Pierre Louis² Franck Daubasse : 2 ans déjà… !!!! (2e partie)

15 jours plus tard…

 

Nous avions rendez-vous à 9h30 précise au cœur des Ardennes, chez le plus grand des deux Louis. En fait par soucis d’économie, nous avions décidé de ne prendre qu’une seule voiture pour nous rendre à Paris. Le débat concernant la voiture que nous prendrions pour aller à ce rendez-vous fut assez bref, ma Dacia franco-roumaine fut pratiquement éliminée au départ et après une vague hésitation entre la golf du plus petit des deux Louis et les chevaux de trait ardennais du plus grand des deux Louis, ce sont finalement les montures belges qui fut choisies … par soucis d’économie. C’est vrai que niveau essence, il n’y a pas plus économique

Nous sommes finalement arrivés dans le parking du Pré Catelan à 11h29 exactement trois jours plus tard et nous avons « garé » nos étalons à côté de la voiture de Franck, une vieille R16 qui semblait d’origine… Nous étions tout les trois vêtu de costume sombres – légèrement détrempés par la pluie qui nous avait surpris sur le trajet -, de chemises blanches, cravates et nous tenions au bout du bras droit des petites mallettes en cuir noir dans lesquelles était parfaitement ficelés nos dossiers respectifs. Nous avions tous l’air concentrés et parfaitement à jeun.

En venant à notre rencontre, Franck s’est fendu d’un large sourire. « On dirait que vous allez lancer dans les minutes qui suivent une OPA hostile sur le Berkshire Hattaway les gars ! », a dit Franck en nous serrant la main.

–         « Vous avez l’air tellement sérieux !

–         En fait nous ne t’en avons pas parlé, mais c’est exactement ce que nous avions décidé de  faire », a répliqué le plus grand des deux Louis.

–         Mais évidemment comme tu es en jean-baskets, j’ai l’impression qu’il va falloir remettre cela à plus tard… »

Deux majordomes nous ont conduit à la table réservée par Franck dans la grande salle à la décoration somptueuse. Ce restaurant étoilé était en fait installé dans  un pavillon Napoléon 3, en plein cœur du bois de Boulogne et dirigé par le chef Frédéric Antan qui avait travaillé plusieurs années avec Joël Robluchon qui était le cuisinier Français préféré des Daubasses, pour la simple raison qu’il avait été en mesure de revisiter la purée de pomme de terre pour en faire une pure merveille : un met extra galactique !! Un peu comme nous avions revisité Ben Graham pour créer les Daubasses… dans un tout autre registre !

Comme nous n’étions malheureusement pas là pour parler gastronomie, Franck a commandé 2 bouteilles d’eau minérale San Pé’ et 4 menus du Pré, sans attendre.

« Comment s’est passé votre chasse aux écoles ? », a demandé le plus petit des deux Louis. Nous avons tous répondu sans problème sauf le plus grand des deux Louis qui nous a expliqué avoir du visité 6 établissements, avant de pouvoir en trouver un qui correspondait plus ou moins à ses critères. « Et encore, a-t-il ajouté, je ne suis pas certain que cela soit top… ».

Quatre serveurs nous ont amené le premier plat. « Messieurs bonjours », a dit un majordome, « le premier plat est un crabe cuit en coque », accompagné d’une fine gelée de corail et de caviar de France, baigné dans une soupe légère au fenouil.

–         « Bon appétit !.

–         Merci ! », avons nous répliqué en cœur.

« C’est tout de même dommage de ne pouvoir accompagner ce crustacé avec un Sancerre bien frais ! », rétorqua Franck à la vue des victuailles. « Nous avons à parler sérieusement, et pour une fois, nous nous contenterons d’une bonne eau gazeuse… », dis-je en faisant la moue.

« Cela a l’air délicieux ! », a dit le plus grand des deux Louis. Avant d’attaquer. « Qui commence ? » a demandé Franck. « Je veux bien commencer » a proposé le plus petit des deux Louis. « Ok on t’écoute ».

« J’ai donc choisi, en périphérie Bruxelloise, mais en région Flamande dans la commune de Dilbeek, het Konijn Athénée… ».

« En un mot, l’athénée Royale de Dilbeek », ai-je dit, « une traduction pour Franck, me semble nécessaire ! ».

« Pierre, tu n’y es pas du tout, depuis les élections du 6 juin, tout ce qui ce termine par royal a été remplacé par lapin. Il s’agit donc de l’athénée du lapin, à Dilbeek. L’institutrice s’appelle Barta de Tisserand originaire de Mortsel ».

« Pour les élèves ne parlant pas Flamand, le minerval est fixé à 2 000 euro par an ». « Pas donné ! » a dit Franck.

« Au niveau des langues étrangères, trois cours seront organisés et étalés sur trois ans : Le patois de Brugge tout d’abord. Le dialecte de Gand pour la deuxième année et en troisième année « le Boeffen » d’Anvers » ». « On ne peut pas dire que cela soit très internationalisé », a commenté le plus grand des deux Louis.

« C’est vrai que je n’ai pas trouvé extraordinaire les cours de langue », a répliqué le plus petit des deux Louis. Mais je trouve par contre que ce qui est proposé en gestion est digne d’intérêt, car le théorique et le pratique y sont combinés. Ce cours sera donc construit sur le thème suivant : Gestion d’une ferme « bio » pilote ou sera pratiqué l’élevage du lion noir des Flandre au coq fermier Wallon…..Ils ont cité le label « Val Dieu » à Aubel, le Label « Pate Noir » de Charleroi et « Pouillon Ardent » de Liège, comme fournisseur de la pitance proposé au lion noir ».

« Tout les élèves ne parlant pas le Flamand devront payer les coqs Wallons vivant qu’il donneront en pâture au lion, soit 5 euro, par coq… » « C’est cher !! », a de nouveau ajouté Franck, « c’est une école privée ? ». « Pas du tout. C’est une école de la communauté Flamande, rien de plus », répondit Louis, le moins grand.

« Au niveau cantine, le repas de midi coûte normalement 3 euros, mais pour les enfants ne parlant pas Flamand c’est 6 euros ».

« Je n’ai pas trouvé les menus très élaborés :

Le lundi, pomme de terre en chemise de Beveren

Le mardi, ratatouille de pomme de terre de Westerlo et d’asperge de Malines

Le mercredi, pomme de terre rissolée de Tongres avec des haricots vert d’Ypres

Le Jeudi, salade de pomme de terre froide de Leuven et des oeufs sur le plat de Kortrijk

Le vendredi, tomate des serres de Waregem aux crevettes grise de Zeebrugge. »

« J’ai l’impression avec de tel menu, que notre Pierlouis²-Franck, sera très heureux de d’aborder la semaine suivante… », ai-je dit. « Et en plus il n’y a même pas de dessert ! » a ajouté le plus grand des deux Louis…. »En fait il y a un dessert, mais pour les enfants ne parlant pas le Flamand c’est 2 Euro de supplément ». « Et c’est quoi ? » a demandé Franck. « Du flan à base de lait de vache de Zottegem… ». « Et pour l’eau aussi, il y a des suppléments je suppose… » a dit Franck… « et c’est peut-être même de l’eau du robinet… ». « Non, en aucun cas de l’eau du robinet, Franck ! », a coupé le plus petit des deux Louis, « elle vient de Wallonie… En fait l’eau proposée vient de la mer du nord et elle est normalement adoucie, mais pas pour les enfants ne parlant pas le flamand… ». « C’est donc bien ce que je disais », a dit Franck.

« Pour ce qui est de la logistique, les enfants ne parlant pas Flamand ne seront pas pris en charge par les bus scolaires… ». « Sauf supplément ! On connaît la chanson ! », a ajouté Franck. « Pas sur ce coup là, Franck », a coupé Louis. « Les enfants, ne parlant pas le flamant doivent se débrouiller seul pour aller à l’école. »

« Pourquoi ? », a demandé le plus grand des deux Louis. « Parce qu’il est formellement interdit de parler autre chose que le Flamand dans le bus scolaire. Et comme c’est impossible à surveiller, sauf frais supplémentaires pour engager un surveillant, ils ont réglé le problème en refusant les enfants qui ne parlaient pas le flamand. Il y a par contre une éco-taxe de 2 euro par jour pour tous les enfants ne parlant pas flamand qui seront conduits en voiture à l’école. J’ai donc décidé, si vous n’y voyez pas d’inconvénient de conduire Pierlouis²-Franck en vélo, pour ne pas devoir payer ce supplément supplémentaire ? ». « Bonne idée ! », avons nous fait en cœur.

« Aux niveau des activités extra scolaires, cela me semble maigre, mais nous avions dit que ce n’était pas très important. Il y a donc un pèlerinage mensuel à Dixmude, et un  « Gordel » hebdomadaire… autour de la périphérie Bruxelloise. « C’est quoi ce bordel ? », a demandé Franck. « Le « Gordel », c’est une belle balade en vélo », a précisé le plus grand des deux Louis ». « Voilà, en gros. », a conclu le plus petit des deux Louis.

Pendant cette explication donnée par le plus petit des deux Louis, nous avions été débarrassés. Et à présent les quatre serveurs venaient de déposer le second plat, que le majordome s’empressa de nous expliquer : « nous vous proposons maintenant, une Saint-Jacques cuite au plat dans un jus de pomme à cidre, accompagnée de noix écrasées et torréfiées, de « galet » chaud et d’un bouillon au parfum de mélisse. Bon appétit messieurs ! ». « Merci ! », avons nous répondu en cœur.

« Qu’est-ce que vous en penser de mon école ? », a demandé le plus petit des deux Louis avant d’enfourner sa première bouchée de Saint-Jacques. « Disons que s’il n’y avait que cette école là, il faudrait sans doute chercher ailleurs… », a commenté le plus grand des deux Louis. « Mais dans le cadre d’une « saine diversification », je pense que cela passe…Sauf pour le portefeuille. », a ajouté Franck. « Sauf si les « bagger » continue de pleuvoir », ai-je ajouté. « C’est accepté alors ? », a demandé le plus petit des deux Louis ? ». « Sans problème ! », « c’est OK », « oui ! », avons nous successivement répondu.

« A qui le tour ? », a demandé Franck. « Je veux bien vous exposer mes choix », ai-je dit.

« La première école que j’ai choisie se situe en Roumanie à Bucarest, boulevard Pipera. Il s’agit d’une école très réputée : la « Bakshish American School »… Si vous avez besoin que je traduise certains mots, n’hésitez pas à m’interrompre. »

 

« Officiellement, il n’y a pas de minerval à payer, mais si l’on ne veut pas camper pendant 10 jours et 9 nuits le long du boulevard Pipera pour suivre l’interminable file qui commencera à se former à la fin du mois d’Août – le jour où débuterons les inscriptions – il en coûtera 300 euro qu’il faudra faire parvenir à Andrei Badea, chef du secrétariat, par l’entre mise de la cousine du beau-frère de sa sœur… »

« C’est culotté ! », a dit Franck. « Comme Louis a fait un effort pour réduire les dépenses, pour échapper à l’éco-taxe de Dilbeek, ne pourrais-tu pas camper quelques jours ?, m’a demandé le plus grand des deux Louis. « Ce serait toujours 300 euro d’épargné ! ». « Je peux l’envisager… », ai-je répondu. « Même si le quartier, n’est pas  terrible du tout ». « C’est-à-dire ? … », m’a demandé le plus petit des deux Louis. « Le quartier étant en pleine construction, il y a d’incessant balais de camions, une poussière saharienne et à la tombée du jour, des cohortes de prostituées arpentent le boulevard… » « On te laisse décider alors. », a dit le plus grand des deux Louis.

« L’instituteur s’appelle Dan Sonkinescu. Prononcez « ou » à la fin. Il m’a fait une excellente impression. Il est grand, bronzé, habillé avec élégance. Il connaît 16 langues étrangères : l’Anglais, l’Allemand, le Russe, le Bulgare, le Polonais, le Croate, l’Albanais, le Tchèque, l’italien, le Portugais, le Hongrois, le Français, l’Arabe classique, le Grec ancien, le Latin et même, vous ne devinerez jamais… Le wallon du Borinage !! » « Ouaaaw ! Une vrai encyclopédie ! », s’est exclamé le plus grand des deux Louis.

« Il a enseigné dans 4 pays européens. Et avant d’atterrir à la « Bakshish American School » de Bucarest, il a enseigné en banlieue parisienne.

« Quel est  le programme ? », a demandé le plus petit des deux Louis qui venait de finir son assiette de Saint-Jacques. « En fait j’ai inscrit Pierlouis²-Franck aux cours de langue Russe, Romani,  plus précisément le Tzigane Valaque et enfin l’américain de Chicago. »

« Au niveau économie, Dan Sonkinescu, a écrit un bouquin sur lequel, il base son cours. Il s’agit de «  Mici Este Furmos » phonétiquement « Mitch èstè Fourmos » ». « Et cela signifie ? … », a demandé le plus grand des deux Louis.  « C’est un peu, le petit est beau, bien que cela sonne mieux en Anglais avec « Small is Beautiful ». Il s’agit donc de comprendre en détail les avantages et inconvénients de micro et petites entreprises cotées sur le marché Roumain ».

« Je trouve que là c’est du sérieux ! », a dit le plus grand des deux Louis. « C’est exactement le sujet des Daubasses ! », a renchérit Franck, « et que ce soit en Roumanie ou ailleurs, un actif courant, moins l’ensemble des dettes s’appelle une Net-Net. »

« Au niveau menu, c’est alterné cuisine Roumaine, cuisine US :

Le Lundi est sponsorisé par Mac Doa, Big  Mac et Couca Cola à volonté

Le Mardi sarmale et mamaliga, c’est un menu traditionnel à base de choux farcis et de purée de maïs

Le Mercredi est sponsorisé par Kreeft Food, tous leurs produits à volonté : Pizzas congelées, Miracolli, fromages chimiques, chokotoff, Chips. Et autres…

Le Jeudi pomane porcului. Traduit cela donne, le cadeau du cochon, c’est de nouveau un plat traditionnel qui se déguste dans les villages roumains après avoir sacrifié un porc. Il s’agit en fait de ce que l’on nomme des abats, soit cœur, poumon, foie, le tout cuit dans une sauce au vin et rehaussé d’ail

Le vendredi est sponsorisé par Heinsse Company, frite à volonté et Ketchup.

« J’ai quand même le sentiment que notre bambin va devoir avoir l’estomac bien accroché avec ces menus hards… », a dit Franck. « Si je devais choisir je préfèrerais quand même le menu de la « Bakshish American School »… que le menu de « l’athénée du lapin ». », a tranché le plus grand des deux Louis.

« Au niveau des activités extra scolaires, c’est très varié et je dois vous avoué que j’ai inscrit Pierlouis²-Franck, à tout ce qui était proposé :

– Excursion dans les monts Fagaras lieu de résistances des derniers hommes libres avant le black out communiste.

– Comment obtenir un permis de conduire pour moins de 200 euro.

– Cours de théâtre : l’art  de se faire passer pour ce que l’on désire.

– Stage dans une mairie : ou comment gagner 250 euro par jour pour apposer une simple signature sur un formulaire quelconque.

– Les grands Classiques de la littérature : Emil Cioran, Tristan Tzara, Eugène Ionescu et Mircea Elliade.

– Je m’entraîne aux contrôles fiscaux : ou l’art de la pression d’une amande faramineuse pour une faute mineur afin d’obtenir ce que je désire… Dans les villages et les petites épiceries, je remplis mon coffre de victuailles pour ma famille, dans les villes ou les sociétés de production, je me fais de l’argent de poche.

– Visite de monastère, en Moldavie.

– Je deviens douanier l’espace d’un week-end à la frontière ukrainienne : ou comment pouvoir construire sa villa en 52 Week-end…

Voilà, en gros », ai-je dit. » Cela sort vachement des sentier battus ! » a dit le plus petit des deux Louis. « Tout cela me plait énormément ! », a dit le plus grand des deux Louis. « Je trouve que c’est assez complémentaire avec Dilbeek. » a dit Franck en finissant son verre de San Pe’. « C’est donc accepté, si je comprend bien ? ».

« Évidemment ! », » sans problème !, « bien entendu ! », ont répondu les deux Louis et Franck, alors que les quatre serveurs venaient de déposer le troisième plat que le majordome à commenté sans attendre : « Nous vous proposons, un turbot poêlé recouvert d’un émincé d’amandes, de petit câpre et de jus d’amande amer, accompagné d’une Fregola Sarda de Seiche. Bon appétit ! ». « Merci ! », avons nous répondu en cœur.

« Et ton école de rechange ? », a demandé le plus grand des deux Louis un bout de turbo planté dans sa fourchette, prêt à être enfourné.

« En fait, j’ai essayé de faire le plus simple possible en retournant à l’école ou j’ai moi-même été en maternelle, dans la région de Charleroi. Plus précisément, à Jumet Gohyssart. C’était à l’époque, voici 45 ans, l’institut Saint Joseph tenu par la congrégation des frères Maristes, mais cela semble avoir bien changé depuis.  L’établissement s’appelle aujourd’hui : l’école du CPAS de Jumet… ». « Merde ! » a dit le plus grand des deux Louis, « quel plongeon! ».

« L’institutrice s’appelle mademoiselle Chantal Van Cau. Elle m’a fait une excellente impression. Jeune, dynamique, et elle ne semble pas avoir froid aux yeux en plus ! »

« Au niveau langue étrangère, vous allez sans doute être heurtés, mais seul le Français est au programme… » « Attends, Pierre ! Le Français, c’est la langue du pays ! Enfin… une des trois langues officielles ». « Je  sais », ai-je répondu au plus petit des deux Louis, « mais dans la région de Charleroi, c’est devenu une langue étrangère qu’il faut réapprendre aux jeunes enfants. » « Cela dépend évidemment de la perspective selon laquelle on se place, mais ce  n’est finalement pas plus mal », a dit Franck.

« Au niveau économie, mademoiselle Chantal, prévoit, si elle en trouve le temps, de donner un cours de gestion, basé sur un bouquin écrit par son grand père, qui fut pendant deux décennie bourgmestre de Charleroi. Ce bouquin est intitulé : « La gestion d’une ville enrichit un homme ». Le contenu est un peu trop politique a mon goût… Mais bon, dans notre idée de diversification, pourquoi pas… » « Je me demande pourquoi il n’a pas intitulé « même les fossoyeurs s’amusent » ? » a lancé le plus grand des deux Louis. « Je ne manquerai pas de lui demander à la première réunion de parents », ai-je répondu.

« Au niveau cantine, les repas seront assurés par le restaurant gastronomique le « Mont à goût », de Gouy lez Piéton. Le chef que je connais personnellement possède une étoile Michelin… ». « Attends ! Et qu’est-ce que cela va coûter ? », a demandé Franck. « J’allais y venir Franck….en fait cela ne coûte rien. C’est pris en charge pas le CPAS de Charleroi… » « Ouf… Tu m’a fais peur avec tes étoiles ! »

« Pour la rentrée, chaque enfant reçoit gratuitement 2 paires de pantalons, 3 chemises, 4 tabliers, 12 paires de chaussette, 3 paires de soulier – une pour chaque saison – plus une paire de Mike pour le cours de gymnastique et deux douzaines de sous-vêtements. Le cartable est fournit également, plus le plumier, les crayons de couleur et tout le matériel dont aura besoin l’enfant au cours de l’année scolaire… » « Je trouve cette école de plus en plus intéressante… » a dit Franck.

« Le règlement intérieur est assez bizarre :

L’enfant qui arrivera à l’heure pour le début des cours, et ceci durant les 5 jours de la semaine, verra ses parents récompensés par 2 euro par jour, soit 10 euro sur la semaine.

L’enfant qui ne se battra pas avec les autres enfants dans la cour de récré, et ceci pendant les 5 jours de la semaine, se verra récompensé par un euro par jour soit 5 euro sur la semaine.

L’enfant qui n’insultera pas les instituteurs, pendant les 5 jours de la semaine, se verra récompensé de 5 euro par jour, soit 25 euro par semaine.

« Extraordinaire !! », s’exclama Franck. « Si je fait un calcul rapide, pour un enfant bien éduqué et conduit à l’école en temps et en heures, les parents encaissent… 40 euro par semaine ! Ou 160 euro par mois ! Cela va équilibrer les frais de Dilbeek ! ». « Et qui paie ces primes ? » a demandé le plus petit des deux Louis. « Logiquement, ce devrait être les parents qui conduisent leurs enfants en retard, les enfants qui se battent à la cours de récré et ceux qui insultent les instituteurs… », a répondu le plus grand des deux Louis… « Logiquement… », ai-je dit. « Mais à Charleroi, ces primes sont assurées par le CPAS de la ville.

 

Pour les activités extra scolaires, elle sont toutes gratuites aussi :

– Théâtre de marionnette chaque mercredi après midi

– Excursion mensuel à Disneyland Paris

– Après midi récréative, à la foire du Midi, de Charleroi, de Nivelles, de Mons et de Namur

– Après midi récréative, sur les quais de Sambre

– Stage de foot, de pétanque et de bellotte.

– Conférence sur le thème : « Mieux comprendre les zones émergentes de la zone euro ». J’ai noté le passage de Charles Gaves, le 18 Octobre à 13h 30.

– Après-midi  de psychologie sur le thème : « Comment se préparer à devenir un chômeur heureux  »

Voilà, en gros… Qu’en dite vous ? ». « En réserve, cela passe… », a dit le plus petit des deux Louis. « Cela passe de justesse », a renchéri le plus grand des deux Louis. « Vous me semblez plutôt sévère avec cette école ! » a dit Franck, « d’autant plus que tout est gratuit, que la cantine offre des menus de grande qualité. Ce qui change quand même des deux précédents établissements… » « On t’expliquera un autre jour, pourquoi nous ne sommes pas enchanté Franck… », a dit le plus grand des deux Louis. « Ah bon ? », s’est étonné Franck. « C’est politique, mais cela sort du cadre de la discussion… ».

Comme dans un fondu enchaîné, le majordome a commenté le quatrième plat que les serveurs venaient de déposer devant nous, de cette manière : « ce lièvre à la royale a été préparé à la façon du « Sénateur couteaux » et il est accompagné de pâte au beurre demi-sel. Bon appétit ».

 »

Quel superbe menu », s’est exclamé le plus petit des deux Louis. « Exceptionnel n’est pas exagéré » ai-je dit. « Louis, c’est à ton tour… » a dit Franck au plus grand des deux Louis.

« Ok je me lance. L’école communale d’Orval, ne me satisfait pas entièrement comme je vous l’avais dit en arrivant, mais c’est la meilleure que j’ai trouvée dans ma région, du sud de la Belgique, en Ardenne.

 

L’instituteur s’appelle André Poivrot. Il était dans un état d’ébriété assez avancé quand nous nous sommes rencontrés… mais possède un humour hors norme ! Je vous relate son entrée en matière lors de notre rencontre ». Le grand Louis a sorti son dossier de sa mallette.

« Après m’être présenté et expliqué que j’étais le père de Pierlouis²-Franck, monsieur André m’a donc demandé si je connaissais les 69 raisons de préférer une bière à une femme… Je lui ai répondu que non et c’est alors qu’il m’a sorti les 69 raisons ….de mémoire :

01- Une bière froide est une bonne bière
02- On arrive toujours à faire mousser une bière
03- Une bière est toujours prête et humide
04- Une bière n’a jamais la migraine
05- On peut consommer 2 bières en même temps sans complications
06- Une bière n’est jamais jalouse d’une autre
07- On n’a pas besoin de raconter des mots doux a une bière pour se soulager
08- Une bière, ça se commande
09- En soirée, on peut toujours se taper une bière
10- Une bière ne parle pas
11- Une bière reste consommable 28 jours sur 28
12- Quand on finit une bière, on peut récupérer la consigne
13- Quand on ne la finit pas, elle ne fait pas la gueule
14- La bière ne donne que PARFOIS mal a la tête
15- On peut rester actif après s’être tapé une bonne bière
16- Même la bière belge n’est pas stupide
17- Une bière est non violente
18- Une bière n’est jamais complexée
19- On voit toujours facilement à l’intérieur d’une bière
20- Une bière ne laisse jamais de poil dans la bouche
21- Une bière blonde n’est jamais fausse
22- Une bière est toujours consentante
23- Une bière ne porte pas de collants
24- Une bière est parfois légère
25- Une bière rousse ne pue pas en été
26- Pas de problème de langue avec les bières étrangères
27- Avec une bière, pas de belle-mère
28- Même bourré on choisit sa bière
29- On n’a pas à emmener sa bière au resto, il y en a déjà
30- On ne risque pas d’attraper des maladies en se tapant une bière
31- Une bière n’oublie jamais la pilule
32- Une bière n’est jamais de mauvais poil
33- Une bière ne demande jamais de nouvel emballage
34- Bières et copains font bon ménage
35- La bière ne prétend pas être intelligente
36- On n’a jamais honte d’être vu avec une grosse bière
37- Une bière n’a pas de grand frère
38- On peut prendre en public une bière sur la table
39- Deux doigts suffisent pour un pack de six
40- Une bière ne passe pas son temps au téléphone
41- Une bière ne vous mord jamais où que ce soit
42- N’importe quelle bière peut poser dans un magazine
43- Une bière ne vous trompera jamais
44- On peut décapsuler une bière sans tacher les draps
45- A 95 ans on peut toujours se taper une bière
46- Poser un lapin a une bière n’est pas dangereux
47- On peut se taper une très bonne bière pour moins de 50 balles
48- Une bière a toujours moins de 25 ans
49- Une bière se prête à toutes les fantaisies
50- Une bière ne se peinturlure pas pour essayer d être attrayante
51- On n’a pas besoin d’éteindre la lumière pour consommer une bière
52- Une bière ne vous empêche pas de dormir
53- Une bière n’est pas allergique au foot
54- Une bière ne court pas les Jacky en BM
55- Une bière ne prend jamais toutes les couvertures
56- Une bière ne prend jamais de petit-déj. au lit
57- Une bière a toujours du goût
58- Une bière ne demande jamais de petits suppléments
59- Une bière est toujours la bienvenue
60- Les bières ne sont pas toutes les mêmes
61- On peut partager une bière entre copains
63- Une bière ne ronfle pas
64- Même pour son enterrement on a droit à une dernière bière
65- Une bière n’a pas envie de fraises quand elle est pleine
66- Si une bière vous prend la tête, ce n’est jamais pour très longtemps
67- Une bière ne revient pas forcément cher
68- Une bière ne crée pas de problème
69- Finalement, une bière ne fera pas la tête en lisant cela. »

« Ce gars semble avoir une mémoire prodigieuse », a dit le plus petit des deux Louis, hilare, tout comme moi et Franck. « Evidemment, même si j’ai bien ri, une fois la soixante neuvième raison terminée », a poursuivi le plus grand des deux Louis, « je me suis demandé si je ne devrais pas chercher une septième école… Mais monsieur André, m’a alors dit une chose étonnante qui a comme redressé la barre, d’un seul coup ! » « Je vous prie d’excuser cette entrée en matière, sur une note grivoise, mais en fait je suis en deuxième année de Doctorat… » « Ah bon ! », ai-je dit bon enfant en me forçant. « Et quel est le sujet de votre thèse », lui ai-je demandé ? « La triple Net d’Abbaye », m’a-t-il répondu. « En fait, bien que cela serait trop long à vous expliquer, je veux démontrer que la valeur cachée des abbayes n’était pas le goodwill, cette notion floue qui tient évidemment plus du spirituel que du réel, mais plutôt dans leur stock de bière, leur fromage et leur pain gris. De manière plus générale dans leurs actifs courants. J’ai même concocté un petit cours pour mes enfants, sur le sujet. » « Excellent ! », a dit Franck, « sous son air farfelu le gars semble extrêmement pointu… ».

« Ne vous emballez pas les gars ! » a coupé le plus grand des deux Louis. « Pourquoi ? », avons nous demander, presqu’en cœur. « En fait, monsieur André, m’a ensuite prévenu qu’il serait en congé de paternité au deuxième trimestre et qu’il serait remplacé par son ami d’enfance, Amadou Redpif, originaire du Burundi, un grand amateur de bière également, m’a-t-il expliqué. Avant de faire l’éloge de monsieur Amadou sur ses qualités d’enseignant, monsieur André, n’a pas pu s’empêcher de me poser une devinette ». « Savez-vous l’avantage qu’a un noir amateur de bière sur un blanc amateur de bière ? », m’a-t-il demandé. « Je n’en ai pas la moindre idée… ». « L’avantage du noir », a-t-il poursuivi, « c’est que l’on ne voit pas qu’il a le nez rouge quand il boit plus que de mesure….. !!!!  Bon en fait… », a-t-il enchaîné après avoir rit de bon cœur, « Redpif, n’est pas son vrai nom mais le surnom que je lui ai donné ». « Comment s’appelle-il ? », ai-je demandé. « Son vrai nom est Amadou Bombolo ». C’est ensuite qu’il a évoqué la passion de son ami d’enfance pour la « Chouffe ». « De mon point de vue, c’est hors-sujet, mais Amadou étudie la « Chouffe » depuis plus de dix ans: origine, culture, potentiel économique au niveau mondial qui selon lui apporterait un souffle nouveau a l’économie des Ardennes. Tenez-vous bien, il a même tenté une étude de marché sur le continent africain en passant plus de trois tonnes en contrebande ! Tout un roman… En deux mots, il a embarqué sa marchandise sur un navire chinois, battant pavillon coréen, jusqu’au port de Bujumbura….Comme son grand père – chef de tribu Bantou – était aussi le cousin du commandant du port de Bujumbura, la « Chouffe » est passée comme une lettre à la poste… Et selon Amadou, qui a écoulé la marchandise en moins de trois jours, avec une marge brut de plus de 60%, il en a conclu que le potentiel de ce produit ardennais était explosif ! »

« Tu peux nous expliquer ce qu’est la « Chouffe » ? » a demandé le plus petit des deux Louis d’un air à la fois sérieux et inquiet… « Je dois vous avouer très sincèrement que dans ma réflexion globale sur l’école, j’ai oublié de creuser ce détail… Mais dès que je rentre, je fait une recherche Google et vous précise ce point. » « Et tu penses que l’on trouvera sur Google ?, a demandé Franck, d’un air circonspect. « J’en suis certain ! », a répliqué le plus grand des deux Louis.

« Au niveau langue Etrangère, j’ai inscrit Pierlouis²-Franck au cours de Luxembourgeois, au Swahili et au Chinois. » « Diversifié ! », ai-je dit.

« Pour la cantine, cela me semble correcte :

Lundi : sanglier pomme persillée

Mardi : lièvre au vin, avec de la purée

Mercredi : chevreuil à la bière et riz cantonais

Jeudi : Civet d’écureuil aux poires et aux airelles

Vendredi : Truite fario aux amandes grillées

Pour les activités scolaires, ce n’est pas top mais passables :

– Promenade en forêt hebdomadaire

– Méditation a l’abbaye de Rochefort

– En automne récolte et initiation au  champignon des bois.

– En mensuel, dégustation de bière à l’aveugle

Et enfin le plus intéressant, selon moi :

– Comment créer un Hedge Fond au Grand-Duché de Luxembourg

« Voilà le topo les gars ! Qu’en pensez-vous ? ». » Pour moi c’est OK », ai-je dit. Franck et le plus petit des deux Louis, ont dit vouloir réserver leur réponse en attendant de savoir ce que « Chouffe » signifiait.

Nous avions tous terminé ce divin lièvre royal depuis un gros quart d’heure quand le majordome est apparu en poussant une desserte couverte de plus d’une quinzaine de fromages. Pendant que le plus petit des deux Louis commençait à faire son choix de fromage frais et affiné, j’ai proposé que l’on termine ce repas avec une bonne bouteille de vin. Tout le monde avait l’air enchanté de cette proposition. J’ai donc demandé au majordome de nous amener un Petrus de 1988. « C est un excellent millésime. », m’a-t-il précisé.

Une fois tout le monde servi, le plus grand des deux Louis a invité Franck à nous parler de l’école de son choix, pour la rentrée de Pierlouis²-Franck Daubasse.

« J’ai quand même le sentiment que mon école est plus sobre que les vôtres… » a déclaré Franck en commençant sa description. « Il s’agit donc de l’école Sainte-Croix CGT à Neuilly sur Seine. L’institutrice s’appelle madame Béatrice El Karoui von Donau.

J’ai choisi comme cours de langue, l’Allemand et l’Espagnol.

Il y aura un cours sur les Options.

Au niveau des menus que des grands classiques :

Le lundi : compote de pomme saucisse

Le mardi : jambon purée de pomme de terre

Le mercredi : nouille au fromage

Le Jeudi : pois et carotte et côtelettes

Le Vendredi : poisson au vert

Au niveau Logistique, rien de particulier.

Au niveau activité, cela reste sobre également :

– Grève CGT, en fait toutes les grèves CGT seront suivies par solidarité et à chaque fois un cours expliquant le pourquoi du comment sera donné pendant 1 heure

– Excursion en banlieue parisienne pour bien comprendre les raisons sociales poussant certaines classes défavorisées a la violence.

– Participation à la fête de l’Huma….Un stand cacao biologique labellisé commerce équitable sera tenu par les enfants.

                                                                                                                         

« Voilà, en gros. Qu’en pensez-vous ? » « Rien de grand-chose… », ai-je dit. « C’est OK. Cela me semble calme. » a enchaîné le plus grands des deux Louis, « mais après les quatre établissements précédents, c’est sans doute bien venu. Je n’y vois donc aucun problème. » « Même chose pour moi ! », a conclu le plus petit des deux Louis.

« Il ne reste plus qu’a tirer au sort l’ordre des écoles ! » ai-je lancé. « Sous réserve que la mienne soit acceptée… » a ajouté le plus grand des deux Louis.

En savourant les deux desserts, le café expresso, en sabayon, ganache fouettée,  crème glacée « brulée », amandes écrasées ainsi que la pomme croustillante, crème glacée caramel et sucre pétillant, nous avons donc tiré au sort l’ordre hebdomadaire des écoles.

La première à être sortie a été la « Bakshish American School » de Bucarest ou sa remplaçante l’école du CPAS de Jumet.

La seconde, l’école Sainte-Croix CGT de Neuilly.

La troisième , l’école communal d’Orval

La quatrième, l’Athénée du lapin de Dilbeek.

Franck a ensuite demandé l’addition. Quelques secondes après que le majordome a déposé la note sur la table, Franck nous a lancé quelques regards troublants en fouillant son portefeuille, avant de déclarer qu’il était vraiment désolé, mais qu’il ne retrouvait pas sa carte de crédit. « J’ai l’impression qu’ils vont t’engager à la plonge avec un contrat à durée indéterminée », a lancé d’un air goguenard le plus petit des deux Louis. « Il y en a pour combien ? », ai-je demandé en regardant du coin de l’œil le visage devenu rouge écarlate du plus grand des deux Louis. « 1 450 euro… », a bredouillé Franck. « Il ne manquait plus que cela ! », ai-je dit en éclatant de rire en pensant que nous avions essayé de regagner 100 euro d’essence en prenant un moyen de transport écologique. « Ne vous inquiétez pas ! Je vous rembourse, dès que je rentre chez moi… » a lancé Franck, comme un dernier SOS !

Sans un mot, le plus grand des deux Louis, un peu moins rouge écarlate que 30 secondes auparavant, a sorti la carte Americano Express Goldy des Daubasses où est inscrit en toute lettres « Les Daubasse selon Benjamin Graham ».

« Vous avez une Goldy ? », a demandé Franck l’air étonné. « En fait, Franck, tous les chiffres du portefeuille  que ce soit les montants ou le nombre d’action que nous publions chaque semaine sur notre blog sont à multiplier par 15. La société Americano Express nous a offert la carte Goldy pour récompenser la meilleure performance boursière – catégorie actions – du Monde  de l’année 2009… » « Ça t’en bouche un coin, non ? » a dit le plus petit des deux Louis. « Et vous n’en avez même pas fait la publicité ? …. » « Nous aimons tous la discrétion ! », a répondu le plus grand des deux Louis.

Il était 18h30 quand nous nous sommes quittés. Nous avons remercié Franck pour ce repas de rêve dans un cadre de rêve même si nous venions de payer l’addition. Nous avons enfin convenu, avant de démarrer, que celui qui aurait en charge Pierlouis²-Franck pour la semaine, ferait un petit rapport mail chaque soir au groupe.

(à suivre …)

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.