Ecomérages : J’y vais ou j’y vais pas …

C’est un peu ce que semble se demander  celui auquel on fait appel quand la situation est désespérée.  Non, il ne s’agit pas de Superman mais de « Supergold ».

L’or, le placement que tout bon père de famille se doit de détenir,

L’or, the place to be,

L’or, qui, c’est sûr, sera à 2 000 dollars fin d’année et à 10 000 dans 2 ans

Après une décennie d’enfer et une année 2010 menée tambour battant, les « goldeux » sont un peu sur leur faim en ce début d’année : leur valeur-fétiche ne sachant trop quelle direction prendre … mais, c’est sûr, selon ses plus chauds partisans, ça va repartir.

Pourquoi ?

– Parce que l’or est rare (nous avons lu quelques part que tout l’or présent sur terre tiendrait dans un gros cube dont les arrêtes feraient 19 mètres de long)

– Parce que l’or est l’ultime refuge lorsqu’arrivera la fin du monde annoncée avec tant de délectation par « Nouriel Appocalypse Roubini » : les dictateurs d’Afrique du Nord semblent d’ailleurs en être convaincus, en tous cas lorsque survient la fin de LEUR monde

– Et parce qu’on vous dit que L’OR NE PEUT QUE MONTER !!!

Ben oui d’accord mais dans l’équipe des daubasses, on aime bien être pragmatique et on se demande à quoi ils serviront les lingots quand le monde sombrera dans le chaos.  On peut toujours trouver un usage au pétrole, au cuivre, au riz ou même à l’argent.  Mais avec nos lingots, on fait quoi ?

Soyons honnêtes avec vous cher lecteur : nous sommes réellement dans l’expectative face à la « valeur » que Mr Market octroie à ce mystérieux métal qui ne sert pas à grand-chose si ce n’est à embellir le cou et les poignets de nos tendres compagnes (il semblerait que son usage industriel, c’est-à-dire « utile » représente moins de 15 % de l’ensemble de l’or disponible).

Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, Warren Buffett lui-même éprouve quelques peines à comprendre la fascination que le métal jaune exerce sur ses congénères : « on obtient de l’or en creusant la terre quelque part en Afrique ou ailleurs, on le fait fondre, on creuse un autre trou pour l’enterrer à nouveau et on paie des gens pour le garder.  Quiconque observerait cela de Mars se gratterait la tête ».

Finalement, au départ, l’or a une valeur … parce que « on » a décidé de lui en donner une, pas nécessairement parce qu’elle est utile à quelque chose.  De notre point de vue, l’or est une monnaie fiduciaire presque comme les autres à un petit détail près : Ben Bernanke ne peut l’imprimer à volonté … mais si un jour, Mr Market décidait brutalement que la valeur-refuge c’est l’argent, le jade ou, pourquoi pas, un coquillage rare comme le conche ou le bénitier… que vaudrait encore le métal jaune ?

Il est fort possible que les petits lingots dorés procurent encore de plantureux rendements à leurs détenteurs dans les années qui viennent … mais nous, on n’aura pas compris pourquoi.

..

9 réflexions au sujet de « Ecomérages : J’y vais ou j’y vais pas … »

  1. Ne pas comprendre n’est pas très grave. Il existe de multiples occasion ou ne pas comprendre devient une sorte de norme.
    Cependant, dire que l’usage de l’or est pour l’essentiel réservé à la déco sous forme de bijoux et pour une part restreinte à l’industrie est littéralement oublier (et là c’est grave…) le rôle essentiel monétaire de l’or, de fait sa raison profonde d’exister.
    Sa rareté et son coût d’extraction donnent une valeur au travail afin de le sortir de « son trou ». Cette valeur est sans cesse réévaluée afin de correspondre à son coût d’extraction actualisé. Ca c’est une base d’évaluation de prix. Comme il s’agit d’un métal inaltérable non atteint pas l’oxydation, c’est à dire qu’un gramme d’or en 1500 reste un gramme d’or en 2010, il présente l’intérêt d’une fonction basique d’étalon travail. Cette fonction a disparue en 1973, mais son remplacement par le dollar, dont la valeur repose sur une économie, actuellement, disons, hésitante expose le possesseur de la monnaie papier à -in fine- ne posséder que du papier sans valeur. La monnaie papier ne peut être thésauriser, il s’agit d’une monnaie d’échange (vite s’en débarrasser…) L’or peut être, lui conserver longtemps. Sa valeur d’échange restera quasiment constante dans le temps (seule soumission : des variations ponctuelles, non linéaires, d’écart de valeur).
    C’est à dire que cette monnaie d’échange conservera sa valeur, alors que les monnaies papier s’effondreront surtout durant des époques troublées. C’est la raison essentielle pour laquelle les acheteurs d’or, justement, en achètent.

    1. Bonjour Tisserand,

      Nous sommes bien d’accord avec tout ce que vous dites mais qu’est-ce qui garantit que sa valeur d’échange restera stable dans le temps ? C’est ce point qui semble constituer une certitude pour certains et une grosse incertitude pour nous.
      Si le « système s’écroule », ne sera-t-il pas plus utiles de détenir des métaux de base, des terrains, des outils de production ou de commercialisation sous forme d’actions d’entreprises plutôt qu’un métal essentiellement destiné à fabriquer d’inutile breloques ? Mais ce n’est que notre avis sur un sujet auquel, comme nous venons de le dire, nous ne comprenons pas grand chose.

  2. Si on veut être pointu on remarquera que l’or est inaltérable dans la conception humaine. Mais sur de grande période de temps (plusieurs milliards d’années) ce n’est pas vérifié, c’est pour ca que l’étalon de poids et le seul étalon qui n’est pas définis de manière scientifique.

    « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » comme dirait Lavoisier

  3. Il est clair que sur le long terme l’or « papier » est sans intérêt puisqu’il est plus risqué qu’une obligation d’état tout en étant moins rémunérateur.

    L’or physique, quant à lui, est semble t-il le meilleur moyen de faire dormir son argent. Jusqu’ici, sur le long terme l’or a suivi l’inflation, c’est en quelque sorte une monnaie qui ne se dévalue pas. Mais il y a, pour moi aussi, de nombreuses choses que je ne comprends pas : Pourquoi ne se dévalue t-il pas de par l’extraction minière ??? (Peut être qu’en fait, l’extraction minière augmente au même rythme que la population mondiale ???). Contrairement aux biens « physiques » du type « terrain ou immobilier », il n’y a pas de loyer à payer à l’état. Contrairement aux œuvres d’art, il est facilement liquidable en quelques heures et sa cote est connue.

    Son prix est lui aussi assez mystérieux. Je ne pense pas que le marché de l’or « bijou » soit capable de définir un prix. On aurait pu imaginer que depuis qu’il n’est plus un étalon, son exploitation industrielle fixerait le prix de manière à ce qu’il soit aussi rentable que ses alternatives. Mais il semblerait qu’il subsiste une forte composante de psychologie ou bien peut être qu’il est toujours l’étalon monétaire en vigueur (pas celui des banques centrales, celui des citoyens).

    1. L’or ne se dévalue pas par l’extraction minière, car celle-ci est plus faible que la croissance économique : il y a toujours plus de biens pour un gramme d’or, malgré l’or supplémentaire extrait des mines.

      Et les banques centrales continuent à s’assurer en or : Nicolas Sarkozy a fait vendre de l’or lorsqu’il était à Bercy (une erreur, vu la progression des cours depuis) ; d’autres banques centrales achètent.

      Historiquement, les réserves d’or ont toujours été un reflet de la puissance des différentes nations. C’est ainsi qu’une bonne partie de l’or européen est partie aux USA après la première guerre mondiale…

  4. J’ai le même avis… Je ne comprends pas.

    Je vais peut être m’acheter quelques pièces (une part minime de mon patrimoine), par « sécurité » ou « diversification », mais je n’arrive pas à m’en convaincre assez pour passer à l’acte, bien que la somme ne soit pas importante… (j’y pense depuis 3-4 ans)

  5. « Si le « système s’écroule », ne sera-t-il pas plus utiles de détenir des métaux de base, des terrains, des outils de production ou de commercialisation sous forme d’actions d’entreprises plutôt qu’un métal essentiellement destiné à fabriquer d’inutile breloques ? »

    si le système s’écroulait vraiment, la seule façon d’échanger et de « commercer » serait de détenir de l’or physique, comme le faisaient les gens de tout temps… cet or aurait donc un rôle de monnaie pour acheter à manger, acheter une petit bicoque en bois quelque part, une place dans un bateau pour partir… etc
    détenir des métaux de base pouvait servir à une époque où ils étaient rares (à la Préhistoire par exemple) et où certaines pièces étaient faites en cuivre, bois, argent…etc mais à l’heure actuelle seuls les métaux précieux reconnus dans le monde entier peuvent servir d’assurance.
    détenir un terrain peut servir à cultiver des légumes effectivement mais si l’on doit quitter son pays et/ou que ses terres sont confisquées, un titre de propriété peut s’avérer complètement inutile
    idem avec des titres (actions…) qui ne sont que du papier.

    tout cela pour dire que même si un écroulement total du système est peu probable il est toujours utile comme l’ont fait nos parents et grands parents d’avoir quelques pièces d’or avec soi, en tant que monnaie d’échange, en tant qu’assurance, sans en attendre une quelconque plus value. même si le cours de l’or tombait, il permettra toujours d’échanger, et ce de manière certaine, sur Terre en tous les cas ! après si son cours augmente en euros ou dollars et ben tant mieux on ne va pas s’en plaindre !

    PS : beaucoup d’exemples historiques ont montré que lorsque les gens fuient c’est avec de l’or ou des bijoux et rarement avec des actions de chez Nestlé ! heureusement personne ne souhaite ce genre de malheur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.