg du Sahara qui répèterait chaque jour  « il va pleuvoir demain » possède le même réalisme et un instinct prédictif aussi pointu que lui.

De notre point de vue, c’est le type de gourou à l’appellation d’origine la plus incontrôlée qu’il soit et d’une inutilité béante bien qu’il parvienne à faire illusion une fois ou deux dans sa vie.

Les gourous « Magiques »

Là, tout devient beaucoup plus sérieux. Car ces gourous sont  très forts, dans le sens où ils peuvent même être millionnaires en dollars, ce qui n’est pas le cas dans les deux catégories précédentes.  Et c’est évidemment avec cela qu’ils gonflent leur réputation comme une cornemuse imbibée au single malt !

Le problème avec ces gourous « magiques », c’est surtout l’épais brouillard qu’ils entretiennent, à tous les niveaux.  Quand vous voulez entrer dans le détail de leurs performances, c’est le hammam : jamais vous ne trouverez noir sur blanc leur rendement annualisé à très long terme.

Quand ils écrivent un bouquin sur leur méthode dans le but charitable d’aider le quidam, ils parlent d’alchimie, de fiole mathématique d’où s’échappent les plans fumeux de la route du Graal.

Vous vous demanderez peut-être à ce stade comment devient-on gourou « magique », si le black out est à l’honneur sur les performances et si l’on est incapable d’expliquer un tant soit peu ce que l’on fait.

En fait, il y a trois axes principaux.

Le premier est d’organiser une vaste « rave party », basses à donf avec snifette et Cristal  Roederer à volonté, à chaque fois que vous gagnez. L’exemple qui nous vient à l’esprit : vous gagnez en pariant à la baisse sur la livre Sterling. Et lors de la « rave party », vous expliquez en long et en large, sur un rythme techno que vous avez fait trembler à vous tous seul la banque d’Angleterre.

Le principal n’est ni votre gain, ni ce que vous débitez. Le principal, c’est que cela reste dans les esprits un minimum de 25 ans … A partir de là vous préparez le second axe qui fera de vous un gourou « Magique ».

Ce second axe est lié à la croyance.  Comme vous mettez soigneusement en avant vos gains et simulez une rage de dents quand on vous interroge sur vos pertes, vous parvenez à construire des dogmes puissants que vos admirateurs gobent avec gourmandise.  Un gourou « magique » doit revêtir la toge de l’éternel gagnant … et donc faire en sorte que l’on ne se pose aucune question à son sujet, qu’il ait perdu, ou que la Place Rouge l’ai fait trembler autant qu’il avait fait trembler seul la banque d’Angleterre ne change rien.  Pour contrer tout non croyant, vous avez aussi la possibilité de lancer vos millions en pâture, cela vous assure une aura difficilement contestable même si vous avez été condamné pour délit d’initiés et même si vous avez été initié sans être condamné.

Le troisième axe est le plus simple à construire si vous avez bien construit les deux premiers, mais c’est le plus important car c’est lui qui vous permet de passer de temps à autre à la caisse. Tout ce que vous dites doit être pris au sérieux que vous le disiez parce que vous avez pris position à la hausse ou à la baisse pour votre propre compte, alimente votre compte d’abord.  Le reste n’a pas la moindre importance.

Si en plus vous êtes charitable ou ronger de remords, c’est pareil, ce sera parfait, pour amuser l’immense galerie.

Le problème, cher lecteur, c’est que ces gourous « magiques » ne respectent pas la moindre règle, dans aucun domaine, alors que tout investisseur lambda doit en respecter. De notre point de vue, hormis alimenter une conversation dans un cocktail Sangria, le gourou « magique » ne vous aidera jamais à prendre une bonne décision dans un investissement, tout simplement parce qu’il roule seulement pour lui.

Voilà, cher lecteur, un petit extrait du journal « Tranche de gourou » sur les  trois types de gourous que propose le monde financier. Il va sans dire qu’avec la meilleure volonté du monde nous ne nous encadrons dans aucun type.

Les questions qui nous taraudent finalement le plus à défaut de pouvoir nous encadrer dans une des trois catégories, c’est : « A quoi sert un gourou ? » et « Pourquoi une certaine catégorie d’investisseur a-t-elle besoin d’un gourou pour investir ? »

A quoi sert donc un gourou et pourquoi une certaine catégorie d’investisseur a-t-elle besoin d’un gourou pour investir ?

Nous pensons qu’un Gourou sert surtout à faire perdre de l’argent même si 95% des investisseurs seraient prêts à penser le contraire.

La meilleure manière de perdre de l’argent, c’est en fait de ne pas réfléchir par soi même à une méthode d’investissement que vous comprenez bien et que vous pouvez appliquer avec un maximum de discipline.

Attention tout de même au point principal qui est de bien comprendre et de pouvoir appliquer avec discipline car une certaine tranche d’investisseurs amateurs et professionnels, au lieu de s’inspirer et d’aménager une méthode d’investissement à partir de certaines explications claires et précises, sont incapables de juger leur niveau de compréhension et de discipline.

Ce type d’investisseur « gouroutise » alors inconsciemment. Et nous avons deux exemples précis à vous proposer.

Le premier c’est Warren Buffett. Moins gourou que Warren Buffett, en rapport avec sa réussite, selon nous, tu meurs. Et pourtant Warren est « gouroutisé » à toutes les sauces. Et c’est principalement dû au fait qu’il a expliqué en long et en large 95% de sa méthode d’investissement.

« Gouroutiser » Warren Buffett, c’est investir à long terme en ayant compris à moitié, et nous sommes aimables car c’est souvent à moins de 5%, la société dans laquelle on investit.  Nous sommes souvent sidérés quand on examine les noms des sociétés qui figurent dans des portefeuilles de fans de Buffett … sidérés surtout par un niveau de compréhension qui dépasse de très loin celui de Warren en personne.  Il n’est pas rare de voir des sociétés aux produits extrêmement complexes figurer dans ce genre de portefeuille, des biotechs  ou des nanotechs côtoient parfois des sociétés aux activités plus simple à comprendre mais qui demandent pas mal d’efforts (pas mal d’efforts c’est plusieurs années !)

Le second exemple est assez éloigné de l’univers « value » des Daubasses mais il nous semble assez parlant sur la manière de « gouroutiser » une méthode de trader.

Il s’agit de la publication détaillée de la méthode du groupe de traders appelé « The Turtles ».  Les tortues, en français, qui ont sévi et gagné des millions de dollars dans les années 80.

Nous  passons sur les détails de leur histoire que vous pourrez facilement trouver sur le net.  Mais en gros, c’est l’histoire de Richard Dennis et William Eckhardt, les fondateurs de ce groupe de Trader, qui se mettent en tête de mettre au point une stratégie de trading … jusque là rien de bien original. Mais surtout de la faire appliquer par 15-20 personnes, avec succès. Ce qui a effectivement été réalisé.  Mais comment ?

….R.D……………………………..……………………………….…..W.E……………………………………………………………

Et bien seulement en suivant la méthode mise au point avec discipline.  C’est aussi simple que cela.

La méthode était expliquée au trader qui devait l’appliquer dans  les moindres détails. Et une solution écrite était à disposition dans toutes les situations possibles.  Laissant donc une place infime aux émotions et aux décisions personnelles.

L’expérience des « Turtles » montre surtout que si ces traders n’avaient pas été encadrés par Richard Dennis et William Eckhardt, ils auraient sans doute échoués. Plusieurs traders ont d’ailleurs été exclus pour ne pas avoir suivi à la lettre le process ou encore pour avoir laissé leur émotion prendre le dessus sur une des deux solutions proposées.

William Eckhardt dit d’ailleurs à la fin de la longue explication de sa méthode qu’il est persuadé que peu de monde, même avec toutes les clés en main, aura la discipline de l’appliquer à la lettre et que sans cette discipline il n’y a pas le moindre espoir de gain.

Ces deux petits exemples, chers lecteurs, pour que vous compreniez bien les pièges de la « gouroutisation » facile et des éventuels problèmes que cela pourrait vous créer. Sans compréhension réelle et sans discipline, vous ne réussirez jamais à devenir un investisseur qui gagne de l’argent.

La gouroutisation est un manque de lucidité absolue sur soi-même, une béquille intellectuelle. Au lieu de vous poser des questions essentielles et des réponses qui peuvent faire mal à première vue mais qui vous seront au combien bénéfique à plus long terme, vous vous posez des questions essentielles sans doute mais vous apportez des réponses complaisantes envers vous même.

Nous vous conseillons de lire la réflexion introspective éblouissante de notre ami Phil sur  la lucidité d’un investisseur, comme départ à vos réflexions. http://www.entrepreneurboursier.com/2010/05/01/je-suis-un-speculateur/

Un gourou, vous l’aurez compris chers lecteurs, sert principalement à vous apporter le petit déjeuner au lit, après 13H30.  Il vous débarbouille aussi le nez puis vous sort de votre torpeur en vous branchant sur votre radio préférée.  Vous n’avez pas besoin de réfléchir, il le fait pour vous.

Nous avons en fait eu l’idée de ce petit texte après la lecture, au hasard d’un forum, d’un post, véridique, à notre sujet, qui dépassait l’entendement et surtout qui n’avait rien à voir avec notre idée de départ sur l’investissement selon Benjamin Graham.  Voici en gros ce que disait ce forumeur que nous ne voulons en aucun cas froisser mais juste lui dire avec humour et réalisme qu’il est a côté de ses pompes comme sont à côté de leurs pompes tous nos lecteurs qui ne font pas l’effort de comprendre notre approche alors que nous l’avons détaillée sur plusieurs dizaine de pages tout au long de ce blog.

Voici donc ce que disait notre ami P240, sur un forum……

– Vous avez vu GEPY, les gars, je crois que Les Daubasses viennent de rentrer dessus ! vu leur perf 2009 , il est tentant de les suivre …

– Ah bon, et comment tu sais qu’ils ont acheté ?

– Ben regarde sur leur blog la société 13 qui est masquée est aussi à 0.65$…..

– T’es bien sûr ?

– Je vais entrer en contact avec eux pour qu’ils me le confirment

– IN … en espérant que les daubasses sont bien rentrées dessus.

Cher ami, nous vous confirmons bien que nous n’avons pas acheté cette société dont vous parlez … et que même si nous l’avions achetée, ce ne serait en aucun cas une raison suffisante pour que vous l’achetiez.

Il faut surtout que vous compreniez que les + 463.06% depuis le 24 Novembre 2008 nous appartiennent mais ne vous sont d’aucune utilité pour gagner de l’argent si vous êtes intéressé par l’approche de Ben Graham.

Par contre, nous vous donnons, sur notre blog, une multitude d’explications et d’illustrations sur notre manière d’appliquer cette approche qui peuvent  vous servir à gagner de l’argent et ces explications vous sont offertes gratuitement.

Cette idée de faire partager notre méthode était un des axes principaux de notre idée de faire un blog au départ de l’aventure. Nous fournissons en plus un petit service à nos abonnés en leur faisant bénéficier de listes grâce auxquelles ils peuvent commencer rapidement à travailler car toutes les sociétés qui y figurent correspondent à nos critères.

Nous avons répondu également et depuis le début à d’innombrable questions techniques et comptables pour lesquelles il subsiste des zones d’ombres et d’incompréhension afin de vous permettre d’investir selon Ben Graham en comprenant bien tout les détails que vous soyez abonné ou pas et ce, même si notre temps disponible n’est pas extensible à l’infini !

Nous répétons à longueur de mail ou de réponse sur notre blog que nous vous expliquons volontiers ce que nous faisons mais en aucun cas ce que vous devez faire. Car nous ne sommes ni dans votre situation, ni en mesure de réfléchir à votre place sur ce qui vous convient le mieux en matière d’investissement.

Vous nous gouroutisez parce que notre compteur est à +463.06%, en 18 mois, nous ne saurons pas l’empêcher forcément !  Mais nous éprouvons nettement plus de plaisir à partager avec vous des réflexions sur l’investissement, voire à vous fournir quelques noms de sociétés pour vous faire gagner du temps et, nous l’espérons, de l’argent.

C’est pourquoi aujourd’hui, pour paraphraser l’immortel Daniel Balavoine, nous voudrions crier : « NOUS N’SOMMES PAS DES GOUROUS »

Tant que nous en sommes à évoquer ce qu’on dit de nous sur la toile, vous pourrez trouver un petit florilège de commentaires au sujet de notre travail, la plupart aimables et encourageants et d’autres plus critiques.  Enfin, certains qui démontrent que leurs auteurs n’ont peut-être pas pris la peine, tout comme notre ami P240, de lire notre blog en profondeur.

6 réflexions au sujet de « Arrêtez de nous prendre pour des Gourous… !!!! »

  1. Cela dit il est vrai qu’à la vue de votre performance, vous méritez largement d’être « gouroutisé » !

    Bravo les chasseurs de Daubasses ! 😉

  2. Le florilège des commentaires est particulièrement amusant.
    C’est tout à fait révélateur de la manière qu’ont les gens de réfléchir et d’investir.
    « Le fait que ce blog ait pour nom Daubasses montre bien que ce blog doit être pris au second degré… »
    Et pourtant, il suffit de lire seulement 1 ou 2 articles de ce blog pour s’apercevoir que c’est une mine d’or.

    Je suis à chaque fois frappé par le fait que vous deviez constamment avertir que vos ne donnez pas de conseils, que vous expliquez juste la méthode d’investissement que vous empruntez et les choix de titres qui en découlent, que chacun doit investir selon ses propres critères…
    Je me dis que ça doit être lassant à la longue.
    En lisant les commentaires, je me rends compte que c’est nécessaire mais malheureusement pas forcément suffisant pour faire en sorte pour que tous les visiteurs du blog intègrent ces principes de base.

    J’ai bien aimé le commentaire de la personne qui déclare avoir plus appris en lisant ce blog qu’en lisant pas mal de livres. Je partage cet avis.

  3. Hello,

    Certains commentaires dans « http://www.daubasses.com/ce-que-lon-dit-de-nous » sont d’une mauvaise foi hallucinante. Leur analyse du site des daubasses est puéril : « c’est une performance a posteriori » … « n’ont-ils pas prepare 15 sites suivant des strategies variees, et markete seulement celui qui a marché ? ».

    Tout ça m’a bien fait rire. Merci à eux ! 🙂

    Appartenant au groupe Valeur et Conviction (dont est issu le groupe des daubasses) depuis maintenant quelques années (et oui !!), j’atteste que la réflexion sur l’investissement des daubasses a été murie longuement et que le site – tout comme le portefeuille – est sorti d’un œuf qui a été couvé à son terme !

    Certains vous reprochent que le time-market est excellent… Tant mieux ! Je ne comprends pas…

    J’ai tout particulièrement apprécié le commentaire du boursicoteur qui est 18h par jour devant son « usine à gaz » comme il dit à faire des arbitrages dans tous les sens. Je l’imagine en train de fulminer devant son pc et de regarder la performance des Daubasses. Amusant.

    A bientôt et merci encore.

    PS : ce commentaire est spontané et nullement intéressé.

    CDLT,
    Franck de Valeur et Profit

  4. J’avais dans la tête une idée de blogue qui allait s’intitulé « L’adulation n’est pas une méthode d’investissement ». Mais après avoir lu votre texte, je crois que ce n’est plus nécessaire de l’écrire 🙂

    Les gens sous-estiment vraiment la complexité et la rigueur intellectuelle des méthodes de Buffett et Graham. Dans le cas de Ben Graham, sans être un expert, j’ai vraiment l’impression qu’on ne peut pas faire de « l’à peu près Graham »… Il faut appliquer sa méthode avec rigueur (et avec la diversification appropriée) ou ne pas y toucher…

    Phil

    1. Merci à tous les quatre pour vos encouragements.

      C’est vrai Franck que notre approche est le fruit d’une très longue réflexion que nous avons menée ensemble au sein de notre petit groupe « Valeur et Conviction » mais aussi des enseignements que nous avons tirés de nos réussites et surtout de nos échecs passés.

      Désolé Philippe de t’avoir « coupé l’herbe sous le pied ». 🙂 Mais rien ne t’empêche de faire valoir ton point de vue qui n’est d’ailleurs probablement pas strictement identique au nôtre.

  5. Merci pour ce texte non dénoué d’un certain sens de l’humour ! Dans détailler les différents styles de gourous, c’est exactement ce qui se passe sur les plateformes de trading socials. Les gens suivent les « gourous ». Quand ils gagnent, c’est parce qu’ils ont choisi quisuivre avec discernement. Mais quand ils perdent, c’est la faute au gourou. Pratique finalement pour la psychologie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.