Archives de catégorie : Les incontournables

Articles phares à ne pas louper.

Le premier forum francophone 100% actions est disponible ! 👌😃

cliquez sur l’image pour vous rendre sur le forum

Vous aurez accès à toutes les sociétés du portefeuille daubasses 2, les pistes d’investissements et vous pourrez échanger sur les idées d’investissements proposées par toute la communauté daubasses.

>>   ACCÈS   AU   FORUM   <<

 

Le seul et unique forum 100% actions, spécialisé sur les small caps avec une orientation « value » (décotes patrimoniales) et situations spéciales.

N’hésitez pas : rejoignez-nous sur le forum !!

 

L’ananas sur le gâteau ! 🍍

Acheter des daubasses, c’est acheter des actifs bradés… mais pas que

– – –

Des décotes chiffrées

Rentrons directement dans le vif du sujet, dans du concret, avec pour exemple les deux sociétés analysées dans la Lettre mensuelle d’octobre 2019 : la société XXX (réservé aux abonnés) et la société YYY. Les deux entreprises sont valorisées en bourse pour seulement une partie de leurs actifs nets tangibles. Et pourtant, on a bien plus que des actifs bradés quand on achète ces titres.

Assez de bavardage. Retour en image, enfin plutôt en chiffres, sur ces deux sociétés. Des mots c’est bien, des chiffres c’est mieux !

Nous reprenons les cours et les comptes utilisés dans les analyses (en données par action) :

Société XXX (en portefeuille)
cours  : 600 JPY

1/ LES ACTIFS

Non opérationnels :

Trésorerie nette : 185 JPY
Portefeuille de participations (actions cotées) : 88 JPY
Immobilier loué à des tiers : 8 JPY

Total des actifs non opérationnels nets de dette : 281 JPY par action, soit 47% du cours de référence

Tous les actifs :

Capitaux propres tangibles par action : 1 142 JPY par action, soit 1,9x le cours de bourse

2/ RENTABILITÉ

Résultat opérationnel moyen 2 derniers exercices (hors revenus immobiliers) : 202 JPY par action
=> Soit un multiple de :  3,0x ; et 2,1x hors cash net

3/ FLUX DE TRÉSORERIE

FCF moyen 2 derniers exercices : 108 JPY par action
=> Soit un multiple de : 5,5x ; et 3,8x hors cash net

Société YYY
cours : 4 175 JPY

1/ LES ACTIFS

Non opérationnels :

Trésorerie nette : 1 308 JPY
Portefeuille de participations (actions cotées) : 2 997 JPY
Immobilier loué à des tiers : 3 303 JPY

Total des actifs non opérationnels nets de dette : 7 609 JPY par action, soit 182% du cours de référence

Tous les actifs :

Capitaux propres tangibles, part du groupe, par action : 12 239 JPY par action, soit 2,9x le cours de bourse

2/ RENTABILITÉ

Résultat opérationnel moyen 2 derniers exercices (hors revenus immobiliers) : 664 JPY par action
=> Soit un multiple de :  6,3x ; et 4,3x hors cash net

3/ FLUX DE TRÉSORERIE

FCF moyen 2 derniers exercices : 750 JPY par action (montant réduit pour tenir compte des intérêts minoritaires et des loyers encaissés)
=> Soit un multiple de : 5,6x ; et 3,8x hors cash net


Maintenant, mixez toutes ces infos (il vous faut un bon appareil pour mixer bilan, comptes de résultats avec un zeste de cashflow !). Laissez ensuite reposer quelques secondes.

Voilà. C’est là, sous vos yeux : « oui ! » Vous vous rendez compte qu’il est parfois possible d’avoir le jeu d’actifs et la rentabilité. C’est la magie de la bourse, quand le prix est dicté par l’offre et la demande sur des bases souvent non rationnelles !  Situation idyllique ! Non ?

Pour en arriver là, il faut fouiller toutes les places de marché et ne pas avoir peur d’aller là où ça ne fait pas toujours envie. Ne pas avoir d’a priori, ne se fier qu’aux données et mettre ses sentiments et impressions de côté sont des prérequis pour trouver des opportunités de ce genre. Rien n’est facile en ce bas-monde… C’est en mettant les mains dans le purin des marchés financiers que quelques surprises de ce genre peuvent émerger.

Ces actifs offerts, en plus d’une certaine profitabilité, sont les cerises sur le gâteau. Ou plus précisément, comme l’a très justement suggéré Okavongo dans son analyse de la société YYY [cf. Lettre mensuelle d’octobre 2019] : l’ananas sur le gâteau ! 😊

Continuer la lecture de L’ananas sur le gâteau ! 🍍

Arrêtez avec le Japon !

Ken vs E. Honda – Street Fighter 2, Capcom©

 

>> Le message est bien reçu chers abonnés, chers lecteurs. On a compris !

Mais si on écoutait et on appliquait à la lettre les envies de nos abonnés, il faudrait qu’on réduise un peu nos exigences pour essayer de trouver malgré tout de soi-disant opportunités en France pour le portefeuille daubasses 2. Parce que la grande majorité de nos abonnés sont français et se sentent en sécurité avec des actions de sociétés françaises en portefeuille. Et en fait… et bien non. Tant pis si nos abonnés et lecteurs sont (temporairement) déçus. Depuis 2008, les daubasses n’ont jamais fait dans le consensus et ce n’est pas aujourd’hui que ça va commencer. Bien au contraire !

On cultive un esprit contrariant, même avec nos abonnés et nos lecteurs. C’est rare ! C’est d’ailleurs pour cela que nos abonnés… s’abonnent aux daubasses !

 

Les daubasses ne font pas comme les autres

Il est donc absolument hors de question d’être consensuel et de chercher à tout prix (dans le sens « à n’importe quel prix ») des daubasses uniquement françaises. Il y a en a déjà pas mal en portefeuille (7 dans le portefeuille daubasses n°2 et 6 au sein des Pépites PEA). Si depuis février 2019, toutes nos recherches d’actifs bradés nous font systématiquement tomber sur des sociétés japonaises, c’est tout simplement parce que le marché japonais propose les plus grosses décotes actuelles, tous marchés actions confondus. Alors, rationnellement, nous achetons ces supers décotes sur actifs, souvent rentables en plus. Pile-poil notre cœur de cible. Le pays du Soleil-Levant regorge de vraies, d’authentiques daubasses.

Si nous chassons la daubasses c’est avant tout par passion. Continuer la lecture de Arrêtez avec le Japon !

Bas les masques – Millennium & Copthorne Hotels

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

 

Si on veut résumer en quelques mots notre investissement dans cette entreprise, MLC pour les intimes, c’est l’histoire de l’achat d’hôtels de luxe à un prix plus que bradé. Plus précisément, MLC est un groupe hôtelier en croissance, rentable, et qui cotait largement sous ses fonds propres : encore une anomalie boursière.

Acheter des actifs de qualité bradés est un bon moyen de générer des gains

On sort de cette entreprise sous le coup d’un rachat (une OPA) de l’actionnaire principale à un prix riquiqui de 685 pences. Riquiqui car l’offre est en dessous des fonds propres. Mais les actionnaires minoritaires n’ont pas vraiment le choix. C’est la 2ème offre de l’actionnaire majoritaire singapourien, après celle de 552,20 pences d’octobre 2017 qui avait été rejetée par la majorité des gros actionnaires majoritaires de l’époque. Nous avions d’ailleurs profité pour en racheté à l’époque (opération d’arbitrage, cf. les news ci-dessous).

La nouvelle offre est en hausse de +24%. En 1 an 1/2 c’est peu. Et on devra s’en contenter cette fois, car les plus gros actionnaires minoritaires se sont engagés à apporter leurs titres. Heureusement, fidèles à nos habitudes d’acheter à des prix massacrés, les daubasses génèrent sur ce titre, rescapé du portefeuille n°1, et acquis dans le cadre du portefeuille daubasses n°2 et des Pépites PEA, une performance de +47,6% hors dividende sur la période, soit moins de 9 mois, en retenant un prix de vente (dans le cadre de l’apport à l’offre) à 685 pences.

Continuer la lecture de Bas les masques – Millennium & Copthorne Hotels

Que faire quand on sous-performe le marché depuis des mois ? Faire confiance à son process !

Mai 2019 fut le pire mois du portefeuille daubasses n°2 depuis son lancement le 31 octobre 2018 avec une « performance » de -5,5%.

Cette situation engendre de nombreuses émotions négatives : frustration, gêne, incompréhension, doute, inquiétude, peur, jalousie, douleur, …

Les émotions constituent le pire ennemi de l’investisseur (cf. nos 14 articles sur les biais psychologiques en investissement). Dans de telles conditions, il faut souffler un bon coup et se poser les bonnes questions.

Est-ce que se comparer avec le marché fait sens ?

Bien entendu, oui. Mais pas sur une « courte période ». Inutile de se flageller si sous-performance il y a sur une période très courte. Idem, la gloriole lors de surperformance, même significative, sur moins d’un an ne fait aucun sens. Certes, ça fait toujours plaisir d’écraser le marché, mais ce qui compte c’est d’avoir une performance de qualité, c’est-à-dire reproductible sur le long terme car basée sur un process maîtrisé. Il faut donc essayer au maximum d’ignorer les jugements court-termistes, trop positifs comme trop négatifs. Ne pas tomber dans le piège de la surréaction. Piège que le marché tend tous les jours aux investisseurs sollicités par des variations quotidiennes des cours des actions et avec des médias qui exacerbent toutes les nouvelles.

 

Quelques mois de sous-performances vis-à-vis du marché justifient-ils de tout remettre en cause ? Continuer la lecture de Que faire quand on sous-performe le marché depuis des mois ? Faire confiance à son process !

Le Japon : incontournable en 2019

Le Japon est incontournable en 2019 pour tout chasseur d’anomalies de valorisation boursière, tellement les décotes sont fréquentes et significatives sur ce marché : Vive le Japon et ses daubasses à foison !

Explications.

Après le Canada, on vous « refait le coup du pays où il faut investir aujourd’hui » avec le Japon. On ne cherche pourtant pas forcément une thématique géographique. On s’adapte juste aux opportunités offertes par le marché. Et 2019 semble être l’année du Japon au niveau fortes décotes, type daubasses.

 

Les actions japonaises : une décote structurelle pour de bonnes raisons…

La maison de gestion Amiral Gestion, dans sa lettre Sextant du T3 2016, avait donné quelques explications au « cas japonais », alors que le marché connaissait une belle sous-valorisation générale avant de se reprendre. Les gérants relatent dans ce texte des éléments inimaginables à nos yeux d’Occidentaux.

Citons le cas de l’emploi à vie. C’est une donnée sociale, un paramètre, non négociable au Japon qui entraine les entreprises dans des situations ubuesques, du point de vue des adeptes de l’économie de marché. Telle l’entreprise Showa Aircraft qui avait encore, en 2013, 300 employés non occupés 8 ans après la perte d’un contrat de sous-traitance ! On comprend ainsi mieux les marges parfois faibles de certaines entreprises nippones.

Continuer la lecture de Le Japon : incontournable en 2019

Bas les masques – Continental Materials (bis)

(cliquez sur l’image pour l’agrandir)

C’est encore une fois le réseau, la famille daubasses, qui est à l’oeuvre derrière ce succès. Avec cet investissement, nous signons le premier bagger (multiple de gains de n x 100%, ici un 1-bagger !) du portefeuille daubasses 2 avec un gain en dollars de +102,5% en un peu plus de 2 mois.

Un peu de chance sur le timing (bonne réactivité à l’achat suite au mail reçu, et à la vente après atteinte de notre objectif de cours) et d’excellentes nouvelles opérationnelles de la société ont permis à notre investissement de générer une très belle performance en un temps record. C’est aussi cela le charme des daubasses : on ne sait jamais laquelle va exploser à la hausse, ni quand… Il suffit d’appliquer le process et d’être patient. Et parfois de belles surprises comme celles-ci se produisent.

Petit rappel des faits

Continuer la lecture de Bas les masques – Continental Materials (bis)

Non, les marchés ne sont pas efficients : profitez-en !

Ou comment nous expliquons avec des exemples pourquoi les marchés actions ne sont pas efficients.

Nombreux sont les adeptes de l’efficience des marchés. Ils prônent un marché omniscient qui est capable d’intégrer tous les paramètres imaginables et inimaginables permettant de valoriser à tout moment les actions au « vrai » prix. La théorie moderne du portefeuille de Markowitz a mis, entre autres, cette hypothèse en lumière. Il a même reçu le prix Nobel d’économie en 1990. Selon les défenseurs de l’efficience des marchés, il est inutile d’essayer de se constituer un portefeuille d’actions soi-même, puisqu’il est impossible de battre les marchés. A alors émergé une multitude d’acteurs pour prôner les investissements dans les fonds indiciels mondiaux avec pour arguments : gain de temps et performances au rendez-vous.

Continuer la lecture de Non, les marchés ne sont pas efficients : profitez-en !

La discipline : une des clefs pour investir avec succès

Ce n’est pas facile de se créer une approche d’investissement et un process qui correspondent à un ensemble de critères propres à chaque investisseur : durée de placement, appétence pour le risque perçu (volatilité), univers d’investissements (taille des entreprises et horizon géographique), style de gestion (croissance / valeur), … Partons donc du principe que vous avez réussi à définir votre propre process : Process = OK.

Mais une fois cette étape franchie, qu’est-ce qui différencie l’investisseur qui réussit à long terme de l’investisseur, soi-disant, malchanceux ?

Discipline

C’est simple : sa discipline. Continuer la lecture de La discipline : une des clefs pour investir avec succès

Copier sans comprendre

RAPPORT DE GESTION – février 2018

Copier sans comprendre donne la fausse impression qu’investir en bourse est enfantin

Les investisseurs particuliers qui continuent à acheter des « valeurs à dividendes », des leaders internationaux et autres  multinationales « hyper connues », … bref, ceux qui continuent à acheter la bourse qui clignote pour faire comme Warren Buffett n’ont décidément rien compris à la stratégie de Warren Buffett ! Continuer la lecture de Copier sans comprendre