Ne confondons pas mise en liquidation volontaire et faillite …

Temps de lecture estimé : 1 min
Print Friendly, PDF & Email

Suite à plusieurs remarques et réflexions d’abonnés et de lecteurs, nous revenons sur le concept de « valeur de mise en liquidation volontaire » que nous utilisons lorsque nous tentons de valoriser une de nos cibles.

En effet, un grand nombre d’investisseurs pense que ce concept est erroné. En gros, ils estiment que « de toute façon, en cas de liquidation, au final, les actionnaires n’auront rien. »

Nous pensons que l’on confond ici le concept de liquidation forcée (ou de faillite) avec celui liquidation volontaire.

En cas de liquidation volontaire (qui est le scénario que nous envisageons), nous partons de l’hypothèse que les liquidateurs disposent de suffisamment de temps pour réaliser au mieux les actifs de la compagnie en question.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous sommes très attentifs au niveau d’endettement des sociétés que nous achetons : nous souhaitons que la direction ne se retrouve pas « le couteau sous la gorge » au moment de réaliser les actifs de la société afin de les négocier au mieux en cas d’arrêt des activités.

Ce scénario n’est d’ailleurs pas une simple vue de l’esprit théorique. Nous en voulons pour exemple le cas d’une société que nous avions en watching list (mais que nous n’avons malheureusement pas achetée) : il s’agit de NEUROBIOLOGICAL TECHNOLOGIES.

Après avoir été cotée pendant des mois entre 0,15 et 0,45 usd, l’assemblée des actionnaires a décidé de mettre la société en liquidation le 28 octobre 2009.

Sont-ils fous ces actionnaires ? Pas du tout car depuis, ils ont touché successivement un premier dividende de 0,75 usd et un second de 0,18 usd … largement au dessus des cours auxquels on pouvait acquérir l’action. Et l’action, transférée aux Pink Sheet, s’échange encore quotidiennement autour de 0,10 usd.

Vous comprendrez donc, cher lecteur, que ce scénario de mise en liquidation volontaire ne constitue vraiment pas, à nos yeux, un cataclysme mais plutôt un « catalyst ».

.

8 réflexions au sujet de « Ne confondons pas mise en liquidation volontaire et faillite … »

  1. Bonjour

    Que signifie « dépôt de bilan » ? (VMLV ou faillite ?)

    j’ai regardé BFM hier et ils disent que le « dépôt de bilan » est un des 3 scénarios envisagé pour RIM. (l’entreprise n’est pas endettée)

    Merci

  2. Bonjour les daubasses, je ne comprends pas pourquoi dans votre VMLV, nous ne prenait pas en compte le coût de remise en état des terrains, qui est obligatoire pour toute société? cordialement.

    1. Bonjour William,

      Notre approche est davantage basé sur le quantitatif (décote + diversification) que sur le qualitatif (concentration + recherche d’un avantage compétitif). En prenant pour l’immobilier (terrains comme bâtiments) la valeur d’acquisition historique – 20%, nous considérons que la marge de sécurité est déjà conséquente. Surtout que, parfois, les terrains ont été acquis par certaines sociétés depuis plusieurs décennies !

      Et puis… imaginez les compétences et le temps qu’il faudrait allouer pour chaque entreprise s’il fallait calculer un coût de remise en état : connaître tous les terrains, dans chaque pays, la législation, les pollutions éventuelles, …

      Par ailleurs, certains terrains n’ont pas besoin d’être remis en état et peuvent être revendus tels quels avec l’immobilier : terrain du siège social, terrain vendu avec l’usine dessus, …

      Bref, vous aurez compris que c’est de l’approximatif très prudent et que cela protège des surévaluations trop optimistes. Comme disait quelqu’un que nous connaissons bien : « il vaut mieux de l’à peu près correct que du tout à fait faux ».

  3. Hello daubasses,

    As a learner to quant approach, just to clarify, when you guys say « your approach is based more on the quantitative (haircut + diversification) than on the qualitative (concentration + search for a competitive advantage) »,
    do you guys invest solely based on the conclusion given by your valuation model or there are some qualitative aspects you guys will analyze?

    Because from what I understand for deep value investments, most of them are experiencing some problems (eg. Revenue declining). Does deep value approach requires understanding the business problems and how to solve it?

    Thank you!

    1. Bonjour Jx,

      Merci pour votre commentaire et votre intérêt.

      Si l’investissement dans la valeur vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les plus de 1 000 articles que nous avons publiés sur notre blog !

      Notre investissement est purement quantitatif avec, bien entendu, des gardes-fous : notamment le ratio de solvabilité qui doit être supérieur à 40% et une VLMV > 0. Cet article résume notre approche : l’approche daubasse résumée en quelques notions clefs !

      Sur les plus de 9 ans d’investissement avec cette approche, nous sommes relativement satisfait. Surtout que nous avons apporté quelques petites évolutions à chaque fois que nous avons connu de grosses déconvenues ! Notre process d’investissement s’est donc affiché.

      Disons-le clairement. Aujourd’hui, nous sommes fin prêts pour un gros mouvement et avons les munitions (cash), la méthode (améliorée) et le tempérament (psychologie) pour appréhender au mieux une grosse vague baissière. Du moins, nous l’espérons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.