Connaissez-vous les « triple net » ?

.

.
Si vous nous lisez depuis quelques temps, cher lecteur, la notion d’actif net n’a plus de secret pour vous et encore moins la notion d’actif net net. Mais que pensez-vous d’actions cotant sous leur « valeur nette-nette-nette » ?
Reprenons :

Une valeur cotant sous sa valeur d’actif net se paie moins cher que la totalité de son actif diminué de ses dettes.

Une valeur cotant sous sa valeur d’actif net net se paie moins cher que la totalité de son actif courant diminué de ses dettes.

Et une valeur cotant sous sa valeur d’actif net net net (expression « maison » récemment utilisée entre nous) ? Et bien, il s’agit d’entreprise cotant sous la valeur du cash disponible à court terme diminué de l’ensemble des dettes. La logique voudrait que l’acquisition de telles sociétés à ce prix procure à son actionnaire des rendements exceptionnels. Vérifions ensemble …

Lors de la constitution de notre portefeuille initial, cinq actions correspondaient à cette définition. Il s’agissait de Ditech (achetée avec une décote de 18 % par rapport à sa valeur « triple nette »), Endwave (décotée de 19 % par rapport à sa « triple nette » au moment de son achat), Sport Halley (décote de 4,7 %), Westell (décote de 46 %) et Ikanos (payée à sa valeur « triple nette »).

Que sont devenus ces investissements ? Ikanos a été revendue avec une plus value de 21,4 % et les autres sociétés sont toujours détenues : Ditech en est à + 52 %, Endwave à – 20,6 %, Sport Halley à – 17,4 % et Westell à + 187 %.

En moyenne et à ce jour, la plus value n’est « que » de 44 % … soit nettement moins que la moyenne de notre portefeuille.

En « boursicoteur circonspect », nous nous gardons bien de tirer des conclusions définitives sur un échantillon aussi restreint et une période toute aussi courte même si, reconnaissons le, ce constat ne peut que nous étonner.

Quoi qu’il en soit, nous poursuivrons l’expérience en isolant la performance de ces « triple net » d’autant que d’autres se sont ajoutés, par la suite, au gré de nos arbitrages.

12 réflexions au sujet de « Connaissez-vous les « triple net » ? »

  1. Bonjour Kounsos,

    Tout d’abrod, nous ne parlons pas de cotation sous la trésorerie nette (qui est la trésorerie amputée uniquement des dettes financières) mais bien sous la trésorerie amputée de TOUTES les dettes. En effet, si les premières se rencontrent assez courament parmi les sociétés qui ont un besoin en fond de roulement négatif, les secondes sont très rares. Dans notre portefeuille, nous en avons encore trois malgré la hausse des cours : Ditech, Enwave (mais gros risque de dilution) et une « daubasse masquée ».

    Sur la place parisienne, nous n’en avons jamais rencontré depuis les débuts de notre club.

  2. Bonsoir,Vous faites un boulot formidable et je vous en félicite.

    Y a juste une chose qui me laisse perplexe.
    Comment évaluer-vous la valeur des immobilisations?
    Sur quoi vous basez vous?

  3. Bonjour,

    Si je ne me trompe pas, la société NicOx commence à devenir intéressante à surveiller. Je valorise ses actifs Triple Net à 1 euros 91 sur la base du rapport annuel 2009. Par contre à part sa trésorerie, je ne trouve rien à valoriser.

    Bonne chasse,

    Laurent

  4. Bonjour,

    Avez vous fait une étude statistiques plus recentes de ce type de societes (triple net)? Je pense que vous devez avoir plus de données désormais car nous sommes en 2014?
    Avez vous lu des etudes sur les triple net ou des bouquins d’investisseurs pertinant sur le sujet (peut etre security analysis)?
    merci,

    1. Bonjour Guillaume,

      Nous n’avons pas mené d’étude statistique au sein de notre propre portefeuille pour déterminer la pertinence ou non de ce ratio … mais, en nous basant juste sur nos « impressions », il ne semble pas qu’elles aient généré plus de surperformance que les autres daubasses. Nous confirmerons ces « impressions » un de ces jours…

    2. Bonsoir Guillaume,

      sur les triple-net, je n’ai pas connaissance d’un telle étude, par contre certains back-test ont été menés sur les entreprises ayant une valeur d’entreprise (capitalisation + dettes financières -cash) négative, ce qui signifie que l’entreprise en question cote sous la valeur de son cash.
      On se rapproche quand même de la triple net…

      Le back-test d’Old School Value est édifiant : http://www.oldschoolvalue.com/blog/investing-strategy/negative-enterprise-value-stock-screen/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.