La maîtrise des coûts … de son portefeuille de fonds

Comme vous le savez, cher lecteur, bien qu’investis essentiellement en actions, nous nous intéressons aussi aux fonds de placement comme vous avez pu vous en rendre compte dans cet article et aussi dans celui-ci. Il y a deux raisons à cet intérêt : parce que nous pouvons y puiser des idées d’investissement et surtout de philosophie d’investissement… mais aussi parce que c’est sur le forum Sicav de Boursorama que nous nous sommes rencontrés. Paradoxalement, on peut donc dire que c’est un peu par les fonds que  l’aventure « daubasses » a commencé.

Notre ami Michael (lui aussi rencontré sur le forum Sicav) fait un peu la démarche inverse de la nôtre : il est principalement investi en fonds mais s’intéresse aussi de près aux daubasses. Un des critères les plus importants qu’il utilise pour sélectionner les fonds dans lesquels il investit, ce sont justement les frais de gestion. En effet, maîtriser ses coûts, c’est une des missions essentielles pour les managers d’entreprise. Et pour des fonds de placement pour lesquels la rentabilité future est encore plus aléatoire, le poids des charges est un des éléments prépondérants de la performance future du fonds.

Aimablement, Michael nous a proposé un petit article qui résume son travail d’analyse des management fees sur les principaux fonds « value » disponibles en France. Nous avons le plaisir de vous le présenter…

Méthodologie :

Je parcours les prospectus de plusieurs fonds orienté value chaque année à la recherche du TER (Total Expense Ratio) et du détail d’éventuel frais de surperformance.

Je considère les frais de mouvements comme des frais de gestion cachés et récurrents. Ils sont donc comptabilisés comme des frais de gestion de base.

Fonds TER 2008 

%

TER 2009 

%

TER 2010 

%

Com de surperf ? Montant de Commission de surperformance en 2010
 

Fonds France/Europe

Sextant PEA 2.40 2.40 4.56 (2.40+2.16) oui 2.16%
MMC  (Moneta) 1.80 4.93 (1.80+3.13) 1.99 (1.80+0.19) oui 0.19%
MME (Moneta) 1.80 1.80 1.80 oui Non facturée sans explications comme en 2009
Entrepreneurs (Flinvest) 1.79 Non dispo 1.80 (1.80+0) oui 0% n’a pas surperformé son indice
Tricolore Rendement 2.15 2.37 2.20 non
Valfrance 2.17 2.09 2.16 non
Centifolia 2.63 2.63 non dispo non
Tocqueville dividende 2.81 2.64 non dispo non
Agressor 2.84 2.84 2.91 non
Bestinfond N/A 1.93 2.25 non
 

Fonds Mixte

Carmignac Patrimoine 1.82 2.35 (1.74+0.6) 1.77 (1.77+0) oui 0% n’a pas surperformé son indice
Echiquier Patrimoine 1.20 1.20 1.20 non
Eurose 1.40 1.40 Non dispo non
 

Fonds Monde

Sextant GL 

2.07 2.06 5.20 (2.06+3.14) oui 3.14%
Sextant Inc N/A 2.08 5.67 (2.05+3.62) oui 3.62%
Carmignac Investissement 2.09 5.71 (2.01+3.70) 2.57 (1.88+0.69) oui 0.69%
Valeur Intrinsèque 2.25 2.24 2.25 oui Non facturée sans explications comme en 2009
Skagen global N/A 2.75 (1+1.75) 1.29 (1+0.29) oui 0.29%
 

Fonds Emergents

Sextant ADM 

2.43 2.42 5.06 (2.42+2.64) oui 2.64%
Carmignac Emergents 2.51 2.70 3.79 (2.13+1.66) oui 1.66%
Magellan 2.15 2.04 2.01 non
East Capital Balkan 2.50 2.50 2.50 non
 

Fonds Matières premières

Sextant PO 2.79 2.41 6.99 (2.40+4.52) oui 4.52%
Carmignac Commodities 4.09 6.96 6.96 oui Non précisé dans le prospectus
Tectonic Fund 2.54 Non dispo 20.81 (2.80+18.01) oui 18.01%

Analyse :

Je faisais remarquer l’année dernière que « l’application de commission de surperformance sur des fonds cycliques est particulièrement défavorable pour l’investisseur. ».

Les fonds investissant sur des sociétés dans le domaine des matières premières sont par essence cyclique vu que ces sociétés dépendent fortement du prix de vente des matières premières. Il est compréhensible que ces fonds alternent les très bonnes et les très mauvaises années.

L’application de frais de surperformance rogne la performance les bonnes années et n’est pas restitué les mauvaises années. C’est un phénomène pervers qui devrait aboutir inévitablement à l’appauvrissement du porteur de parts sur le long terme.

Pour l’année 2010, l’exemple est frappant sur les 3 fonds suivis : 6.99% (Sextant PO), 6.96% (Carmignac Commodities) et la palme d’or 18.01% de frais de surperformance pour The Tectonic Fund !

Pour rappel ce fonds a fait -80% de performance en 2008 au plus grand bonheur de ses porteurs de parts… Même si ce que fait le SPGP est règlementairement tout à fait légal, on peut s’indigner d’un manque de respect financier et intellectuel.

En ce qui concerne les fonds France/Europe, la catégorie reste encore assez chère. Seuls Entrepreneurs et Moneta Micro Entreprise ont un TER 2010 inférieur à 2%. A noter que MME a encore une fois délivré une belle performance. Y a-t-il un traitement de faveur pour ce fonds fermé ? La question peut se poser, car comme l’année dernière MMC a subit des frais de surperformance alors que MME en a été exempté et cela sans explication.

A noter que DNCA et Tocqueville Finance n’ont toujours pas mis à disposition leur prospectus 2010. On pourrait attendre de sociétés sérieuses qu’elles tiennent ce type de documents à jour et les mettent à disposition sur internet.

Pour les fonds mixtes, les frais restent raisonnables.

Les TER des fonds émergents ont fortement augmenté pour les fonds avec frais de surperformance. Attention au même type d’effet pervers que pour les fonds matières premières, car les fonds émergents sont également sujets à de fortes volatilités. Un fonds émergents de qualité sans commissions de surperformance devrait rester la solution sur le long terme.

En ce qui concerne les fonds Monde, les disparités entre les frais sont énormes.

Il y a les fonds Sextant et Carmignac qui ont des TER particulièrement élevés.

Même si les TER 2010 des fonds Sextant sont très élevés, on doit préciser qu’aucun frais de surperformance n’avait été encaissé en 2009, signe d’une certaine honnêteté intellectuelle.

Mais couplés à des frais de base déjà relativement élevés (entre 2% et 2.40%), c’est clairement un point à suivre sur ces fonds.

Puis, il y a les fonds Valeur Intrinsèque et Skagen global avec des frais raisonnables.

Valeur Intrinsèque maintient son TER à 2.50%, alors qu’il aurait pu prélever des frais de surperformance. Je salue cette initiative, même si une communication sur le sujet serait l’idéal pour avoir une meilleur visibilité.

Skagen global est l’exemple même d’une pratique saine des frais de surperformance. Les frais de bases sont bas (1%), ce qui fait que l’application de frais de surperformance permet réellement d’aligner l’intérêt de la boutique et du porteur de parts.

7 réflexions au sujet de « La maîtrise des coûts … de son portefeuille de fonds »

  1. Concernant les commission de surperformance, on apprend dans ce papier de Morningstar :
    http://corporate.morningstar.com/us/documents/ResearchPapers/GlobalFundInvestorExperience2011.pdf

    Qu’elles sont interdites aux USA sauf si elles sont couplés à une « commission » de sous-performance symétrique.

    Et c’est bien la moindre des choses.

    Tjs dans le papier, il s’avère que globalement, les frais de gestion en France sont élevés, mais que quelques pays font pires, dont le Canada.

    J’avais aussi montré dans un billet de mon blog, en regardant sur Societe.com, que l’activité de maison de gestion était très rentable et donc que clairement, si elles le voulaient, les maison de gestion pouvaient largement réduire leur frais et rentrer dans les « normes » internationales.

    Le cas de Tectonic Fund est proprement scandaleux. En 2009, on peut voir que la maison de gestion a fait 4,1 M€ de bénéfices pour 32 collaborateur, soit 128 125 € de bénéfices par collaborateurs.

    En 2007, il avait même fait 6,4 M€ de profit pour 31 collaborateurs.

    Tant mieux pour eux mais ça montre bien que les marges sur les activités de gestion sont très élevées.

    Source : http://www.societe.com/bilan/societe-privee-de-gestion-de-patrimoine-spgp/385304035201012311.html

  2. « Les commission de surperformance sont interdites aux USA sauf si elles sont couplés à une « commission » de sous-performance symétrique. »

    Oui c’est la moindre des choses et je n’investirai jamais dans un fonds qui ne propose pas cette symétrie. Personnellement je détecte ce type de biais instantanément et j’ai l’impression qu’on essaie de m’escroquer. C’est une variante de « privatiser les profits/socialiser les pertes ».

  3. Bonjour

    Bravo pour cet article courageux. Il faut biensûr également regarder les performances nettes de frais.

    Pour mémoire chez Amiral il existe aussi des « parts Z » (à taux de frais inférieurs…) :
    http://www.google.fr/search?q=« part+Z »+daubasses.com

    Pour Fabrice : hélas toutes les sociétés de gestion ne déposent pas leurs comptes financiers aux Greffes. ;(

    Pour moi aussi le problème n’étant pas qu’un entreprise gagne beaucoup d’argent en gérant les avoirs des épargants, mais que ce soit plus « fair play » à la hausse comme à la baisse. 😉

    Salutations

  4. Merci Fabrice, le concept commission de performance symétrique semble en effet bonne une idée.
    Sur le sujet des frais, les Etats-Unis sont largement en avance sur nous.
    Et pourtant, on ne peut pas dire que la qualité des gérants américains est plus faible.

    Il y a également des fonds qui utilisent le principe du « high water mark » qui peut être intéressant.
    Cependant il doit bien être utilisé, car la tentation est forte pour les maisons de gestion de cloner un fonds quand il est trop loin de sa water mark, ce qui de fait remet la water mark à zéro.
    C’est typiquement ce qu’à fait SIA après la dernière crise.

  5. Merci pour cet article tout à fait instructif
    J’investis moi-même à travers des fonds de placement et je crois ne pas étudier suffisamment cet aspect des frais, ou en tous les cas après coup.
    Sylvain

  6. Voici un élément de réponse qui pourrait expliquer que la com de superformance n’est pas appliquée à MME:

    source Morningstar:
    Les frais de gestion sont nettement inférieurs à la médiane de la catégorie. Ils sont complétés par une commission de surperformance qui obéit au principe de « high water mark ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.