Archives de catégorie : Les incontournables

Ne passez pas à côté de ces articles majeurs

La méthode « daubasses » ? C’est de la rigueur et de la décontraction …

humour en investissementVous aurez remarqué cher(e) lecteur(trice) notre humeur joviale au fur et à mesure des articles tout au long de l’aventure. Nous pourrions parler d’un ton désinvolte et même, parfois, d’un ton « éthylique ».

Hé oui ! Au grand damne des banquiers d’affaires en costume-cravate tirés aux quatre épingles et qui assurent qu’il n’y a pas plus sérieux que la finance à qui veut bien l’entendre. Nous sommes d’ailleurs exactement sur la même longueur d’onde : il n’y a rien de plus sérieux que la finance ! Mais nul besoin selon nous de prendre tant de hauteur, de distance avec les non-financiers. Car les financiers, dans le sens « banquiers », sont des professionnels comme les autres qui la plupart du temps collectent l’argent des autres pour l’investir. Continuer la lecture de La méthode « daubasses » ? C’est de la rigueur et de la décontraction …

Finance Comportementale (Partie 1) : Je suis le meilleur !!

Conceptual image - meditations over the financeCe texte fait partie de la série « finance comportementale ».

Dans cette première partie nous allons développer les sujets suivants : l’excès de confiance, l’illusion de la connaissance et l’illusion de contrôle.

Contrairement à ce qui est développé dans ce que nous appellerons le « fascicule »  qui sert de base à ces réflexions, nous pensons que la confiance en soi, la connaissance ou le contrôle de soi font partie de la nature profonde de l’être humain. Ce sont  finalement des qualités que l’on essaie de développer au maximum chez un enfant… Continuer la lecture de Finance Comportementale (Partie 1) : Je suis le meilleur !!

Ricardo et l’avantage comparatif de l’investissement en Daubasses

ricardoLe célèbre économiste britannique Ricardo a démontré dans son ouvrage « Des principes de l’économie politique et de l’impôt » publié en 1817 que les nations ont intérêt à se spécialiser dans un secteur dans lequel elles ont un avantage par rapport aux autres : par exemple le vin pour le Portugal et le textile pour le Royaume-Uni (oui chère lectrice, cher lecteur, nous sommes alors au XIXème siècle !). C’est la théorie de l’avantage comparatif.

Et que penserait ce brave Ricardo de nos investissements en daubasses ?

En fait, la question est double, car nous ne cherchons pas ici à justifier l’investissement dans la valeur telle que nous la pratiquons et nous le vivons depuis maintenant plusieurs années à travers notre portefeuille. La performance comme la volatilité de ce dernier démontreront, ou pas, à long terme si notre approche a un quelconque avantage comparatif par rapport à un autre style d’investissement dans la valeur. Continuer la lecture de Ricardo et l’avantage comparatif de l’investissement en Daubasses

Sur le désintérêt des investisseurs pour l’investissement « dans la valeur »

Notre approche « daubasses » peut sans conteste être qualifiée de « value ». Mais au fait, c’est quoi « investissement value » ?

Un investissement « value » consiste à acheter des actifs peu cher, voire très bon marché par rapport à leur valeur intrinsèque. Il peut s’agir évidemment d’actions mais aussi d’autres supports évaluables comme les obligations ou l’immobilier par exemple.

Comme vous le savez, nous avons, dans l’équipe des daubasses, une préférence pour l’investissement en actions même si nous n’excluons pas nécessairement et de manière automatique les autres formes d’investissement.

Cher lecteur, savez-vous pourquoi nous avons, nous aussi, opté pour l’investissement « value » ? Et bien par cupidité tout simplement. Car un grand nombre d’études a démontré que, lorsqu’un investisseur achète des actions bon marché d’une société négligée par les marchés, il en sera mieux rémunéré pour le risque (apparent) qu’il prend qu’un investisseur qui achète les actions d’une société performante qui faisait déjà partie de celles que tous les investisseurs s’arrachent. Continuer la lecture de Sur le désintérêt des investisseurs pour l’investissement « dans la valeur »