Softimat champion du rachat d’actions en 2018

Vendredi dernier le journal économique L’Echo (Belgique) a publié un article dans lequel on apprend que la petite société belge est la championne des rachats d’actions en 2018 !

Voici l’extrait, repris tel quel, de l’article concernant Softimat intitulé très justement… « gourmandise » !

La conclusion est croustillante.

Bonne lecture.


Gourmandise

En Bourse de Bruxelles, c’est le lilliputien Softimat qui se montre depuis des années le plus gourmand en termes de rachat d’actions propres. L’an dernier, la société de location immobilière – une spin-off du groupe informatique Systemat – a racheté 9% de ses actions. Softimat a racheté pas moins de deux actions sur trois en circulation. Poussé par ces achats, le cours a augmenté de 43%. Mais certains investisseurs préfèrent malgré tout un dividende. Des actionnaires minoritaires représentant plus de 6% du capital ont envoyé en décembre une lettre au conseil d’administration pour réclamer le paiement d’un dividende et une révision à la baisse de la rémunération de la direction.

Le CEO Bernard Lescot et le directeur financier Nicolas Logé, le fils du fondateur Jean-Claude Logé, gagnent ensemble 600.000 euros par an. « C’est beaucoup pour gérer huit bâtiments« , estiment les actionnaires minoritaires, qui évaluent leur travail à un maximum de 40.000 euros par an. Ils demandent aussi que Softimat mette fin au développement de projets. Une demande également soutenue par Jean-Claude Logé. L’ancien patron a calculé que la fin des activités dans l’immobilier pourrait rapporter de 10 à 15 millions d’euros qui, s’ils sont bien investis, permettraient de distribuer un dividende annuel de 0,50 euro par action. Peut-être Softimat souhaite-t-elle racheter à terme toutes les actions, car la direction décrit les actionnaires minoritaires comme « un vrai danger pour l’entreprise à cause de leur vision purement spéculative. »

source : Les champions des rachats d’actions surperforment la Bourse – L’Echo

Print Friendly, PDF & Email

Une réflexion au sujet de « Softimat champion du rachat d’actions en 2018 »

  1. Ce serait bien que le CA prenne ses responsabilités et réponde publiquement au courrier des Daubasses…

    Une chose est sûr c’est que la société profite du cours bradé pour ces rachats d’actions, et du coup renforcer encore les dirigeants au capital de la société, au détriment des autres actionnaires.

    Quel est leur but ? Évincer l’ensemble des minoritaires (qui sont encore majoritaires aujourd’hui) et vendre la société pour garder la majorité de la PV pour eux? Ou bien la rendre privée pour continuer à se verser leurs salaires indécents?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *