Softimat : une mauvaise gestion qui pose question

Temps de lecture estimé : 1 min

Article supprimé à la demande de la société Softimat SA.

 

=>  décision de justice : demande déboutée !

[ajouts du 14 septembre 2018]

Retrouvez ci-dessous : 1. la citation en référés du 12 juin 2018 (Softimat SA contre Jean-Claude Logé et Asteroid Gestion SPRL), 2. les conclusions d’Asteroid Gestion du 4 juillet 2018 et 3. la décision du tribunal des référés de Bruxelles du 14 septembre 2018.


Téléchargez les documents pour refaire l’histoire :

1. Citation en référé – 12.06.2018

2. Défense – Asteroid Gestion SPRL – conclusions du 04.07.2018

3. Décision justice = victoire – 14.09.2018

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

8 réflexions au sujet de « Softimat : une mauvaise gestion qui pose question »

  1. Hey,

    Très bonne initiative.

    Attention à la confusion dans le courrier entre salaires/jetons de présence et dirigeants/administrateurs. Il ne faudrait pas que la direction profite de la confusion pour ne pas répondre ou répondre à coté.

    1. Bonjour Benjamin,

      Merci pour le message

      Oui tout à fait, nous faisons bien la distinction entre la rémunération des administrateurs et les salaires. D’ailleurs, il n’y a aucun détails des frais de personnels, ni des salaires des dirigeants dans les comptes.

      Si vous voyez un quiproquo ou une erreur, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

  2. Bonjour ,

    merci pour votre travail d’analyse.

    Cette société me semble être un cas d’école de gestion « douteuse » ( sur-émunération , frais consommable non-transparent ) . Il est possible que le management retire en frais petit à petit tout l’actif de la société.

    qui est actionnaire à part bernard lescot (1.300.000 titre sur 5.600.000)? est-il vendeur? accepte-il la situation? Combien de titres sont ils représenter à l’assemblé générale?

    Une action minoritaire est elle envisageable? c-a-d demander en justice la désignation d’un ou plusieurs experts chargés de présenter un rapport sur une ou plusieurs opérations de gestion et enfin dénoncer les abus de droit des majoritaires. ( si il y a matière évidement )

  3. — Propos qui n’engagent que l’auteur présumé du commentaire —

    Il est clair que depuis mon départ à la retraite en janvier 2011, les salaires des administrateurs Bernard Lescot et Nicolas Logé ont augmenté… ceci sans tenir compte de leurs dépenses en frais généraux… […]

    Tout cela ne serait pas trop grave si les activités enregistraient des résultats remarquables… c’est loin d’être le cas… on dort sur des rentes immobilières agréables, on travaille un strict minimum… aucune vision, aucun projet, pas la moindre ambition… une médiocrité absolue à des coûts parfaitement exorbitants

    Même l’activité ‘Promotion’ se solde par des successions de bides qui devraient les pousser rapidement à cesser de se prendre pour des pros d’un métier qu’ils ne dominent pas.

    L’idéal serait de remplacer cette direction parfaitement inopérante par une nouvelle équipe volontariste avec un coût global maximum, all included, de 250.000 euros par an… un maximum pour gérer une rente que j’ai mise en place durant 27 ans de carrière chez Systemat-Softimat.

    Je reprends du service quand vous voulez pour vous démontrer que j’ai parfaitement raison.

    Bien amicalement à tous nos actionnaires dont je comprends parfaitement la déception.

    Jean-Claude Logé
    Past-President de Systemat-Softimat

  4. Merci monsieur Logé pour votre témoignage accablant qui démontre, si les faits que vous citez sont avérés, plus qu’un problème de gestion… ce que nous soupçonnions bien évidemment fortement !

    3 choses nous étonnent :

    1) qu’aucun organisme de contrôle officiel ne soit encore intervenu pour comprendre les déboires répétés et graves d’une société cotée avec un nombre important d’actionnaires individuels !

    2) que le conseil d’administration approuve tous les actes de gestion sans réserve, notamment en ce qui concerne la rémunération des administrateurs. Si des irrégularités de gestion sont formellement reconnus par un magistrat , tous les administrateurs risquent d’être condamnés (abus de biens sociaux ? recel d’abus de biens sociaux ?).

    3) comment les Commissaires-Reviseurs ont pu valider des comptes aussi peu détaillés, avec des pertes qui augmentent en même temps que les frais, sans remettre quoi que ce soit en cause ?

    Quid donc du travail des Commissaires-Reviseurs Fondu, Pyl & Stassin et Audit.lu ?

      1. Bonjour Davoid,

        AG très intéressante. Plus de détails dans la lettre mensuelle à venir.

        Pourquoi cette hausse ?
        Bonne question. Spéculation ? Nouvel intérêt d’actionnaires ? Programme de rachat d’actions en cours ?

        Nous n’avons pas toujours réponse à tout ! 😉

  5. Il est fort intéressant de voir que cet article a été supprimé sur demande de la société Softimat.

    Il l’est aussi de découvrir qu’une décision de justice doit être rendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *