Flash-back estival (4) : où il est question de volatilité, de liquidités et de la difficulté de pêcher des actions « value » dans le marché haussier de 2012

vacances boursières

En cette période de douceur estivale, l’équipe des daubasses prend un peu de repos bien mérité.

Certes, entre barbecues et farniente, nous poursuivons notre traque incessante des plus belles daubasses.

Pour la partie rédactionnelle du blog, tout comme l’année dernière, nous avons plongé en apnée dans nos archives afin de vous proposer, cher(e) lecteur(trice), quelques anciens éditos de notre lettre mensuelle tels que nos abonnés ont pu les découvrir à l’époque.

Ces archives nous semblent intéressantes parce qu’elles nous permettent de nous rappeler notre état d’esprit de l’époque et de l’analyser avec un recul suffisant.

Cette fois, c’est l’édito de la lettre de mai 2012 que nous vous proposons, édito dans lequel nous expliquions comment nous tentions de tirer profit la volatilité du marché.

 

Pffff … que ce mois d’avril fut « monotone » !

« Monotone ? Étonnant ce que vous dites avec la volatilité que l’on a connue ! C’était plutôt excitant non ? »

Pour des traders peut-être, ami(e) lecteur(trice) mais nous, nous avons vraiment éprouvé beaucoup de difficultés à tromper notre ennui : il s’en est fallu de peu pour que nous devenions des afficionados de « Koh Lanta » ou « The Voice » en nous goinfrant d’œufs de Pâques tant les occasions de passer à l’action sur les marchés furent rares.

Un mois comme celui que nous avons vécu se résume pour l’investisseur « value » à une seule chose : attendre… attendre que le marché se décide à prendre une direction bien déterminée pour que nous puissions enfin passer à l’action.

En effet, au cours de ces dernières semaines, les valorisations étaient trop hautes pour nous permettre d’acheter des actions avec des marges de sécurité suffisantes… mais pas suffisamment hautes pour nous permettre de réaliser des plus-values plantureuses.

Une période qui ressemble un peu à celle que nous avions connue lors du premier trimestre 2011 : à l’époque, nous avions commis l’erreur de passer à l’action, non pas en faisant des concessions sur le prix d’acquisition mais en nous tournant vers des profils de sociétés de plus en plus risqués du style « cochons roses » et « perfides orientales » (Pink Sheet et Chine).

Cette fois, plus question pour nous de replonger dans nos erreurs. Si nous ne trouvons pas de sociétés répondant à tous nos critères tant de solvabilité que de valorisation et de fiabilité de l’information financière, nous restons à l’écart. Et c’est ce que nous faisons pour l’instant, avec nos presque 12 % de liquidité.

Un record pour nous !

Cela ne nous a pas empêché de continuer, sans relâche, notre traque. Quelques belles prises mais insuffisamment décotées pour l’heure pour enclencher un achat. Ces sociétés sont donc venues rejoindre notre watch-list en attendant mieux… éventuellement.

Ce qui est un peu frustrant dans cette situation, c’est qu’une petite correction d’une vingtaine de pourcents suffirait à nous rendre « achetables » la plupart de nos cibles. Heureusement, pour certaines d’entre elles, il existe une option : les options.

Petit rappel : une option est un droit d’acheter ou de vendre un actif à une date fixée dans le futur à un prix convenu à l’avance. Plus d’infos ici.

Notre raisonnement est le suivant : prenons l’exemple de l’action « Daubasse Inc ». Celle-ci est proposée par Mr Market à un cours bon marché mais pas suffisamment bon marché pour nous offrir des marges de sécurité suffisantes. Au cours actuel, l’action « Daubasse Inc » peut tout aussi encore baisser mais pourrait tout autant repartir vers le nord.

Comme nous avons des liquidités, il pourrait être tentant de faire le plein de « Daubasse Inc » mais nous nous devons de rester fidèles à notre approche (ah le process, toujours le process…). 

L’option « options » nous a finalement paru être la meilleure solution pour sortir de ce dilemme : en vendant à un co-contractant le droit de nous vendre des actions de « Daubasses Inc » à un prix qui nous offre une marge de sécurité répondant à nos exigences, nous évitons deux possibles frustrations : d’une part, celle d’acheter trop cher mais aussi celle de louper complètement la hausse de « Daubasses Inc » au cas où le cours ne rejoindrait jamais notre « bon prix d’achat ». Dans ce dernier cas de figure, grâce à l’argent encaissée lors de la vente de nos options, tout ne serait pas perdu. Le petit regain de volatilité de ces derniers temps a d’ailleurs permis d’augmenter un peu la valeur de ces options et donc, les montants que nous pouvions exiger pour jouer notre rôle d’assureur « krach ».

Au cours de ce mois, nous n’avons donc procédé à aucun achat mais nous avons émis des options put sur deux actions énergiques et énergétiques. Vous les connaissez déjà puisque nous vous avons averti en temps réel de nos opérations mais nous vous invitons à présent à prendre connaissance de nos motivations dans le présent document qui est aussi celui du premier anniversaire des lettres mensuelles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.