Les différents paniers pour ranger nos oeufs

Comme vous le savez, nous prônons la diversification pour notre portefeuille. Celle-ci présente deux vertus :

          La première, nous vous l’avons déjà expliqué à plusieurs reprises, nous protège contre une erreur lourde de raisonnement de notre part sur une société particulière ;

          La deuxième nous permet de nous protéger contre un quelconque évènement macro-économique. Comme vous le savez, nous nous estimons incapables de prédire les grands évènements qui pourraient avoir un impact sur nos investissements.  Dans cette optique, une diversification sur plusieurs devises, secteurs et zones géographiques nous permet de limiter les dégâts dans le cas où un « cataclysme » imprévu surviendrait. Bon, c’est vrai, en cas de collision avec un astéroïde géant, notre diversification ne nous servira à rien… mais notre épargne non plus d’ailleurs.

Sur ce blog, nous aimons à répéter que nous ne conseillons rien à personne mais simplement ce que nous faisons et pourquoi nous le faisons. 

« OK les gars des daubasses ! Vous venez de dire le « pourquoi » de la diversification mais dans les faits, est-ce que vous suivez ce précepte ? »

Absolument ami(e) lecteur(trice) et nous vous le démontrons tout de suite.

Tout d’abord, nous vous proposons la répartition de notre portefeuille par devise de cotation. En réalité, la diversification en devise est peu importante puisque une bonne part de nos sociétés exercent des activités en dehors de leur pays de cotation. Néanmoins cette première présentation vous donne déjà un petit aperçu de la situation.

 

répartition du portefeuille en devises de cotation

 

Passons maintenant à la diversification géographique. Nous vous proposons cette répartition en fonction des pays dans lesquels chacune de nos sociétés détient son siège d’exploitation principal (ce qui ne correspond pas nécessairement à son pays de cotation, ni même à son siège social).  Lorsqu’une de nos sociétés exerce très clairement ses activités sur deux pays différents, nous avons réparti son poids sur ces deux pays.  Enfin, nous avons tenu compte aussi de notre exposition sur des sociétés au travers de nos engagements d’achat en options.

 

diversification géographique du portefeuille

 

Si nous voulons analyser la composition de notre portefeuille par rapport à celle du MSCI World AC (notre indice de comparaison), nous constatons que les USA, le Japon, la Chine et la Suisse sont sous pondérés, UK et le Canada pèsent un poids à peu près équivalent et la France, l’Italie et les « petits émergents »(ou pays « frontières ») sont largement sur pondérés. Rappelons que ces différents poids ne résultent pas d’une quelconque stratégie macro économique, juste d’une volonté de diversifier au gré des opportunités « deep value » que nous rencontrons lors des battues que nous menons lorsque nous tentons de capturer les plus belles daubasses.

A présent, cher(e) lecteur(trice), êtes-vous convaincu que nous disons ce que nous faisons mais aussi faisons ce que nous disons ?

.

5 réflexions au sujet de « Les différents paniers pour ranger nos oeufs »

  1. J’aurai une question? Est ce que vous le faites exprès, ou c’est juste à la suite des différentes opportunités qui se sont présentées quand vous cherchez dans les différents marchés?

    1. Bonjour Walhalla,

      Un peu les deux en fait. La toute grosse majorité de ces achats, y compris dans les pays émergents, résultent réellement d’opportunités rencontrées au hazard de nos traques et répondent parfaitement à nos critères d’investissement. Mais, c’est vrai que dans un souci de diversification, nous avons aussi investi dans deux holdings décotés qui ne répondaient pas à nos stricts critères daubasses même si nous pensons que nous ne les avons pas payé cher du tout. Et nous avons adapté notre approche pour valoriser les réserves des mines d’or que nous avons acquises et investir en conservant une approche « deep value ». Enfin, la semaine dernière, nous avons enfin pu investir d’une manière indirecte sur le gaz naturel : une conviction macro économique vieille d’un an mais à l’écart de laquelle nous nous sommes tenus tout ce temps, à défaut de trouver des sociétés suffisamment décotées à notre goût sur le secteur.

  2. Bonsoir,

    Félicitation pour votre blog, je comprends entièrement la raison de la diversification qui fonctionne parfaitement en voyant vos résultats de votre club d’investissement

    je souhaite travailler avec un portefeuille concentré (10 ligne max) mais je ne veut pas pour autant oublier les mégots de cigare car je pense qu’il y a de bon coup à faire…
    Et-il raisonnable de mettre des mégots de cigare dans un portefeuille concentré ?
    …ce qui revient à oublier le conseil de Graham qui consiste à en acheter en grand nombre et se baser sur les probabilités pour obtenir un rendement satisfaisant…

    Vos portefeuilles personnel sont-il concerté ? Y a t-il des mégot de cigare dedans ? en quel proportion ?

    A bientot

    1. Bonsoir Julien,

      Nous mangeons notre propre cuisine, ce qui veut dire que nous avons tous des daubasses dans nos propres portefeuilles pour une part variable de celui-ci. En effet, ce que nous répétons à l’envi sur ce forum, à savoir que chacun doit adapter son approche de l’investissement en fonction de son tempéramment, de ses objectifs et de ses compétences est non seulement valable pour nos lecteurs mais bien évidemment pour nous même aussi. Donc oui, nous avons tous des daubasses dans des proportions qui, probablement, varient entre 10 % et 90 % de nos portefeuilles respectifs. Mais nous avons tous un point commun : la partie « daubasses » de nos portefeuille respecte à la lettre les critères que nous énonçons sur ce blog et notamment, celui de la diversification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.