Archives de catégorie : Notre Portefeuille

Zhone Technology : yessss !

 

Après Neurometrix, voici la deuxième occasion de « faire pêter le champagne ».

Aujourd’hui même, nous avons vendu notre position en Zhone Technology. Une plus value, après déduction des frais de courtage et de change, de plus de 300 % en moins de 6 mois, c’est vraiment pas pour nous déplaire … Deux raisons à cette vente : la première, c’est tout simplement que la hausse du cours a fortement réduit notre marge de sécurité sur ce titre. La deuxième, c’est que nous souhaitons profiter du haut potentiel des sociétés que nous détenons en watching list.

Ainsi nous avons remplacé Zhone Technology par deux nouvelles sociétés :

– une société américaine pour laquelle nous avons payé 0,196 fois la valeur « net net » et présentant une solvabilité de 110 % ainsi qu’un ratio « valeur d’actif net tangible/cours » de 551 %

– une société chinoise pour laquelle nous avons payé 0,2026 fois la valeur « net net » et présentant une solvabilité de 132 % ainsi qu’un ratio « valeur d’actif net tangible/cours » de 421 %.

Contrairement à ce que nous pratiquions jusqu’à présent, nous ne dévoilerons pas tout de suite le nom de ces deux « perles » : nous voulons permettre à nos abonnés « premium » et « top 5 » de se positionner à leur aise sur ces deux positions. A leur intention, nous précisons qu’il s’agit des positions 1 et 2 de la liste « top 5 » envoyée le 18/05. Nos lecteurs non membres qui seraient éventuellement intéressés peuvent se renseigner ici.

Cet arbitrage nous permet donc d’augmenter globalement à la fois la marge de sécurité et le potentiel de notre portefeuille et y introduit une diversification supplémentaire.

Bilan général après 5 mois


La quasi-totalité des comptes annuels complets des sociétés que nous détenons en portefeuille est disponible.

Outre les mises à jour individuelles de chacune de nos sociétés que nous vous proposons avec la régularité qui nous caractérise, nous vous présentons les premiers enseignements globaux que nous tirons des 5 premiers mois d’existence du portefeuille « daubasses ».

Ben oui, au club on est comme ça : on aime bien aller au-delà de la superbe performance purement court terme dont nous gratifie le marché et qui n’est, reconnaissons-le, pas sans flatter notre petit ego.

Nous aimons bien, disions-nous, aller au-delà de la performance boursière pure parce que nous pensons que ce n’est pas Mr Market qui détermine si notre raisonnement est correct ou pas mais bien la réalisation des scenarii que nous avions établis pour nos entreprises.

Confrontons-nous donc à cette dure réalité chiffrée …

Le résultat net

Sur ce plan, pas de surprise : nous vous annoncions une perte globale qui a effectivement eu lieu. Vous voyez : nous tenons parole… D’ailleurs seulement 6 des sociétés que nous détenons en portefeuille sont bénéficiaires.

L’Ebitda

Comme nous vous l’expliquions ici, nous préférons utiliser l’excédent brut d’exploitation pour vérifier la viabilité de nos daubasses. Pour les exercices 2008 et 2009, nous nous attendions à un Ebitda négatif de +/- 8 500 euros pour l’ensemble de notre portefeuille. Pour l’année 2008, il se situe finalement à 8 697 euros. Pas tellement loin de notre évaluation qui était, il faut le reconnaître, réalisée à la très grosse louche …

La trésorerie nette

Le 20 février 2009, nous avions évalué la trésorerie nette de l’ensemble des sociétés de notre portefeuille à 11 059 euros. Finalement et paradoxalement, nos sociétés ont amélioré leur position de trésorerie : une gestion plus optimale des stocks et des créances est l’une des raisons ayant permis à la trésorerie nette de passer à 12 580 euros, soit 78 % de notre capital de départ ou 51 % de la valeur du portefeuille au 01/05/2009.

L’actif net net et la valeur d’actif net tangible

Malgré la grave crise économique et financière que nous traversons, la valeur d’actif net net de notre portefeuille, pondérée en fonction de chacune de nos positions, n’a diminué que de 5,8 %. Et tout cela en dépit de pertes comptables impressionnantes … Le rapport cours/actif net net pondéré de notre portefeuille s’établit à 0,32 par rapport à notre investissement de départ et à 0,49 par rapport à sa valeur au 01/05/09.

Et pour l’actif net tangible itou : nous ne subissons qu’une perte de 10,4 %.

Ceci conforte la philosophie de Walter Schloss : les actifs sont plus stables que les bénéfices.

Conclusions

Lors d’une comparaison que nous avions effectué précédemment entre l’Ebit et la trésorerie nette de notre portefeuille, nous avions estimé que nos sociétés pouvaient « tenir » sans appel supplémentaire aux banques ou au marché durant une période de 16 mois.

Une nouvelle comparaison établit une nouvelle échéance à 17 mois (12 580 / 8 697).

– Nous avons établi notre objectif de rendement au niveau de la valeur d’actif net tangible globale de notre portefeuille amputée de 2 X 10 % .

Le 2 janvier, en fonction des données en notre possession à l’époque, notre objectif de cours se situait 266 % au dessus de notre investissement initial. Aujourd’hui, nous devons revoir cet objectif légèrement à la baisse à 245 %. Par rapport à la valeur de notre portefeuille au 01/05/09, nous pouvons donc encore espérer, dans l’état actuel des choses, une appréciation de sa valeur de 120 %.

Phoenix Footwear : exclusion !

Après une longue période de somnolence hivernale, les mouvements se multiplient au sein de notre portefeuille.

Après la belle sortie « par le haut » de Neuro Metrix, une sortie par le bas cette fois : Phoenix Footwear vendue ce jour avec une moins value, frais inclus, de 55,9 %. L’analyse des comptes au 31/12/2008 ne nous a pas satisfait : outre une forte baisse de la valeur d’actif net tangible, c’est la chute de la solvabilité de la société qui nous inquiète.

D’ici peu, vous connaîtrez le nom du remplaçant de cette daubasse qui s’est avérée vraiment daubasse !

Neuro Metrix : mission accomplie !

Juste avant la clôture du marché US aujourd’hui, nous avons vendu notre position en Neuro Metrix. Deux raisons à cette vente : la première, c’est tout simplement que la hausse du cours a fortement réduit notre marge de sécurité sur ce titre. La deuxième, c’est que, comme vous avez pu le lire dans notre analyse de révision, la qualité bilantaire de la société s’est légèrement dégradée au cours du dernier trimestre 2008.

Il n’empêche qu’une plus value, après déduction des frais de courtage et de change, de 154,47 % en moins de 5 mois, ça se fête … Ce week end, nous allons chercher dans notre watching list le ou les successeurs de Neuro Metrix au sein de notre portefeuille. Les candidats ne manquent pas par les temps qui courent.

Cocorico !!!

En jetant un coup d’oeil sur le compte-titre du club sur le site de notre brokker en ligne, nous constatons, éberlués, l’envolée de plusieurs de nos daubasses.

A l’instant même où nous vous écrivons, en devise locale et hors frais de courtage, nous comptons deux 2-baggers (return de 200 % pour Barrat et Zhone) et … cinq baggers (return supérieur à 100 % pour Neurometrix, AC Moore, Medialink, Value Vision et WPT Enterprise). Et pour l’instant, à la grande stupéfaction de Mr Market, aucune de nos sociétés n’a été déclarée en faillilte !

Certe, la période est un peu courte pour tirer des conclusions définitives (même si notre illustre maître Benjamin a expérimenté la méthode avant nous) mais cette première victoire nous encourage à perséverer dans la voie tracée par Graham, Schloss, Whitman et autre Kahn.

L’aviez-vous remarqué ?

Les deux derniers achats que nous avons effectués ont relevé le ratio de solvabilité tel que nous le calculons à 98,7 %. 

Or, un ratio de solvabilité de 100 % signifie que l’intégralité des dettes du passif quelles soient financières ou non financières est couverte par les liquidités dont dispose la société. 

Nous pouvons donc dire que globablement, à 1,3 % près, le paiement de l’intégralité des dettes des sociétés de notre portefeuille est assuré par le cash dont elles disposent. 

Evidemment, ce ratio de 98,7 % n’est pas homogène : par exemple, une société comme Barrat présente un ratio de solvabilité de 47 % et une société comme Heelys frôle les 300 % . 

Mais le fait d’avoir pu sélectionner un aussi grand nombre de sociétés aussi fortement sous évaluées et présentant une solidité bilantaire globale aussi élevée nous permet de bien dormir la nuit … 

Youpie ! nous pouvons faires quelques emplettes supplémentaires

Un de nos membres a souhaité « remettre au pot ». Une des conditions de notre club pour admettre des capitaux supplémentaires est que ces derniers permettent l’achat d’actions qui apportent un « plus » pour notre portefeuille. 

C’est le cas pour cet apport de liquidité : nous avons acheté Retractable Technology et Heelys. L’apport de ces deux sociétés ne réside pas vraiment dans le potentiel de plus value final (celui-ci nous apparaît d’ailleurs un peu moindre que le potentiel global de notre portefeuille) mais plutôt au niveau de l’accroissement de notre solvabilité totale … 

Tenez-vous bien : nous avons acquis ces deux sociétés avec une ristourne de 30 % sur les liquidités qu’elles possèdent DIMINUEES de la TOTALITE des dettes du passif. On peut donc dire que nous avons acheté une entreprise à un prix d’achat négatif !!! 

Evidemment, il est probable que tout ou partie de ces liquidités soient consommées par des pertes d’exploitation mais reconnaissez tout de même qu’il s’agit là d’une belle marge de sécurité. Un de ces jours, nous reviendrons sur nos deux acquisitions.