Rapport de gestion – Avril 2017

Au cours de ces années, ami(e) lecteur(trice), nous avons toujours eu la volonté de vous proposer notre parcours d’investisseurs avec autant de transparence que possible.

De plus, régulièrement, nous avons alimenté vos réflexions par des statistiques issues des constatations que nous avons faites du portefeuille de notre club d’investissement. Ces statistiques nous ont permis d’améliorer notre propre process mais aussi, nous l’espérons, le vôtre.

C’est dans cette double optique de transparence et d’observation statistique que nous vous proposons chaque mois un extrait du « rapport de gestion » publié dans nos lettres mensuelles. Extrait dans lequel nous retraçons les grandes lignes de l’évolution de notre portefeuille.

— Bien évidemment, ce rapport ne fera en principe pas mention de sociétés individuelles, ce privilège étant réservé à nos abonnés. —

RAPPORT DE GESTION – Avril 2017

La VL de notre portefeuille est de 10,12€ en progression de 0,22% sur le mois d’avril. Sur l’année 2017 la performance est de +6.40%.

Sur le mois d’avril notre portefeuille a profité d’un change défavorable de -0.47 %.

Notre benchmark, le tracker MSCI World dividende réinvesti a baissé de -0.56% au mois d’avril. Sur l’année 2017 sa performance est de +4.50%.

C’est le Printemps et les idées les plus loufoques, pour ne pas dire les plus folles, bourgeonnent. Alors que votre fidèle équipe retourne pierres après pierres (comprendre : « rapports financiers après rapports financiers ») à la recherche de décotes patrimoniales sur les marchés boursiers pour acquérir des actifs au rabais, certains investisseurs usent de moyens moins orthodoxes…

Retour au 11 avril dernier.

Le bus de l’équipe allemande de football du Borussia Dortmund, avant le match européen contre Monaco, est la cible de plusieurs explosions de bombes. Dans un premier temps, les médias ont propagé l’idée d’une attaque probablement terroriste à l’encontre du bus de l’équipe…

L’épilogue est finalement tombé sur les téléscripteurs. Les conclusions sont toutes autres : « l’homme qui a perpétré une attaque à l’explosif contre le bus de l’équipe de football allemande aurait spéculé sur une baisse du prix de l’action du club. »(1) Indignation. Etonnement.

En effet, à l’image de bons nombres de clubs de foot européens, le Borussia Dortmund est une société cotée en bourse. L’auteur, qui avait placé trois bombes sur le trajet du bus de l’équipe sportive, avait en effet spéculé fortement à la baisse du titre du club. L’objectif était de faire chuter fortement l’action suite à un événement dramatique dont il aurait été l’initiateur. Avec, selon les calculs du terroriste boursier, un gain potentiel en ligne de mire de 1 million d’euros pour une mise initiale de 10 000 euros !

Nous invitons tous nos abonné(e)s qui cherchent à réaliser des gains de ne pas être tentés par des gains trop gros, trop rapidement (même si nous sommes ravis quand cela se produit… en toute légalité !). Comme aimait à le rappeler le père de l’investissement dans la valeur et mentor de Warren Buffett, le bien connu Benjamin Graham : « À la bourse tu as deux choix : t’enrichir lentement ou t’appauvrir rapidement. »

Et vous aurez compris, cher(e) abonné(e), que nous avons choisi la moins spectaculaire et plus pacifique seconde option, l’enrichissement à long terme. Il existe des moyens légaux d’investir rationnellement afin de réaliser de belles plus-values ! Certes, nous avons conscience que la quantité de travail que nécessite notre style d’investissement est peu attrayante et plutôt laborieuse. Mais c’est une approche qui correspond à notre tempérament tout en constituant aussi du fait de son faible attrait, indéniablement, un avantage concurrentiel majeur par rapport aux autres intervenants des marchés financiers.

C’est dans cette optique que nous vous proposons une nouvelle société originale ce mois-ci avec l’immobilière européenne ***** éligible au PEA (pour les français). A priori, rien de folichon. Mais en creusant un peu les chiffres, l’investisseur averti y trouvera le moyen d’acquérir des immeubles et terrains en Belgique et au Luxembourg à un prix défiant toute concurrence (moins de 400 EUR net le mètre carré).

Également, malgré un contexte de marchés « chers », votre équipe vous a tout de même déniché une daubasse 100% du crû. C’est une « bis ». La daubasse américaine ***** a en effet déjà connu un passé glorieux au sein de notre portefeuille, entre 2009 et 2014, en nous procurant une performance de plus de 150%.

Bonne Lecture.

(1) http://www.lemonde.fr/europe/article/2017/04/21/l-auteur-presume-de-l-attaque-de-dortmund-a-ete-arrete_5114714_3214.html

Mouvements mensuels

Un seul mouvement en avril.

Le 28 avril 2017, Nous avons acquis des titres de la société américaine ****, un fournisseur de service technologique industriel. Nous avions déjà acheté des actions de cette société au début de l’histoire daubasse et revendu en 2014 avec une plus-value supérieure à 150% Cette société fait donc partie de nos 45 baggers actuels et nous espérons répéter la performance ! Comme nous l’achetons pour la seconde fois, nous l’intitulerons **** (bis). Nous avons donc acheté xxx actions de la société pour la somme totale frais inclus de xxxx € représentant 1% du portefeuille. Le prix unitaire frais inclus est de xxx USD. A ce prix, la société cotait à 70% de sa valeur net-estate  de xxx USD et avec une valeur d’actif net tangible de xxx USD. Son potentiel estimé est de +144%.

De notre point de vue c’est une belle occasion par les temps qui courent d’autant plus que la société génère toujours des profits. Comment se retrouve-t-elle  alors dans la catégorie « Daubasses » ? L’analyse de la société (que vous pourrez relire ci-dessous pour les abonnés) nous a permis de comprendre que le marché était déçu par les profits du dernier trimestre et des 9 premiers mois de l’année, en comparaison à la même période un an auparavant. Sur le dernier trimestre les profits sont de +0.33$ par action au lieu de +1.00$, et sur les derniers neufs mois, les profits sont de +0.59$ par action au lieu de +3.83$. Contrairement à nous qui investissons sur des actifs décotés, le gros du marché continue à scruter les seuls profits. Et nous ne nous en plaignons pas, au contraire, cela nous arrange vraiment !

Lors de notre premier achat de cette société, en 2009, notre futur bagger nous montrait dans le rapport similaire de 2009 une perte de -0.07$ sur le troisième trimestre et un gain de 0.47$ sur les 9 premiers mois de l’année !  Vous aurez donc compris que des gains en chute libre, voire même des pertes, ne sont jamais un obstacle pour un futur bagger. En fait c’est juste ce que nous avons pu observer depuis 2008 dans notre portefeuille. Et l’histoire semble se répéter inlassablement… pour notre plus grand bonheur !

Le portefeuille, quelques détails supplémentaires

Sur le mois
Nous avons acheté pour la somme total de 4 401.33 €
Nous avons vendu pour la somme total de 0.00 €

Sur l’année 2017
Nous avons acheté pour la somme total de 19 539.05 €
Nous avons vendu pour la somme total de 24 679.59 €

Les liquidités pèsent en fin de mois 21.76% du portefeuille, et sont en baisse  de -1,15 points par rapport à fin mars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.