Flash spécial : résultats semestriels de Vet’Affaires

.

Vous n’êtes pas sans savoir, cher lecteur, que nous avons une tendresse particulière, parmi les sociétés de notre portefeuille pour Vet’Affaires (la proximité géographique et linguistique et la simplicité de l’activité sans doute).

Les résultats semestriels sont publiés … et nous sommes légèrement déçus sur deux points :

La première déception était prévisible : la nouvelle baisse des ventes à périmètre comparable au cours du 1er semestre a entraîné, comme il fallait s’y attendre, un retour dans le rouge des résultats. Pas vraiment une surprise donc puisque cette baisse des ventes était connue depuis deux mois. Par contre, la direction nous annonçait « une marge brute qui devrait rester à un niveau élevé » et nous constatons tout de même une perte de deux points de marge.

La deuxième déception sera sans doute considérée comme une bonne nouvelle par la majorité des investisseurs … mais pas pour nous (ben oui, on est comme ça nous : on aime bien prendre le contrepied de la foule). Rappelez vous cher lecteur, la direction avait donné un signal fort au cours du premier semestre en lançant une offre de rachat de 20 % des actions propres de la société. Signal qui signifiait : Vet’Affaires est sous évaluée et dispose d’une trésorerie excédentaire.

Mlaheureusement, cette opération n’a pas eu le succès escompté et la société n’a finalement pu acquérir qu’une quantité ridicule de titres. Et voilà que la direction, à laquelle manifestement l’excédent de cash brûle les doigts, annonce la distribution d’un dividende exceptionnel de 2,80 euros. Si la première opération aurait bel et bien été relutive pour les actionaires (puisqu’en achetant des actions sous évaluées, la société augmentait mécaniquement la valeur des actions restantes en circulation), cette opération ne changera strictement rien en valeur patrimoniale : les actionnaires recevront 2,80 euros de cash … et conserverons des actions dont la valeur patrimoniale aura baissé de 2,80 euros. Franchement, nous aurions préféré que la société tente à nouveau de racheter ses propres actions … d’autant qu’au cours actuel de 16 euros, les achats se faisaient encore largement sous la valeur d’actif de Vet’Affaires.

En résumé, nous aurions souhaité que VET rachète un dollar d’actif à un demi dollar plutôt que de donner un dollar à ses actionnaires.

Voilà selon nous un bien mauvais usage d’une trésorerie excédentaire … mais qui n’empêchera sans doute pas Mr Market de nous faire une petite montée d’adrénaline dans les jours qui viennent … d’autant que l’action présente toujours une décote par rapport à ce que nous estimons être le « juste prix ».

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

6 réflexions au sujet de « Flash spécial : résultats semestriels de Vet’Affaires »

  1. Oui mais si toi actionnaire, tu utilises tes 2.8€ pour acheter de nouvelles actions vet affaire ça revient strictement au même qu'un rachat d'action par la sté (du pur point de vue de ta part à toi), non ?Executieve Office branleur qu'a oublié son user et son mot de passe

  2. Cher Executieve,Un petit exemple pour vous expliquer pourquoi nous pensons que ça ne revient pas au même ?Le voici : Vous avez une société qui vaut 1 000. Il y a 100 actions en circulation (chaque action vaut donc 1 000 / 100 soit 10 et le cours de l'action est à 6. La société décide de racheter 20 actions à 6. Après le rachat, la société vaut 880 (soit 1000 – 6X20) mais à diviser entre 80 actions et non plus 100. Chaque action vaut donc 880 / 80 soit 11. La valeur des actions restantes a donc augmenté de 10 %.Par contre, si la société décide, au lieu de racheter ses actions, de distribuer un dividende de 120. Après la distribution, la société vaut 1000 – 120 soit 880 à partager entre 100 actions soit 8,80 + les 1,20 reçus sous forme de dividende soit 10. Si au départ vous détenez 40 actions, la valeur intrinsèque détenue est donc de 40 X 10 soit 400. Vous recevez votre dividende soit 40 X 1,20 = 48. Avec les 48 reçus, vous pouvez donc racheter 8 actions à 6. Après distribution du dividende et rachat, vous vous trouvez avec un patrimoine de 48 actions valant 8,8 soit 422,4 alors qu'en cas de rachat d'actions propres, la valeur de votre patrimoine s'élève à 40 X 11 soit 440.Et nous ne tenons pas compte des frais de courtage et de la fiscalité très désavantageuse sur les dividendes pour les résidents belges que nous sommes …

  3. Oué, t'as raison, implacable.Les mathématiques m'étonneront toujours…Si la valeur de l'action est a son pris ça revient au même. Si l'action est sous estimé mieux vaut un rachat d'action. Si l'action est surestimé mieux vaut un div exceptionel.Executive Office Branleur

  4. Sauf que suite au detachement ton action passe sur le marche a 4.8 et ne reste pas a 6. Donc 48/4.8 = 10 actions donc 50×8.8=440C'est donc neutre a l'exception des frais et impots.Les rachats sont bien seulement si un gros actionnaire souhaite sortir a 6. Si ce n'est pas le cas la remonté du cours peut se faire tres rapidement sur les small caps et mieux vaut pour un petit actionnaire reinvestir son dividende (qui en general ne fait pas/moins monter le cours).Dites moi si je me trompe…

  5. exact mr Glob.Finalement, nous aussi les math nous étonnerons toujours :-))Il faut dire qu'en tant que résidents belges, le dividende de Vet'Affaires est soumis au double rackett des états belge et français ( chaucun prélève successivement 25 % du dividende)) alors que nous ne sommes pas imposés sur les plus value mobilières. Voilà probablement la raison de notre biais négatif vis-à-vis de ces "foutus" dividendes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.