Les chroniques de l’investisseur chronique : Une sélection d’actions japonaises

rp_chronique-investisseur-300x188.jpgCe texte fait partie de la série proposée par notre ami-chroniqueur Laurent Muller.

Même si nous ne partageons pas tout-à-fait les mêmes principes d’investissement, nous nous sommes trouvés énormément de points communs et les raisonnements développés par Laurent nous ont paru marqués par le sceau du bon sens.

Il nous a semblé intéressant de vous faire profiter de ces raisonnements et c’est la raison pour laquelle Laurent tiendra, sur ce blog et à intervalles réguliers, une chronique présentant ses principes d’investissement.

Ce sera l’occasion de débattre avec l’équipe des daubasses mais aussi avec vous, ami( e) lecteur(trice) des sujets qui seront développés par notre ami.

Début octobre 2014, j’ai effectué une recherche d’opportunités d’investissement sur marché actions japonais, comme le nombre d’opportunités sur marchés US et UE semblait plus limité. J’ai trouvé un nombre important d’opportunités potentielles sur ce marché, comparativement aux autres marchés cités, ce à quoi je ne m’attendais pas a priori.

J’ai effectué une sélection de 17 entreprises, qui me paraissaient intéressantes, du point de vue de la divergence prix / valeur, certaines étant même bénéficiaires, en plus de la décote sur actifs tangibles. Je suis actuellement actionnaire de ces entreprises (sauf de la première de la liste, qui a fait l’objet d’une OPA).

Mises en garde

Ne lisant pas le japonais, je n’ai malheureusement pas pu étudier les rapports financiers de ces entreprises mais simplement les données financières annuelles disponibles sur le site Business Week avec toutes les approximations / erreurs que cette approche peut comporter (notamment d’encodage, comme j’en ai moi-même constaté sur d’autres titres). Je n’ai donc pas étudié les éléments suivants, en particulier:

* Business model * Structure du capital * Nombre et répartition des clients * CA local / international * Rapports trimestriels * Autres nouvelles * Flottant * Maturité de la dette * Programme de rachat d’actions * Dilution potentielle * Management * Problèmes judiciaires éventuels * Engagements hors bilan * Etc…
Par ailleurs, le marché japonais présente des spécificités, accentuant encore le niveau de risque :

  • Evolution de la parité EUR / JPY (penser à se couvrir contre le risque de change, le cas échéant)
  • Risques sismiques
  • Population décroissante
  • Poids de la dette publique
  • Eventuelles différences dans les normes comptables
  • Distance

Les données ci-dessous correspondent à la situation à la mi-octobre 2014. Le prix de certains titres ayant évolué significativement depuis cette date, il convient d’actualiser les calculs en fonction des cours actuels.

Sélection d’actions

3599

https://www.google.com/finance?q=Co-Cos … wwPhj4D4DA

Description: Co-Cos Nobuoka Co., Ltd. engages in planning, manufacturing, and selling uniforms and work supplies in Japan. The company sells its products to companies and government agencies, home improvement sector, and other workshops. Co-Cos Nobuoka Co., Ltd. was founded in 1901 and is headquartered in Fukuyama, Japan.

Capitalisation boursière: 3.32 B

Revenus

CA: 14.146 B

Revenu opérationnel: 0.560 B

Revenu net: 0.489 B

Bilan

Total de l’actif: 16.092 B

Actifs courants: 10.990 B (dont 4.076 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 3.559 B

Investissements long terme: 1.474 B

Dettes: 5.121 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.362 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.117 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 3.96 %

Revenu net / CA: 3.46 %

P/E: 6.8 P/B: 0.30

Dettes / Total du passif: 31.8 %

Stocks / Actifs courants: 37.1 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.77

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.84

Cash-flow opérationnel / CA : 2.56 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 32.3 %

7877

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wAOf-IH4BQ

Description: Eidaikako Co., Ltd. manufactures, imports, and exports synthetic resin sheets. It offers synthetic resin molded articles, including interior and exterior parts for household appliances, residential interior and exterior building materials, interior and exterior parts for office furniture, vehicle floor mats, bath lids, kitchen supplies, pipe hangers, door frames, decking, piping cosmetic covers, window frames, plastic bamboos, wiring cosmetic covers, IC containers, IC trays, terminal block covers, lens covers for copy and fax machines, aircraft members, slide member escalators, elevators, etc. The company was founded in 1949 and is headquartered in Osaka, Japan.

Capitalisation boursière: 1.9 B

Revenus

CA: 6.331 B

Revenu opérationnel: 0.147 B

Revenu net: 0.191 B

Bilan

Total de l’actif: 7.876 B

Actifs courants: 4.890 B (dont 1.455 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 2.482 B

Investissements long terme: 0.271 B

Dettes: 1.919 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.312 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.092 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 2.32 %

Revenu net / CA: 3.02 %

P/E: 9.9

P/B: 0.32

Dettes / Total du passif: 24.4 %

Stocks / Actifs courants: 29.8 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.56

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.87

Cash-flow opérationnel / CA : 4.92 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 29.5 %

1906

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wAPJjoCIDQ

Description: Hosoda Corporation engages in urban development, renovation, housing, and other seismic diagnosis activities in wooden detached house business in Japan. The company is also involved in commercial housing projects, corporate orders building, and remodeling and leasing businesses. It provides its services primarily in Tokyo, Kanagawa, Saitama, Chiba, Ibaraki, Fukushima, and Miyagi. Hosoda Corporation was founded in 1947 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 2.3 B

Revenus

CA: 19.714 B

Revenu opérationnel: 0.667 B

Revenu net: 0.312 B

Bilan

Total de l’actif: 17.106 B

Actifs courants: 15.263 B (dont 13.109 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 1.026 B

Investissements long terme: 0.689 B

Dettes: 11.635 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.399 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.019 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 3.38 %

Revenu net / CA: 1.58 %

P/E: 7.37

P/B: 0.42

Dettes / Total du passif: 68 %

Stocks / Actifs courants: 85.9 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.58

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.02

Cash-flow opérationnel / CA : 2.02

CapEx / Cash-flow opérationnel: 4.76 %

5983

https://www.google.com/finance?q=Iwabuc … wAODiYCwCg

Description: Iwabuchi Corporation provides overhead lines for power, communication, signal, broadcasting, rail and electrical, and hardware industries in Japan. The company offers distribution line related products; information communication and telephone related products; broadband wireless disaster prevention related products; traffic signals, signs, schools, and sports facilities related products; concrete poles; and recycling products. It also provides synthetic resin electrical insulators; and electrical connection equipment. Iwabuchi Corporation was founded in 1950 and is headquartered in Matsudo, Japan.

Capitalisation boursière: 5.4 B

Revenus

CA: 10.709 B

Revenu opérationnel: 1.195 B

Revenu net: 0.689

Bilan

Total de l’actif: 17.952 B

Actifs courants: 10.192 B (dont 1.972 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 6.088 B

Investissements long terme: 1.452 B

Dettes: 3.452 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 1.050 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.467 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 11.2 %

Revenu net / CA: 6.4 %

P/E: 7.84

P/B: 0.37

Dettes / Total du passif: 19.2 %

Stocks / Actifs courants: 19.3 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.25

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.38

Cash-flow opérationnel / CA : 9.8 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 44.5 %

7565

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wAO8qICgBg

Description: Mansei Corporation provides electronics technology products in Japan. The company is engaged in the provision of support services for the development and maintenance of electronic devices and multimedia systems; and sale of video and information machines. It also provides semiconductor products, such as high-density memory, one-chip micro computers, gate arrays, ASICs, etc.; and software for system design and development. In addition, the company provides computers for FA, flexible production systems, related control units, CAD/CAM systems NC, robots for industrial use, etc.; and operates a training school. Further, it offers industrial automation machinery; industrial components and equipment, which include drive control units, controllers, power distribution units, and rotary machines; various transport machines, such as elevators and escalators for buildings, condominiums, and public facilities; and equipment for shops, as well as housing related products. Mansei Corporation was founded in 1947 and is headquartered in Osaka, Japan.

Capitalisation boursière: 2.7 B

Revenus

CA: 20.406 B Revenu opérationnel: 0.536 B

Revenu net: 0.378 B

Bilan

Total de l’actif: 14.728 B

Actifs courants: 12.806 B (dont 0.582 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 0.378 B

Investissements long terme: 1.477 B

Dettes: 6.827 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.152 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.034 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 2.63 %

Revenu net / CA: 1.85 %

P/E: 7.14

P/B: 0.34 Dettes / Total du passif: 46 %

Stocks / Actifs courants: 4.5 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.21

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.35

Cash-flow opérationnel / CA : 0.74 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 22 %

7901

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wQOB74HYBw

Description: Matsumoto Inc. is engaged in general commercial printing services in Japan. It prints albums, photo galleries, catalogs, posters, calendars, tickets, letterheads, brochures, leaflets, illustrations, and booklets. The company is also involved in wedding business, as well as in various color printing and bookbinding activities. The company was founded in 1932 and is headquartered in Kitakyushu, Japan.

Capitalisation boursière: 0.972 B

Revenus

CA: 2.796 B

Revenu opérationnel: 0.062 B

Revenu net: 0.071 B

Bilan

Total de l’actif: 4.629 B

Actifs courants: 2.407 B (dont 0.081 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 1.840 B

Investissements long terme: 0.361 B

Dettes: 1.022 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.274 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.164 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 2.22 %

Revenu net / CA: 2.54 %

P/E: 13.7

P/B: 0.27

Dettes / Total du passif: 22 %

Stocks / Actifs courants: 3.4 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.42

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 3.32

Cash-flow opérationnel / CA : 9.8 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 60 %

7887

https://www.google.com/finance?q=Nankai … wQOehoHwAg

Description: Nankai Plywood Co., Ltd. engages in the manufacture and the sale of construction interior materials in Japan. It offers storage materials, floor materials, stairs, ceiling materials, and other joinery, as well as provides made to ordered products. Nankai Plywood Co., Ltd. was founded in 1942 and is headquartered in Takamatsu, Japan.

Capitalisation boursière: 4.2 B

Revenus

CA: 14.542 B

Revenu opérationnel: 1.144 B

Revenu net: 0.787 B

Bilan

Total de l’actif: 19.756 B

Actifs courants: 10.927 B (dont 3.739 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 6.005 B

Investissements long terme: 2.252 B

Dettes: 2.884 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.444 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.301 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 7.9 %

Revenu net / CA: 5.4 %

P/E: 5.34

P/B: 0.25

Dettes / Total du passif: 15 %

Stocks / Actifs courants: 25.1 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.92

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 3.34

Cash-flow opérationnel / CA : 3.05 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 68 %

7399

https://www.google.com/finance?q=Nansin … wAODiYCwCg

Description: Nansin Co., Ltd. designs, develops, and manufactures wheels, casters, and related products. Its products include casters, logistics equipment, plastic products, die cast products, and industrial rubbers. The company is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 3.2 B

Revenus

CA: 8.811 B

Revenu opérationnel: 0.825 B

Revenu net: 1.017 B

Bilan

Total de l’actif: 12.597 B

Actifs courants: 6.886 B (dont 1.695 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 4.927 B

Investissements long terme: 0.584 B

Dettes: 4.561 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.847 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.041 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 9.36 %

Revenu net / CA: 11.54 %

P/E: 3.15

P/B: 0.40

Dettes / Total du passif: 36 %

Stocks / Actifs courants: 24.6 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 0.73

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.27

Cash-flow opérationnel / CA : 9.61 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 4.84 %

6930

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … mUwQOxt4Aw

Description: Nippon Antenna Co., Ltd. manufactures and sells antennas and related large-scale systems primarily in Japan. The company provides antennas and receivers for terrestrial digital broadcasting; CATV equipment; satellite receiving systems; satellite communications receivers and various electronic equipment for TV reception; TV, communications, and marine antennas; filter/duplexers; and portable phone/PHS antennas. It also offers telecommunications installation and engineering services. The company was founded in 1953 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 9.2 B

Revenus

CA: 20.034 B

Revenu opérationnel: 1.333 B

Revenu net: 0.856 B

Bilan

Total de l’actif: 27.159 B

Actifs courants: 21.532 B (dont 2.264 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 2.810 B

Investissements long terme: 2.356 B

Dettes: 4.819 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 1.060 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.521 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 6.65 %

Revenu net / CA: 4.27 %

P/E: 10.75

P/B: 0.41

Dettes / Total du passif: 18 %

Stocks / Actifs courants: 10.5 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.82

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.12

Cash-flow opérationnel / CA : 5.29 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 49 %

2117

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wQOehoHwAg

Description: Nissin Sugar Manufacturing Co., Ltd. is engaged in refining and marketing sugar. The company also produces and sells sugar processed goods; and manages DO SPORTS PLAZA, a sports and fitness club. Its products include household pouch, millet sugar/calcium sugar, cup sugar, low calorie functional sweetener, sugar cubes, coffee sugar, gomme syrup, brown sugar/black honey/sugar, frost sugar confectionery, powdered sugar, rock candy/fruit liquor, fructose/fruit sugar, cup oligo, and products for business use. The company was formerly known as Nissin Sugar Manufacturing Holdings, Inc. and changed its name to Nissin Sugar Manufacturing Co., Ltd. in April 2013. Nissin Sugar Manufacturing Co., Ltd. was founded in 1950 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 17.8 B

Revenus

CA: 51.878 B

Revenu opérationnel: 2.882 B

Revenu net: 1.931 B

Bilan

Total de l’actif: 56.880 B

Actifs courants: 27.323 B (dont 5.344 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 13.381 B

Investissements long terme: 15.309 B

Dettes: 10.393 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 3.067 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.288 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 5.56 %

Revenu net / CA: 3.72 %

P/E: 9.22

P/B: 0.38

Dettes / Total du passif: 18.3 %

Stocks / Actifs courants: 19.6 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 0.95

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.7

Cash-flow opérationnel / CA : 5.9 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 9.4 %

4033

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wQOehoHwAg

Description: Nittofc Co., Ltd., together with subsidiaries, develops, manufactures, and sells chemical fertilizers and soil improvement materials. The company offers liquid, superphosphate, and blended fertilizers; and other chemicals. It also rents warehouses, stores, office buildings, and parking lots, as well as operates hotels that provide accommodation, seminars, meetings, and conferences. The company was founded in 1952 and is headquartered in Nagoya, Japan.

Capitalisation boursière: 18.5 B

Revenus

CA: 18.436 B

Revenu opérationnel: 2.113 B

Revenu net: 1.906 B

Bilan

Total de l’actif: 44.583 B

Actifs courants: 21.568 B (dont 4,672 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 17.723 B

Investissements long terme: 4.693 B

Dettes: 5.489 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 2.144 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.748 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 11.46 %

Revenu net / CA: 10.34 %

P/E: 9.7

P/B: 0.47

Dettes / Total du passif: 12.3 %

Stocks / Actifs courants: 21.7 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 0.87

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.83

Cash-flow opérationnel / CA : 11.2 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 35 %

6882

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wwPhj4D4DA

Description: Sansha Electric Manufacturing Co., Ltd. manufactures and sells electric equipment, medical equipment, and semiconductor and its applied equipment in Japan and internationally. It provides semiconductor products, including discrete products comprising triac, thyristor, rectifier diode, and fast recovery diode products; and power modules, such as triac, thyristor, rectifier diode, fast recovery diode, soft recovery diode, and SBD products. The company also offers power supply products for metal surface treatment; grid connected photovoltaic central inverters; uninterrupted power sources; DcPower supplies/charging apparatus; electrical regulators; welding machines; and retrification devices. In addition, it is involved in the installation of machinery and equipment, electric wiring, and piping activities. The company was founded in 1933 and is headquartered in Osaka, Japan.

Capitalisation boursière: 7.0 B

Revenus

CA: 23.279 B

Revenu opérationnel: 2.493 B

Revenu net: 1.651 B

Bilan

Total de l’actif: 27.602 B

Actifs courants: 19.609 B (dont 4.213 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 7.233 B

Investissements long terme: 0.179 B

Dettes: 10.847 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 1.865 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.716 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 10.7 %

Revenu net / CA: 7.1 %

P/E: 4.24

P/B: 0.42

Dettes / Total du passif: 39 %

Stocks / Actifs courants: 21.5 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.25

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.29

Cash-flow opérationnel / CA : 8.0 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 38 %

1960

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wQOB74HYBw

Description: Sanyo Engineering & Construction Inc. is primarily engaged in the electric facility construction business in Asia. The company is involved in the design and construction of electrical and instrumentation equipment in various buildings and production facilities, and environment-related and private finance initiative businesses; and air conditioning and ventilation equipment, and fire extinguishing equipment, as well as water supply, drainage, and sanitary equipment in various facilities and environment-related businesses, such as eco multi heat pump systems and ESCO.

It also renovates electric, air conditioning, and sanitary equipment in various facilities, as well as handles environment related business, including energy saving, eco multi heat pump systems, and ESCO. In addition, the company is engaged in electric power transmission works, electric power generation and substation works, underground line works, electric power distribution works, and wind-power generation equipment works, as well as technical development and applied products development.

Further, it is involved in the information and communication related works comprising iron communication tower works, steel pipe pole works, mobile phone base station works, and communication station house equipment works; and design and construction of optical fiber and metal communication line networks. Additionally, the company offers a range of services from project order receipt to design, construction, and maintenance of overseas electrical and mechanical equipment works.

It also offers fluorescent pull-out operation bars, gap-type defective insulator detectors, voltage detectors, and central monitoring and control systems; designs and fabricates high and low voltage distribution panels, power panels, control panels, and safety grounding tools for overhead electric lines; and is engaged in painting, interior finishing, and survey works. The company was founded in 1937 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 10.4 B

Revenus

CA: 38.019 B

Revenu opérationnel: 1.090 B

Revenu net: 1.225 B

Bilan

Total de l’actif: 40.985 B

Actifs courants: 27.541 B (dont 0.262 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 5.717 B

Investissements long terme: 7.672 B

Dettes: 11.762 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.556 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.239 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 2.87 %

Revenu net / CA: 3.22 %

P/E: 8.5

P/B: 0.36

Dettes / Total du passif: 29 %

Stocks / Actifs courants: 0.95 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.52

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 3.20

Cash-flow opérationnel / CA : 1.46 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 43 %

7420

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … mUwQOxt4Aw

Description: Satori Electric Co., Ltd., through its subsidiaries, engages in the distribution of integrated circuits (ICs), discrete semiconductors, general electronic components, and electronic equipment in Japan and internationally. It offers semiconductors, electronic components, optical and electric cables/devices, system solutions, wireless solutions, embedded solutions, control equipment and components, factory automation systems, and displays and monitors. The company is also involved in the development and production of information control systems and switching devices; design of microprocessors and application specific ICs; and provision of production management consulting services. Satori Electric Co., Ltd. was founded in 1947 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 12.3 B

Revenus

CA: 129.302 B

Revenu opérationnel: 1.582 B

Revenu net: 1.339 B

Bilan

Total de l’actif: 61.509 B

Actifs courants: 51.854 B (dont 8.572 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 4.352 B

Investissements long terme: 3.119 B

Dettes: 32.026 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 2.216 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.090 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 1.22 %

Revenu net / CA: 1.04 %

P/E: 9.19

P/B: 0.42

Dettes / Total du passif: 52 %

Stocks / Actifs courants: 16.5 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.61

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.97

Cash-flow opérationnel / CA : 1.71 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 4.1 %

4234

https://www.google.com/finance?q=Sun+A. … wAPJjoCIDQ

Description: Sun A. Kaken Co., Ltd. manufactures and sells various plastic composite products, packaging materials, and industrial materials in Japan. It offers flexible packaging materials for food products, liquids, pharmaceuticals, and sundry goods industries. The company also provides functional materials, such as films to protect components in fields, including optœlectronics and multimedia devices from scratches, dust, and contamination during manufacture, shipping, and storage. In addition, it offers industrial materials, such as adhesive tapes used in the distribution industry and the home. Sun A. Kaken Co., Ltd. was founded in 1942 and is headquartered in Tokyo, Japan.

Capitalisation boursière: 5.6 B

Revenus

CA: 33.024 B

Revenu opérationnel: 1.171 B

Revenu net: 0.832 B

Bilan

Total de l’actif: 30.148 B

Actifs courants: 20.815 B (dont 3.531 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 5.722 B

Investissements long terme: 3.586 B

Dettes: 14.455 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 1.650 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.249 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 3.55 %

Revenu net / CA: 2.52 %

P/E: 6.73

P/B: 0.36

Dettes / Total du passif: 48 %

Stocks / Actifs courants: 17.0 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.14

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.16

Cash-flow opérationnel / CA : 5.0 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 15.1 %

1828

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … DCwAP0pIEo

Description: Tanabe Engineering Corporation is engaged in plant, electric, mechatronics, and heat treatment businesses in Japan. The company is involved in the design, fabrication, installation, and execution of environmental plants, liquid compounding equipment, liquid compound and medicine automation equipment, power generation plants, towers, and tanks, as well as provides maintenance and overhaul services. It also plans, manufactures, constructs, and sells photovoltaic systems; creates and installs DCS/instrumentation PLC systems; constructs overhead electric power transmission wire equipment; and provides electrical and instrumentation equipment work to organic and inorganic plants.

In addition, it designs and manufactures various automatic machines, including bending mold quenching lines and automatic supply equipment of bar for spring; tape automatic winding and binding equipment; medicine automation and special equipment; glass substrate visual inspection devices; and glass substrate and laminate paper separation and transportation devices.

Further, the company designs and manufactures heating, warming, and dryness equipment; continuous type heat furnace; and auto dosing furnace Westomat equipment. Tanabe Engineering Corporation was founded in 1969 and is headquartered in Jœtsu, Japan.

Capitalisation boursière: 3.8 B

Revenus

CA: 25.174 B

Revenu opérationnel: 0.889 B

Revenu net: 0.513 B

Bilan

Total de l’actif: 20.843 B

Actifs courants: 14.848 B (dont stocks de 0.671 B)

Immobilisations corporelles: 5.057 B

Investissements long terme: 0.480 B

Dettes: 10.454 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.957 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.619 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 3.53 %

Revenu net / CA: 2.04 %

P/E: 7.4

P/B: 0.37

Dettes / Total du passif: 50 %

Stocks / Actifs courants: 4.5 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 1.16

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.49

Cash-flow opérationnel / CA : 3.8 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 65 %

6298

https://www.google.com/finance?q=TYO%3A … wAOI44GYDA

Description: Y.A.C. Co., Ltd. Provides various electronic equipment and products in Japan and internationally. Its Memory Disc division manufactures and sells hard disk related manufacturing equipment and infrared radiation heating devices and surface removers. It also offers burnishers, UV curing machines, hard disk conveyors, automatic machines, conveyor systems for semiconductors, clean room consumables, infrared radiation heaters, and heating assembly devices.

This division also provides conveyor, handling, and automatic machines.

The company’s Photovoltaics division develops, manufactures, and sells crystalline solar cell manufacturing equipment comprising solar water and cell manufacturing tools, and research and development tools. Its Plasma System division provides dry etching, dry ashing, desktop plasma ashing, and annealing furnace systems.

The company’s Field Emission Lamp division develops, manufactures, and sells electron emission sources for field emission lamps. This division provides field emission lamps and nano-diamond emitters for various applications, such as medical uses, sterilization, and electron sources, as well as for car lights. Its Semiconductor division manufactures and sells semiconductor related equipment, including various series of IC handlers.

The company’s Cleaning division develops, manufactures, and sells cleaning machines, such as shirt finishing systems, wool and uniform finishers, tumblers, bagging systems, and sorter products, as well as apparel equipment. This division serves apparel, laundry and dry cleaning, and linen supply industries. Y.A.C. Co., Ltd. was founded in 1973 and is headquartered in Akishima, Japan.

Capitalisation boursière: 5.7 B

Revenus

CA: 14.527 B

Revenu opérationnel: 0.428 B

Revenu net: 2.229 B

Bilan

Total de l’actif: 22.587 B

Actifs courants: 16.792 B (dont 2.739 B de stocks)

Immobilisations corporelles: 4.227 B

Investissements long terme: 1.246 B

Dettes: 5.122 B

Cash-flow

Cash-flow opérationnel (moyenne des 4 dernières années): 0.930 B

CapEx (moyenne des 4 dernières années): 0.039 B

Ratios

Revenu opérationnel / CA: 2.94 %

Revenu net / CA: 15.3 %

P/E « fictif »: 2.56 (éléments exceptionnels en 2013)

P/B: 0.33

Dettes / Total du passif: 23 %

Stocks / Actifs courants: 16.3 %

(Actifs courants – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.05

(Actifs courants + immobilisations corporelles – Dettes) / Capitalisation boursière: 2.79

Cash-flow opérationnel / CA : 6.4 %

CapEx / Cash-flow opérationnel: 4.2 %

 

Conclusion

J’ai été positivement surpris, lors de mon étude du marché japonais, par le nombre d’opportunités potentielles, sur le papier. Néanmoins, l’accès à ce marché présente une dissymétrie d’information du fait de la barrière de la langue et des spécificités qui augmentent le niveau de risque en conséquence. Dans ce contexte, la prudence s’impose.

Cette liste est fournie à titre purement informatif et ne constitue en rien un conseil d’achat.

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

22 réflexions au sujet de « Les chroniques de l’investisseur chronique : Une sélection d’actions japonaises »

  1. Bonjour Laurent,

    voilà encore un point de concorde : je suis également bien investi dans les actions japonaises, même si je ne lis pas le japonais (il existe cependant certaines entreprises qui publient en anglais, comme Art Vivant).

    Nous avons quelques titres en commun (Nippon Antenna et Mansei) et parmis celles que je n’ai pas, il y en a que je connais mais que j’ai écartées, notamment en raison d’un flux de trésorerie négatif (Sanyo, Tanabe, YAC). C’est un critère très important pour moi, car je le considère comme une sorte de sécurité supplémentaire qui compense mon absence de connaissance du business sous-jacent. En gros, cela me permet d’attendre de nombreuses années.
    Le versement d’un dividende (en général autour de 2%) est un élément que je regarde parfois, pour éviter les value-traps.

    Mes deux derniers achats concernent Tsutsumi Jewelry (7937) et Nippon Kaiheki (6943). Tu les connais peut-être.

    Matsumoto me plaît beaucoup, et j’ai un ordre dessus depuis des mois. Mais le titre ne veut pas descendre. C’est bien dommage, car le flux de trésorerie est en constante augmentation, mais au cours actuel, je n’ai pas assez de marge de sécurité sur les actifs courants.

    Je continue de creuser et fouiller ce marché complètement bradé.

    Boris

  2. Bonjour Boris et Yannick,

    Merci de vos retours.

    Les flux négatifs ne me perturbent pas, lorsqu’il existe par ailleurs une décote significative sur actifs tangibles, à moins qu’ils ne soient de nature à modifier rapidement la structure de bilan. Après tout, les flux sont plus volatils que les données du bilan, plus stables d’un exercices à l’autre. Par ailleurs, en cas de retournement (sur lequel je ne compte pas), un flux redevenant positif pourrait constituer une bonne surprise pour le marché.

    Pour information, j’ai complété en janvier mon étude du marché japonais en essayant d’identifier des entreprises combinant un coussin de sécurité, sur base des actifs tangibles, à un flux qui me semblait relativement solide. J’ai identifié 10 entreprises répondant à ces critères (NKK SWITCHES CO., LTD. est l’une d’elles; par contre, je n’ai pas identifié dans mes recherches Tsutsumi Jewelry comme une entreprise intéressante). Peut-être le sujet d’un prochain article ?

    La prudence peut, à mon avis, s’exprimer de différentes manières, en l’occurrence:
    * Ne pas acheter ces actions.
    * Acheter une combinaison fortement diversifiée de ces actions (et notamment celles qui conservent à ce jour une belle décote sur actifs tangibles) pour un montant faible de son capital à placer en actions.
    * Conserver des liquidités permettant de renforcer à la baisse, le cas échéant, en prenant position par petites touches successives.
    * Hedger la parité EUR / JPY.
    * Trouver plusieurs sources pour les données financières de ces entreprises, afin de vérifier leur concordance.
    * Etc…

    A contrario, une stratégie fortement concentrée me semblerait imprudente, sur ce type d’actions avec ce niveau d’information. Par exemple et pour grossir le trait, placer 20 % de son capital à placer en actions, sur l’une d’elle uniquement, sur base des seuls éléments indiqués, me semblerait imprudent.

    Voilà grosso modo en quoi consistait mon appel à la prudence.

    Enfin, pour être clair sur ce point, je ne conseille à personne d’acheter ces actions ou non. J’ai simplement donné quelques éléments qui me semblaient suffisamment intéressants, sur ces actions, pour les partager dans cette chronique. Mon avis et ma performance ne sont pas nécessairement meilleurs que ceux d’un autre. A chacun de faire ses exercices et de prendre ses décisions d’investissement de manière indépendante.

    Cordialement,

    Laurent

  3. Bonjour Laurent,

    Merci pour ton article et tes commentaires très instructifs !

    Concernant l’aspect « gestion du risque », je retiens « Hedger la parité EUR / JPY » et « Trouver plusieurs sources pour les données financières de ces entreprises, afin de vérifier leur concordance. ». Pour le reste, ce sont selon moi, des conditions sine qua non pour s’aventurer en bourse… Donc je procède déjà ainsi. Ceci dit… ca me titille bien de prendre une faible position sur une ou deux sociétés japonaise au milieu des daubasses… Mais j’ai d’autres priorités en shopping list et des liquidités non extensibles ^^. Je case donc dans la liste « garder l’idée en tête ».

    Une autre question… Tu dis :
    « J’ai trouvé un nombre important d’opportunités potentielles sur ce marché, comparativement aux autres marchés cités, ce à quoi je ne m’attendais pas a priori »…
    Je m’excuse pour l’instant assez souvent pour mes éventuelles questions niaises car je débute mais… Pourquoi ne t’y attendais-tu pas ? Car il me semble que les news macro-économiques parlent beaucoup de la forte volatilité du marché Japonais et de l’endettement colossal du pays… Dans un tel contexte, n’est-il pas naturel de voir poindre des opportunités ?
    (D’ailleurs je me suis dit en début d’année « c’est dommage que je sois aussi débutant et que je doive être raisonnable car la situation japonaise est tellement déclarée comme « alertante », qu’il doit y avoir des aubaines… »)

    Yannick

  4. Bonjour Yannick,

    Pourquoi ai-je été surpris de trouver des opportunités intéressantes sur marché actions japonais en octobre 2014 ?

    * Je trouvais relativement peu d’opportunités sur marchés US / UE et souhaitais élargir mes horizons d’investissement à d’autres marchés actions moins corrélés.
    * J’ai effectué une recherche d’opportunités sur marchés australiens et japonais en m’attendant a priori à trouver peu d’opportunités sur ces 2 marchés. Le marché actions australien était plutôt décevant du point de vue des opportunités d’investissement correspondant à mes critères. En revanche, des opportunités potentielles en nombre significatif ont émergé, lors de mon étude du marché japonais.
    * Par ailleurs, je ne prétends pas avoir d’idées pertinentes au niveau macro-économique (ce que vous ne prétendez pas non plus). Par exemple, qui peut dire si le niveau de la dette publique nipponne est réellement beaucoup plus alarmant que celui de la dette publique US ? Quel sera précisément l’impact sur les ménages et les entreprises ? En l’absence de certitudes, je me borne à faire du stock-picking et à évaluer les situations individuelles.

    Cela dit et en conclusion, je vous rejoins dans votre lecture « contrariante » des mauvaises nouvelles macro-économiques. Elles peuvent être sources d’opportunité pour l’investisseur. Ce n’était simplement pas mon point de départ, à cette occasion.

    Cordialement,

    Laurent

    1. Bonjour Laurent,

      Concernant les niveaux de dettes publiques, voir ici :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_pays_par_dette_publique

      Certes, un seul paramètre comme celui-là ne suffit pas à expliquer l’économie d’un pays (d’ailleurs, à la question « quel sera l’impact sur les ménages et les entreprises ? » Joker) mais c’est un indicateur comme un autre. Nos discussions tournent bien souvent autour de l’endettement des sociétés avant d’investir alors qu’une société très endettée peut très bien faire un carton si sa direction est visionnaire et a pris des risques qui finissent par payer…

      Mais pour revenir à ma question… D’accord, je comprends. Effectivement tout est une question de point de départ tout simplement. Et le votre est sans doute plus sain pour éviter les biais psychologiques.

      Bonne journée,
      Yannick

  5. Laurent,

    le signe des flux de trésorerie peut en effet s’inverser, ou pas. Pourquoi volontairement acheter des titres dont les flux de trésorerie sont négatifs, alors que pour le même prix, on peut acheter des entreprises qui s’enrichissent ? N’est-ce pas miser un peu sur la chance ?
    J’ai tenté avec ce raisonnement Zakkaya Bulldog, ma seule japonaise déficitaire, avec une énorme décote sur sa VANT (de l’ordre de 90% à l’époque). Je perds plus de 40% dessus, alors que je suis largement positif sur (presque) toutes mes autres positions. Je préfère finalement m’assurer (même si en effet, rien ne garantit la pérennité des cash-flows) que les entreprises que j’achète gagnent de l’argent. Je m’assure également qu’elles réduisent leurs dettes, et sélectionne en premier celles qui rachètent leurs actions. Je suis convaincu qu’avec ces précautions, je contre-balance le fait que je ne lis pas les rapports annuels.

    Encore un petit point de divergence : ne connaissant pas la culture japonaise, je ne me fixe pas nécessairement comme objectif la VANT. Pour le moment, une bonne VANN me suffit, vu que j’achète en général très en-dessous.

    Enfin, en termes de couverture, je ne suis pas fan d’instruments financiers complexes. Ma méthode favorite consiste simplement à acheter mes titres à crédit, mais sans effet de levier (c’est-à-dire que je dispose d’un certain matelas de trésorerie en euros).
    Ainsi, en théorie, pour être parfaitement couvert, il faudrait qu’à chaque instant la valorisation (en yens) de mes titres japonais soit égale à ma dette (en yens).
    Mais comme je suis joueur et assez serein sur les titres que j’achète (grâce aux critères suscités), je ne me prive pas d’un petit effet de levier…

    Boris

  6. Bonjour Yannick et Boris,

    La niveau de la dette publique au Japon induit en effet un risque spécifique, que j’avais indiqué dans ma chronique. Par contre, l’impact concret de ce niveau de dette sur mes investissements japonais demeure pour moi flou (de manière diffuse, je conçois bien que ce risque pourrait se traduire par une augmentation du niveau des taxes pour les entreprises et les particuliers, une baisse de la consommation des ménages, de l’inflation et/ou une évolution défavorable de la parité EUR / JPY).

    Personnellement, lorsqu’il y a une forte décote sur actifs tangibles, je suis prêt à investir même avec un cash-flow négatif. Dans ce cas, je n’ai pas l’impression de me baser sur la chance: l’entreprise pourrait progressivement consommer sa marge de sécurité, certes, mais tant qu’il reste une marge de sécurité suffisante et que le prix est très inférieur à la valeur, l’investissement fait sens, de mon point de vue.

    De plus, sommes-nous vraiment statistiquement certains qu’un panier d’actions décotant fortement sur leurs actifs tangibles donne une meilleure performance lorsque les cash-flows sont positifs que lorsqu’ils sont négatifs, au moment de l’achat. Personnellement, j’aurais tendance à répondre intuitivement par l’affirmative à cette question (sur base d’un flux de « qualité », considéré sur une période de plusieurs années et présentant une faible volatilité) mais ne suis pas certain que cet a priori soit statistiquement fondé. De plus, la définition et le calcul d’un « flux positif » me semble délicat et sujet à interprétation (un flux légèrement positif et fortement volatil peut-il être considéré comme « positif » ? Un flux négatif uniquement en raison d’éléments exceptionnels peut-il être qualifié de « positif » ?).

    Bien sûr, je ne suis pas non plus nécessairement insensible aux cash-flows (comme par exemple pour NKK SWITCHES CO., LTD. et plus généralement pour les 10 entreprises japonaises intéressantes identifiées depuis le début de l’année), mais l’évaluation d’une décote sur cash-flows me semble bien plus fragile que celle d’une décote sur actifs tangibles.

    Cordialement,

    Laurent

  7. Bonjour,

    « L’entreprise pourrait progressivement consommer sa marge de sécurité, certes, mais tant qu’il reste une marge de sécurité suffisante et que le prix est très inférieur à la valeur, l’investissement fait sens, de mon point de vue. »

    Pour ma part, même si ce que vous dîtes est la base à partir de la comptabilité, j’ai un a priori entraînant une forte crainte que cela ne suffise pas… Boris évoque le fait que, si je l’ai bien compris, face à cela il rajoute le critère de l’enrichissement… Mais c’est déjà délicat de trouver des sociétés décotées donc ca complique encore davantage et me rend sceptique.

    Pour ma part, mon critère supplémentaire (en tout l’idée que j’en ai avec ma « jeunesse ») c’est de surveiller le comportement du management. D’autant plus en France ! Je travaille dans l’industrie depuis plus de 10 ans et je vois bien au quotidien qu’après les 30 glorieuses les Français ont une tendance à puiser dans les réserves sans chercher à changer quoi que ce soit même quand on va dans le mur (ca n’engage que moi). Ainsi, j’ai bien peur que même avec une marge de sécurité énorme, une société grapille toutes les réserves pendant des années et basta.

    Actuellement j’ai pratiquement terminé de constituer mon portefeuille. Je suis parti de la newsletter de ce blog mais j’ai ajouté des critères de sélection sur l’historique du comportement du management pour ne garder que 25 sociétés qui « se bougent ». Même si c’est « le mal », j’avoue prendre en compte aussi un historique de cours sur le plus long terme possible pour voir si il y a une cohérence entre les déclarations des directions et les cours… Ainsi, non pas que je fuirai un cours qui stagne mais un cours plus volatil m’attire davantage.

    L’expérience me dira si c’est une idiotie ou non.

    Merci pour vos commentaires instructifs !

  8. Bonjour Laurent,

    quand tu dis « l’évaluation d’une décote sur cash-flows me semble bien plus fragile que celle d’une décote sur actifs tangibles », tu sous-entends que j’ai acheté des titres qui décotent sur leur capacité bénéficiaire. Ce n’est pas du tout ce que j’ai dit.
    En fait, tout comme toi, je rercherche la décote sur les actifs courants. Mais parmi les très nombreux titres répondant à ce critère au Japon, je peux m’offrir le luxe de choisir ceux qui en plus gagnent régulièrement de l’argent.

    Tu poses la question intéressante de savoir si parmi les entreprises qui décotent sur leurs actifs, celles qui ont une capacité bénéficiaire positive ont un meilleur parcours boursier. Je me la suis posée également. Sans pouvoir apporter de preuve statistique, le bon sens me dit que dans un marché aussi déprimé depuis vingt ans, la sécurité des cash-flows positifs est un gros atout.

    Boris

  9. Bonjour Yannick et Boris,

    Est-ce que la décote sur actifs tangibles suffit à un investissement pertinent ? Personnellement, je répondrais affirmativement à cette question (pour peu que les FCF ne risquent pas de dégrader fortement la structure de bilan, à moyen terme).

    Rien n’empêche d’être encore plus sélectif en utilisant d’autres critères, comme vous l’indiquez. La qualité du management me semble un critère pertinent, pour qui parvient à l’évaluer de manière fiable.

    Cela dit et même si j’ai également intuitivement un a priori favorable sur les entreprises avec décote sur actifs tangibles et ayant de surcroît un flux positif (les 17 entreprises japonaises proposées répondent d’ailleurs à ce critère, sur base du free cash flow moyen sur les 4 derniers exercices, ce qui n’est pas un hasard), catégorie qui a également la préférence de Boris, je ne suis pas persuadé que ce groupe surperformera le groupe des actions décotant sur leurs actifs tangibles avec un flux négatif au moment de l’achat (d’une ampleur n’impliquant pas une forte déterioration de la structure de bilan à moyen terme). Par exemple (sans qu’il s’agisse d’une démonstration de mon point car il est discutable), certaines de ces entreprises, en repassant en flux positif, pourrait lancer un signal positif à certains acteurs du marché, induisant un effet positif sur le prix de l’action. Cet évènement n’existe pas pour l’autre groupe (ou seulement après qu’une de ces entreprises soit d’abord passé par une étape où son flux deviendrait négatif).

    En conclusion, j’ai comme Boris une préférence pour les entreprises ayant une décote sur actifs tangibles, avec en plus un flux positif par rapport aux entreprises combinant décote sur actifs tangibles et flux négatif. Cependant, je ne suis pas fondamentalement convaincu que la performance moyenne des actions du premier groupe soit nécessairement supérieure à celle du second, bien que mon intuition me le laisse penser (ce pour quoi j’utilise également le critère des flux positifs, lorsqu’il existe suffisamment d’opportunités sur les marchés pour faire sélection, et sans m’interdire non plus d’acheter des actions à flux négatif, en fonction des opportunités).

    Cordialement,

    Laurent

  10. Laurent,

    je constate donc que nous sommes d’accord.

    Je te rejoins également sur l’aspect positif d’un retournement du cash-flow, et que rien ne permet d’affirmer que la catégorie des entreprises possédant des cash-flows positifs superforemara celle possédant des cash-flows négatifs.
    Cependant, il s’agit pour moi d’avoir une sécurité supplémentaire, vu que je ne suis pas en mesure de lire les rapports annuels, ni même de jauger la qualité du management. Cette sécurité peut être établie au sacrifice d’une performance plus faible, je n’en disconviens pas.

    D’ailleurs je suis interessé par tes calculs de cash-flows, car je crois que nous n’avons pas la même.

    Cordialement,
    Boris

  11. Bonsoir,

    Attention, je me suis mal exprimé. Je ne cherche pas à connaître la qualité du management. Je ne suis pas dans leurs petits papiers. Je cherche à avoir des indications rétrospectivement sur la cohérence qu’il y a entre les déclarations des directions et les résultats concrets sur les bilans ainsi que sur les cours. C’est peut-être naïf. J’apprendrai.

    Ce qui pique ma curiosité surtout c’est jusqu’où il faut pousser raisonnablement les efforts, comparativement à l’aspect statistiques (diversification), pour diminuer le risque. C’est d’ailleurs ce qu’exprime Boris quand il dit qu’il considère que son processus lui suffit pour se dispenser d’attaquer les rapports annuels (mais je n’ai pas suivi si ca ne concernait que le japon ou non…). Ou bien aussi la dernière réponse de Laurent quant à connaître la tendance moyenne des flux.

    En tout cas, vu que mon broker me permet d’investir au japon, tout ça est très intéressant.

    D’ailleurs quel est l’avis de Franck sur la question hors club DBG puisqu’il a la possibilité d’investir au japon à titre personnel ? ^^

    1. D’ailleurs quel est l’avis de Franck sur la question hors club DBG puisqu’il a la possibilité d’investir au japon à titre personnel ? ^^
    2. Bonjour Yannick,

      Si la question m’est adressée, voici ce que j’en pense.

      Dans le cadre d’une approche d’un portefeuille de valeurs diversifiées purement quantitative (et donc objective), investir dans un panier de valeurs japonaises type les 10 que nous présentent Laurent a du sens. Quelque chose de bon peut arriver comme dirait Walter Schloss !

      Pour ce qui est des cash flows, j’aurai tendance à rejoindre Laurent et dire que le marché valorise déjà plus ou moins justement les entreprises rentables et/ou à cashflows positifs. Nous l’avons constaté de nombreuses dans notre portefeuille. L’apparente et intellectuellement évidente sureté qu’apporte une génération de cashflow, et bien… se paie. Alors qu’une daubasse qui génère perte sur perte depuis des années, mais avec de sérieux collatéraux en actifs tangibles, verra son cours démultiplié à la moindre bonne nouvelle. Ce sera moins remarquable sur une valeur déjà « rentable ». C’est contre-intuitif, mais les faits sont là. Investir dans un titre dans lequel le marché n’attend plus rien, forcément, cela ne fait envie à personne, surtout quand les raisons sont bonnes, mais les potentiels de gain sont inégalés par rapport à d’autres valeurs, si les actifs sont utilisés de manière efficace.

      Quant au management. Je n’en ai aucune idée, et cela relève pour moi de l’utopie. Impossible a priori de savoir si un management est « bon ». D’ailleurs que cela signifie « un bon management » ? Et si ce management est vraiment « bon », le titre sera valorisé en conséquence. C’est subjectif et impossible à valoriser. Du moins, humblement, je, nous (l’équipe), nous nous en estimons pas capable. Libre à chacun de mener sa barque à ce sujet. Ce que nous savons par contre, c’est qu’il y a des signes qui peuvent montrer que le management est malhonnête ou manque de transparence, la lecture des bilans, sur les litiges en cours, les rémunérations, les retours aux actionnaires et non pas seulement à l’équipe de direction, … en disent beaucoup. Si a priori, il est difficile de juger l’efficacité d’un management, c’est a posteriori, en investissant dans une société que l’on sait qui dirige le bateau. Parfois, avec une daubasse, il n’est pas nécessaire que le management soit bon. Si il l’est, tant mieux (cf l’édito de notre lettre de septembre 2014). Sinon, une simple réalisation ou meilleure utilisation des actifs suffit au cours pour retrouver des couleurs. Bref. Ce n’est pas un critère discriminant pour nous, dans notre approche patrimoniale.

      Enfin, l’investissement au Japon pose tout de même le problème de la langue. Et il y a fort à parier que des choses échappent aux occidentaux qui ne maitrisent pas la langue du soleil levant. Donc, mi-figue, mi-raisin.

      Il sera dès lors très intéressant de suivre les aventures de Laurent. En performance, succès, échecs, incompréhension, …

      Un nouvelle expérience que nous sommes heureux de retrouver sur notre site expérimentale : la laboratoire Daubasse !

      Franck

      1. Merci Franck pour ton retour ! C’était bien pour toi 🙂

        Juste une précision pour qu’il n’y ait pas d’équivoque : je ne cherche pas à savoir (ni ne prétend) si un management est « bon ». J’ai parlé de se renseigner sur la « cohérence » du management. Vous-mêmes vous le faîtes quand vous classez un management de « daubasses » ou voire « malhonnête »…etc. Et c’est d’ailleurs ce que tu évoques dans la suite du paragraphe.

        Il est évidemment utopique de vouloir faire un choix en mettant dans les éléments principaux de décision cet aspect « management ».

        Je me permettais juste d’évoquer et de placer ce critère optionnel de sélection au même niveau que le critère des cashflow discuté par ailleurs.

        Ce qui m’interpelle le plus dans ta réponse c’est de rappeler qu’on ne connait correctement une société que si on la détient au portefeuille. Ca incite au suivi. C’est l’argument principal que je retiens pour dire qu’il est sans doute vain de chercher des indicateurs de choix dans l’historique (apparent) du management.

        Je me pose toutes ces questions car je cherche à éviter de détenir des dizaines et des dizaines de sociétés. Un minimum de diversification OK mais je ne consacrerai pas de temps pour en suivre 80 (bcp de temps pour un lissage autant des pertes que des gains j’ai l’impression). Donc entre 2 sociétés sélectionnables, je cherche à me restreindre… en trouvant des critères supplémentaires. J’en ai listé quelques uns (notamment grâce aux articles de Laurent + d’autres sites) et je cherche progressivement à estimer leur bienfondé.

        Merci.

        P.S. : le lien pointe sur la racine du blog actuel…

      2. Bonjour Franck,

        là pour le coup, je ne suis pas totalement d’accord sur trois points :

        – j’ai constaté (mais c’est à la louche, et sans mesure scientifique) que le marché est focalisé sur les bénéfices et non sur les cash-flows. Cela signifie qu’une entreprise qui génère des résultats positifs et des cash-flows négatifs sera bien mieux valorisée que celle qui génère des résultats négatifs et des cash-flows positifs.
        Alors que justement, en me concentrant sur les cash-flows positifs, je reste en marge du marché, et peux bénéficier d’un changement de signe du résultat, tout en ayant la garantie de ne pas perdre d’argent puisque mes cash-flows sont positifs.

        – là encore, et comme tu le dis toi-même, il est difficile d’étbalir si un management est bon ou pas. Alors comment peut-on affirmer qu’une boîte qui a un bon management se paiera plus cher ? Ca me semble plausible pour les grosses boîtes, où les gérants sont connus de tous, mais dans les small caps japonaises, cela a-t-il du sens de penser cela ? Quoi qu’il en soit, je n’ai aucun moyen de mesurer la qualité d’un mangement japonais.

        – parier sur le changement de signe d’un résultat ou d’un cash-flow quand on ne connaît pas la langue, dans un pays en pleine crise me paraît en effet faire preuve d’imprudence.
        Quand j’investis dans des japonaises, je ne suis pas nécessairement dans l’esprit « Daubasse » où j’attends que tout se passe comme espéré tant que j’ai de la marge sur les actifs. Non, là je suis dans un autre esprit, où j’ai investi dans une économie de laquelle tout le monde s’écarte (une des plus grosses du monde quand-même), en achetant un panier d’entreprises qui cotent au niveau de leur cash net de toutes dettes et rentables. Je peux attendre très longtemps car non seulement celles-ci grossissent mais en plus versent un dividende croissant (entre 2% et 3% en moyenne).
        J’ai acheté onze ou douze japonaises depuis près de deux ans. La seule sur laquelle je suis perdant est la seule qui faisait des pertes. Je précise que j’ai volontairement effectué cet achat avec un esprit « contre-intuitif », en misant sur le changement de signe du résultat. La marge sur les actifs est encore colossale, donc je la garde. Mais ce n’est plus une net-net. Je ne tire aucune conclusion de cette maigre statistique, mais il me semble fort probable que dans le cas japonais actuel, investir sur des cash-flows positifs soit plus rentable.

        Amicalement,
        Boris

  12. Bonsoir,

    Boris, pour le calcul du free cash flow, je retire les capex du cash-flow opérationnel. Quel est ton calcul ?

    Yannick, vérifier si le management est cohérent (et comment il gère les actifs) me semble intéressant même s’il paraît difficile d’obtenir une mesure quantifiée de cet élément.

    De mon point de vue, le niveau d’information qu’il faut avoir sur une entreprise pour prendre une décision d’investissement est inversement corrélé à la marge de sécurité (décote sur actifs tangibles et décote sur flux de « qualité »). Personnellement, je me suis senti suffisamment à l’aise avec les données financières des entreprises japonaises citées pour y investir (à hauteur de 1 % de mon compte titres par entreprise) sans pouvoir lire leurs rapports annuels et trimestriels ou étudier en détail leur activité et malgré les risques spécifiques du marché japonais. A chacun de placer le curseur selon sa sensibilité. Habituellement, quand j’en ai la possibilité, je lis systématiquement les informations financières des entreprises dans lesquelles j’investis, pour approfondir le dossier avant d’investir, quelle que soit la marge de sécurité. Après tout, pourquoi se priver d’informations disponibles (par ailleurs, je ne ressens pas l’étude d’une entreprise a priori intéressante comme un effort, même s’il y a un « coût » temps associé) ?

    Cordialement,

    Laurent

    1. Laurent,

      en fait, mon calcul est un peu différent, ce qui peut expliquer nos divergences dans nos choix.
      Je retire d’autres éléments du cash-flow opérationnel comme les dépenses d’intérêt et tout ce qui a trait au changement du fonds de roulement.

      Amicalement,
      Boris

  13. Laurent, Boris et Yannick,

    merci pour cette échange très intéressant, sur les sociétés japonaises.

    J’ai juste une petite réflexion à vous proposer, voir une question que je me pose par rapport à ceci : En conclusion, j’ai comme Boris une préférence pour les entreprises ayant une décote sur actifs tangibles, avec en plus un flux positif par rapport aux entreprises combinant décote sur actifs tangibles et flux négatif.

    Par rapport à nos 6 ans de recherche de société ayant une décote sur leurs actifs actifs tangibles, il est plutôt rare, voir très rare que ces même sociétés aient en plus des flux de trésoreries positifs. Si je devais faire une estimation à vue, je dirais que ce genre de société avec décote sur les actifs tangible + flux positif c’est moins de 1%. Ces deux points réunis, me semble vraiment contradictoires car si l’on comprend assez facilement que le marché massacre le cours d’une société, pour des pertes récurrentes, la perte d’un client important, voir encore un produit dépassé… En résumé, pour l’impossibilité à court ou moyen terme pour la société de dégagé des flux de trésorerie, positifs… Le mystère du marché s’épaissit vraiment quand justement tout va bien pour la société avec des flux positifs et qu’en plus il offre une décote sur les actifs tangibles.

    Les seuls cas de flux positifs et de décote sur les actifs tangibles que j’ai rencontrés depuis 2008 l’ont été sur des sociétés chinoises continentales cotées sur les bourse US ou européennes. Et c’était vrai en 2008 comme ce l’est aujourd’hui et vous savez que nos déboires, sur 3 sociétés chinoises, en 2009, nous ont permis de comprendre que les bilans n’était pas très propres, voir complètement manipulés.

    Je ne veux pas avec ce dernier constat faire une parallèle, ou une comparaison avec vos sociétés japonaises, car le Japon n’est pas la Chine. Mais j’ai quand même deux questions à vous poser.

    Nous savons que la comptabilité Japonaise est différente de notre comptabilité européenne ou américaine. Avez-vous tenté de voir quelles étaient ces différences et éventuellement quels impacts auraient ces différences sur vos calculs de décote, voir de flux ?

    Plus la décote sur les actifs tangibles est importante, plus nous voulons essayer de « comprendre », le pourquoi de cette décote… Et dans 99.99% des cas nous comprenons globalement pourquoi monsieur le Marché a « cassé » le cours de cette société. Pourriez-vous brièvement expliquer avec un petit exemple parmi vos sociétés japonaises, quel serait le – ou les problèmes – rencontrer par la société qui pourrait justifier que le marché offre un cours sous la valeur des actifs tangibles malgré des flux positifs ?

    Merci d’avance pour vos réponses.

    1. Bonjour Pierre,

      L’Accounting Standards Board of Japan (ASBJ) est l’organisme définissant les normes comptables au Japon (GAAP japonaises). L’ASBJ travaille avec l’IAS depuis 2005 à la convergence des standards IFRS / GAAP japonaises. Les entreprises peuvent utiliser l’IFRS sur une base volontaire mais seules 34 entreprises japonaises utilisent ce standard à ce jour.

      Par ailleurs, les GAAP japonaises ne sont pas identiques aux normes IFRS mais sont considérées équivalentes aux normes IFRS par l’UE qui impose aux sociétés cotées dans l’UE de suivre les normes comptables:
      * IFRS comme adoptées par l’UE
      * IFRS comme adoptées par l’IASB
      * GAAP japonaises
      * GAAP américaines

      Sources:
      * http://www.ifrs.org
      * http://www.iasplus.com

      Enfin, et pour revenir à ta question, je ne connais pas précisément les distinctions entre les normes comptables japonaises et IFRS, ni leur impact sur les états financiers.

      Prenons l’entreprise Hosoda Corp (1906) pour essayer de comprendre la raison de la décote sur actifs malgré un « flux positif », défini comme la moyenne, sur les 4 derniers exercices, des cash-flows opérationnels moins les capex. Pour cette entreprise, le flux positif ne me semble pas de qualité, notamment, pour les raisons suivantes:
      * Forte volatilité du CA, des revenus net, du cash-flow opérationnel sur les 4 derniers exercices
      * La moyenne du revenu net, sur les 4 derniers exercices, était négative

      Sur cet exemple, même si le flux est « positif », au sens strict de ma définition quantifiée, le flux ne me semble pas de qualité du fait de la forte volatilité de l’activité.

      Enfin, le stock est constitué d’immobilier, dont la valeur pourrait être sensiblement différente de celle indiquée au bilan.

      Il serait intéressant de connaître le pourcentage d’entreprises, trouvées dans vos recherches, respectant vos critères quantitatifs et écartées pour d’autres causes (et de connaître ces causes, dont certaines ont déjà été évoquées: différences de normes comptables pour les entreprises chinoises, management malhonnête, litiges, engagements hors bilan, etc…).

      Cordialement,

      Laurent

  14. Bonjour,

    bonnes questions, auxquelles je peux apporter quelques réponses, somme toute, assez proches de celles de Laurent.

    En effet, je ne connais pas non plus les normes comptables japonaises, mais il me semble qu’avec les marges de sécurité qu’on se prend sur les cash-flows, les actifs courants et les actifs non-courants, on peut se permettre ce genre d’approximations.

    Ensuite, sur la raison des décotes. Il ne vous a pas échappé qu’il y a une décote globale sur l’ensemble du marché japonais (je dirais même asiatique, si l’on en exclue la Chine).
    Plus particulièrement, je prends deux des derniers cas que j’ai pu étudier. Je précise que je n’ai pas toujours la possibilité de comprendre l’origine de la décote, mais dans les deux cas suivants, c’est assez flagrant :
    – Tasaki : la boîte a manqué de couler suite à la crise des subrpimes. Le cours s’est effondré jusqu’à ce qu’un fonds un peu malin a racheté une bonne partie des titres et entrepris de remonter l’affaire. Au moment où j’ai acheté, on voyait un redressement spectaculaire du bilan, avec les derniers cash-flows positifs, et une stratégie de développement agressive, alors que le cours (qui avait déjà un peu remonté depuis ses plus bas) était en cours bien déprimé. Où était le risque ?
    – ARRK : certainement la boîte qui présente les ratios les plus alléchants, mais le cours baisse depuis l’OPA partielle. Je pense que le marché se détourne de ce titre devenu bien moins liquide. C’est mon seul « pari » japonais, car moi non plus, je n’aime pas les titres peu liquides.

    Voilà de quoi étayer un peu la thèse, en espérant que ces réponses vous conviennent.

    Amicalement,
    Boris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.