Question (ou plutôt réflexion) de lecteurs

.
De temps à autre, certains lecteurs nous font la réflexion suivante : « Vous avez certes un rendement époustoufflant mais vous avez eu la « chance » de commencer votre portefeuille dans un « creux du marché ».

Bien évidemment nos lecteurs assidus savent déjà ce que nous pensons du « timing de marché ».

Nous allons cependant illuster cette théorie au moyen d’un exemple simple : celui de notre portefeuille.

Tout d’abord nous n’avons pas choisi le moment où nous allions investir. Nous avons choisi d’investir dans des sociétés sous évaluées et il se fait que le marché fourmillait d’occasions au moment où nous avons démarré. C’est d’ailleurs le raisonnement que nous tenions à l’époque : nous n’avons pas écrit  » la bourse est au plus bas : c’est le moment d’investir » mais bien « Aujourd’hui, il semble que ces opportunités disparues fassent leur réapparition. C’est sur base de ce constat que notre club a été fondé« .

Ensuite, nous n’avons pas investi « au plus bas du marché » à proprement parler : le portefeuille a démarré le 24 Novembre 2008. A ce moment, le marché représenté par le S&P 500 est à 851.81 points. Le fort de cette crise (en terme boursier) se situera en fait le 9 mars 2009 à 676 points. Soit 21% plus bas que le 24 novembre 2008 … et à ce moment-là le portefeuille affichait déjà +17.71%.

Cet exemple exprime de manière lumineuse l’absurdité de toujours attendre le creux, le plus bas des marchés quand on investit dans des sociétés car si nous avions attendu le creux et que nous avions eu la science infuse de savoir que ce creux aurait pour date le 9 mars 2009 : nous aurions donc pu, avec fierté et en bombant la poitrine, vous annoncer que c’est au plus bas des marchés que nous avons investi … mais nous aurions payé le même portefeuille « Daubasses » 17% plus cher !
.

Portefeuille au 16 Octobre 2009 : 326 Jours

– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

Portefeuille : 46 288,58 €—(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total :186,34%

.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 :
197,32%
.
Taux de Rotation Annualisé :
% Frais Annualisé :
.
Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 427,78 €—(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 18,76%

.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 :
22,51%
.
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel
.
Performance Mensuel du Portefeuille depuis sa Création


Walter Schloss : ce qu’en dit Warren Buffett

Vous connaissez, cher lecteur, toute l’admiration que nous vouons à Walter Schloss que nous considérons comme le meilleur chasseur de daubasses de tous les temps.

Nous lui avons consacré trois articles ici, ici et ici.

 

The Superinvestors of Graham-and-Doddsville

Warren Buffett, immense parmi les grands, ne tarit d’ailleurs pas d’éloge pour « Big Walt ». Dans son célèbre discours “The Superinvestors of Graham-and-Doddsville”, voici ce qu’il en dit :

« Je commencerai cette étude de résultats en revenant sur un groupe de quatre d’entre nous, qui a travaillé à la Graham-Newman Corporation de 1954 à 1956. Il n’y avait que quatre personnes ; je ne les ai pas sélectionné parmi des milliers d‘autres. J’avais proposé de travailler à la Graham-Newman pour une bouchée de pain après avoir suivi les cours de Benjamin Graham, mais ce dernier refusa, assurant que j’étais sur-évalué. Il prenait son idée de valeur très au sérieux ! Après moultes sollicitations, il accepta finalement de m’engager. Il y avait trois associés et nous quatre qui avions rang de “serf”. Nous avons tous les quatre quitté l’entreprise entre 1955 et 1957 lorsque la société était en liquidation, et il est possible de retracer le parcours de trois d’entre nous.

Le premier exemple est celui de Walter Schloss. Walter n’est jamais allé à l’université mais prenait des cours du soir avec Ben Graham au New York Institute of Finance. Walter quitta Graham-Newman en 1955 et il réalisa en 28 ans des performances époustouflantes. Voici ce qu’en dit Adam Smith dans son livre « Supermoney » après que je le lui ai présenté :

“Il n’a pas de relations ni d’accès aux informations utiles. Pratiquement personne ne le connaît à Wall Street et personne ne l’aide. Dans les livres et les rapports annuels qu’il étudie, il ne s’intéresse qu’aux chiffres. C’est à peu près tout ce qu’il fait. Après qu’il m’eut présenté Walter Schloss, Warren m’avait dit : “Il n’oublie jamais qu’il gère de l’argent qui ne lui appartient pas, ce qui ne fait que renforcer l’aversion qu’il a de perdre ». Il est très intègre et connait parfaitement ses limites. L’argent et les actions sont des choses bien concrètes à ses yeux, c’est pour cela qu’il est attiré par le principe de marge de sécurité.”

Walter s’est énormément diversifié. Il n’est pas inhabituel qu’il détienne plus de 100 titres en portefeuille. Il sait repérer les titres qui se transigent bien en-dessous de la valeur qu’ils représentent auprès d’opérateurs industriels. Et c’est tout ce qu’il fait. Il ne se préoccupe pas de savoir que l’on soit en janvier ou que l’on soit un lundi, ni de savoir si c’est une année d’élections. Il dit simplement que si une société vaut un dollar mais qu’il peut l’acheter pour 40 centimes, quelque chose de bien peut lui arriver. C’est comme ça qu’il procède, encore et toujours. Il détient beaucoup plus d’actions que moi et s’intéresse beaucoup moins que moi au modèle économique de l‘entreprise. Je n’ai pas l’air d’avoir beaucoup d’influence sur Walter. C’est d’ailleurs l’une de ses forces : personne n’a beaucoup d’influence sur lui. »

 

Si vous voulez lire l’intégralité de “The Superinvestors of Graham-and-Doddsville” qui constitue tout de même une des oeuvres majeures de l’oracle d’Omaha, vous pourrez en trouver la traduction française intégrale faite par Laurent sur le site de nos amis du Café de la Bourse. Ce discours de Buffett offre une fascinante étude sur la façon dont les disciples de Benjamin Graham ont exploité sa philosophie d’investissement.

 

<< Walter Schloss (4/9) : sa vision de la crise de 2008

>> Walter Schloss (6/9) : les 16 commandement de l’investissement deep value (partie 1)
.

Bas les masques – American Claims Evaluation

.
Le 10 août, en réinvestissant une partie des liquidités générées par la vente de Value Vision Media, nous avons acheté des actions de la société American Claims Evaluation à un prix de revient de 0,4181 usd. Nos abonnés ont été prévenus en temps réel de cet achat et ont reçu, en exclusivité, depuis quelques jours, l’analyse ci-dessous. Aujourd’hui, après une première hausse de cours de plus de 40 %, c’est à votre tour, lecteur de ce blog, de profiter de notre prose.

La société American Claims Evaluation a été fondée en 1981 et est basée à Jericho, New York.

C’est une société de services éducatifs aidant des enfants souffrant de handicap.

La société est organisée en trois segments, selon les tranches d’âge :

a) Le service aux très jeunes enfants commence de la naissance jusqu’à l’âge de 2 ans.

b) Le service de programme préscolaire s’adresse aux enfants âgés de 3 ans jusqu’à 5 ans.

c) Le service de mise à disposition de personnel spécialisé aux écoles pour les enfants de 6 ans et plus.

Nous allons à présent calculer la marge de sécurité dont nous disposons sur les 4 modes de valorisation que nous appliquons désormais et ce, en nous basant sur le rapport semestriel de fin juin 2009.

1° La marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net Net (VANN)

Au 30 juin, la valeur d’actif Net-Net de la société s’élevait à 0.9467$ par action.

Nous avions une valeur d’actif courant de 1.14$ par action et une endettement total de 0.19$ par action.

Le plus étonnant pour cette valeur, c’est que la société disposait au 30 juin de 0.91$ de liquidités par action, ce qui en fait également une Triple Net. Une ”triple net” (appellation maison), c’est une société cotant sous la valeur de ses seules liquidités – l’endettement total.

Et cette valeur ”triple net” ressort donc à 0.72 $ par action.

La valeur d’actif tangible de la société était au 30 juin de 0.9978$ et les créances commerciales s’élevaient à 0.22$ par action.

Dans le rapport trimestriel du 31 décembre 2008, la VANN était de 0.9530$ par action. Que s’est-il donc passé durant ce premier trimestre 2009 ?

Nous pouvons répondre: pas grand chose hormis une perte minime de 0.01$ par action.

Nous pouvons donc conclure pour cette première évaluation qu’au prix de revient de 0.4181$ par action notre marge de sécurité sur la valeur Net-Net de 0.9467$ au 30 juin est de 55.83%

2° La marge de sécurité sur la ” Valeur d’Actif Net Estate” (VANE)

La société American Claims Evaluation ne possédant pas d’actif immobilier, il n’est donc pas possible de calculer la valeur d’Actif Net-Estate.

3° La marge de sécurité sur la valeur en cas de mis e en liquidation volontaire (VMLV)

Revenons sur les actifs courants.

Nous avons d’abord vérifié le type de liquidités inscrit dans le bilan de American Claims Evaluation. Il s’agit de placements à maximum trois mois, voir moins et de manière ponctuelle sur excès de cash dans du monétaire.

Nous estimons également qu’étant donné les liaisons de la société avec l’état de New York d’une part et d’autre part la durée de 43 jours de règlement moyen des factures lors des 6 premier mois de 2009 comparé à 62 jours en moyenne au cours des 3 dernières années, un retraitement du post créances clients, dans le cas d’une liquidation volontaire, n’est pas nécessaire.

Les actifs non-courants.

Le poste ”Propriété et Equipement” est constitué principalement de matériel divers qui figure au bilan pour une valeur amortie de seulement 34%. Nous reprendront ce poste ”propriété et équipements” à hauteur de 20% de la valeur d’acquisition, soit pour la somme 71 304 $ ou 0,0150$ par action.

En résumé :

Valeur d’actif Net-Net : 0,9467$
+0,0150$ propriété et équipement
La valeur de Mise en Liquidation Volontaire est donc de 0,9617$

Nous pouvons donc conclure qu’au prix de 0,4181$, notre marge de sécurité est de 56,52%

4° La marge de sécurité sur valeur de la capacité b énéficiaire (VCB)

Il nous est impossible de vous présenter la valeur de la capacité Bénéficiaire de la société pour plusieurs raisons.

– La société a changé en quelques sorte d’activité, puisqu’en 2007 elle s’occupait de réhabilitation pour les personnes ayant souffert d’accidents de travail.

– Pour cause également du rachat en septembre 2008 de la société Interactive Therapy Group Consultant Inc.

– Et enfin en raison de l’absence de profits sur les 5 dernières années…

En résumé nos marges de sécurité sont de :

55,83% sur la valeur d’actif Net-Net
56,52%, sur la valeur de Mise en Liquidation Volontaire de la société

En Conclusion

Vu les énormes liquidités de la sociétés, valant 0,91$ par action et également sa Valeur Triple Net de 0,72$ par action, les risques de surprise désagréable nous semble extrêmement réduits.

Nous pensons qu’ American Claims Evaluation est une valeur complètement oubliée par le marché et donc valorisée sans aucun bon sens, encore aujourd’hui.
.

Portefeuille au 9 Octobre 2009 : 319 Jours


– Cliquez sur le tableau pour l’agrandir
.
* Nous rappelons que ce portefeuille est un investissement réel
.
Performance Mensuel du Portefeuille depuis sa Création

Portefeuille : 44 818,58 €—(Frais de courtage et de change inclus)
Rendement Total : 177,25%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 187,88%
.
Taux de Rotation Annualisé :
% Frais Annualisé :
.
Tracker ETF Lyxor MSCI World : 19 337,78 €—(Frais de courtage inclus et dividende réinvesti)
Rendement Total : 18,21%
.
Rendement Annualisé :
Rendement 2009 : 21,94%