A vous la parole : Weight Watchers

Dans cette rubrique, nous vous laissons la parole, à vous, ami(e) lecteur(trice). Cette rubrique est la vôtre : n’hésitez pas à nous proposer des textes de votre choix traitant de l’investissement au sens large.

Aujourd’hui, c’est notre ami Tanguy qui prend la plume.

Chers lecteurs,

Tout d’abord je voudrais remercier l’équipe des Daubasses de me faire confiance pour publier cet article. Je suis investisseur et auteur du blog Investir et devenir libre. Et comme vous lecteur de ce blog (et abonné aux bons conseils de la newsletter).Je ne suis pas un spécialiste des mégots de cigares, pour cela je fais confiance au blog des Daubasses, j’ai un univers d’investissement plus large (immobilier aux USA, matières premières mais aussi les actions bien sûr). Je recherche surtout des situations spéciales où des actifs sont sous-valorisés par le marché. Mes mentors en la matière sont Jim Rogers, Warren Buffett et Peter Lynch (autant prendre ce qu’il y a de meilleur n’est-ce pas ?).

acheter des actions weight watchersAujourd’hui, je voudrais partager une analyse d’une société en retournement que Mr le Marché a décidé de solder : il s’agit de Weight Watchers. Quelle est la situation et peut-il s’agir d’un investissement ?



Thèse d’investissement:

  • L’obésité est devenu le problème de santé numéro 1 aux USA et il existe une opportunité de croissance non exploitée en vendant le programme Weight Watchers auprès des entreprises
  • Un plan de transformation est en cours, mené par un management renouvelé
  • Un plan de réduction des coûts a été mis en place qui a déjà permis de faire plus de 50 millions de dollars d’économies
  • La priorité financière est de rembourser la dette (le dividende a été suspendu)

=> L’objectif est donc de jouer la capacité du management à redresser la société,


Présentation de Weight Watchers

Les points forts de la société

  • Weight Watchers est le premier programme de perte de poids mondial, cliniquement prouvé.
  • La marque est forte (la société existe depuis 50 ans) et appréciée.
  • La  mission de l’entreprise est claire.
  • Les profits sont stables dans le temps, avec un niveau de marge opérationnelle >25% (ils ont peu baissé lors de la crise de 2008/09).

Les points faibles de la société

  • Depuis 2013, les ventes sont en baisse, face à la concurrence d’alternatives comme des applications mobiles gratuites.
  • Les  coûts ont dérapé dans le passé, en particuliers les frais généraux.
  • Le précédent management a fortement endetté la société avec une programme de rachat d’actions de 1,5 milliards de dollars.


L’action est-elle à un prix intéressant ?

L’action a perdu près de 40% en 2013. Les craintes sur le ralentissement des ventes ont littéralement envoyé l’action au tapis car la dette de la société est importante. De plus la société a annoncé la suspension de son dividende le 30 octobre 2013.

  • Prix de l’action: 32$
  • Capitalisation boursière : 1,82 milliards de dollars
  • P/E: 7,9
  • Marge opérationnelle : 28% (sur les 9 premiers mois de 2013)
  • Dette : 2,3 milliards de dollars (300 millions payables en 2016 et 2 milliards en 2020)
  • Free cash-flow: 301 millions de dollars (sur les 9 premiers mois de 2013)

Malgré le poids de sa dette et l’érosion des ventes en 2013, on voit que la société continue à afficher une excellente marge opérationnelle et un cash-flow important. Historiquement, l’action se traitait avec un PE supérieur à 15 et elle est maintenant à quasiment la moitié de cela. C’est ce qu’illustre le graphique ci-dessous: en vert l’évolution du prix de l’action et en bleu la ligne de profits multipliés par 15 (comme le PE)

investir sur base de l'actualisation des free cash flow futurs

 

La société risque-t-elle de faire faillite ?

il existe 2 échéances de dettes.

  • 300 millions payables en 2016. Avec un free cash-flow de près de 400 millions de dollars par an et 180 millions de dollars de cash au 28 septembre 2013, cette échéance ne devrait pas poser de problème.
  • Ce qui est plus risqué, c’est la grosse échéance de 2 milliards payables en 2020. Si on table sur un cash-flow de 400 millions de dollars par an, il faudra allouer la totalité du cash générée pendant 5 exercices. Cela ne parait pas vraiment réaliste, il faudra donc surement rééchelonner  la dette mais si la profitabilité de Weight Watchers reste solide (ce que je  crois), cela ne devrait pas poser de problème. Néanmoins, la notation de  la dette a été abaissée par les agences de notations. Depuis mars 20123, Standard & Poors note BB-, c’est à dire dans la catégorie « Spéculative ».

Est ce que des « insiders » achètent ?

Il est toujours intéressant de regarder ce que font les « pros ». Et il est rassurant de savoir que plus intelligent que soi monte dans le bateau. En 2013, l’investisseur Joel Greenblat, du fonds Gotham Capital, s’est régulièrement renforcé. Son nom ne vous dit peut-être rien, mais il est connu aux Etats-Unis pour son best-seller Le petit livre pour battre le marché. Il cherche à investir dans des sociétés de qualités, en proie à une désaffection du marché, et qui sont en redressement.

Par contre je n’ai pas vu d’achats de la part du management.

En conclusion, je pense qu’il s’agit d’un pari risqué à cause de la dette mais que la société a des atouts solides. 

Le business est toujours rentable, avec un bon « moat ». Le marché est toujours porteur et le management semble à même de redynamiser l’entreprise. A posteriori, le programme de rachat d’actions 1.5 milliards de dollars (à un prix de $82 par action) apparaît comme une magistrale erreur ! Il faudra être patient car le management n’annonce pas d’amélioration significative avant 2015, mais si le plan de transformation délivre ses résultats, l’action devrait bien performer.
Si par contre le plan de redressement ne fonctionne pas, alors la possibilité de revalorisation serait inexistante.

NB : je ne possède pas d’actions Weight Watchers à ce jour mais cela peut changer.

 

L’auteur

Je suis Tanguy Caradec, j’ai 35 ans et dans la vie je suis un passionné de l’investissement, curieux du fonctionnement de notre monde moderne. A l’âge de 16 ans, j’ouvre mon premier PEA. Après le krack de 2000, je perds une grande partie de mes économies. Je décide d’apprendre à investir et à force de lire, je finis par comprendre plusieurs lecons essentielles pour réussir. J’ai diversifié mes investissements avec l’immobilier, l’or, les matières premières et je peux envisager à présent de devenir libre financièrement sans travailler jusqu’à 65 ans. Mon objectif est de continuer à développer mon patrimoine ainsi que de partager mon expérience pour vous aider à vous aussi investir et devenir libre.

 

Portefeuille au 24 Janvier : 5 ans 61 jours

  • Portefeuille : VL 7,3145 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 623,97%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 104,90%
  • .
  • Rendement Annualisé : 46,65%
  • Rendement 2014 : 5,32%
  • Rendement 2013 : 20,74%
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : -1,58%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 121,6024 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 81,36%
  • Rendement Annualisé : 12,20%
  • Rendement 2014 : -1,45%
  • Rendement 2013 : 20,16%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel et que nos abonnés ont accès a l’ensemble des extraits de compte de notre club d’investissement qui démontrent la réalité des rendements affichés, nets de taxes boursières et d’impôts sous fiscalité belge

 

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

Bas les masques : Infosonic, petite « repasse » …

Pour faire suite à l’article de notre ami Anatole la semaine dernière, nous vous proposons de dévoiler le fameux « bagger » dont il traite. Il s’agit en réalité d’Infosonics, une vieille connaissance pour nous puisque la société a déjà fait partie de notre portefeuille entre 2010 et 2012.

Après une première plus-value de près de 70 % réalisée à l’époque, nous avons donc remis le couvert en 2013 … et nous avons fait mieux : une plus-value de 231% (x3,31 !)  taxes de bourse et frais de courtage inclus et ce, en moins de 6 mois. C’est, en effet, le 24 décembre que nous avons liquidé cette position.infosonicsComme de coutume, nos abonnés ont été tenus au courant en temps quasi réel de cette opération.

Nous vous proposons de découvrir, ci-dessous, l’analyse que nous avions mise à leur disposition dans notre lettre mensuelle de juillet 2013 ainsi que, à sa suite, les différentes « news » de suivi qui ont été publiées dans les lettres suivantes.

Bonne lecture.

 

Infosonics Corp.

(Nasdaq, Ticker: IFON / ISIN : US4567841071)

 

I.             Introduction

C’est la deuxième fois dans l’aventure Daubasse que nous avons l’occasion de croiser le chemin d’Infosonics. Nous avions acheté des titres le 7 mai 2010 à un prix de revient, frais de courtage inclus, de 0,637 USD. Nous les avions revendus le 5 mai 2012 avec un gain net de frais de 69,57%. Lors de notre premier achat, son ratio de solvabilité était de 52%. Il est aujourd’hui de 99%.

A l’époque, l’activité d’Infosonics était principalement la distribution de produits et accessoires téléphoniques. Principalement via des exclusivités de licence comme Samsung et en majorité en Argentine.

Le siège de la société se situe toujours à San Diego (Californie) et elle emploie 108 salariés.

Aujourd’hui, le modèle s’est quelque peu transformé puisque l’entreprise distribue uniquement ses propres produits qu’elle conçoit elle-même sous sa marque verykool. Ce sont des produits d’entrée de gamme en termes de prix, mais qui sont d’un bon niveau technique. Ils ont adopté le système d’exploitation de Google au petit bonhomme vert, Androïd.

investir en bourse valeur techno

Désormais, Infosonics répartit son activité sur l’ensemble des pays d’Amérique Centrale et d’Amérique Latine. La société sous-traite la production de ses produits en Chine. Elle assure le contrôle qualité et les frais de recherche et développement.

L’analyse actuelle est réalisée sur la base d’un capital composé de 14 184 146 actions ordinaires et à partir des comptes trimestriels arrêtés au 31 mars 2013, et parfois des données des comptes annuelles 2012 quand l’information n’était pas assez détaillée dans les comptes trimestriels. Nous ne tenons pas compte dans notre calcul des exercices d’options qui sont exerçables à un cours de 0,97 USD, soit plus du double de notre cours de référence.

Le cours de référence est le cours de clôture du vendredi 28 juin 2013, soit 0,45 USD.

II.           La Valeur d’Actif Net Net (VANN)

La société possède un actif courant d’une valeur de 1,45 USD par action et l’ensemble de ses dettes représente 0,34 USD par action. Sa valeur d’actif net-net est donc de 1,11 USD par action, que nous avons ensuite retraitée de 0,09 USD par action à cause d’une dégradation du paiement des créances, passant d’une moyenne de 82 jours sur les 3 dernières années à 110 jours en 2012. Après cet ajustement, nous obtenons une valeur d’actif net-net de 1,02 USD par action.

III.          La Valeur d’Actif Net Estate (VANE)

La société ne détient pas d’immobilier, terrain comme bâtiments. Nous ne pouvons donc calculer de valeur d’actif net-estate.

 

IV.         La Valeur de Mise en Liquidation Volontaire (VMLV)

Dans cette évaluation, nous essayons d’estimer la valeur de la société si elle était mise volontairement en liquidation. C’est-à-dire dans une position confortable de réalisation de l’ensemble de ses actifs.

Avant de plonger au coeur du bilan comptable d’Infosonics, nous souhaitons, cher(e) abonné(e), vous apporter une remarque préalable : quasiment l’ensemble des actifs est composé d’actifs courants, soit les actifs les plus liquides. En deux mots, ce sont ceux que nous préférons. Aussi, nous ne constatons aucune dette bancaire et aucun passif à long terme. A priori, tout ceci sent bon la Daubasse. Maintenant, allons-y !

Tout d’abord, dans l’actif courant, commençons avec créances clients inscrites au bilan pour une valeur de 0,70 USD par action. La société a été payée en moyenne en 82 jours sur les 3 dernières années et en 110 jours sur l’exercice 2012. Du fait de ces délais de paiement qui ont tendance à se rallonger, nous pensons qu’une marge de sécurité de 20% n’est pas exagérée et nous reprenons donc pour ces créances un montant de 0,56 USD par action.

Nous avons ensuite la trésorerie. Elle représente 0,33 USD par action et n’appelle aucun commentaire. Nous la reprenons telle quelle.

verykool-i270-touchLe troisième poste est composé des stocks pour une valeur de 0,23 USD par action. La rotation moyenne des stocks sur les 3 dernières années a été de 21 jours et de 45 jours sur l’exercice 2012. Ces délais nous semblent relativement courts. La direction a déjà opté pour 8% de provision pour obsolescence potentielle des produits. Du fait de la technicité des produits, nous décidons de prendre une marge de sécurité supplémentaire de seulement de 10%. Ainsi, la valeur retenue pour ces stocks est de 0,21 USD par action.

La société a également payé en avance certains fournisseurs. Ces paiements en avance représentent 0,16 USD par action et les reprenons tels quels.

Enfin, les autres créances vis-à-vis de tiers représentent 0,02 USD par action. Par prudence et pour augmenter notre marge de sécurité dans notre calcul de la VMLV, nous ne tenons pas compte de leur valeur.

En ce qui concerne les actifs non courants, Infosonics possède des machines, des équipements et du mobilier acquis pour une valeur de 0,06 USD par action et amortis à hauteur de 0,04 USD par action (soit 66%), ce qui représente une valeur nette comptable de 0,02 USD par action.

Nous constatons par ailleurs la présence dans l’actif non courant « d’autres actifs » comptabilisés pour 0,02 USD. Nous allons symboliquement prendre une valeur pour l’ensemble de ces actifs, dont une partie est localisée en Chine, pour 0,01 USD par action.

Le total du passif (le total de ce que doit la société) représente 0,34 USD par action.

En hors bilan, nous avons trouvé des contrats de location qui représentent des engagements de loyers pour 0,06 USD.

Enfin, pour être exhaustifs, nous avons également trouvé des litiges en cours en République Dominicaine et Puerto Rico que nous évaluons à 0,09 USD en cas d’issues défavorables.

Pour résumer, nous obtenons en cas de mise en liquidation volontaire, la valeur suivante (en USD par action) :

Actif courant

+ Poste client : 0,56

+ Trésorerie : 0,33

+ Stock : 0,21

+ Paiements en avance : 0,16

+ Autres créances : 0

Actif immobilisé

+ Equipements et matériels : 0,01

Passif

– Total passif : -0,34

Hors bilan

– Loyers futurs : -0,06

– litiges en cours : -0,09

Nous obtenons donc une VMLV de 0,78 USD par action.

 

IV. La Valeur de la Capacité Bénéficiaire (VCB)

 

Sur les 5 derniers exercices, la société n’a généré qu’à une seule reprise un résultat opérationnel positif, en 2009.

Il nous est donc impossible de calculer une VCB.

 

Conclusions

Au cours actuel de 0,45 USD, le titre Infosonics présente une décote de :

56% sur la VANN

42% sur la VMLV

Le potentiel sur la Valeur d’Actif Net Tangible (VANT) est de : +154%

Notre calcul de solvabilité maison ressort à : 99%

Nouveauté !

Nous vous présenterons pour chaque analyse désormais le Ratio Technologique. Il s’agit en fait d’un ratio qui va nous permettre d’évaluer à la grosse louche le savoir-faire technique d’une daubasse et ainsi de pouvoir la comparer avec une autre. Ce qui facilitera nos décisions d’investissement si nous hésitons sur plusieurs cibles à l’achat.

Ce ratio est calculé de la manière suivante :

(Dépenses de Recherche & Développement des 5 dernières années) /capitalisation boursière

Ce qui nous donne un ratio technologique = 74%

Par exemple, dans notre cas présent, cela se lit ainsi : « les dépenses en recherche et développement des 5 dernières années représentent 74% de la valorisation de la société par le marché. »

Ce dernier ratio nous rappelle le changement de modèle stratégique avec le développement de la marque propre de smartphones Verykool.

fabricant de smart phone

Dans son dernier rapport trimestriel, la compagnie précise qu’elle possède la majeure partie de ses actifs ainsi que ses principaux partenaires aux Etats-Unis et en Asie. Ce qui nous rassure, car nous nous inquiétions sur le fait qu’elle soit très active en Argentine, pays peu enclin à faire des cadeaux aux entreprises privées. Nous faisons ici allusions aux différentes nationalisations qui ont fait la une de la presse il y a peu de temps (à savoir la filiale pétrolière de l’entreprise espagnole Repsol qui a été nationalisée sans discussion. L’indemnisation en compensation est encore en pourparlers). En fait, son activité dans ce pays ne représente plus que 2% de son activité en 2012. Elle a représenté bien plus par le passé, c’était même le premier de ses marchés lorsque sa principale activité était la distribution sous licence de produits Samsung. Licence que l’entreprise n’a pas renouvelée lors de son expiration fin 2011. Et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Il y a un autre élément quelque peu perturbant sur le titre Infosonics. Car il s’agit bien du titre et d’un souci clairement technique. Puisqu’à notre cours de référence de 0,45 USD, il existe un risque de delisting du NASDAQ. Un quoi ? En fait, si le titre ne remontait pas à plus de 1 USD au 10 juin 2013 ou au moins 10 jours de suite sur les 180 derniers jours, en vertu du Nasdaq Listing Rule 5810(c)(3)(A), le titre devait quitter le marché réglementé et se faire coter ailleurs… Sur un marché de gré à gré ou plus aucune obligation de publications de comptes n’est requise.

Cependant, nous estimons le risque faible. En effet, il s’agit plus selon nous d’une véritable volonté ouverte du management. Car un simple split permet de résoudre le problème : regrouper 2 actions en 1 action qui vaut 2 fois plus par exemple.

Enfin, nous rappelons que notre objectif de cours de 1,14 USD se situe au-delà des 1 USD.

Nous remarquons par ailleurs que le titre cote aujourd’hui – bien après le 13 juin – sous les 1 USD depuis octobre 2012 tout en restant coté sur le NASDAQ. Certainement que le comité du NASDAQ doit considérer la société Infosonics comme sérieuse.

Nouvelles de suivi publiées suite à l’achat et l’analyse

 

Lettre de août 2013

La société a annoncé le 23 juillet, l’expansion de sa gamme de téléphones avec le lancement de son nouveau Verykool ® RS90 Vortex smartphone. Le RS90, surnommé le Vortex, est le smartphone le plus puissant de la gamme actuelle Verykool. Il est alimenté par un processeur dual core 1,2 GHz et fonctionne avec le système d’exploitation Android 4.0 (Ice Cream Sandwich). Bon appétit !

Lettre de septembre 2013

Le rapport semestriel clôturé au 30 juin nous montre une belle stabilité patr-moniale de la société. La valeur net-net est de 1.1099$ et la VANT est de 1.1390$. Nous observons également que l’endettement sur les 6 premier mois a été réduit de 32% par rapport au rapport annuel 2012.

Dans le compte de résultat, nous voyons que les revenus sur les 6 premiers mois de l’année sont en baisse de 22% par rapport à la même période un an plus tôt. Le coût des produits a également baissé de 20% et les frais fixes sont stables. Au final, une perte de 0.05$ par action au lieu d’une perte, sur la même période en 2012, de 0.01$.

Sur le seul trimestre clôturé au 30 juin, nous observons une augmentation du chiffre d’affaire de 2.84%, tandis que le coût des produits a augmenté de 9% et que les frais fixes ont diminué de 4%. Au final, une légère perte de 0.003$ alors qu’un an plus tôt, sur la même période, la perte était de 0.02$.

Lettre d’octobre 2013

Le 12 septembre, la société a annoncé le lancement de son nouveau Verykool S470 Smartphone, son smartphone le plus puissant à ce jour. Le S470, surnommé Black Pearl, alimenté par un processeur quad core cadencé à 1,2 GHz et le système d’exploitation Android 4.2 (Jelly Bean), est maintenant le smartphone le plus puissant dans la gamme actuelle de Verykool.

Lettre de novembre 2013

La société a annoncé, à la mi-octobre, le lancement de son nouveau Verykool S400. Le S400, surnommé Ruby, est un smartphone à prix abordable qui est alimenté par un processeur dual core 1,2 GHz et le système d’exploitation Android 4.2 .

« Nous continuons à renouveler notre portefeuille de produits avec des processeurs plus rapides, des logiciels plus récents », a déclaré Joseph Ram, le boss d’Infosonics à l’occasion de ce nouveau lancement.

Là aussi, cette direction ne semble pas faire du sur place et c’est plutôt pas mal, même si nos espoirs de renforcer notre position s’éloignent de plus en plus avec la progression du cours de ces dernières semaines.

Lettre de décembre 2013

Avec le rapport des 9 premiers mois, nous apprenons que la VANT de la société est en augmentation à 1.1416$. Le chiffre d’affaire a progressé de +0.7%, tandis que le coût des produits a augmenté de 3.40%. Malgré des coûts fixes en très légère diminution et la R&D en diminution de 27%, la société signe une perte de 0.05$ par action alors qu’un an plutôt la perte était de 0.09$. Nous pensons franchement que la dynamique que nous avons relevée au cours des derniers mois est bien traduite dans le bilan. Et une petite accélération supplémentaire des ventes pourrait déboucher sur des profits en 2014!

 

Portefeuille au 17 Janvier 2013 : 5 ans 54 Jours

  • Portefeuille : VL 7,3771 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 630,17%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 101,36%
  • .
  • Rendement Annualisé : 47,11%
  • Rendement 2014 : 6,22%
  • Rendement 2013 : 20,74%
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : -1,03%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 125,9213 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 87,80%
  • Rendement Annualisé : 13,02%
  • Rendement 2014 : 2,05%
  • Rendement 2013 : 20,16%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel et que nos abonnés ont accès à l’ensemble des extraits de compte de notre club d’investissement qui démontrent la réalité des rendements affichés, nets de taxes boursières et d’impôts sous fiscalité belge

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

 

A vous la parole : « Mon tout premier résultat en Bourse »

Dans cette rubrique, nous vous laissons la parole, à vous, ami(e) lecteur(trice). Cette rubrique est la vôtre : n’hésitez pas à nous proposer des textes de votre choix traitant de l’investissement au sens large.

Aujourd’hui, c’est notre ami Anatole qui prend la parole … ou plutôt la plume.

Dans cet article j’explique comment j’ai atteint mon tout premier résultat en bourse grâce aux Daubasses et l’investissement dans la valeur.

Je m’appelle Anatole Liovine et je suis auteur-comédien. Quelques lignes plus loin j’expliquerai comment je suis arrivé à investir en bourse mais d’abord j’aimerais expliquer d’où je viens.

J’habite en Belgique mais je suis originaire de Russie. Je suis venu avec ma mère et mon frère et ensemble nous avons introduit une demande d’asile. On n’avait pas le droit de travailler ce qui fait qu’on devait se contenter du minimum pour vivre.

Autant dire que l’argent était un sujet compliqué, plus ou moins le 8 de chaque début du mois ma mère annonçait à mon frère et moi qu’il ne fallait plus faire d’achats car il ne restait plus que l’argent pour manger et payer les factures.

Ensuite nous avons été régularisés et peu de temps après mes passions qui sont l’écriture et le théâtre sont devenus mon métier. Je me suis fait le porte-parole de ceux qui n’ont pas de voix et je m’inspire du monde de la pauvreté que j’ai connu de très près pour faire de la création artistique.

Dès que j’ai commencé à travailler il s’est passé un phénomène très intéressant et qui est à l’origine de mon grand intérêt envers l’intelligence financière. Je me suis rendu compte que je n’avais pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre.

Tout ce que je me suis permis c’est de m’acheter une voiture et de louer un appartement. Je me suis tellement habitué à vivre avec très peu que mon salaire me suffit amplement.

Je n’ai pas du tout senti l’effet de la crise. Normal, puisque j’ai commencé à travailler en août 2008 et je n’ai jamais eu autant d’argent entre mes mains.

Il était évident pour moi que la seule chose sensée était de commencer à investir cet argent. Je n’avais pas assez de moyens ni de connaissances pour me lancer dans l’immobilier ni pour ouvrir une entreprise, la bourse m’a semblé être une bonne solution.

Le seul problème ce que je n’y connaissais rien non plus et dans mon entourage la bourse était la source de tous les maux, responsable de la mauvaise situation dans laquelle elle a plongé énormément de monde.

J’ai lu Peter Lynch et j’ai commencé à comprendre à quel point ma représentation du monde boursier était erronée. « Et si vous en saviez assez pour gagner en Bourse » était mon premier livre sur le sujet.

Je suis ensuite tombé sur une formation vidéo de Cédric Annicette qui s’appelle « Toucher des dividendes », c’est une méthode qui se concentre sur les entreprises qui versent un gros dividende et qui présentent des bons résultats sur du long terme. C’est dans cette formation que j’ai fait la connaissance du bilan annuel et du compte de résultat.

Je me suis dit qu’il doit avoir un moyen d’utiliser tous ces chiffres à mon avantage. Parmi tous les livres sur l’analyse fondamentale j’ai choisi « Investir dans la valeur : De Benjamin Graham à Warren Buffett et au-delà » de Bruce Greenwald. Mais il m’a semblé trop complexe à mon goût et j’ai abandonné l’idée d’investir croyant que ce n’était pas pour moi. Mon argent est resté sur mon compte d’épargne et perdait de sa valeur au fil du temps.

Puis j’ai lu Julien Delagrandanne « Investir en bourse : styles gagnants, styles perdants« . Conclusion : l’investissement dans la valeur est une des 2 meilleures techniques en bourse.

Dans ce livre, l’auteur parle du blog des Daubasses ainsi que de la confiance qu’il leur accorde. A ce moment là, j’avais déjà dévoré quelques articles des Daubasses en faisant des recherches et c’est comme cela qu’en juin 2013 je suis devenu client sur ce site.

Tout a bien démarré jusqu’à ce que l’un des titres du portefeuille perde, d’une manière tout à fait imprévisible, plus de 50 % de sa valeur, emportant tous les bénéfices que j’avais (ndlr : il s’agit de Plaza Center). Mais à ce moment là j’étais déjà un investisseur dans la valeur convaincu. Et au lieu de tout vendre et se dire que cette philosophie est fausse je me suis dit qu’il fallait continuer à y croire.

Le premier résultat ne s’est pas fait attendre. Pendant ma semaine de congé de fin d’année, l’un des titres s’est envolé me rapportant un mois de mon salaire comme plus-value (ndlr : il s’agit d’Infosonic). Je suis maintenant non seulement un investisseur dans la valeur convaincu mais un investisseur qui a un résultat, des preuves que cette philosophie fonctionne.

Cela s’est passé très vite à un moment où je ne m’y attendais pas. C’est mon tout premier gain et cela m’encourage très fort pour l’avenir.

Bravo pour votre projet les Daubasses !

J’ai tenu absolument à témoigner, c’est la seule manière que j’ai trouvé pour remercier cette équipe pour leur travail de qualité.

Maintenant je sais que j’ai fait un bon choix en devenant membre du blog des Daubasses. Je conseillerais à faire de même à tous ceux qui hésitent encore à franchir le pas.

Anatole Liovine

Je raconte ce qui m’a permis de sortir de la pauvreté sur mon blog

 

Portefeuille au 10 Janvier 2014 : 5 ans 47 Jours

  • Portefeuille : VL 7,2420 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 616,79%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 104,01%
  • .
  • Rendement Annualisé : 46,79%
  • Rendement 2014 : 4,27%
  • Rendement 2013 : 20,74%
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : -1,41%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 123,9881 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 84,92%
  • Rendement Annualisé : 12,73%
  • Rendement 2014 : 0,48%
  • Rendement 2013 : 20,16%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel et que nos abonnés ont accès a l’ensemble des extraits de compte de notre club d’investissement qui démontrent la réalité des rendements affichés, nets de taxes boursières et d’impôts sous fiscalité belge

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

 

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

 

 

Petit retour sur 2013 avant d’attaquer 2014 …

L’année boursière 2013 est donc terminée, une année riche en émotions, en rebondissements et en coups de théâtre … comme chaque année d’ailleurs.

Quantitative easing BernankeLe principal suspens de l’année pouvait résider en ces  3 mots : QE or Tapering ? C’est effectivement au gré des anticipations par le marché des impressions monétaires de ce cher Bernanke que les cours ont fluctué au cours de cette année.  Et « Helicopter Ben » a tenu à terminer son mandat dans un incroyable feu d’artifice :

– Hausse de la plupart des marchés de plus de 20 % sur l’année

– Twitter qui multiplie le cours de son IPO par plus de 2,5 alors que la société n’a jamais généré le moindre dollar de profit

– Le Dow Jones qui bat son plus haut historique à plus de 50 reprises

– Des taux d’intérêt au plancher

La hausse depuis le creux de 2009 est impressionnante et, ce qui est symptomatique, cette hausse s’est construite dans le scepticisme général.  Par contre, lorsqu’on regarde les prévisions pour 2014, la majorité des « voyants-prévisionnistes » nous annoncent une nouvelle hausse.  Ca y est : après que les marché aient plus que doublé depuis leur plus bas, tout le monde redevient consensuel sur la hausse.  Et quand un consensus se construit (que ce soit sur une hausse ou une baisse), l’équipe des daubasses tend à prendre ses distances face à ce consensus.

Fidèles à nos habitudes, nous n’avons pas l’ambition de « prédire » ce que sera l’année boursière 2014 : même si les opportunités se font, de notre point de vue, de plus en plus rares, nous savons très bien qu’un marché peut se montrer excessif dans son irrationalité.

Les nombreuses cicatrices des batailles boursières que nous avons menées sont là pour nous le rappeler : crash violent de 87, crise de l’immobilier parisien du début des années 90, crash obligataire de 1994, crise des pays émergents en 1997, bulle internet 2000, marché haussier des commodities des années 2000, attentats du 11/09, bull market dopé aux subprimes de 2003-2007, crash de 2008-2009 et enfin, ce nouveau bull market dopé aux QE cette fois.  Tout dans notre courte expérience financière nous démontre que la bourse peut monter très haut, beaucoup plus haut que la juste valeur des sociétés qui y sont échangées … et bas, très bas, beaucoup plus bas que ces mêmes justes valeurs.

Et pour les daubasses, comment s’est passé cette année ?

Comme vous pouvez le voir sur notre dernier compte rendu, nous avons battu, de justesse,  notre  référence :  le tracker Lyxor MSCI World en euros et dividendes inclus.  Reconnaissons que l’avoir battu d’un demi pourcent ou le sous performer d’un demi pourcent ne change pas grand chose à l’affaire.  Mais c’est vrai que le fait de pouvoir afficher 4 années de surperformance sur les 5 années d’existence de notre portefeuille ne peut que flatter notre petit ego.

Mais ce qui nous importe vraiment, c’est de savoir si notre approche « daubasse » continue à être performante, même durant une période où la bourse semble avoir rejoint ses justes valeurs.

Deux éléments à mettre en exergue cette année : la forte part de liquidité détenues au sein de notre club d’investissement et une petite partie investie dans les mines de métaux précieux.

Au cours de l’année 2013, comme vous pouvez le voir sur le tableau ci-dessous, notre portefeuille a été investi, en moyenne, à 4,05 % sur les mines de métaux précieux et 12,29 % du portefeuille a été « parqué » en cash.  Ces deux options ne résultent pas d’un choix délibéré, loin de là, simplement des conditions de marché.  Nous ne sommes pas devenus des « goldeux » acharnés mais il se fait que cette année, nous avons trouvé de belles opportunités « value » dans ce segment … même si l’approche que nous avons utilisée n’est pas l’approche « daubasses AOC » (ces mines ne sont ni des VANN, ni des VANE, ni même des holdings décotés).

Quant à la part des liquidités, elle ne résultat pas du fait que nous serions devenus des « permabear » invétérés « à la Nouriel Roubini » mais, plus simplement, du fait que les daubasses sont plus difficiles à trouver et que nous avons donc plus de difficulté à investir dans des sociétés présentant de très grosses marges de sécurité.

 

proportion investie du portefeuille boursier

Nous disions donc qu’un des  grands l’objectifs de ce blog est déterminer si l’approche « daubasse » fonctionne … Pour ce faire, nous allons retraiter la performance du portefeuille en éliminant l’impact des mines d’or et d’argent ainsi que du cash dans le rendement de l’année 2013.

Abstraction faite de ces deux postes, nous obtenons un rendement pour la partie « vraie » daubasse de notre club de 26,73 %, tout ceci en tenant des frais de courtage, des retenues d’impôt à la source sur les dividendes perçus et de la taxe sur les opérations de bourse de 0,25 %.

L’objectif de ce petit calcul n’est pas de démontrer que nous sommes des « gourous » de l’investissement en action ou de vouloir « gonfler » notre performance mais plus simplement de nous conforter dans l’idée que  « oui, les daubasses, ça marche » même en période de « vaches grasses » … avec la nuance que le travail de recherche est énorme et beaucoup moins efficace qu’en période de vaches maigres, ce qui oblige d’une certaine manière à diversifier le portefeuille encore plus.

Effectivement,  alors qu’au départ il était simple d’acheter des sociétés décotées en se cantonnant sur les marchés US et français, nous avons été contraints d’élargir un maximum notre quête et nous avons à présent un portefeuille vraiment « mondialisé », ce qui nous permet, de notre point de vue,  d’obtenir une petite sécurité supplémentaire.  Jugez-en plutôt :

 l’Asie représente 8,1 % de notre portefeuille

Les autres émergents  5,4 %

Soit 13,5 % pour l’ensemble des pays émergents

La France  14,8 %

L’Allemagne 1,1 %

L’Italie à 7,7  %

Le Bénélux 3,9 %

soit 27,5 % pour la zone euro

Le Canada 3,3 %

La Suède  2,5 %

Le Royaume- Unis  9,3 %

La Suisse  1,5 %

Les USA  25,5 %

Soit 42,1 % pour les pays développés hors zone euro

Quant aux mines de métaux précieux, elles  pèsent 3,9 %

Enfin, au niveau des liquidités détenus, nous en sommes à :

4,9 % en dollar US

4,1 % en euros

3,8 % dans une autre devise

 

Cette diversification extrême n’a pas été voulue sciemment par l’équipe mais elle découle simplement de l’adaptation qui nous a été imposée par le marché.

Une performance toujours appréciable sur la partie « daubasses pures » de notre portefeuille et une hyper diversification géographique « inconsciente » : tels sont les deux grands évènements que nous retenons de notre année 2013 … bien plus que le boost des marchés développés, la stagnation des marchés asiatiques ou la décrue de l’or.

A l’avenir, à l’instar du grand Walter Schloss, nous continuerons la difficile tâche de nous adapter aux conditions de marché tout en conservant notre philosophie d’acquisition d’actifs décotés.

En attendant, nous vous présentons nos meilleurs vœux pour 2014 : que cette année vous apporte santé, bonheur et prospérité.

 

Portefeuille au 3 Janvier 2014 : 5 ans 40 jours

  • Portefeuille : VL 7.0390 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 596.70%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 110,30%
  • .
  • Rendement Annualisé : 46.19%
  • Rendement 2014 : 1,35%
  • Rendement 2013 : 20,74%
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : -0,84%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 124.2349 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 85.29%
  • Rendement Annualisé : 12,82%
  • Rendement 2014 : 0,68%
  • Rendement 2013 : 20,16%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel et que nos abonnés ont accès a l’ensemble des extraits de compte de notre club d’investissement qui démontrent la réalité des rendements affichés, nets de taxes boursières et d’impôts sous fiscalité belge

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir

 

Portefeuille au 31 Décembre 2013 : 5 ans 37 jours

  • Portefeuille : VL 6,9451 € (Frais de courtage et de change inclus)
  • Rendement Total : 587,41%
  • .
  • Potentiel Estimé VANT / Cours 109,38%
  • .
  • Rendement Annualisé : 45,89%
  • Rendement 2013 : 20,74%
  • .
  • Rendement 2012 : 24,19%
  • Rendement 2011 : -15,65%
  • Rendement 2010 : 38,07%
  • Rendement 2009 : 308,74%
  • Taux de Rotation Annualisé : 18,75%
  • Effet Devise Total : -2,05%

.

  • Tracker ETF Lyxor MSCI World : VL 123,3917 € (Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
  • Rendement Total : 84,03%
  • Rendement Annualisé : 12,69%
  • Rendement 2013 : 20,16%
  • Rendement 2012 : 11,20%
  • Rendement 2011 : -8,22%
  • Rendement 2010 : 18,76%
  • Rendement 2009 : 30,34%

 

* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel et que nos abonnés ont accès à l’ensemble des extraits de compte de notre club d’investissement qui démontrent la réalité des rendements affichés, nets de taxes boursières et d’impôts sous fiscalité belge

 

Performance mensuelle du portefeuille depuis sa création

 

4-Portefeuille-devenir rentier-berkshire-top invest

 

Détails du Portefeuille

 

1-Portefeuille-valeurs-décotées-net-net-Buffett-Graham

2-Portefeuille-Schloss-value-netcav-millionaire

3-Portefeuille-affaire-gagner en bourse-s'enrichir

 

Cliquez sur les tableaux pour les agrandir