Portefeuille au 31 janvier 2015 : 6 ans 68 jours

Portefeuille : VL 7,7284 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 664,94%

Potentiel Estimé VANT / Cours 108,85%

Rendement Annualisé : 38,92%
Rendement 2015 : 5,52%

Rendement 2014 : 5,46%
Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 31 janvier 2015 : 6 ans 68 jours

Question des lecteurs : votre nouvelle stratégie « RAPP » n’est-elle pas une simple réaction aux mauvais résultats 2014 ?

Tout d’abord une petite précision ami(e) lecteur(trice) : si le rendement que nous avons obtenu en 2014 se situe bel et bien sous notre indice de référence (le msci world en euro, dividendes réinvestis) et qu’à ce titre, il ne nous satisfait effectivement pas outre mesure, il n’en demeure pas moins qu’il ne s’agit en rien d’une « catastrophe » notamment en regard de la plupart des grands indices boursiers européens. 4 années de surperformance sur 6 et un capital multiplié par 7 quand, dans le même temps, notre indice de référence double : ce sont des statistiques qui suffisent largement à notre bonheur.

Prenons un exemple … Bestinfond qui est sans doute le meilleur fonds de placement « Value » en Europe sur une très longue période. Depuis sa création il y a plus de 20 ans, il a généré un rendement total de 2 358 % (là où son indice de référence faisait 583 %). Et pourtant, il a sous-performé ce fameux indice durant 9 années sur ses 20 années d’existence. Continuer la lecture de Question des lecteurs : votre nouvelle stratégie « RAPP » n’est-elle pas une simple réaction aux mauvais résultats 2014 ?

Portefeuille au 23 Janvier 2015 : 6 ans 60 jours

Portefeuille : VL 7,7171 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 663,82%

Potentiel Estimé VANT / Cours 109,66%

Rendement Annualisé : 39,05%
Rendement 2015 : 5,36%

Rendement 2014 : 5,46%
Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 23 Janvier 2015 : 6 ans 60 jours

Les chroniques de l’investisseur chronique : créer ou reprendre une entreprise

rp_chronique-investisseur-300x188.jpgCe texte fait partie de la série proposée par notre ami-chroniqueur Laurent Muller.

Même si nous ne partageons pas tout-à-fait les mêmes principes d’investissement, nous nous sommes trouvés énormément de points communs et les raisonnements développés par Laurent nous ont paru marqués par le sceau du bon sens.

Il nous a semblé intéressant de vous faire profiter de ces raisonnements et c’est la raison pour laquelle Laurent tiendra, sur ce blog et à intervalles réguliers, une chronique présentant ses principes d’investissement.

Ce sera l’occasion de débattre avec l’équipe des daubasses mais aussi avec vous, ami( e) lecteur(trice) des sujets qui seront développés par notre ami.

Cette chronique a pour but de lister quelques idées personnelles concernant la création et la reprise d’entreprises.

 

Introduction

A la fin de mes études, la création d’une entreprise comme activité principale me semblait exclue en raison du risque associé, même si cette voie me paraissait potentiellement intéressante. En effet, cette option ne me semblait pas compatible avec une vie financièrement stable permettant de fonder une famille. De plus, je n’avais pas de capitaux ni de source de revenus permettant d’envisager cette voie sereinement.

Comme j’approche de mon objectif d’indépendance financière, je créerai probablement une ou plusieurs entreprises une fois que le risque sur ma vie financière personnelle aura été gommé (les résultats de l’entreprise seront sans conséquence sur ma situation financière et mon niveau de vie), tout en gardant l’intérêt de la création d’entreprise.

 

Arbitrage entrepreneur et employé

creer son entreprise 

 

Ce qui m’intéresse dans la création / reprise d’une entreprise

Du point de vue de l’actionnaire, la finalité première d’une entreprise devrait être d’optimiser sa performance financière.

Deux types d’entreprises pourraient a priori m’intéresser, correspondant à deux aspirations distinctes :

  • Le point de vue du technicien : la création d’une entreprise pour le produit. Ce type d’entreprise n’aurait pas nécessairement comme vocation première de générer un profit (sans non plus exclure cette possibilité) mais plutôt de créer un produit aussi proche que possible d’une idée initiale, pour le plaisir de sa concrétisation. Les capitaux engagés dans une activité probablement non rémunératrice a priori seraient nécessairement très faibles (moins de 5 % du patrimoine net).
  • Le point de vue du manager : la création et l’optimisation de process reproductibles et mesurables, quel que soit le produit vendu, pour le plaisir de la rationalisation. Par exemple (et sans être très original), ouvrir une chaîne de crêperies en partant d’un proto-magasin sur lequel le process serait testé et optimisé pour ensuite le transposer à d’autres magasins, pilotés par le process et les indicateurs définis dans le proto-magasin.

 

La reprise d’une entreprise

Une reprise d’entreprise peut permettre de diminuer le risque par rapport à une création d’entreprise. Reste à trouver une entreprise viable présentant une divergence prix / valeur intéressante et correspondant à l’un de ses domaines de compétence…

Dans le cadre d’une reprise, la mise en place d’une SARL permet également de limiter le risque aux seuls capitaux engagés tout en utilisant l’effet de levier, ce qui peut être une alternative au levier d’un investissement immobilier, par exemple.

 

Conclusions

Avant d’avoir atteint l’indépendance financière, la création d’entreprise, comme activité principale, induit un risque élevé que je ne suis pas prêt à assumer, en partant d’un patrimoine nul. La reprise d’une entreprise peut être une alternative potentiellement intéressante car elle mitige le risque sur le revenu.

En revanche, une fois l’indépendance financière atteinte et le risque pour sa situation financière personnelle éliminé, la création ou la reprise d’entreprises me semble être une voie intéressante que je pense explorer.

 

Portefeuille au 16 Janvier 2015 : 6 ans 53 jours

Portefeuille : VL 7,6274 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 654,94%

Potentiel Estimé VANT / Cours 110,30%

Rendement Annualisé : 38,93%
Rendement 2015 : 4,14%

Rendement 2014 : 5,46%
Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 16 Janvier 2015 : 6 ans 53 jours

Nos prévisions de marché pour les années à venir …

Bien sûr, cher (e) lecteur(trice), depuis les années que vous nous suivez, vous savez pertinemment que nous ne sacrifions généralement pas à ces traditions du changement d’années, que jamais nous ne jouons aux Pythies …

Mais nous aimerions ici, à la suite de l’article de la semaine dernière, traiter de la complémentarité de notre nouvelle catégorie des RAPP avec les VANN/VANE par une petite réflexion sur le marché, réflexion toute personnelle et qui n’engage que nous.

Tout d’abord, imaginons que le futur boursier soit caractérisé par un marché haussier en continu avec plusieurs petites corrections et 2 crashs, finalement la continuité de ce que nous avons connu depuis plusieurs décennies. Continuer la lecture de Nos prévisions de marché pour les années à venir …

Portefeuille au 9 Janvier 2015 : 6 ans 46 jours

Portefeuille : VL 7,5535 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 647,62%

Potentiel Estimé VANT / Cours 110,02%

Rendement Annualisé : 39,00%
Rendement 2015 : 3,13%

Rendement 2014 : 5,46%
Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 9 Janvier 2015 : 6 ans 46 jours

La quatrième voie de l’investissement « value » … la RAPP. En route pour de nouvelles aventures !

Quatrième voie, après les net-net, les net-estate et les ventes d’options.

L’année boursière 2014 se termine de manière contrastée. En Europe, tant les indices français, allemand, britannique qu’italien ont généré un modeste rendement compris entre 0 et 3 %. Parmi les rares exceptions, on peut tout de même  relever les bourses danoises et… belges qui ont offert plus de 15 % de rentabilité à leurs heureux actionnaires (et même 21 % pour le pays à la « petite sirène »).

Exprimés en euro, les indices asiatiques, japon inclus, offrent en moyenne 7 à 8 % de rendement. L’indice japonais offre un bon 6 % mais c’est du côté des USA qu’il faut aller chercher les vraies belles satisfactions avec plus de 27 % de rendement pour la bourse de l’Oncle Sam. Continuer la lecture de La quatrième voie de l’investissement « value » … la RAPP. En route pour de nouvelles aventures !

Portefeuille au 2 Janvier 2015 : 6 ans 39 jours

Portefeuille : VL 7,4294 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 635,34%

Potentiel Estimé VANT / Cours 109,80%

Rendement Annualisé : 38,62%
Rendement 2015 : 1,44%

Rendement 2014 : 5,46%
Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 2 Janvier 2015 : 6 ans 39 jours

Portefeuille au 31 Décembre 2014 : 6 ans 37 jours

Portefeuille : VL 7,3243 € (Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 624,94%

Potentiel Estimé VANT / Cours 112,35%

Rendement Annualisé : 38,34%
Rendement 2014 : 5,46%

Rendement 2013 : 20,74%
Rendement 2012 : 24,19%
Rendement 2011 : -15,65%
Rendement 2010 : 38,07%
Rendement 2009 : 308,74% Continuer la lecture de Portefeuille au 31 Décembre 2014 : 6 ans 37 jours