Bas les masques : Cofigeo

Une de nos daubasses « mystère », la société n°6 de la dernière situation hebdomadaire, a connu depuis son achat en décembre 2009, une hausse de son cours de près de 65 %.  Voici donc le moment venu de dévoiler, pour vous, cher lecteur, le nom de cette société.

Il s’agit de la société Cofigéo dont nous avions acheté des titres en décembre 2009 au cours de 179 euros.  Evidemment, comme d’habitude, nos abonnés ont été tenus au courant, en temps réel, des détails de cette opération et des raisons qui nous ont poussés à acheter.

Cofigéo est une société agro alimentaire spécialisée dans les plats préparés et les sauces appertisées dont les marques-phares sont Roquelaure et Zapetti.  Il s’agit d’une société française et, par conséquent, éligible au PEA (ben oui, on trouve aussi des perles délaissées en Europe).

Lors de notre achat, nous avions payé bien plus cher que la VANN de la société (1,4 fois la VANN pour être précis) mais le patrimoine immobilier de la société avait attiré notre attention.  En effet, en valeur d’acquisition, l’immobilier d’exploitation représentait 321 euros par action, soit deux fois notre cours d’achat !

En prenant une marge de sécurité de 20 % sur cette valeur d’acquisition, en incluant les immeubles mis en location qui représentent  21 euros par action ainsi que la VANN de la société, nous obtenions une valeur patrimoniale tangible de 403 euros par action en ne payant que 179 euros … et en sus tout le portefeuille de marques et les outils de production  gratuitement !

Depuis, la société a connu le retour aux bénéfices et le cours s’est apprécié.  Mais il y a mieux : Monsieur Bindschelder, membre du directoire et patron d’une société d’emballage, achète régulièrement des actions de Cofigeo.  Peut-être une manière « larvée » d’en prendre le contrôle total et de créer ainsi une jolie structure à intégration verticale.

Au cours actuel de 300 euros, nous conservons plus que jamais l’action car le chemin jusqu’à la Valeur d’Actif Net Tangible qui constitue notre juste prix est encore long : elle s’établit en effet à 553 euros.

11 réflexions au sujet de « Bas les masques : Cofigeo »

  1. Bjr

    l’immobilier d’exploitation représentait 345 euros par action, soit deux fois notre cours d’achat !

    Sur quel rapport annuel et quels données prenez vous pour arriver à ce résultat ; parce que je n’arrive à ce résultat…

      1. Bonsoir

        Votre réponse m’avance pas vraiment;
        J’ai lu votre approche; mais je ne trouve pas le résultat de 345 euros;
        Je pense que vous devez être davantage précis et qu’en explicitant vos calculs tout serait plus claire.
        On a les Terrains,Constructions,Installations,Autres Immobilisations, immeuble de placement…Comment voulez vous qu’on s’y retrouve avc tout ça.
        Votre formule est très vague, je prends Quoi ?Si je prends les terrains et les construction présent sur le rapport 2008;
        On a en valeur brut après amortisement; (21025+2896)/74453 = 321 et Non 345 ? qUID de cela?
        Autre Question; ne Doit t-on pas retraité la valeur d’immos en crédit bail ?

        Merçi d’éclairer un Pauvre débutant dans la finance.

        1. Bonsoir Alex,

          Exact. Il y a une petite erreur de recopiage dans l’article et la valeur des immeubles est bien de 321 euros par action et non 345. Nous corrigeons. On pourrait décoter un peu plus les immeubles en crédit bail mais nous pensons que notre décote de 20 % tient déjà plus ou moins compte de l’éventuelle option d’achat finale.

          Pour les détails des calculs, nous avons présenté un cas très complet ici : http://blog.daubasses.com/2010/06/16/les-methodes-de-valorisation-9-exemple-dun-cas-pratique/ mais nous ne pensons pas prendre la peine de rédiger une telle tartine à chaque fois (même si nos abonnés disposent en général de pas mal de détails) : nous préférons apprendre à nos lecteurs à pêcher (et nous sommes partisan de l’effort personnel comme méthode d’apprentissage) plutôt que de leur donner un poisson.

  2. Il semblerait, selon la rumeur, que l’entrepôt d’Ivry soit vendu.Il semblerait qu’il était loué annuellement plus de 300 K€.La direction n’a pas communiqué.Il semblerait, selon la rumeur, que ça chahute un peu au niveau du conseil de surveillance et qu’il y a des bruits de couloir même quand la porte est fermée, mais ce sont peut-être des bruits de chiottes.
    J’ai l’intuition qu’il va se passer bientôt quelque chose de bien pour les petits porteurs.

  3. Il semblerait, selon la rumeur, que l’entrepôt d’Ivry soit vendu.Il semblerait qu’il était loué annuellement plus de 300 K€.La direction n’a pas communiqué.Il semblerait, selon la rumeur, que ça chahute un peu au niveau du conseil de surveillance et qu’il y a des bruits de couloir même quand la porte est fermée, mais ce sont peut-être des bruits de chiottes. J’ai l’intuition qu’il va se passer bientôt quelque chose de bien pour les petits porteurs.

  4. Bravo les daubasses !!
    Encore un joli coup:

    Compagnie des Minquiers projette une OPA.

    (CercleFinance.com) – Compagnie des Minquiers, une filiale de Boussard et Gavaudan, annonce avoir conclu un accord en vue d’acquérir le contrôle de Cofigeo.

    L’accord porte sur l’acquisition de la holding MPF, qui détient 26.523 actions du spécialiste des plats cuisinés, soit environ 36% du capital et 49% des droits de vote.

    Cette transaction fait ressortir un prix par transparence égal à 530 euros, dividende de l’exercice 2010 attaché, par action Cofigeo.

    Il est prévu que la Compagnie des Minquiers dépose prochainement via MPF, une offre publique d’achat visant l’intégralité des titres Cofigeo en circulation.

    Concomitamment à l’accord conclu avec MPF, la Compagnie des Minquiers a signé un accord avec des membres de la famille Foucault, actionnaires directs de Cofigeo, portant sur près de 25% du capital.

    L’offre publique devrait être lancée au cours du 1er semestre de l’année 2011.

    La reprise des cotations des actions Cofigeo interviendra le 22 février 2011.

    1. Bonjour l’équipe. Bravo pour cofigéo !… mais de votre point d evue, faut-il apporter ses titres à 530 € ?
      Quel risque prend-on à attendre ?
      Merci de vos réponses

      1. Bonjour Thomas,

        Franchement, l’offre à 530 euros n’est pas des plus généreuses et si la surcote par rapport au dernier cours de bourse est appréciable, l’acheteur fait certainement une excellente affaire. Cependant, nous risquons, si nous n’apportons pas nos titres à l’OPA, de nous retrouver avec des actions complètement illiquides qui pourraient coter très longtemps à un cours largement inférieur à ces 530 euros et le coût d’opportunité pourrait s’avérer important. C’est pourquoi, pour notre part, nous optons pour la simplicité : nous apportons les titres du club et de nos portefeuilles personnels et comptons investir dans autre chose de plus décoté : les occasions sont plus rares mais n’ont pas encore totalement disparu. Evidemement, comme d’habitude, nous vous disons ici ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons, pas ce que vous devez faire.

Répondre à Deuxtroy Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.