Archives par mot-clé : process

Energold – une faillite évitable ? 🤠⛏️

Tirer les enseignements d’un échec pour améliorer le process daubasses

 

Présent dans le premier portefeuille et repris dans le portefeuille daubasses 2 lors de sa création le 31 octobre 2018, notre investissement en actions Energold tourne au vinaigre. C’est une grosse déception et une grosse perte puisque nous nous attendons aujourd’hui au pire, la société étant en cours de « restructuration ». Les départs des dirigeants, PDG et Directeur Financier, ont déjà été annoncés. Jusqu’à très récemment, ces derniers informaient les investisseurs que des signatures de contrats majeurs étaient dans les tuyaux… ce qui montrait, selon eux, la reprise du marché et le bon positionnement de la société… Un management « daubasses » donc, dans le mauvais sens du terme. Mais ça, malheureusement, on ne le sait bien souvent qu’après coup !

Si essayer d’éliminer tout risque est vain en investissement, notre stratégie est tout de même de capter un maximum de (gros) gagnants en essayant de réduire les cas de pertes significatives. Notamment ceux de pertes totales, cela va de soi. Bref, on essaie de mettre en place ce qu’on appelle une asymétrie statistique. Si c’est vrai dans la durée concernant le portefeuille daubasses – nous avons en effet plus de gagnants que de perdants et les gagnants compensent largement les pertes – nous connaissons avec Energold un bel échec.

On peut facilement balayer cette perte en se disant que la bourse, c’est aussi de la chance et des pertes imprévisibles ; et que Energold rentre dans le lot des « pas de chances ». Comme nos gains compensent largement nos pertes sur le long terme, après tout, c’est inhérent à notre process… Donc aucun regret. Et on passe à autre chose. Continuer la lecture de Energold – une faillite évitable ? 🤠⛏️

Que faire quand on sous-performe le marché depuis des mois ? Faire confiance à son process !

Mai 2019 fut le pire mois du portefeuille daubasses n°2 depuis son lancement le 31 octobre 2018 avec une « performance » de -5,5%.

Cette situation engendre de nombreuses émotions négatives : frustration, gêne, incompréhension, doute, inquiétude, peur, jalousie, douleur, …

Les émotions constituent le pire ennemi de l’investisseur (cf. nos 14 articles sur les biais psychologiques en investissement). Dans de telles conditions, il faut souffler un bon coup et se poser les bonnes questions.

Est-ce que se comparer avec le marché fait sens ?

Bien entendu, oui. Mais pas sur une « courte période ». Inutile de se flageller si sous-performance il y a sur une période très courte. Idem, la gloriole lors de surperformance, même significative, sur moins d’un an ne fait aucun sens. Certes, ça fait toujours plaisir d’écraser le marché, mais ce qui compte c’est d’avoir une performance de qualité, c’est-à-dire reproductible sur le long terme car basée sur un process maîtrisé. Il faut donc essayer au maximum d’ignorer les jugements court-termistes, trop positifs comme trop négatifs. Ne pas tomber dans le piège de la surréaction. Piège que le marché tend tous les jours aux investisseurs sollicités par des variations quotidiennes des cours des actions et avec des médias qui exacerbent toutes les nouvelles.

 

Quelques mois de sous-performances vis-à-vis du marché justifient-ils de tout remettre en cause ? Continuer la lecture de Que faire quand on sous-performe le marché depuis des mois ? Faire confiance à son process !

3 règles d’investissement de Giverny Capital 💡

Pour bien commencer la semaine, nous vous proposons 3 règles fondamentales d’investissement issues de la dernière lettre annuelle de Giverny Capital, société de gestion dirigée par le talentueux François Rochon.

Lettre que vous pouvez consulter en français (la société étant québecoise !) en suivant ce lien.


Règle #1 : Respecter son process et savoir être patient

* * *

Règle #2 : Continuer la lecture de 3 règles d’investissement de Giverny Capital 💡

Question des lecteurs : la pertinence de notre process

investir-avec-un-petit-capitalNous remercions tout d’abord Nizar, Paul et Yannick pour leurs réflexions que nous vous invitons à relire ici et auxquels nous allons tenter d’apporter quelques réponses supplémentaires.

Nous commencerons par la pertinence de notre process mis en question par Nizar avec comme principal argument les petites sommes engagées en 2008 qui nous auraient permis de « faire n’importe quoi » et donc, quel que soit le process, de ne pas subir de pression psychologique. Continuer la lecture de Question des lecteurs : la pertinence de notre process