Portefeuille au 30 Août 2013 : 4 ans 280 jours

  • Portefeuille : VL 6,8412 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 577,12%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 107,12%
  • .
  • Rendement Annualisé : 49,37%
  • Rendement 2013 : 18,93%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : 1,92%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 114,7129 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 71,09%
  • Rendement Annualisé : 11,92%
  • Rendement 2013 : 11,71%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

L’équipe des Daubasses sur le grill de la « Finance Comportementale » (introduction)

Conceptual image - meditations over the finance

Nous allons vous présenter dans les semaines à venir une série de 11 réflexions  sur la psychologie de l’investisseur que certains appellent un peu prétentieusement, selon nous, « la finance comportementale » ou en anglais « behavioral finance« .

Ceux qui nous lisent depuis un certain temps savent tout l’intérêt que nous portons à la psychologie en investissement car nous pensons depuis longtemps qu’agir ou réagir avec bon sens pèse au moins pour 50% dans la réussite d’une performance au-dessus de la moyenne. Les 30% suivants sont, selon nous, générés par la capacité de travail de l’investisseur et les derniers 20% par le « process » choisi.

Par expérience mais aussi grâce aux nombreuses discussions que nous avons eu avec pas mal d’investisseurs, amis, connaissances, abonnés à nos lettres ou simple lecteurs de notre blog, les 30% pris en charge par la capacité de travail et les 20% pris en charge par le process sont souvent bien intégrés et compris tandis que la manière d’agir ou de réagir entièrement liée a la psychologie de chaque investisseur est souvent  laissée à la marge, voire tout simplement oubliée.

Nous n’avons pas vraiment la possibilité de savoir pourquoi un aussi grand nombre d’investisseurs sont prêts à travailler avec acharnement puis à choisir et à élaborer un process  tout en délaissant la partie qui va téléguider ce travail vers la réussite…..C’est un peu comme si vous vous entraîniez d’enfer pour une course de 1000 mètres, que vous élaboriez une belle stratégie pour le départ, le milieu de course et les derniers 200 mètres avec des variantes tenant compte des qualités et des faiblesses de vos adversaires… mais que le jour de la course,  à deux heures du départ, vous mangiez un copieux repas bien arrosé qui va mettre à sac tous vos efforts d’entraînement et ne vous permettra pas d’appliquer l’entièreté de votre stratégie.

La base de notre réflexion sur ces 11 points de la psychologie de l’investisseur est tirée d’un fascicule  dont nous ne révèlerons pas le nom des auteurs dans un premier temps mais seulement la bibliographie de laquelle ils se sont inspirés. Bien entendu, nous vous révèlerons leur identité dans notre conclusion car il sera intéressant de remettre en perspective les détails de ces 11 points par rapport  à leur interprétation des textes.

Bibliographie
Bibliographie

Nous voulons aussi, avec cette  » mini-série », dépasser le tout  théorique. Nous avons souvent remarqué, dans tout ce que nous avons lu sur le sujet, que la théorie parle de biais, d’excès, d’illusions … avec justesse et souvent illustrée d’exemples choc et surprenants qui vous laissent coi et  tellement évident que l’on n’y a même jamais pensé. S’il est clair que l’on adhère  sans compter à ce qui est expliqué, nous n’avons jamais trouvé un exemple pratique relié à ces théories.

En fait, nous ne pensons pas que l’homme puisse changer sa nature profonde et l’ensemble de ses réflexes après la lecture d’un livre théorique sur sa psychologie……pour aborder l’investissement. Mais doit plutôt s’imposer un apprentissage qui pourrait s’apparenter à un dressage de fauve. La métaphore avec le dressage de fauve nous semble pertinente dans le sens où l’homme ne peut pas changer sa nature profonde d’un claquement de doigts mais peut modeler ses réactions, sa manière de penser, d’agir et de réagir dans des moments précis et bien définis.Un peu comme le tigre du Bengale, un fauves parmi les plus impressionnants du monde qui écoute le dresseur au doigt et à la baguette lors d’une représentation de cirque … Quand ce tigre entre dans sa cage circulaire, sous les projecteurs et sous le regard à la fois ébloui et anxieux des spectateurs, il est mis par le dresseur dans une situation spéciale et précise dans laquelle chacun de ses gestes et de ses attitudes ont été apprises. Le dresseur peut donc, dans cette situation et avec un risque mesuré, faire un gros bisous sur le nez de son tigre. C’est la magie du cirque.  Et pourtant, n’allons pas croire que la nature profonde du tigre a changé pour autant … car une fois rentré dans sa cage après la représentation, un gros bisou sur le  nez du tigre signifierait, pour le dompteur, … la mort.

Si nous avons intitulé cette série « L’équipe des Daubasses sur le grill de la « Finance Comportementale » », c’est que nous allons tenter de vous montrer au travers de certains exemples que les quatre membres de l’équipe ne sont pas différents de tout un chacun sur le fond… mais que nous avons appris  à agir différemment quand nous parlons investissements.

Et surtout, nous allons tenter de vous expliquer pourquoi. Les réponses que nous apporterons à certaines questions posées par les théories de la psychologie de l’investisseur seront faites soit de manière individuelle, soit collective.

Nous espérons aussi en traitant ce sujet important de manière sérieuse, ne pas louper l’anecdotique et le biais humoristique qui nous est cher.

Nous espérons surtout vous faire comprendre que chaque investisseur individuel a la possibilité, en s’auto disciplinant psychologiquement,  de se créer de toute pièce et à coût zéro, un avantage important par rapport à d’autres investisseurs pour lesquels ce sujet compterait « pour du beurre »…..!

finance comportementale

 

 

 

Portefeuille au 23 Août 2013 : 4 ans 273 jours

  • Portefeuille : VL 6,7803 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 571,10%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 108,13%
  • .
  • Rendement Annualisé : 49,33%
  • Rendement 2013 : 17,87%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : 0,74%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 115,6075 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 72,42%
  • Rendement Annualisé : 12,16%
  • Rendement 2013 : 12,58%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

Bas les masques : Renewable Energy Corporation

Au cours de ces mois de juillet et août, il n’y a pas vraiment eu de trêve estivale pour notre portefeuille.  Les opérations d’achat et de vente se sont succédé à un rythme soutenu.

Dans les semaines qui viennent, nous vous proposerons de dévoiler une par une chacune des opérations que nous avons débouclée.

Cette semaine, nous « démasquons » Renewable Energy Corporation Group, une des 3 sociétés que nous avions acquises lors de la déprime solaire.  Acquise en novembre 2011, nous avons liquidé notre position au cours de ce mois de juillet avec une moins-value d’une quinzaine de pourcents.  Une opération solaire qui a donc nettement moins bien « tourné » que la précédente que nous vous avions présentée avec Amtech.

Eh oui, on est comme ça chez les daubasses : non seulement nous parlons de ce qui a marché … mais nous n’évitons pas d’aborder les opérations « qui font mal ».

En réalité, la société a détruit sa Valeur d’Actif Net Tangible par action (qui est ce que nous estimons être la juste valeur de la société).  Cette destruction s’est opérée à un rythme bien plus soutenu que celui que nous envisagions au départ en raison de pertes récurrentes mais aussi d’une augmentation de capital qui a opéré une telle dilution que cette « juste valeur » est tombée sous le cours auquel nous pouvions vendre notre ligne.

Suivant en cela notre process, nous avons vendu nos actions sans aucun état d’âme.

Vous allez pouvoir découvrir ci-dessous les arguments que nous avions présentés à nos abonnés dans notre lettre du début décembre 2011.  Bien évidemment, ceux-ci avaient été tenu au courant en temps quasi réel de nos opérations tant d’achat que de vente.

Esprit viking – Renewable Energy Corporation Group

Dans un environnement anxiogène sur fond de crise des dettes gouvernementales, l’équipe des Daubasses vous propose une série en trois épisodes intitulé « Esprit Viking ». Nous vous présentons dans cette rubrique une société dont le siège social se situe en pays scandinave, que nous avons soit achetées pour le portefeuille du club ou alors pour nos portefeuilles personnels car ne répondant pas à nos critères stricts de Daubasses. Vous aurez compris, ce sont des entreprises norvégiennes et suédoises. Leurs pays d’origine présentent l’intérêt d’avoir une gestion gouvernementale saine et donc une notation AAA pérenne. Ce qui est un gage de stabilité et de bonne traitance de l’actionnaire à moyen terme. Mais ce n’est pas tout, ces sociétés ont également suscité notre intérêt car elles permettent d’investir dans la valeur au pays du Père Noël.

Pour notre premier volet (qui en comprendra trois), nous vous proposons une société norvégienne.

REC Group
(Oslo Stock Exchange, Ticker: REC.OL / ISIN : NO0010112675)
I. Introduction

Renewable Energy Corporation (REC) Group est une société norvégienne fondée en 1996 spécialisée dans le photovoltaïque. C’est une entreprise totalement intégrée qui a réalisé près de 14 Mds NOK en 2010. Voici ses différentes activités :

– l’activité Silicium = production de poly-silicium avec 2 sites de production aux USA

– l’activité Wafer = production de galettes de silicium, 1 usine en Norvège et 1 usine à Singapour

– l’activité Solar = production de cellules et de modules solaires, en Norvège et à Singapour

fermes solaires

Dans chacune de ces activités, l’entreprise utilise les produits en interne mais vend également à des tiers.

L’entreprise emploie 3 900 salariés à travers le monde.

actions énergies vertesPourquoi analyser cette entreprise ?

1° Le cours du titre a reculé de 75% (divisé par 3) en 1 an et de 90% (divisé par 10) en 3 ans

2° Des mauvaises nouvelles surestimées, nous allons vous expliquer pourquoi

3° Le secteur du photovoltaïque est massacré. Nous n’achetons pas des secteurs, mais des actifs

4° Le siège social étant située en Norvège, c’est donc la loi norvégienne qui régit le droit des affaires. Une bien bonne nouvelle, car c’est l’un des rares pays vertueux du vieux continent. Nous sommes rassurés quant à la bientraitance des actionnaires dans ce pays.

Comme nous vous l’avions informé en direct par email, nous avons acquis des titres de REC Group le 30 novembre 2011 à un prix de revient net de frais de 3,69 NOK l’action.

Nous ne tenons pas compte dans notre analyse du plan d’option de 8 600 083 options, car leur prix d’exercice est de 13,57 NOK, un cours plus de 3x supérieur au cours actuel.

II. La Valeur d’Actif Net Net (VANN)

Sur base des comptes arrêté au 30 septembre 2011, la valeur d’actif net-net s’élève à -14,82 NOK par action. Nous n’avons donc aucune marge de sécurité sur la VANN.

III. La Valeur d’Actif Net Estate (VANE)

La VANE ressort à -7,21 NOK par action. Nous n’avons donc aucune marge de sécurité sur la VANE.

IV. La Valeur de Mise en Liquidation Volontaire (VMLV)

Commençons par les actifs les plus liquides : l’actif circulant. Tout d’abord, son plus gros poste : les stocks. Ils représentent une valeur de 3,33 NOK par action. Etant donné la surproduction actuelle et l’importance des stocks au niveau mondial, nous prenons une marge de 50% et retenons donc 1,66 NOK par action.

renawable energy corporationEnsuite les créances clients. Elles représentent au bilan 2,23 NOK par action. La rotation des stocks s’est améliorée ces trois dernières années, passant d’une rotation moyenne de 92 jours à 78 jours sur l’exercice 2010. Par prudence, nous allons reprendre 80% de ces créances, car il n’est pas assuré que la majeure partie des clients du secteur pourront honorer leurs obligations. Nous reprenons donc ces créances pour 1,78 NOK par action.

Le troisième poste de l’actif circulant le plus important est le cash. Il représente 0,50 NOK par action et n’appelle aucun commentaire.

Le dernier poste de l’actif circulant est composé de couvertures sur devises pour 0,37 NOK par action. Par conservatisme et au regard de la volatilité des marchés actuels sur le marché des devises, nous allons reprendre ces données pour 0.

Passons à présent à l’actif immobilisé. Et commençons par le poste le plus importante, les équipements et outils sont amortis à hauteur de 32% dans le bilan après annulation des dépréciations pour fermetures. Nous ne sommes pas en mesure d’évaluer ce poste du bilan d’un point de vue économique, surtout dans le contexte actuel. Néanmoins, les activités silicium et d’assemblage solaire sont encore rentables et en reprenant 30% de la valeur nette inscrite au bilan, la valorisation nous semble prudente. Ce sera donc 3,78 NOK par action que nous retenons.

Le second poste significatif est composé des terrains et immeubles. Une fois retraitée la valeur d’acquisition d’une marge de 20%, nous obtenons un montant de 7,61 NOK par action.

Le solde du bilan est composé de crédits d’impôt différés, d’avances de paiement, d’actifs en construction et de participations financières pour un total de 2,22 NOK par action. Pour accroître notre marge de sécurité, nous ne reprenons aucun de ces actifs.

A tout cela, nous retranchons tout le passif du bilan, soit -21,30 NOK par action.

En hors-bilan, nous avons trouvé des leases futurs à payer pour un montant minimum de 511 M NOK, soit -0,51 NOK par titre.

Pour résumer :

+ stocks = 1,66

+ créances clients = 1,78

+ cash = 0,50

+ équipements = 3,78

+ terrains et bâtiments = 7,61

– passif = -21,30

– leases = -0,51

= -6,48 NOK par action

Il n’y a donc aucune marge de sécurité sur la VMLV.

V. La Valeur de la Capacité Bénéficiaire (VCB)

L’EBITDA du groupe au T3 2011 ressort à 370 M NOK. L’historique de rentabilité de REC est impressionnant. Sur les 5 derniers exercices, l’entreprise a généré en moyenne 1,94 NOK de bénéfice par action. A un taux d’actualisation de 12% et avec une trésorerie nette de -5,33 NOK par action, la VCB de REC ressort à 16,14 NOK.

A notre cours d’achat, la marge de sécurité sur la VCB est donc de 77%.

VI. La Valeur d’Actif Net Tangible (VANTRe)

Il est possible de calculer la VANTRe pour REC, car son retour sur investissement moyen sur les 5 dernières années est supérieur à nos 7% exigés. Il ressort sur les 5 derniers exercices à 10,30% (ROCI = 10,30%) et ceci malgré un exercice 2009 déficitaire.

Nous tenons à préciser que l’entreprise a acté de fortes dépréciations dans son bilan pour tenir compte de la fermeture de son site de production de wafers norvégien et de perspectives économiques moins favorables. Ainsi, par rapport au 31/12/2010, les fonds propres ont fondu de pas moins de 7,6 Md de NOK. Malgré le ralentissement du secteur et une rentabilité attendue en déclin pour 2011, et sans doute également 2012, la VANTRe reste selon nous un ratio pertinent dans le contexte actuel.

La VANTRe de REC est de 13,85 NOK, ce qui procure une marge de 73% par rapport à notre coût d’achat.

VII. Conclusions

Le titre REC Group présente actuellement une marge de sécurité de :

77% sur la VCB

73% sur sa VANTre

Clairement, le marché actuel du photovoltaïque ne fait pas rêver : l’offre excède largement la demande. Au-delà d’une baisse de la demande, c’est surtout la faute aux entreprises chinoises qui inondent le marché du fait de subventions et de prêts du gouvernement qui atteignent des niveaux extraordinaires. Ce qui tire évidement les prix vers le bas et casse le marché. C’est surtout vrai sur les galettes de silicium (l’activité wafer).

investir dans les énergies renouvelables

Nous estimons néanmoins que le management a bien réagi en fermant définitivement la plus grosse de ses deux usines norvégiennes de wafer à Herøya qui était destinée au marché européen. REC va pouvoir se recentrer sur ses métiers les plus rentables : le silicium où la marge d’EBITDA est supérieure à 50%, le wafer et le solaire (panneaux complets) avec son usine à Singapour pour le marché asiatique. La marge sur le solaire est inférieure au silicium mais toujours positive, de l’ordre de 10% attendu en 2011.

Le marché semble ne pas prendre en compte les efforts de restructuration que l’entreprise a rapidement mis en place et ne prend selon nous nullement pas en considération les capacités bénéficiaires de l’activité silicium qui est la pépite du groupe, avec des marges d’EBITDA de plus de 50% et des débouchés plus larges que le solaire : du gaz silane, du polysilicon SIEMENS et FBR pour l’industrie des semi-conducteurs.

Et comme le montre les marges de sécurité sur la VANTRe et la VCB, il n’est pas assuré que le meilleur était hier. Nul ne peut prédire de l’avenir. Ce qui est sûr, c’est que REC a un historique de création de valeur époustouflant et qu’en cas de reprise du secteur avec la disparition des concurrents les plus faibles, REC sera une des entreprises qui pourra sortir largement gagnante de la crise actuelle. REC présente un ratio de solvabilité de 56%, ce qui permet d’espérer que l’entreprise a les reins assez solides pour traverser la tempête actuelle. Enfin, sur le long terme, le marché du photovoltaïque est porteur car il bénéfice d’un effet ciseau positif : la baisse des coûts de production des galettes et donc du prix des installations solaires, et l’augmentation permanente de l’efficacité énergétique des panneaux. L’énergie solaire devient donc de plus en plus compétitive et se présentera de plus en plus comme une alternative évidente aux énergies fossiles.

Portefeuille au 16 Août 2013 : 4 ans 266 jours

  • Portefeuille : VL 6,7637 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 569,45%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 108,42%
  • .
  • Rendement Annualisé : 49,49%
  • Rendement 2013 : 17,58%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : 1,10%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 116,7078 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 74,06%
  • Rendement Annualisé : 12,43%
  • Rendement 2013 : 13,65%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

A vous la parole : le niveau des frais dans les différentes maisons de gestion de fonds

Dans cette rubrique, nous vous laissons la parole, à vous, ami(e) lecteur(trice). Cette rubrique est la vôtre : n’hésitez pas à nous proposer des textes de votre choix traitant de l’investissement au sens large.

L’ article que nous vous présentons aujourd’hui est proposé par notre ami Michael. Michael est un membre historique de « Valeur et Conviction ». C’est quoi « Valeur et Convictions » ? Il s’agit d’un groupe d’amis créé  à l’origine (en août 2006, 7 ans déjà !) par des membres du forum Sicav de Boursorama qui ont souhaité discuter, entre eux, d’investissement en actions directes. Petit-à-petit, au sein de « Valeur et Convictions », quelques-uns se sont intéressés aux fameuses « net net » et Michael fut un de ceux-là. Malgré une participation active à notre réflexion de départ, il n’a pas franchi le pas d’intégrer l’équipe des daubasses à l’origine : il préféra rester concentré sur ses investissements en fonds de placement devenant un observateur avisé de ce milieu.

frais de gestion fonds de placement

Un des critères les plus importants qu’il utilise pour sélectionner les fonds dans lesquels il investit, ce sont justement les frais de gestion. En effet, maîtriser ses coûts, c’est une des missions essentielles pour les managers d’entreprise. Et pour des fonds de placement pour lesquels la rentabilité future est encore plus aléatoire, le poids des charges est un des éléments prépondérants de la performance future du fonds.

D’ailleurs, pour certains gérants partisans de l’efficience des marchés comme John Bogle , le niveau de frais est le seul critère qui permettra, sur le long terme, de différencier les performances des différentes sicav.  Même si vous vous doutez que nous ne partageons pas ce dernier point, nous pensons que c’est malgré tout un élément à prendre en compte.

Comme chaque année, Michael a fait le point sur les managements fees des maisons de gestion qu’il suit et, aimablement, nous a proposés un résumé de son travail. Nous avons le plaisir de vous le présenter…

 

 

 

Méthodologie :

 

Nomenclature :

TER (Total Expense Ratio) représente la totalité des frais prélevés sur l’année. Il correspond à la somme des frais de gestion et des frais de surperformance.

Les valeurs sont représentées de la manière suivante dans le tableau :

 

TER (frais de gestion + frais de surperformance).

 

Ex : 2.10 (2+0.10) signifie un TER de 2.10% composé de 2% de frais de gestion et 0.10% de frais de surperformance.

« ? » signifie que la valeur n’est pas précisée.

 

Commentaire :

Le format des documents DICI (Document d’Information Clef pour l’Investisseur) appelé KIID en anglais (Key Investor Information Document) tend à s’homogénéiser entre les différentes maisons.

 

On peut toujours regretter qu’il n’y ait pas d’obligation à fournir les chiffres suivants :

 

– les frais d’intermédiation (transaction, mouvement)

– les frais de surperformance

 

Nous ne connaissons donc pas le réel TER annuel, même si les frais d’intermédiations sont souvent faibles et ne remettent pas en cause l’ordre de grandeur des frais.

La comparaison des frais entre les différents fonds conserve donc du sens, excepté quand la maison ne fournit pas les frais de surperformance, ce qui est heureusement rare.

 

Tableau :

 

Fonds TER 2009 TER 2010 TER 2011 TER 2012 Commentaire
 Fonds   France/Europe 
Sextant   PEA 2.40 4.56   (2.40+2.16) 2.50   (2.41+0.09) 4.29   (2.41+1.88)
Sextant   Europe N/A N/A Non   dispo Non   dispo Non   dispo, car pas assez d’ancienneté
MMC  (Moneta) 4.93   (1.80+3.13) 1.99   (1.80+0.19) 1.80+? 1.80+ ? Chiffre   de surperformance 2012 non précisé. Il s’agit d’un high water mark sur indice   de référence
MME   (Moneta) 1.80 1.80 1.80+? 1.80+ ? Chiffre   de surperformance 2012 non précisé. Il s’agit d’un high water mark sur seuil   de 7%
Entrepreneurs   (Flinvest) Non   dispo 1.80   (1.80+0) 1.79+? 1.79   (1.79+0) La   surperformance est de nouveau précisée en 2012
Tricolore   Rendement 2.37 2.20 2.27 2.28
Valfrance 2.09 2.16 2.12 2.18
Centifolia 2.63 non   dispo 2.60 2.60
Tocqueville   dividende 2.64 non   dispo 2.56 2.69
Agressor 2.84 2.91 2.76 2.77
Bestinfond 1.93 2.25 2.25 1.81
Indépendance   et expansion Non   dispo Non   dispo Non   dispo 3.59   (2.47+1.12) Première   année où les frais sont précisés
 Fonds Mixte 
Carmignac   Patrimoine 2.35   (1.74+0.6) 1.77   (1.77+0) 1.65   (1.65+0) 1.68   (1.68+0)
Echiquier   Patrimoine 1.20 1.20 1.19 1.19
Eurose 1.40 Non   dispo 1.41 1.41
 Fonds Monde 
Sextant   GL  2.06 5.20   (2.06+3.14) 2.08   (2.01+0.07) 4.05   (2.02+2.03)
Sextant   Inc 2.08 5.67   (2.05+3.62) 2.06   (2.02+0) 5.66   (2+3.66) frais   de mouvement inclus
Carmignac   Investissement 5.71   (2.01+3.70) 2.57   (1.88+0.69) 1.78   (1.78+0) 1.81   (1.81+0)
Valeur   Intrinsèque 2.24 2.25 2.26   (2.26+0) 2.26   (2.26+0) Pas   de commission de surperformance prélevée en 2012 alors qu’il y aurait pu en   avoir.
Skagen   global 2.75   (1+1.75) 1.29   (1+0.29) 1.00   (1+0) 1.19
 Fonds   Emergents 
Sextant   ADM  2.42 5.06   (2.42+2.64) 2.47   (2.46+0.01) 2.40   (2.40+0)
Carmignac   Emergents 2.70 3.79   (2.13+1.66) 1.81   (1.81+0) 2.68   (1.77+0.91)
Magellan 2.04 2.01 2.03 2.02
East   Capital Balkan 2.50 2.50 2.46 2.52
East   Capital Eastern Europe N/A N/A 2.49 2.51
 Fonds Matières   premières
Sextant   Peak Oil 2.41 6.99   (2.40+4.52) 2.49   (2.44+0.05) 2.29   (2.29+0)
Carmignac   Commodities 6.96 6.96 2.56   (2.56+0) 2.44   (2.44+0)
Tectonic   Fund Non   dispo 20.81   (2.80+18.01) 2.79   (2.79+0) 2.64   (2.41+0.23)

 

Analyse :

 

L’année boursière 2012 a été au final plutôt bonne, mais assez peu d’OPCVM ont battu leurs indices de référence. Les frais de surperformance n’ont donc été de retour uniquement chez quelques gestionnaires.

Seulement 4 OPCVM ont un TER supérieur à 2.80%, 3 font partie de la maison Amiral gestion et d’Indépendance et expansion. C’est signe d’une belle performance boursière, mais les frais de surperformance de plus 2% pour Sextant Grand Large et Inc. semblent un peu trop importants. Un calcul est peu moins généreux pour la maison de gestion me semblerait une bonne chose pour réellement aligner les intérêts du gestionnaire et du porteur de part.

On voit toujours que les frais des OPCVM des maisons françaises sont plus élevés que leurs homologues européens (TER de seulement 1.19% pour Skagen global et 1.81% pour Bestinfonds).

On peut regretter que 2 OPCVM  n’aient pas fournis leurs frais de surperformance (comme leur autorise la règlementation DICI) : MMC et MME. C’est dommage de la part de la maison Moneta, car le système de high water mark est particulièrement intéressant, mais il devient très complexe pour l’investisseur de savoir s’il a payé ou non des frais de surperformance.

A noter qu’Entrepreneurs précise maintenant sa surperformance en 2012 après un flottement en 2011, il faut saluer cette initiative.

En ce qui concerne Valeur Intrinsèque, David Pastel nous a fait une fleur en ne prenant pas de commission de surperformance en 2012 alors qu’il en avait le droit. C’est un jolie geste commercial (et sans communication sur le sujet), mais sera-t-il rééditer dans le futur ?

Pour la petite histoire, Amiral gestion et Pastel & Associés n’avaient pas leurs documents DICI à jour pour l’année 2012 au moment de cette analyse (juillet 2013), mais qu’une simple demande par email a entrainé une mise à jour rapide, prouvant le sérieux de ces deux maisons.

placement en sicav

.

 

Portefeuille au 9 Août 2013 : 4 ans 259 jours

  • Portefeuille : VL 6,6078 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 554,02%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 110,71%
  • .
  • Rendement Annualisé : 49,00%
  • Rendement 2013 : 14,87%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : 1,08%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 117,4687 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 75,20%
  • Rendement Annualisé : 12,64%
  • Rendement 2013 : 14,39%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

Flash-back estival (3e épisode)

En cette période de douceur estivale, l’équipe des daubasses prend un peu de repos bien mérité.gagner de l'argent en dormant

Certes, entre barbecue et farniente, nous poursuivons notre traque incessante des plus belles daubasses.

Pour la partie rédactionnelle du blog, nous avons plongé en apnée dans nos archives afin de vous proposer, cher( e) lecteur(trice), quelques anciens éditos de notre lettre mensuelle tels que nos abonnés ont pu les découvrir à l’époque.

Aujourd’hui, Nous vous proposons un petit « flash-back » au travers de l’édito de notre lettre de septembre 2011.

Souvenez-vous : c’était il y a seulement deux ans.  A l’époque, la crise de l’euro faisait rage et le CAC avait presqu’atteint un point bas et se situait près de 1 000 points sous son niveau actuel.

Des affaires en or ? …

Dans notre précédente lettre, nous avions souligné l’importance des liquidités détenues par les sociétés cotées.

Nous avions écrit, entre autres élucubrations, ceci : « l’augmentation de l’endettement des pouvoirs publics a permis… la diminution de l’endettement des particuliers et la constitution de grosses cagnottes dans les entreprises, grosses cagnottes qui, tôt ou tard, seront réinjectées sur les marchés des capitaux que ce soit par le rachat de concurrents ou d’actions propres, la distribution de plantureux dividendes ou… tout simplement, pour rembourser des dettes. »

Et peu après, nous apprenions, en vrac, une offre de rachat de Transatlantic par Berkshire Hataway ainsi que la souscription par le conglomérat de l’oracle d’Omaha à des actions préférentielles de Bank Of America, mais aussi le rachat de Cable Operation Insight Communication par Time Warner et celui de Aker Drilling par Transocean. Enfin, last but not least, Google dénouait les cordons de sa plantureuse bourse pour s’offrir Motorola (on avait presque oublié qu’elle existait encore celle-là).

Et dans un autre style, plus près de chez nous, nous avons remarqué des rachats d’actions importants dont le plus impressionnant est celui de Bouygues qui rachète 11 % de son propre capital.

Ami(e) lecteur(trice), nous n’avons pas l’intention de mettre en avant notre extraordinaire don divinatoire. D’ailleurs, pour tout vous avouer, la survenue de ces évènements ne nous a été d’aucune utilité. Mais ils mettent deux points en exergue : d’une part, les sociétés cotées détiennent bien d’abondantes liquidités (mais cela, nous le savions déjà) et, surtout, d’autre part, nous pensons que si les directions des sociétés acquéreuses déposent des petits pactoles sur la table des négociations pour ajouter des petits bouts d’entreprises à leurs propres entreprises, ce n’est certainement pas parce qu’elles les trouvent chèrement valorisées. Il est d’ailleurs symptomatique de constater que ces opérations se font, pour la plupart, en monnaie sonnante et trébuchante et non, comme c’est souvent le cas en période de marché « euphorique », par échange d’actions.

Bien sûr, vous nous connaissez, cher(e) lecteur(trice) : nous n’allons pas vous annoncer que nous avons touché un point bas ou que le marché ne peut que monter. Non, le marché peut descendre très bas lorsqu’il souffre de maniaco-dépression aiguë mais nous continuons à penser que sur le long terme, des actions de sociétés financièrement solides et achetées en solde constituent le meilleur des placements.

Et c’est ce que nous continuons à faire, que ce soit pour le portefeuille du club (nous sommes malheureusement « full invested » pour l’instant) ou au sein de nos portefeuilles personnels pour lesquels nous avons effectué quelques emplettes : ainsi, nous sommes retournés vers une vieille connaissance active dans la promotion immobilière (dont vous trouverez l’analyse en page 21). Certains d’entre nous ont également acheté une autre société, une réelle daubasse présentant un rapport risque/rendement qui nous paraît vraiment intéressant (dont vous trouverez l’analyse en page 25). Ces deux sociétés sont, cerise sur le gâteau pour nos abonnés français, éligibles au PEA.

investir dans les mines d'or

 

Enfin, nous avons investi sur l’or… ou plutôt sur des sociétés profitant de la hausse de l’or.

Disons de suite pour rassurer nos abonnés que nous n’avons pas succombé à la mode « goldique » … bien loin de là. Les sociétés sur lesquelles nous avons investi sont d’authentiques daubasses et, bien plus que leur secteur d’activité, c’est le prix d’aubaine auquel elles sont proposées qui nous intéresse.

 

 

.

Portefeuille au 2 Août 2013 : 4 ans 252 jours

  • Portefeuille : VL 6,6477 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 557,97%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 113,78%
  • .
  • Rendement Annualisé : 49,43%
  • Rendement 2013 : 15,57%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : 1,52%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 117,2453 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 74,86%
  • Rendement Annualisé : 12,65%
  • Rendement 2013 : 14,17%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir