Action gratuite : qui prend-on pour un con ?

Certains gros mastodontes de la côte sont « chéris » par les actionnaires individuels car ils distribuent des dividendes depuis des années. Et ceci de façon aussi régulière qu’un métronome. Si ce dividende augmente, même dans des proportions minimes, tous les ans, l’investisseur est ravi. Pourquoi pas.

D’autres « grands » noms de la place font plus : ils offrent à leurs actionnaires des actions gratuites. Super ! Nous diriez-vous cher lecteur. Attendez… Avec la démonstration du gâteau, nous allons voir ce qu’il en est réellement. Cette semaine, c’est le spécialiste du parapétrolier Bourbon qui a sévi. Il a en effet annoncé la distribution d’une action gratuite pour 10 détenues.

Est-ce que distribuer une action gratuite crée de la valeur ?

Eh bien, cher lecteur, prenez un gâteau. Par exemple, un gâteau au chocolat (notre préféré, celui avec des cerises à son sommet). Ce gâteau c’est Bourbon, l’entreprise cotée. Dans notre rhétorique, nous allons faire l’hypothèse qu’il n’y a que deux actionnaires qui ont un nombre d’actions égal. Bien entendu, Bourbon a des milliers d’actionnaires, mais cela ne change rien à la démonstration, il suffit de multiplier le nombre de parts… Bref, les deux actionnaires, avant la distribution d’actions, possédaient chacun 10 actions. Soit un total de 10 + 10 = 20 actions. Reprenons notre gâteau au chocolat, chaque actionnaire détient donc 10 parts sur un gâteau de 20 parts.

Maintenant, Bourbon propose de distribuer une action gratuite pour 10 actions détenues. Nos deux actionnaires qui ont chacun 10 parts de gâteaux sont, a priori, ravis : ils vont désormais posséder 10 + 1 parts de gâteaux, soit 11 parts. Excellente nouvelle ! C’est là que la magie intervient. On prend un gâteau, le même gâteau de 20 parts qu’on coupe désormais en 11 + 11 parts, soit 22 parts. Les actionnaires ont certes plus de parts, mais sur le même gâteau. Ce sont simplement des parts de plus petites tailles ! Il n y a donc aucune création de valeur. Financièrement, l’opération est neutre pour l’actionnaire, la valorisation de Bourbon restant identique.

Imaginons maintenant que le management annonce des résultats un peu en deçà des attentes, que l’entreprise a un fort actionnariat individuel et qu’elle ne souhaite pas distribuer un dividende en hausse pour maintenir son niveau de trésorerie – simples hypothèses. Ce management a alors la brillante idée d’attribuer à ses actionnaires une action gratuite pour x actions détenues. Cette opération est une simple écriture comptable, elle permet de diviser un même patrimoine en un peu plus d’actions. Rien d’autre.

Et pourtant, nous pensons que ce type de comportement managérial peut avoir du sens. Suite à ce communiqué, il y aura un effet d’annonce : « cette entreprise distribue des actions gratuites », ce qui pourrait, à court terme, maintenir le niveau du cours, voir même le pousser à la hausse. Enfin, c’est une décision qui ne coûte rien à l’entreprise. Alors si elle peut faire passer la pilule de résultats moins bons qu’attendus en contentant une partie de son actionnariat par un simple jeu d’écriture, elle aurait tort de s’en priver !

26 réflexions au sujet de « Action gratuite : qui prend-on pour un con ? »

  1. le split d’actions pousse très souvent le court a la hausse (1 pour 10, voire 10 pour 10). certaines entreprises proposent même 1 action pour chaque actions possédées, c’est un manière (souvent gagnante) pour elles de doubler rapidement leur capitalisation boursière

    1. C est un peu une anarque …on ne peut pas faire partie de l action gratruite…car il n accepte pas ces actions au nominatif quand Elle’s sont dans un pea…Avis aux autres!!

  2. « Dix joueurs se réunissaient dans un salon. Pour plus de facilité, ils avaient coutume de prendre chacun dix jetons contre lesquels ils déposaient cent francs sous le chandelier, de manière à ce que chaque jeton correspondît à dix francs. Après la partie on réglait les comptes, et les joueurs retiraient du chandelier autant de fois dix francs qu’ils pouvaient représenter de jetons. Ce que voyant, l’un d’eux, grand arithméticien peut-être, mais pauvre raisonneur, dit: Messieurs, une expérience invariable m’apprend qu’à la fin de la partie je me trouve d’autant plus riche que j’ai plus de jetons. N’avez-vous pas fait la même observation sur vous-mêmes? Ainsi ce qui est vrai de moi est successivement vrai de chacun de vous, et ce qui est vrai de chacun l’est de tous. Donc nous serions tous plus riches, en fin de jeu, si tous nous avions plus de jetons. Or, rien n’est plus aisé; il suffit d’en distribuer le double. C’est ce qui fut fait. Mais quand la partie terminée, on en vint au règlement, on s’aperçut que les mille francs du chandelier ne s’étaient pas miraculeusement multipliés, suivant l’attente générale. Il fallut les partager, comme on dit, au prorata, et le seul résultat (bien chimérique!) obtenu, fut celui-ci: chacun avait bien le double de jetons, mais chaque jeton, au lieu de correspondre à dix francs, n’en représentait plus que cinq. Il fut alors parfaitement constaté que ce qui est vrai de chacun ne l’est pas toujours de tous. »
    – Frédéric Bastiat, Maudit argent !

  3. Il y a quelque chose que je ne suis pas sûr de saisir dans votre démonstration :
    quand l’entreprise distribue 1 action gratuite pour 10 possédées, ajuste-t-elle le cours de l’action de façon à ce que 11 actions = 10 actions en valeur en euro?

    Merci d’avance pour votre réponse.
    r

      1. Est-on sur dans ce cas que de ‘nouvelles’ actions ont ete emises et le capital dilue ?
        Ne s’agirait-il pas d’un rachat d’actions par la societe suivi d’une redistribution gratuite ?
        Ou de parts deja detenu en propre que la societe a decide de distribuer ?

        Dans ce cas la valeur intrinseque de l’action reste la meme.

        1. Bonjour Rod,

          Bien entendu le capital par action est diminué. Quelque soit le dénominateur dans la fraction suivante, le numérateur « n » reste le même :

          n/100 ou n/110

          « Ne s’agirait-il pas d’un rachat d’actions par la societe suivi d’une redistribution gratuite ? »
          ==> non.

          « Ou de parts deja detenu en propre que la societe a decide de distribuer ? »
          ==> non.

  4. Sans parler des frais occasionnés par cette débilité à la charge de l’actionnaire ou de l’entreprise.

    J’ai abandonné air liquide uniquement pour ce fait, qui s’amuse a faire ce genre de débilité pour vieux tous les 2 ans.

    1. Dans le cas d’Air Liquide, les attributions d’actions gratuites sont en fait intéressantes (et créatrices de valeur) pour les actionnaire au nominatif depuis au moins 2 ans. En effet, ces actionnaires reçoivent 10% d’actions gratuites en plus (que les autres actionnaires.

      Démonstrations (les chiffres pris ici sont fictifs) :
      La société a au départ 100 000 000 actions.
      M.Actionnaire_au_nominatif_fidèle possède 1 000 actions.
      Les autres actionnaires ‘fidèles’ recevant 10% de plus possèdent en tout 10 000 000 actions.
      M.Actionnaire_pas_au_nominatif possède 1 000 actions.
      On suppose une attribution de 1 action gratuite pour 10 actions anciennes.

      L’attribution sera de 10 000 000 d’actions (1 pour 10) + de 100 000 action (10% de plus pour les actionnaires ‘fidèles’).
      La société aura au final 110 100 000 actions.
      M.Actionnaire_au_nominatif_fidèle possèdera 1 110 actions.
      M.Actionnaire_pas_au_nominatif possède 1 100 actions.

      Si la valeur de la société est de 10 000 000 000 €, chaque action avant attribution vaut 100€, et chaque action après attribution vaut 90,8265 €.
      Le portefeuille de M.Actionnaire_au_nominatif_fidèle est passé de 100 000€ à 100 817€.
      Le portefeuille de M.Actionnaire_pas_au_nominatif est passé de 100 000€ à 99 909€.

      M.Actionnaire_au_nominatif_fidèle a bien gagné pas loin de 1% (sans que la valeur de la société change)…

      1. Bonjour GBL,

        A notre avis, les actions gratuites attribuées par Air Liquide n’ont pas créées de valeur : elles ont déplacé une partie de la valeur des actions non nominatives vers les actions nominatives. Un peu comme certaines actions privilégiées que nous rencontrons souvent au sein des « daubasses » américaines attribuent un supplément de valeur à certains actionnaires au détriment d’autres.

        1. Je suis bien d’accord. Mais pour celui qui est actionnaire au nominatif, la valeur a bien augmenté(et quand c’est moi, c’est ce qui m’importe !). Si on considère que les actionnaires au long cours, stables, participent (modestement) à la valeur de la société, ce n’en est que logique d’ailleurs !

  5. Completement d’accord (je suis gentil, hein)
    C’est d’ailleurs ahurissant que ce soit systematiquement passé sous silence, comme si le nombre d’actions importait peu…

    pour continuer avec le cac40, certaines boites ont une sacree inflation du nombre d’actions d’annee en annee.
    avec une creation de valeur pas toujours franchement evidente. c’est souvent pour remunerer le personnel (plan d’actions grauites, exercice de stock options, etc…)

    Meme vu un slide de Vivendi ds une presentation pour analystes, mettant en valeur l’augmentation du dividende (en valeur totale) de 2009 a 2010 de qqs pourcents.
    Alors que le dividende par action est resté stable… est-ce que le terme « sketch » vous semble aussi approprié?

    1. Bonour Walhalla,

      Ce cas de figure est un peu différent dans le sens où il laisse le choix à l’actionnaire de rester ou non entièrement investi dans la société : celui qui perçoit un dividende en numéraire sera, en compensation, dilué par rapport aux actionnaires qui ne souhaitent pas le recevoir. Mais franchement, nous avons quand même l’impression qu’on se complique la vie bien inutilement.

  6. Effectivement si un actionnaire externe à la société vous offre une action qu’il a lui-même payée, dans ce cas d’accord, cette action est vraiment gratuite ! ! !
    Si c’est la société elle-même qui émet simplement ces actions cela revient à produire une augmentation artificielle du capital mais sans apport réel de valeur pour l’entreprise, et donc une dilution de la valeur de chaque action, CQFD !
    Ca sent un peu le piège à gogo quand même…

  7. Ce raisonnement me semble ne pas tenir compte d’une distribution d’actions propores, achetées auaparavant par l’entreprise et logées à l’actif.
    Dans votre exemple, deux actionnaires ont chacun 9 parts, et l’entreprise en détient deux en actions propres, qu’elle re-distribue, de sorte que les actionnaires ont maintenant chacun 10 parts.
    Dans ce cas, comme la distribution d’actions ne dilue pas la part de l’actionnaire existant, cette distribution crée vraiment de la valeur pour l’actionnaire qui les reçoit, puisque le nombre d’actions en circulation n’est pas modifié, le droit aux bénéfices augmente, etc
    Non ?

    1. Bien sûr Croc que ce raisonnement tient compte des éventuelles actions propres : n’oubliez pas que les différentes méthodes de valorisations par action tiennent compte des actions en circulation de la société et donc sont calculées après soustraction des actions auto détenues. Si ces actions auto détenues sont distribuées, mécaniquement, la valorisation par action en circulation est diluée.

      Petit détail technique : en norme IFRS, les actions propres viennent en soustraction des fonds propres au passif et non en augmentation des placements financiers à l’actif.

  8. Bonjour
    j’hesite d acheter des actions ou la societe compte distribuer 74% gratuitement
    j ai vu historiquement que la societe a offert 100% d actions gratuite fin 2010
    ET BIen tenez bien
    la valeur de l action a baissé d’environ 10% C est tout;
    jai traqué dautres societes, pareil la baisse des cours etaient tres inferieures a l’attribution d’actions
    qu’est ce que vous en pensez?
    je compte prendre 10KEUROS de cette action

  9. Bonjour Pirlo,

    Nous en pensons exactement ce que nous avons écrit ci-dessus. Si vous achetez cette société parce que vous trouvez qu’elle est sous évaluée ou qu’elle a un potentiel de croissance extraordinaire, achetez là. Mais, pour notre part, jamais nous ne baserons notre décision d’achat uniquement sur base de cette attribution d’actions gratuites … Ceci dit, répétons à toutes fins utiles que nous ne donnons aucun conseil : nous disons ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons mais absolument pas ce que vous devez faire.

  10. Bonjour
    Je comprends votre raisonnement,
    mais une des raisons aussi c’est la croissance,
    jai fait le calcul de quelques ratios, voici ci bas:

    PER 18 20 24 33
    PBV 3.7 4.1 6.0 7.1
    Current ratio1.15 1.51 1.37 1.66
    Solvabilite 99.1% 105.6% 83.9% 97.1%
    EPS GROWTH 12.7% 18.7% 36.6%
    la ligne gauche c’est la derniere anne
    qu’est ce que ces ratio peuvent dire pour vous?
    je prefere avoir un avis externe.
    merci

    1. Pirlo,

      Nous ne pouvons que répéter ce que nous venons de dire : si vous avez la conviction que la société ne cote pas chère, que de surcroît vous y avez décelé un potentiel de croissance intéressant et que vous avez la conviction qu’elle maintiendra sa capacité bénéficiaire sur le long terme, c’est qu’il s’agit sans doute d’un bon investissement.

      Ceci dit, payer 3 fois les fonds propres et 18 fois les bénéfices, ça ne fait pas partie de notre philosophie d’investissement mais ce qui compte, c’est que cela s’encadre dans VOTRE philosophie d’investissement.

      Par contre, nous persistons et signons : acheter cette société parce qu’elle distribue des actions gratuites nous semble réellement un mauvais argument.

  11. Bonjour,
    juste une question, lorsque l’on a le choix entre versement en numéraire ou en actions, le versement en actions ne se fait’il pas avec une augmentation de capital avec le cash dégagé pour les dividendes ? Dans ce cas là l’actionnaire n’est pas lésé non ?

    Je m’explique avec un exemple.

    L’entreprise X est répartie en 100 actions de 10€ soit un capital de 1000€.
    Mon actionnaire a 10 actions. Il possède donc pour 100€ d’action.

    Elle décide d’un dividende de 1€ par action, versé en numéraire ou en action (1 pour 10 possédée) (soit 100€ à redistribuer)

    Si la distribution est en action avec une augmentation de capital de 100€, on a alors 110 actions avec un capital de 1100€. Mon actionnaire a 11 action à 10€ soit 110€.

    Si la distribution est en numéraire, alors il a 10 action à 10€ et 10€ de cash. Il retrouve bien ses 110€.

    Bon bien sur si la distribution se fait sans augmentation de capital c’est du vol.

    1. Bonjour Thomas,

      Effectivement, si l’actionnaire a le choix de percevoir le dividende en numéraire ou sous forme d’actions, il n’y a pas « d’arnaques ». Imaginons une société qui distribue un dividende de 5 euros par actions et des actions ayant une valeur de 100 euros. Si vous avez le choix entre percevoir le dividende en numéraire ou de recevoir à la place une action pour 20 détenues, les actionnaires se trouveront au final avec :

      soit 20 actions et du cash pour 100 euros
      soit 21 actions de 100 euros

      Après, le choix se fait en fonction de questions d’optimalisation fiscale ou de stratégie personnelle.

      Mais le cas que nous abordions dans l’article, c’est celui d’une société qui propose juste de distribuer des actions gratuites. Dans ce cas, les actionnaires ne gagnent strictement rien et la direction aurait pu se passer de débourser les frais administratifs inhérents à cette opération.

  12. Bonjour,

    Il me semble avoir lu que l’OST Bourbon de 2011 donnais des actions uniquement pour les actions au porteur et non au nominatif (info à confirmer). En ce qui concerne Air liquide, c’est l’inverse. Dans les deux cas on prend du gâteau aux uns pour le donner aux autres. Peux-on dire dans ce cas que la pratique de donner uniquement des actions permet d’insister les actionnaires à privilégier tel ou tel forme d’actions ?

    De plus le don d’actions peut être organisé pour des raisons techniques : J’ai suivi le cas de Bolloré. L’action Bolloré coutait environ 400 euro au dernier trimestre 2014. Le groupe a décidé de donner 100 actions par action détenu dans le but affiché d’augmenter la granularité et de fluidifier les transactions. Le 1er décembre 2014 l’action est passée naturellement d’environ 400 euro a environ 4 euro au niveau du marché.

    Je m’attendais à voir une énorme fracture sur la courbe de l’action ce jour-là mais il n’y en a pas eu. J’ai constaté que tout l’histogramme a été modifié ! Par exemple l’histogramme indique à ce jour (janvier 2015) que le 27 janvier 2014 une action coutait 3,96 euro. Hors à cette date les transactions sur cette valeur était aux alentours de 396 euro l’action. Voir l’histogramme sur le site de Boloré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.