Bas les masques – Winland Electronics

Voici venu le moment, cher lecteur, de vous dévoiler la 27e ligne de notre portefeuille.  Si vous êtes attentif, si vous  analysez et décortiquez la composition de notre portefeuille chaque semaine, vous aurez remarqué que nous avons laissé apparaître son nom : il s’agit de Winland Electronics.

Après une première hausse du cours d’une quarantaine de pourcents, nous vous proposons ci-dessous, l’analyse à laquelle nos abonnés ont eu accès lors de notre achat.  Attention donc : même si, à notre connaissance, il n’y a pas eu de changements fondamentaux, elle date tout de même de novembre 2009.

La société a été fondée en 1972 et est basée à Mankato dans le Minnesota.

C’est une société technologique fabricant du matériel informatique et du matériel de sécurité pour un marché principalement industriel, aux USA, Canada, Mexique et en Europe.

 

Au niveau du matériel informatique, la société assemble des circuits imprimés et offre à ses clients des produits personnalisés. Dans ce segment, la société assure une vente directe.

Au niveau du matériel de sécurité, la société fabrique, des microprocesseurs, des capteurs et des alarmes. Ces produits permettent  de détecter des fuites d’eau ou des pannes de courant, des changements de température ou d’humidité. Dans ce segment la société assure sa vente par l’entremise de grossistes et de détaillants et aussi de distributeurs.

Ses trois principaux clients représentent 58% de son chiffre d’affaires, il s’agit de Xata Corp qui propose des solution de management pour transporteurs routiers et qui représente 33% du chiffre d’affaires, de Select Confort qui commercialise des sommiers à air pour l’industrie de la literie et représente 15,9% du chiffre d’affaires et de Fluke Corp qui commercialise des test compacts montés sur des machines de production automatique d’outils et pièces et qui représente 10% du chiffre d’affaires.

Nous avons acheté des parts de la société  le 05 Novembre 2009 a un prix de revient de 0,8192 $.

La marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net Net (VANN)

 

Au 30 Juin 2009, La Valeur d’Actif Net-Net de la société était de 1,1608$ par action

Nous avions un actif courant de 2,50$ par action pour un endettement de 1,34$ par action.

Le stock valait  1,25$ par action et les créances clients 0,97$ par action.

La Valeur d’Actif Net Tangible s’élevait à 2,3959$ par action et la solvabilité était de 65%.

Nous nous sommes évidement basés sur ce rapport pour notre achat de Winland Electrocnics  mais nous avons également prit la peine de regarder quelle était la situation au 31 décembre 2008.

Fin 2008, nous avions un actif courant de 2,57$ par action et un endettement total de 1,30$ par action, nous avions donc une VANN de 1,2717$ par action.

Nous constatons donc avec le rapport de Juin 2009, une baisse de la VANN de 0,11$ par action. Principalement due à la perte sur 6 mois de 0,23$ par action.

Inclue dans cette perte de 0,23$ par action, nous observons que la direction a acté 0,16$ par action de dépréciation sur la valeur de l’inventaire.

Nous jugeons que la VANN de Winland a conserver une certaine stabilité durant les 6 premier mois de 2009.

Par rapport à notre prix de revient de 0.8192 par action et avec une VANN de 1,1608$ par action au 30 Juin 2009, nous disposons d’une marge de sécurité de 29.42%

 

2° La marge de sécurité sur la ” Valeur d’Actif Net Estate” (VANE)

Nous avons trouvé des actifs immobiliers suffisamment  important dans le poste « Property et Equipement » pour nous permettre de calculer une Valeur d’Actif Net Estate.

Cette rubrique est donc composée :

–          de terrains pour une valeur d’acquisition de 283 mille $, soit 0,10$ par action

–          de constructions pour une valeur d’acquisition de 3,052 millions $ soit 0,83$  par action

Nous constatons que cette rubrique qui compte en plus de ces terrains et bâtiments, du matériel et de l’équipement de bureau, apparait au bilan amortie à 73%.

Si nous ajoutons à cet élément d’amortissement, le fait que la société existe depuis 1972, nous pensons que notre de marge de sécurité de 80% des la valeur d’acquisition de ces terrains et bâtiment est réaliste et prudente

Calculons donc la VANE

1,1608$ de VANN

+ 0,7489$ représentant 80% de la valeur d’acquisition des immeuble et bâtiments de 0,9362$ par action.

Soit une VANE de 1,9097$ par action

Par rapport à notre prix de revient de 0.8192 par action et avec une VANE de 1,9097$ par action au 30 Juin 2009, nous disposons d’une marge de sécurité de 57.10%

3° La marge de sécurité sur la valeur en cas de mise en liquidation volontaire (VMLV)

 

Revenons sur l’Actif Courant.

 

Les créances clients tout d’abord. Nous relevons un certain déséquilibre au niveau des  clients avec les 3 principaux clients permettant la réalisation de 58% du chiffre d’affaires, voir les deux clients les plus importants représentant 48% du chiffre d’affaires.

S’il est clair que sur base  du calcul semi automatique de contrôle des délais de paiement, il n’y a pas de problème, nous pensons toutefois qu’il serait prudent d’appliquer une décôte de 20% sur ce poste clients dans le scénario d’une mise en liquidation volontaire. Nous retranchons donc – 0,19$ par action.

Au niveau du stock, la méthode employée est la méthode FIFO qui nous semble appropriée pour ce type d’activité et le stock est calculé au prix le plus bas du marché.

La répartition du stock pour une valeur total de 4,603 millions de $ apparaît comme suit :

Matières premières 3,296 millions $ soit 0,8983$ par action soit 70%

Produits semi-finis 338 mille $ soit 0,0921 $ par action soit 7%

Produits finis 969 mille$ soit 0,2641$ par action soit 23%

Nous sommes remonté jusque 2006 pour juger la qualité de la gestion des stocks et nous constatons que les matières première comptent toujours pour environ 70%, comme 73% en 2007 ou 68% en 2006 et que les produits semi-finis et finis pèsent  pour 30%. Nous jugeons donc que ce stock est géré de manière conventionelle.

Comme une dépréciation global de 10% a déjà été actée sur l’ensemble du stock et que le taux de rotation que nous observons s’encadre dans nos critères, nous allons retraiter les matières premières  en les réduisant de 10% et les produit semi-fini et fini de 30%, soit – 0,20 $

Les Actif fixes

 

Outre les immeubles dont nous avons déjà parlé ci-dessus, nous décidons de reprendre les installations, machines et outillages pour 5 % de leur valeur d’acquisition soit 433 850 usd ou 0,12 usd par action.

Hors Bilan

 

Nous n’avons rien trouvé hors bilan

Actions privilégiées et dilution

 

Il n’y a aucune action privilégiée dans le bilan de Winland Electronics.  Il existe par contre 468 800 stocks options, exerçables au prix moyen de 2,44 usd.  Ce prix d’exercice étant supérieur aux différentes valeurs que nous venons de calculer, nous estimons qu’il n’y aura pas de dilution et n’en tenons pas compte.

Nous établissons donc la VMLV comme suit :

VANN de : 1.1608$

– 0.19 $ de marge de sécurité sur les créances clients

– 0.20 $ sur le stocks

+0.75 $ d’immeubles

+0.12 $ d’installations, machines et outillages

Soit une Valeur de Mise en liquidation Volontaire de 1.64 $ par action, ce qui nous fait à notre prix de revient de 0,8192$ par action une marge de sécurité de 50 %

4° La marge de sécurité sur valeur de la capacité bénéficiaire (VCB)

La société affiche des pertes sur l’année 2008 et 2007. Et si nous remontons à 5 ans elle a fait des profits en 2004,2005,2006.

Nous considérons que s’il est possible de calculer une Valeur de la Capacité Bénéficiaire, en appliquant une moyenne à 5 ans sur les différents paramètres, la fiabilité de cette valeur est vraiment relative.

Nous parlerons donc d’une moyenne à 5 ans sur tous les chiffres.

Nous avons donc un résultat d’exploitation moyen de 0.1833$ par action auquel nous ajoutons  0.2027$ par action d’amortissement et de dépréciation.

Nous retranchons les besoins en investissement que nous avons apprécié à 0.2025$ par action.

Ce qui nous donne une  de capacité bénéficiaire de 0.1835$ par action que nous actualisons à 10%, ce qui nous donne une VCB de 1.8353 $ par action

Nous ajoutons à cette VCB des liquidités de 0.05$ par action, puis nous retranchons 2% du chiffre d’affaires à titre de ”fonds de caisse”, nécessaire au fonctionement de la société soit 0.1558$ par action ainsi que  les dettes financières long terme et court terme de 0.4468$ par action.

Ce qui nous donne une VCB de 1.2828$ par action qui à notre prix de revient de 0.8192$, nous offre une marge de sécurité de 36.13%

En résumé – Les Marges de Sécurités

 

A notre prix de revient de 0.8192 $ :  nous avons

29.4 % de marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net-Net

57.1 % de marge de sécurité sur la Valeur d’Actif Net-Estate

50.0 % de marge de sécurité sur la Valeur de Mise en Liquidation Volontaire

36.1 % de marge de sécurité sur la Valeur de la Capacité Bénéficiaire

En conclusion

Nous pensons que la société Winland Electronics dont l’activité dépend du secteur industriel est une société cyclique qui est en ce moment impactée fortement par la crise. Nous espérons cependant qu’elle génèrera à nouveau des profits dans le futur.

Dans cette analyse nous avons eu l’impresion qu’en achetant des parts de cette entreprise à  0.8192$,  que nous ne risquions pas grand chose.

Une société ayant des actifs immobiliers remontant à 1972, pour une valeur au prix coûtant de 0.9362$, cela nous donne le sentiment d’avoir acheté le reste de la société presque gratuitement y comprit sa capacité bénéficiaire futur, et ce, d’autant plus que les besoins en investissements ne sont pas excessifs.

Nous pensons donc comme ”Big Walt” que quelque chose de bien va nous arriver sur ce genre d’ investissement !

11 réflexions au sujet de « Bas les masques – Winland Electronics »

  1. Bjr , je fais un tour sur votre site avec une certaine admiration ,bravo pour votre performance !!!.

    La societe winland est dans votre portefeuille depuis le 5 novembre 2009 ,cela veut dire que vs conseiller à vos clients l’achat de ce titre depuis cette date? ou que vs avez acheté ce titre le 5 novembre mais que vos clients on etait invité à acheter ce titre plus tard?.

    Merci

    Sébastien

  2. Exact Sébastien mais nous avons revu cette formule : en réalité, après une expérience dans la formule « abonnemnet » de quelques mois, nous nous sommes rendus compte que le « premium » est celui qui semble donner le plus de satisfaction à nos lecteurs et nous avons donc souhaité orienté nos futurs abonnés vers cette formule.

    Cependant, dans le souci de maintenir un choix entre deux « tarifs », nous avons créé la formule « sprint » qui est en réalité un « premium » de plus courte durée.

  3. Nous n’en avons aucune idée : la liste « top 5 » n’existait pas à l’époque : nous avons nous même constitué notre portefeuille sur base d’une liste premium « améliorée » puisqu’elle contenait 30 valeurs (au lieu de 25).

    Quant aux listes top 5 que nous avons constitué depuis le début de l’aventure « abonnement », leur composition changent toutes les semaines et il nous est donc difficile de déterminer le rendement que nous aurions pu obtenir.

  4. Bonjour, une question avant de m’abonner ? dans les valeurs de votre liste ,il y en a certaines qui sont trés trés peu liquides ,donc meme si quelques investisseurs achetent quelques milliers de titres de ces valeurs cela doit obligatoirement créer de forts decalages de cours ? .

    Merci @+

    Sébastien

  5. Sébastien,

    Avons-nous bien compris la question ?

    Vous demandez si la petite taille des sociétés que nous achetons ne crée pas trop de volatilité ? la réponse est oui.

    ou

    Vous demandez si le fait que nous recommandions une action ne « booste » pas le cours au point qu’elle soit difficilement achetable ? la réponse est nuancée : sur certaines actions françaises, notre annonce a effectivement fait grimper le cours assez fort (sur certaines mais pas toutes car il y en a qui s’échangent pour le moment plus bas que notre prix d’achat). Par contre, sur les actions non françaises, nous n’avons, à ce jour, pas réellement perçu d’effet « abonnés daubasses » : nos abonnés peuvent, généralement, faire tranquillement leurs emplettes à des cours relativement attractifs en payant tantôt un peu plus que nous et tantôt un peu moins. Par exemple, il était possible, pendant plusieurs semaines, d’acheter Winland Electronics sous notre prix d’achat.

Répondre à L’Equipe des daubasses selon Benjamin Graham Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.