Medialink Worldwive Inc

Le 24 Novembre 2008

http://www.medialink.com/

Nous avons acheté, Medialink Worldwive Inc , Ticker Yahoo : MDLK
Le 24 Novembre 2008

A un prix net de frais de : 0.0739 USD
Au 19 Août 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 0.5289 USD
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.1398
Au 19 Août 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 69.58%

Présentation de la société.

Medialink Worldwive Inc est une société qui a été fondée en 1986 à New York. Son activité est centrée sur deux segments principaux. Le premier, une production et une distribution via le web de matériel vidéo ou audio, destiné aux radios et au télévisions. Mais aussi plusieurs types de service comme la vente ou l’échange via son réseau entre média, comme des reportages ou de la publicité, mais aussi une plate-forme permettant de mesurer immédiatement les effets d’audience d’une publicité ou d’une campagne publicitaire. Cette plate-forme a pour nom Mediaseed. Ceci principalement au USA et au Royaume Unis.

Medialink compte à ce jour 750 clients et 19 .000 professionnels abonnés a Mediaseed TV. Ses clients sont aussi variés que Unilever, General Mills ou L’UNICEF, pour les sociétés commerciales hors médias… Et dans les médias on retrouve aussi bien CBS que CNN, ou encore Telemundo Yahoo.

Qu’avons-nous acheté dans cette société ?

Nous avons principalement acheté des liquidités de 1.28$ par action et un compte client avec des effets à recevoir à cours terme de 0.63$ par action…

En fait des actifs courants s’élevant à 2.20$ par action desquels nous avons soustrait la totalité des dettes de 1.67$ par action, soit 0.5289 $ d’actif Net-Net pour la modique somme de 0.1398 $

Au 19 août 2008, le ratio de solvabilité de Medialink Worldwive s’élevait à 69.58%.

Nous n’excluons toutefois pas la faillite de cette société.

Nous avons finalement vendu ce titre en juin 2009, multipliant notre mise de départ par 4,94.

Airspan Networks

 
 
Le 24 Novembre 2008

http://www.airspan.com/ 

Nous avons acheté, Airspan Networks , Ticker Yahoo : AIRN
Le 24 Novembre 2008 

A un prix net de frais de : 0.1682 USD
Au 5 Août 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 0.4181 USD
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.4024
Au 5 Août 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 98.64% 

Présentation de la société. 

La société Airspan Networks a été fondée en 1992 à Boca Raton en Floride. Airspan est un leader mondial des services à large bande sans fil avec plus de 400 clients dans plus de 100 pays.
Airspan fait partie du forum fondateur de la solution WiMax. Il est aujourd’hui parmi les leaders de la solution WiMax Mobile.
Airspan offre également une gamme de produits WiFi aux applications plus spécifiques, comme pour le métro , les mines…. 

Qu’avons-nous acheté dans cette société ? 

Nous avons principalement acheté des liquidités pour 0.55$ par actions, un stock pour 0.22$ par action et des créances commerciales pour 0.31$ par action 

En fait un actif courant pour une valeur de 1.17 $ par action du quel nous avons déduit l’ensemble des dettes de 0.56$ par action, mais également 0.11$ sur rotation de stock et 0.08$ sur rotation des créance dépassant nos critères soit un actif Net-Net de 0.41$ par action que nous avons payé 0.16$ par action. 

Nous remarquons ici que le marché évalue, les stocks et les créances commerciales à zéro, ce qui nous permet d’acheter la société avec une marge de sécurité appréciable. 

Son Ratio de solvabilité était de 98.64% au 5 août 2008

Avatar Holding

 
Le 26 Novembre 2008

http://www.avatarholdings.com/

Nous avons acheté, Avatar Holding , Ticker Yahoo : AVTR
Le 26 Novembre 2008

A un prix net de frais de : 26.8308 USD
Au 30 Juin 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 46.6015 USD
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.5757
Au 30 Juin 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 98.72%

Présentation de la société.

La société Avatar Holding a été fondée en 1989 à Coral Gable en Floride. C’est une société immobilière, aux activités bien ciblées.
La société développe des projet de parcs résidentiels, mais est également spécialisée dans l’aménagement d’espaces verts privés, de parcours de Golf, d’installations sportives et d’espaces de jeu pour enfants… Elle est aussi active dans le domaine public avec la construction de parking, de péages d’autoroute, de sites pour les écoles, d’aménagements d’étangs et d’espaces pour les collectivités….

Elle construit parfois des routes, s’engage dans la location, la vente de terrains industriels et possède un centre commercial .

Le 31 Décembre 2007 elle possédait 17 mille Hectares de terrain, en partie développés ou à développer.

Avatar Holding est actif en Floride et en Arizona.

Qu’avons-nous acheté dans cette société ?

Nous avons principalement acheté des liquidités pour 18.27$ par actions, un stock pour 46.03$ par action.

En fait un actif courant pour une valeur de 65.66 $ par action du quel nous avons déduit l’ensemble des dettes de 19.06 $ par action, soit un actif Net-Net de 46.60$ par action que nous avons payé 26.83 $ par action.

Nous remarquons ici que le marché évalue, les terrains et les constructions non achevées à 59% de leur valeur inscrite au bilan, ce qui nous permet d’acheter la société avec une marge de sécurité.

Son Ratio de solvabilité était de 98.72% au 30 Juin 2008

Passat : tentative de calcul d’une triple marge de sécurité

 

La fiche de Passat sera un peu plus complète que celles que vous avez l’habitude de lire. Pour cette micro cap de la bourse de Paris, nous allons tenter de déterminer, outre la valeur du fond de roulement net sur base de laquelle nous avons effectué notre achat, deux autres valeurs qui doivent nous permettre de cerner avec plus de précision à la fois le potentiel d’appréciation du cours et la marge de sécurité maximale en cas de « pépins ».

Le 26 novembre 2008, nous avons donc acheté Passat (PSAT.PA) au prix, frais inclus de 2,12 euros. 

http://www.passat.fr/ 

Passat est le leader européen du « video corner » c’est-à-dire la vente assistée par l’image. Passat propose ses produits, implantés dans des espaces de ventes agrémentés par des animations vidéo. La société utilise également les canaux du téléachat et de la vente par correspondance pour écouler ses produits. 

Ses produits se retrouvent dans les domaines de l’outillage, du bricolage, du jardinage, des produits ménagers et électroménagers, des loisirs ou encore de la forme. 

La société est active essentiellement en France, en Espagne, au Portugal et aux Etats-Unis. 

Il est clair que la crise actuelle et le ralentissement de la consommation qui en découle vont entraîner une diminution des « achats d’impulsion » et forcément nuire à la rentabilité de Passat. 

Néanmoins, il semble que le marché tienne largement compte de ce facteur : au cours d’achat, l’action est valorisée en tenant compte d’une réduction de valeur de 70 % sur son stock. Lorsque l’on sait que les ventes s’effectuent en moyenne avec une marge brute de 54 %, cela signifie qu’au prix actuel, le marché s’attend à ce que Passat doivent vendre l’intégralité des marchandises en stock 86 % moins cher que les prix qu’elle a l’habitude de pratiquer en moyenne sur un an. 

En fait, nous avons principalement acheté du stock à 2,23 euros par action ainsi que des créances pour 3,18 euros par action et des liquidités et placements pour 1,43 euros, soit des actifs courant s’élevant à 6,94 euros par action desquels nous avons soustrait la totalité des dettes de 3,09 euros par action, soit 3,85 euros de fond de roulement net pour la modique somme de 2,12 euros. 

Mais est-ce là la seule marge de sécurité ? 

Nous allons saisir ici l’opportunité de mettre en pratique quelques enseignements que nous avons retenus depuis que nous avons lancé ce blog : des enseignements de Benjamin Graham, bien sûr, mais aussi de Walter Schloss. 

Ainsi, l’actif courant net de dettes de Passat s’élève sur base des comptes S1 2008 à 3,85 euros. Mais les actifs courants sont-ils les seuls actifs « négociables » de Passat. Passons donc en revue l’actif de la société : 

– nous voyons d’abord des immobilisations incorporelles : il s’agit d’une part de licence de logiciel informatique et d’autre part de brevet pour la commercialisation de bûche de ramonage. En cas de mise en liquidation de la société, il est clair que les licences informatiques ne vaudraient pas « tripettes ». Par contre, on peut supposer que le brevet pour la commercialisation de la fameuse bûche de ramonage pourrait se négocier. Par prudence, reprenons la pour la ½ de sa valeur nette d’amortissement soit 0,08 euros par action. 

– Deuxième postes de l’actif : les écarts d’acquisition. Il s’agit de la différence entre le prix payé pour acquérir une société et la valeur de ses fonds propres. Très clairement, une telle différence se justifie par une rentabilité élevée de la filiale acquise. En cas de mise en liquidation de Passat, il est plus que probable que ces écarts d’acquisition ou « goodwill » ne vaudront rien. 

– Viennent ensuite les immobilisations corporelles composées d’immeubles, d’aménagements ou de matériel audio-visuel. Ici aussi, nous pensons qu’il convient de nous montrer prudent en cas de scénario d’arrêt des activités : le matériel vidéo a une durée de vie très courte et les aménagements et agencements ne vaudront rien. Reste l’immobilier. En réalité, deux entrepôts situés en France pour une surface totale de 7 100 m². Le coût d’acquisition de ces deux bâtiments, avant amortissements, est de 0,31 euros par action. Nous pensons pouvoir retenir cette valeur prudente. 

– Nous reprenons également les actifs d’impôt différés pour 0 dans une optique de cessation des activités. 

– Quant aux immobilisations financières, nous n’avons pas vraiment d’explications suffisantes pour nous forger une idée sur leur valeur reprise au bilan. De plus, leur montant est vraiment insignifiant. Nous décidons donc de les reprendre pour la moitié de leur valeur inscrite, soit 0,01 euro par action. 

– Il reste également un poste « actif disponible à la vente ». En réalité, un entrepôt situé en Espagne qui n’est plus utilisé. Par prudence, nous le reprenons pour 70 % de sa valeur aux comptes, soit 0,05 euros. 

Concernant l’actif, il nous reste à vérifier que les stocks et les créances sont effectivement bien « réalisables » dans des conditions « normales ». Le calcul du délai moyen de paiement client au 30/06/08 nous démontre que celui-ci est de 118 jours. « C’est long » nous direz-vous … exact mais on constate que la moyenne des trois exercices précédents était de 126 jours. On peut donc considérer qu’il n’y a pas eu de dégradation dans la qualité des crédits accordés aux clients. 

De même, nous calculons la rotation des stocks au 30/06/08 à 2 ,14 alors que la moyenne des 3 derniers exercices est de … 2,13. Ici aussi, on peut raisonnablement considérer que les stocks restent évalués à leur juste valeur. 

Il nous reste un dernier point à vérifier avant d’établir la marge de sécurité maximum dont nous disposons pour Passat : existe-t-il des engagements hors bilan ? Nous trouvons essentiellement des cautions de la maison-mère au profit des filiales qu’il n’est pas utile de prendre en compte étant donné que ces engagements se situent à l’intérieur du groupe. Par contre, il existe un engagement d’attribution gratuite d’actions aux managers pour 104 700 titres. Au cours actuel de 2,10 euros, cela représente une somme de 0,05 euros par action. 

En résumé, nous établissons le « collatéral »  de Passat au 30/06/2008 à : 

– fond de roulement net : 3,85
– brevet bûche de ramonage : 0,08
– immeubles : 0,31
– actifs finaciers : 0,01
– entrepôt espagnol : 0,05
– engagement d’attribution d’actions gratuites aux dirigeants : – 0,05 

soit un actif prudent en cas de cessation d’activités de 4,25 euros que nous avons payé pour moins de la moitié du prix. 

Cependant, même si nous accordons de l’importance au patrimoine de l’entreprise que nous acquérons, nous sommes encore plus heureux si celle-ci présente une capacité bénéficiaire intéressante. 

Pour Passat, nous nous attendons à des exercices 2009 et 2010 difficiles sur ce point. Mais à long terme, nous ne v
oyons pas pourquoi la société ne pourrait pas générer une capacité bénéficiaire équivallente à celle générée en 2007 (qui a été une très mauvaise année, il faut le rappeler). 

Selon nous, la capacité bénéficiaire d’une entreprise consiste en l’excédent de cash qu’elle génère après avoir payé ses frais et ses investissements de maintien. 

Pour Passat, nous avons considéré que la capacité bénéficaire de 2007 serait la capacité bénéficiaire moyenne générée dans le futur par Passat. 

Nous sommes partis du résultat d’exploitation soit 2 212.
Nous y avons ajouté les amortissements sur les immeubles (car nous considérons qu’une fois amortis, ils ne devront pas être remplacés) soit 80.
Nous avons calculé un impôt moyen sur le résultat opérationnel de 35 % soit 774. 

Nous considérons donc qu’à long terme, Passat générera un excédent de cash annuel moyen de 1 512 ou 0,36 euros par an. 

Ce montant, nous l’actualisons au taux des emprunts en euros sans risque (4,5 %) augmenté de 2,5 % pour le risque de hausse des taux d’intérêt, 1 % pour le risque « corporate », 1 % pour la cyclicité de l’activité, 1 % pour l’absence de barrière contre la concurrence et 1 % pour le fait que la direction ne nous semble pas exceptionnelle. La valeur de la capacité bénéficiaire de Passat est donc établie à 0,36 / 11 % soit 3,28 euros par action. 

A cette valeur, il reste à ajouter les capitaux excédentaires, non nécessaires à l’exploitation de la société : nous prenons évidemment le cash et les liquidités soit 1,43 euro, nous déduisons une somme forfaitaire égale à 1 % du chiffre d’affaires, sensée représenter le « fond de caisse » nécessaire à Passat pour son exploitation soit 0,1 euro par action. Nous déduisons également les intérêts des minoritaires 0,1 euro, les dettes financières (0,95 euro) et ajoutons 70 % de la valeur de l’entrepôt espagnol inutilisé (0,05). Il nous reste donc 0,33 euro par action de capitaux excédentaires que nous ajoutons à la valeur de capacité bénéficiaire de Passat, ce qui la fixe à 3,61 euros par action. 

Conclusions : nous nous sommes livrés ici à un petit exercice intellectuel afin de vérifier si, en achetant des « net net », nous acquérions bien de la richesse cachée qu’elle soit patrimoniale ou sous forme de « bénéfices futurs ». Dans le cas de Passat, l’exercice nous semble concluant : nous avons acheté avec MOS tant par rapport à la valeur du fond de roulement net (45 %), que par rapport à la valeur de l’actif net en cas de cessation d’activité (50 %) que par rapport à la valeur de la capacité bénéficiaire (41 %). Il convient cependant de préciser que lorsque nous avons débattu entre nous de cette activité de « corner video » doublée de « télé-achat », nous avions tous fait la moue sur son aspect « kitch et ringard » . 

Dane Elec

Le 25 Novembre 2008

Dane Elec

http://www.dane-elec.fr/

Nous avons acheté, Dane Elec , Ticker Yahoo : DAN
Le Novembre 2008

A un prix net de frais de : 0,46
Au 30 juin 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 1,265 euros
Le Ratio Net-Net est donc de : 0,36
Au 14 Octobre 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 55%

Présentation de la société.

Dane Elec est un producteur de module et de cartes mémoires pour l’informatique, les télécommunications et les appareils numériques. On retrouve ses produits entre autres dans les lecteurs MP3/MP4, les stylos numériques, les disques durs externes, les cartes mémoires « flash », les clés USB ou les modules de mémoire « DRAM ». Les ventes sont réalisées en Europe pour 61 %, en Amérique pour 32 % et en Asie pour 7 %.
Actuellement, Dane Elec est confrontée au ralentissement de la consommation des ménages et l’ arrivée à maturité du marché de la photo numérique.

Qu’avons-nous acheté dans cette société ?

Nous pouvons dire principalement des stocks pour une valeur de 1,05 euros par action et des créances pour une valeur de 1,17 euros par actions.

Globalement, nous avons acheté pour 2,67 euros d’actifs courant, duquel nous avons retranché 1,41 euros de dette total et avons donc acheté un fond de roulement net de 1,27 euros en payant 0,46 euros.

Nous avons vendu nos titres Dane Elec le lundi 30 novembre 2009, avec une plus-value nette de 137%.

Ditech Networks

Le 24 Novembre 2008

http://www.ditechcom.com/

Nous avons acheté, Ditech Networks , Ticker Yahoo : DITC
Le 24 Novembre 2008

A un prix net de frais de : 0.7044 USD
Au 7 Septembre 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 2.0912 USD
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.3369
Au 7 Septembre 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 202.10%

Présentation de la société.

La société Ditech Networks à été fondée en 1983 à Mountain View en Californie. C’est un leader mondial de la « qualité de la voix ». Ces produits s’adressent aussi bien, à la téléphonie mobile que fixe.
Ces produits comme TDM Ditech offrent des services sur le segment à « large bande » ou encore la plate-forme Quad Voice Processor , mais encore dans les réseaux IP avec le Packet Voice Processor ™ plate-forme.

Tout ces produits sont distribués dans le monde entier. Ces principaux clients sont : Verizon Wireless, Orascom Telecom, Oi Telecom, Sprint / Nextel, AT & T, l’Ouest / Intecall, Global Crossing et Quest .

Qu’avons-nous acheté dans cette société ?

Nous avons principalement acheté des liquidités et des placements court terme pour 1.75$ par actions, un stock pour 0.47$ par action et des créances commerciales pour 0.18$ par action

En fait un actif courant pour une valeur de 2.43 $ par action du quel nous avons déduit l’ensemble des dettes de 0.31$ par action, mais aussi 0.02$ de rotation de stocks et 0.01$ de rotation de créances , selon nos critère, soit un actif Net-Net de 2.09$ par action que nous avons payé 0.70$ par action.

Nous remarquons ici que le marché évalue, les stock et les créances commerciales à zéro, mais également ne prend en compte que 50% des liquidités et des placements à court terme ce qui nous permet d’acheter la société avec une marge de sécurité très importante.

Son Ratio de solvabilité était de 202.10% au 7 septembre 2008, un ratio très élevé, le plus élevé de notre portefeuille signifiant que les fonds propres, valent deux fois l’ensemble des actifs desquels ont a retrancher les liquidités et les placements de trésorerie court terme

 

French Connection PLC

Le 26 Novembre 2008

http://www.frenchconnection.com/

Nous avons acheté, French Connection PLC , Ticker Yahoo : FCCN.L
Le 26 Novembre 2008 

A un prix net de frais de : 40.2224 Pence
Au 30 Juin 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 80.73 Pence
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.5946
Au 30 Juin 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 85.65% 

Présentation de la société. 

La société French Connection PLC à été fondée à en 1972 à Londre. C’est un détaillant de vêtements. 

Ces principaux Brand sont French Connection, FCUK, French Connection Kids…. 

FCUK est par exemple plus axé sur le vêtement sportif avec un accent particulier sur le surf… 

L’ Australie, L’Europe, l’Améique du nord, le Moyen Orient et l’Asie sont les zones ou French Connection commercialise ces vêtements. 

Qu’avons-nous acheté dans cette société ? 

Nous avons principalement acheté des liquidités pour 37 Pence par actions, un stock pour 62 Pence par action et des créances commerciales pour 38 Pence par action 

En fait un actif courant pour une valeur de 139 Pence par action du quel nous avons déduit l’ensemble des dettes de 57 Pence par action, soit un actif Net-Net de 80.73 Pence par action que nous avons payé 40 Pence par action. 

Nous remarquons ici que le marché évalue, les stock à Zéro de leur valeur inscrite au bilan, ce qui nous permet d’acheter la société avec une marge de sécurité importante. 

Son Ratio de solvabilité était de 85.65% au 30 Juin 2008 et sa valeur d’Actif Tangible était de 101.48 Pence

Les actifs de l’entreprise comme "plan B" ou "collatéral"

Les articles traitant avec intelligence de l’investissement dans la valeur sont une denrée rare sur le net : la majorité des rédacteurs préfèrent traiter de macro économie ou d’analyse technique (pour les plus sérieux d’entre eux) voir de jouer aux « pythies » pour d’autres. Il faut d’ailleurs reconnaître que ce sont ces articles qui recueillent, en règle général, le plus de succès : les lecteurs préférant qu’on leur dise le « quoi faire » plutôt que le « comment faire ».

Néanmoins, après l’article « La bourse aujourd’hui » de Azetoz que nous vous avons présenté voici quelques jours, nous vous proposons aujourd’hui un extrait d’un article sur la marge de sécurité rédigé par l’équipe des Investigateurs Financiers.

L’intérêt de ce passage est qu’il met en évidence l’intérêt de considérer les actifs tangibles d’une entreprise comme marge de sécurité ou sortie de secours quand « tout tourne mal », un peu comme nous le pratiquons, avec quelques nuances, dans nos investissements en « daubasses ».

D’ores et déjà nous remercions Patrick Thénière et Rémy Morel, les auteurs pour nous avoir autorisés à reproduire l’extrait ci-dessous.

Tout comme les banques, nous aimons rechercher des titres qui offrent une certaine garantie, ou un plan B en cas de revirement. Et plus le prix est bas, plus le risque est exponentiellement plus bas lorsqu’un certain collatéral (1) est présent. Un exemple simple constitue l’encaisse d’une entreprise. Si celle-ci détient 10$ d’encaisse par action, et que l’on paie seulement 8$ pour acquérir le titre, les risques sont très faibles.

Il subsiste toujours un risque. La direction pourrait dilapider l’encaisse rapidement. Mais elle pourrait aussi verser un généreux dividende de 10$ par action. Non seulement on réduirait à 100% le risque, mais on obtiendrait un rendement systématique de 25%, tout en ayant encore les actions de l’entreprise. 

Voici un exemple courant avec une série d’actifs composant le collatéral, ainsi que le niveau de risque selon le prix payé : 

Le collatéral que nous avons choisi pour notre exemple est composé de plusieurs actifs. Nous avons 3$ en en caisse d’argent liquide dans la compagnie. Elle détient également 5$ par action en immobilier. L’immobilier ici peut servir de collatéral lorsqu’une alternative d’utilisation autre que les activités de l’entreprise est disponible. Par exemple, si vous aviez un immeuble et que vous perdiez un locataire, ce n’est pas bien grave. Vous aller en chercher un autre. Cependant, si vous avez une usine de voitures, et que vous cessez les opérations, vous pourriez à avoir à débourser une somme gigantesque pour changer la vocation de l’usine. 

Comme elle a été conçue pour satisfaire le besoin de l’entreprise (la fabrication de véhicule), il est difficile de trouver une autre entreprise qui fabriquera la même chose, de la même manière. D’importantes modifications à l’usine seraient requises, à un point tel qu’il est souvent moins coûteux de tout simplement détruire la bâtisse et en reconstruire une nouvelle. C’est pourquoi l’immobilier servant de collatéral doit offrir une alternative. Pour les banques, cette alternative consiste à revendre la maison à d’autres personnes. S’il s’agissait d’une usine, les chances de récupérer leur capital s’avèreraient très minces!  

Quant à la division à vendre (4$ par action), il s’agit d’un montant qui sera affecté à l’encaisse une fois vendue. Il faut bien sûr savoir à l’avance comment se déroulera la transaction. Si la vente de la division n’affecte en rien les ventes et les profits futurs de la compagnie, on peut considérer que sa vente future apportera une sécurité additionnelle en cas de scénario pessimiste.   

Nous avons établi trois scénarios, différenciés par le prix d’achat. En achetant à 12$, on supporte un certain risque. Par exemple, si la compagnie perdait de l’argent dans les mois suivant l’achat, l’encaisse pourrait être moins élevée (le collatéral serait partiellement grugé).    

Si on achète à 8$, un coussin de 4$ supporte un certains nombres d’imprévus. Quant au troisième scénario, il est difficile d’imaginer comment on peut perdre de l’argent en acquérant à 4$, une compagnie supportée par 12$ d’actifs solides par action.     

 On peut affirmer avec certitude qu’un achat à 4$ sera bien moins risqué qu’à 12$. Cependant, le risque ne sera pas nécessairement 3 fois moins élevé, même si le prix est effectivement 3 fois moins élevé. Comme le collatéral (1) couvre entièrement le prix d’achat, le risque est peut-être 20 fois moins élevé.»     

(1) Pour « Les Investigateurs Financiers », un « collatéral » est un actif qui sert de garantie à un créancier quand son débiteur se trouve en défaut de paiement. Pour un actionnaire, cet actif procure une marge de sécurité complémentaire s’il s’avérait que la société acquise n’est pas capable de générer de la capacité bénéficiaire.      

 
 
 

 

 

 

 

Retractable Technologies

Le 20 Janvier 2009

http://www.vanishpoint.com/

Nous avons acheté, Retractable Technologies , Ticker Yahoo : RVP
Le 20 Janvier 2009

A un prix net de frais de : 0. 6264USD
Au 30 Juin 2008 : Son actif Net-Net s’élevait à 1.4993 USD
Le Ratio Net-Net est donc de : 0.4802
Au 30 Juin 2008 : son ratio de solvabilité s’élevait à : 208.54%

Présentation de la société.

La société Retractable Technologies à été fondée en 1994 à Little Elm au Texas. La société développe et commercialise des produits médicaux axés sur la sécurité pour l’industrie de la santé aux Etats Unis et à l’international.

Les produits de la société sont conçus pour éviter et prévenir les blessures par piqûre d’aiguille et aussi pour éviter la contamination. Elle développe donc différents types de seringues y comprit pour les soins dentaires, des tubes de prélèvement sanguin, un adaptateur pour les cathéters.

Ces principaux clients sont les hôpitaux, cabinet médicaux particulier, les forces armées, les prisons….

Qu’avons-nous acheté dans cette société ?

Nous avons principalement acheté des liquidités pour 1.48$ par actions, un stock pour 0.31$ par action et des créances commerciales pour 0.12$ par action

En fait un actif courant pour une valeur de 1.93 $ par action du quel nous avons déduit l’ensemble des dettes de 0.43 $ par action, soit un actif Net-Net de 1.49$ par action que nous avons payé 0.62$ par action.

Nous remarquons ici que le marché évalue, non seulement les stock et les créance à zéro, mais aussi ne prend en compte que 60% des liquidités après y avoir retranché l’ensemble des dettes de la société , ce qui nous permet d’acheter la société avec une marge de sécurité très importante.

Son Ratio de solvabilité était de 208.54% au 30 Juin 2008 et sa valeur d’Actif Tangible était de 2.02$