Gantois : une AG mouvementée …

Après une présentation et une valorisation de Gantois dans un premier article, notre société en difficultés préférée vient de publier le compte rendu de son Assemblée Générale ordinaire et extraordinaire en date du 2 juin 2010. Il est rare d’avoir un rapport d’AG si détaillé : on s’y croirait ! L’intervention de chaque participant est clairement retranscrite, c’est un régal à lire.

Quelques actionnaires minoritaires ont tenté de chatouiller l’équipe de direction avec des questions et des remarques plutôt directes :

–         « M. Colin (un actionnaire minoritaire) se dit surpris que ni le Bureau, ni les Comissaires aux Comptes n’aient fait de remarques sur le non respect répétitif des obligations légales d’information aux actionnaires, soit trimestrielle, soit annuelle. Il demande à quelle date a été publié le chiffre d’affaires annuel 2009 puis celui du premier trimestre 2010 »

–         M. Paulhac, Représentant de la Tour Gestion, s’interroge sur les conventions réglementées car il trouve les rémunérations mentionnées excessives… »

–         A propos de la cession d’un domaine foncier à la ville de Saint-Dié « suite à la remarque de M. Colin indiquant que le contribuable déodatien (NDLR : l’habitant de Saint-Dié) estime avoir fait une excellent affaire, M. Toillier (le DG) et M. Colin échangent sur le montant présumé »

 Beaucoup de rebondissements lors de cette AG. Avant le vote d’une résolution extraordinaire liée à une augmentation de capital, l’actionnaire majoritaire – Baulder II – représenté par M. Bosco « prend la parole et propose de modifier la résolution. » Rien que ça ! Résolution qui prend maintenant tout son sens depuis que l’on sait que Baulder II souhaite vendre se participation (information diffusée par un communiqué de presse du 15 juillet alors que l’AG a eu lieu le 2 juin).

Hormis tous ces passages croustillants, il y a des éléments financiers intéressants à retenir :

–         Tous les biens immobiliers n’ont pas été vendus. Mais ceux qui ont été cédés l’ont été à un prix au moins égal à celui prévu dans les comptes. C’est rassurant pour les valorisations, mais il faudra surveiller l’évolution des ventes du patrimoine immobilier

–         Le management ne prévoit pas encore de bénéfices pour 2010 malgré une forte réduction des pertes, hors résultat exceptionnel du fait de la renégociation de la dette

–         La renégociation de la dette devait avoir un effet positif, via le résultat exceptionnel, de 15,8 M EUR. En fait, cet effet sera ramené à 13,3 M EUR après prise en compte des paiements entre les filiales du groupe. Nous venons donc de perdre 2,5 M EUR par rapport à notre évaluation !

Nous tenons à signaler qu’il est exceptionnel qu’une société détenue largement majoritairement par un unique actionnaire soit aussi transparente et nous tenons à le saluer.

 Nous vous invitons vivement à lire le compte-rendu officiel sur le site de la société ici 

La suite de l’aventure au prochain épisode.

Print Friendly, PDF & Email

5 réflexions au sujet de « Gantois : une AG mouvementée … »

  1. Bonjour,

    A mon avis, maintenant que les moyens techniques existent à moindre coûts, il faudrait que l’AMF oblige les sociétés cotées à mettre au moins une copie audio (voire vidéo) et une retranscription écrite fidèle (afin de pouvoir faire des recherches par mots clefs plus tard) des Assemblées Générales d’actionnaires.
    En effet (et je ne mets pas en cause la société que vous citez dans votre article ! ) certaines sociétés ne se privent pas de ne pas retranscrire les questions gênantes (ainsi que leurs réponses souvent évasives).

    Cordialement

  2. Pour les besoins de l’histoire, j’apporte une précision, bien qu’anecdotique aujourd’hui :
    M. Colin aujourd’hui « actionnaire minoritaire » était jusqu’à l’arrivée de SISU (Baulder II) « actionnaire majoritaire » et fut pendant des dizaines d’années « PDG », avant lui c’était son père, et avant le beau-père de son père…

  3. A la lecture des rapports de gestions et des comptes publiés, il s’avère que la Direction de Gantois a bien des difficultés à identifier les foyers de pertes dans le groupe. De surcroit, cette direction reste entourée de petits chefs dont elle aurait du se séparer avant de refondre la stratégie. Changer de stratégie avec les mêmes qui ont amené le groupe à faire des pertes, – pour faire simple, prendre les mauvaises habitudes d’accepter des commandes à pertes ne peut mener qu’à des pertes – in finé, les prévisions publiées par la direction de Gantois doivent être regardées avec recul et circonspection.

  4. La société Gantois vend à perte depuis plus de 10 ans et ce sont ceux qui ont accepté cela et qui l’ont validé, qui se sont enrichis au détriment de tous ceux qui dénoncaient ces manoeuvres et qui ne font plus partie du groupe aujourd’hui. Il faut cesser d’être hypocrite et se demander si vraiment les bonnes compétences ont été mise au bon endroit.
    Tous ces petits chefs, comme le dit très bien le lecteur précedent n’ont pas su être innovants et amener des solutions pérennes pour baisser le prix de revient des différents produits et investir dans de nouveaux marchés, suite à manque de compétences techniques et financières évidents, non pas parce que les compentences ne se trouvaient pas dans les Vosges mais parce cela n’arrangait pas ceux qui étaient en poste. La non compétence attire la non compétence!
    L’histoire de Gantois se poursuit avec une logique implacable. A la différence d’autres sociétés qui auraient mis la clef sous la porte depuis longtemps, Gantois détenait des actifs qui lui ont permis de résister … mais pour combien de temps encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *