Processus de sélection de titres à l’achat

La philosophie de départ de l’approche « net net » consiste donc à considérer que celui qui achète des actions décotées par rapport à la valeur de son fond de roulement achète tout d’abord des stocks, des créances et du cash sous leur valeur supposée de réalisation … et en sus, il obtient gratuitement une entreprise.

Dans cette optique, nous sommes partis de deux constats : le premier est qu’une analyse approfondie de l’entreprise n’est pas nécessaire étant donné que nous n’achetons pas une entreprise à proprement parler.

Le deuxième est que, puisque des sociétés sont proposées à des prix aussi bas, c’est qu’il y a un problème : soit l’entreprise accumule les pertes, soit elle est très cyclique, soit ses activités sont démodées, soit un peu de tout ça à la fois.

Il n’est donc pas illusoire de considérer que certaines d’entre elles risquent de disparaître. Notre stratégie d’investissement a donc été établie en tenant compte de ces deux éléments.

En résumé, nous achetons des sociétés :

– cotant au moins 30 % sous leur valeur d’actif net net calculée selon la formule suivante : actif circulant (ou actif courant) – dettes – provisions (si celles-ci ne sont pas incluses dans les dettes) – intérêts des minoritaires. Ensuite, si nous constatons au cours du dernier exercice comptable, un ralentissement dans la rotation des stocks ou des créances, nous redressons la valeur du fond de roulement net pour tenir compte de ce paramètre.

– dont le ratio de solvabilité est d’au moins 0,4. On calcule le ratio de solvabilité selon la formule suivante : fonds propres / (dettes + provisions – trésorerie et placement de trésorerie)

Nous excluons automatiquement les sociétés générant un chiffre d’affaires nul ou inférieur à 5 % de la valeur d’actif net net, les sociétés dont la dernière cotation officielle avant le jour d’achat remonte à plus de 5 jours ouvrables, les sociétés faisant partie de certains secteurs que nous avons jugé arbitrairement comme « inadaptés » à la méthode « net net » comme la biotechnologie et le private equity.

Enfin, si le marché ne nous propose aucune société avec une ristourne de 20 % sur la valeur du fond de roulement net, nous resterons liquide.

6 réflexions au sujet de « Processus de sélection de titres à l’achat »

  1. Bonsoir les daubasses,

    Ma question vous semblera certainement naïve, cependant elle me turlupine depuis que je tente, en tant que novice, de faire mes « devoirs à la mode daubasses »…:-)
    Sur quels critères (si vous en avez) vous basez vous pour vous lancer dans l’analyse du bilan d’une société?
    Vous basez vous sur un prix de l’action au plus bas (sur 52 semaine par exemple), le PER le price to book ratio ou autre chose.

    Merci pour votre réponse et vos articles très intéressants.

  2. Bonjour,
    Je ne comprends pas quelque chose, dans l’article sur la solvabilité, vous prenez comme formule : Fonds propres / (TOTAL DU PASSIF-liquidités et placements de trésorerie)
    Pour vous total du passif, c’est bien Passif courant + passif non courant + capitaux propres il me semble ?
    Et dans cet article, vous prenez comme formule Fonds propres / (DETTES +PROVISIONS – tréso et placements de tréso)
    Dans les dettes, on prend pas les capitaux propres n’est-ce-pas ?
    Le total du passif, c’est bien différent de juste les dettes + les provisions ?
    Ca change tout, car vous prenez comme règle un ratio supérieur à 40%, et si je prend par exemple, un passif avec 50 de Capitaux Propres et 130 de dettes, et 30 de liquidités, votre ratio c’est 50/(180-30)=33.3%40% dans le deuxième cas. Et ça change du coup complètement notre choix sur la société.
    Je pose la question pour bien tout clarifier, afin de ne pas faire d’erreur.
    Merci d’avance

    1. Bonjour Pierre,

      La formule que nous utilisons systématiquement est la suivante :

      Solvabiltié = Capitaux Propres / (TOTAL Actif – Trésorerie et placements de trésorerie).

      Vous noterez comme cela, en prenant le « Total Actif » dans la formule, qu’il n’y a plus de raison de s’emmêler les pinceaux ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.