Les chroniques de l’investisseur chronique : Une quête de liberté

Ce texte fait partie de la série proposée par notre ami-chroniqueur Laurent Muller.

Même si nous ne partageons pas tout-à-fait les mêmes principes d’investissement, nous nous sommes trouvés énormément de points communs et les raisonnements développés par Laurent nous ont paru marqués par le sceau du bon sens.

Comme je l’avais évoqué dans un précédent article, l’argent de mes investissements peut principalement encore m’apporter deux choses, à mon sens, outre la satisfaction intellectuelle :

  •          Une sécurité pour ma famille et mes enfants
  •          La liberté et le temps, si je parviens à devenir indépendant financièrement

En effet, mes autres besoins sont largement couverts par mes revenus. Je vais décrire dans cet article ce en quoi l’investissement est pour moi une quête de liberté.

La pyramide de Maslow

Lorsque je regarde la pyramide de Maslow, je pense me situer globalement au quatrième niveau de la pyramide et j’aspire à grimper encore un échelon pour me réaliser pleinement.

 

 

Ma quête de liberté n’est cependant pas oisive. Je ne suis pas attiré par les rivages ensoleillés au bord d’une mer bleu turquoise, comme idéal de vie. Je souhaite simplement avoir la liberté de réaliser mes projets personnels et pouvoir gérer mon temps comme je l’entends, c’est-à-dire pouvoir racheter ma liberté perdue par ma condition de salarié et aligner mes actions à ma personne pour me réaliser. Mon contexte professionnel ne me permet pas de m’épanouir pleinement car je n’ai pas l’impression d’y réaliser mon potentiel. Il me semble donc logique de chercher une autre voie.

Trois moyens d’accéder à l’indépendance financière

L’investissement en bourse, l’investissement immobilier et la création d’entreprise me semblent trois moyens d’accéder à l’indépendance financière. Historiquement, j’ai utilisé le premier moyen et lui ai adjoint le second plus récemment. Si je n’ai pas souhaité créer une entreprise jusque là, bien que cette possibilité m’intéresse, c’est essentiellement en raison du niveau de risque inhérent à cette voie : contrairement aux deux premières options dans lesquelles les revenus salariés permettent de limiter le risque sur le niveau de vie personnel, la création d’entreprise me semble avoir le risque le plus élevé mais également la possibilité de croissance potentielle du patrimoine la plus forte (associée à une probabilité faible).

Il est probable que j’explore cette troisième voie lorsque je serai devenu financièrement indépendant, c’est-à-dire lorsque j’aurai éliminé le risque de voir mon niveau de vie baisser.

Quelques paramètres à considérer pour atteindre l’indépendance financière

  •          Part du patrimoine qu’il est possible d’investir (par exemple, le propriétaire d’une résidence principale à 1 M€ n’économise que le loyer correspondant à sa résidence principale; de plus, il doit faire face aux éventuels travaux et à l’entretien)
  •          Niveau de rendement, niveau de levier et niveau de risque sur la part du patrimoine qu’il est possible d’investir
  •          Inflation
  •          Localisation géographique (par exemple, expatriation dans des pays à bas coût)
  •          Fiscalité et risque d’évolution défavorable de la fiscalité
  •          Evolution du capital souhaitée en phase de rente: Augmentation du capital / Conservation du capital / Consommation du capital
  •          Âge
  •          Nombre de personnes qui doivent devenir indépendantes financièrement (personne seule, couple, couple avec enfants)
  •          Niveau de vie souhaité
  •          Nouvelles sources de revenu potentielles en phase de rente

Mes objectifs personnels

  •          Conserver la possibilité d’investir une très large part de mon patrimoine (a priori rester locataire)
  •          Conserver mon niveau de vie actuel
  •          Ne pas déménager dans un pays à bas coût
  •          Pouvoir continuer d’augmenter mon patrimoine global en phase de rente pour plusieurs raisons:
    – la période d’indépendance financière sera longue
    – pour pouvoir transmettre mon patrimoine
    – pour prendre une hypothèse conservatrice et avoir un risque peu important
  •          Viser une rentabilité nette réaliste, avec un niveau de risque limité, après inflation, de l’ordre de 3 %.
  •          Je pense également éventuellement pouvoir obtenir de nouvelles sources de revenu en phase de rente (par exemple, en réalisant des projets dont certains pourraient être rémunérateurs). Mais je préfère ne pas compter sur cet élément.

Patrimoine cible

J’atteins le chiffre cible de 2 M€ de patrimoine net qu’il est possible d’investir pour atteindre l’indépendance financière, en considérant un revenu de 60 000 euros net / an et une rentabilité nette à 3 % après inflation.

Conclusion

Ma quête d’indépendance et de liberté m’a mené à chercher des solutions pour me soustraire à terme à ma condition de salarié et pouvoir réaliser mes projets personnels. L’investissement est pour moi un moyen d’y parvenir.

Rapport de gestion – Novembre 2016

Au cours de ces années, ami(e) lecteur(trice), nous avons toujours eu la volonté de vous proposer notre parcours d’investisseurs avec autant de transparence que possible.

De plus, régulièrement, nous avons alimenté vos réflexions par des statistiques issues des constatations que nous avons faites du portefeuille de notre club d’investissement. Ces statistiques nous ont permis d’améliorer notre propre process mais aussi, nous l’espérons, le vôtre.

C’est un peu dans cette double optique de transparence et d’observation statistique que nous vous proposons, chaque mois, un extrait « rapport de gestion » publié dans nos lettres mensuelles, extrait dans lequel nous retraçons les grandes lignes de l’évolution de notre portefeuille. L’idée principale sera de vous proposer un maximum de réflexions sur le sujet.

Bien évidemment, ce rapport ne fera, en principe, pas mention de sociétés individuelles, ce privilège étant réservé à nos abonnés.

RAPPORT DE GESTION – Novembre 2016

La VL de notre portefeuille est de 9.15€, en progression de +3.18% sur le mois de novembre. Sur l’année 2016, après 11 mois, notre performance est de +16.19%.

Sur le mois de novembre notre portefeuille a profité d’un change favorable de +2.27%. Et sur l’année 2016 notre portefeuille supporte toujours un change défavorable de -0.67%, à cause de la chute de la Livre Sterling.

Notre benchmark, le tracker MSCI World dividendes réinvestis, a progressé de +5.35% sur le mois de novembre. Sur l’année 2016, sa performance est de +6.96%.

performance portefeuille Daubasses Novembre 2016
performance portefeuille Daubasses Novembre 2016

Continuer la lecture de Rapport de gestion – Novembre 2016

Bas les masques – STR Holdings

stri-logoLe 5 août 2014, quand nous achetons STR Holdings, nous achetons une société américaine active dans l’énergie solaire et dont le patrimoine immobilier en fait une belle net-estate (la société a été fondée en 1944) et est dirigée par des américains collaborant avec des sociétés chinoises depuis début 2014.

Vers la fin 2014, cette société américaine fusionne avec ses collaborateurs chinois. A cette occasion, les actionnaires dont nous faisons partie, reçoivent une prime de 0.85 $ par action après un split de 1:3. Ce n’est qu’ensuite que la détérioration du bilan s’accélère.

Nous avions acheté STR Holdings le 5 août 2014 pour la somme de 1 689.62€ frais inclus et nous avons encaissé ce 31 mai 77.47€, qu’il faut ajouter aux 804.43€ nets de frais encaissés lors de la fusion le 8 janvier 2015, plus l’arrondi en espèce de 0.46€, soit un total de 882.36€

Nous avons vendu la société STR Holdings avec une perte de – 47.78% (après encaissement du dividende lors de la fusion).

Toute cette histoire est en fait une première. Quelle est donc notre erreur ? Pourquoi n’avons-nous pas vendu plus tôt (quand la société a annoncé sa fusion avec les chinois par exemple) ? Continuer la lecture de Bas les masques – STR Holdings