Portefeuille au 4 Février 2011 : 2 ans 72 jours

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir
  • Portefeuille : VL 576,53 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 470,64%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 205,09%
  • .
  • Rendement Annualisé : 120,92%
  • Rendement 2011 : 4,99%
  • .
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • .
  • Taux de Rotation Annualisé : 47,35%
  • % Frais Annualisé : 1,28%
  • Effet Devise Total : 0,01%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 100,54 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 49,95%
  • .
  • Rendement Annualisé : 20,25%
  • Rendement 2011 : -0,08%
  • .
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel


Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

Ecomérages : J’y vais ou j’y vais pas …

C’est un peu ce que semble se demander  celui auquel on fait appel quand la situation est désespérée.  Non, il ne s’agit pas de Superman mais de « Supergold ».

L’or, le placement que tout bon père de famille se doit de détenir,

L’or, the place to be,

L’or, qui, c’est sûr, sera à 2 000 dollars fin d’année et à 10 000 dans 2 ans

Après une décennie d’enfer et une année 2010 menée tambour battant, les « goldeux » sont un peu sur leur faim en ce début d’année : leur valeur-fétiche ne sachant trop quelle direction prendre … mais, c’est sûr, selon ses plus chauds partisans, ça va repartir.

Pourquoi ?

– Parce que l’or est rare (nous avons lu quelques part que tout l’or présent sur terre tiendrait dans un gros cube dont les arrêtes feraient 19 mètres de long)

– Parce que l’or est l’ultime refuge lorsqu’arrivera la fin du monde annoncée avec tant de délectation par « Nouriel Appocalypse Roubini » : les dictateurs d’Afrique du Nord semblent d’ailleurs en être convaincus, en tous cas lorsque survient la fin de LEUR monde

– Et parce qu’on vous dit que L’OR NE PEUT QUE MONTER !!!

Ben oui d’accord mais dans l’équipe des daubasses, on aime bien être pragmatique et on se demande à quoi ils serviront les lingots quand le monde sombrera dans le chaos.  On peut toujours trouver un usage au pétrole, au cuivre, au riz ou même à l’argent.  Mais avec nos lingots, on fait quoi ?

Soyons honnêtes avec vous cher lecteur : nous sommes réellement dans l’expectative face à la « valeur » que Mr Market octroie à ce mystérieux métal qui ne sert pas à grand-chose si ce n’est à embellir le cou et les poignets de nos tendres compagnes (il semblerait que son usage industriel, c’est-à-dire « utile » représente moins de 15 % de l’ensemble de l’or disponible).

Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls, Warren Buffett lui-même éprouve quelques peines à comprendre la fascination que le métal jaune exerce sur ses congénères : « on obtient de l’or en creusant la terre quelque part en Afrique ou ailleurs, on le fait fondre, on creuse un autre trou pour l’enterrer à nouveau et on paie des gens pour le garder.  Quiconque observerait cela de Mars se gratterait la tête ».

Finalement, au départ, l’or a une valeur … parce que « on » a décidé de lui en donner une, pas nécessairement parce qu’elle est utile à quelque chose.  De notre point de vue, l’or est une monnaie fiduciaire presque comme les autres à un petit détail près : Ben Bernanke ne peut l’imprimer à volonté … mais si un jour, Mr Market décidait brutalement que la valeur-refuge c’est l’argent, le jade ou, pourquoi pas, un coquillage rare comme le conche ou le bénitier… que vaudrait encore le métal jaune ?

Il est fort possible que les petits lingots dorés procurent encore de plantureux rendements à leurs détenteurs dans les années qui viennent … mais nous, on n’aura pas compris pourquoi.

..

Warren Buffett, l’effet boule de neige (4e partie) : la marge de sécurité

Cet article est le 4ème d’une série de 5 qui reprend notre lecture de l’ouvrage d’Alice Schroder, Warren Buffett. La biographie officielle, l’effet boule de neige.

Le point principal que nous avons retenu de cet ouvrage, c’est que, selon notre lecture, les réussites du plus grand investisseur de tous les temps tournaient, et tournent toujours autour de trois vecteurs.

Les trois premiers articles :

Investir comme Buffett, ce n’est pas investir sur des blue chips

1er vecteur : la machine à cash

2e vecteur : le cercle d’amis et de connaissance

3° La marge de sécurité

C’est évidemment le troisième vecteur de la réussite de Warren Buffett, d’une importance tout aussi fondamentale que les deux précédents et dont une partie est liée au vecteur précédent. Continuer la lecture de Warren Buffett, l’effet boule de neige (4e partie) : la marge de sécurité

Warren Buffett, l’effet boule de neige (3e partie) : le cercle d’amis

Cet article est le 3ème d’une série de 5 qui reprend notre lecture de l’ouvrage d’Alice Schroder, Warren Buffett. La biographie officielle, l’effet boule de neige.

Le point principal que nous avons retenu de cet ouvrage, c’est que, selon notre lecture, les réussites du plus grand investisseur de tous les temps tournaient, et tournent toujours autour de trois vecteurs.

Les deux premiers articles :

Investir comme Buffett, ce n’est pas investir sur des blue chips

1er vecteur : la machine à cash

2° Le cercle d’amis et de connaissances

Le second vecteur de l’effet boule de neige est tout aussi important que le premier, voir plus, même si cela dépend de l’angle selon lequel on se place. Continuer la lecture de Warren Buffett, l’effet boule de neige (3e partie) : le cercle d’amis